Bill Clinton : une invasion extraterrestre ne m’étonnerait pas!

Bill Clinton (président de 1993 à 2001)

Bill Clinton s’est montré intéressé par le sujet, grâce en particulier à son ami Laurence Rockefeller qui a tenté d’intéressé les leaders mondiaux au phénomène OVNI.

Très intéressé par les OVNIs, Bill Clinton avait chargé son ami l’Attorney Général, Webster  Hubbell, d’en savoir plus. Dans ses mémoires intitulées Friends in High Places, Webster Hubbell se rappelle les propos de Bill Clinton : « Si je te place au département de la Justice, je veux que tu me trouves les réponses à ces deux questions. 1- qui a tué JFK ? 2- est-ce que les ovnis existent ? » Plus tard, on apprit que Webster Hubbell s’était même rendu au QG du NORAD avant de se heurter au silence des responsables. William Laparl, qui travailla pour la CIA pendant les débuts de l’administration Clinton, confirme l’intérêt du président pour les ovnis : « Les hauts responsables de la CIA et leurs contacts n’ignoraient pas que les Clinton s’intéressaient aux OVNIs. Bill Clinton sollicitait quiconque susceptible de détenir le secret et de le lui révéler. Vous savez, il était capable de rencontrer un Amiral et lui dire : au fait, révélez moi le secret sur les OVNIs. » 

Le 29 mars 1993, le milliardaire philanthrope Laurence Rockfeller écrivit une lettre à John Gibbons, le conseiller scientifique de Bill Clinton. Cette lettre révèle que Laurence Rockfeller « tient à avoir une brève entrevue avec le Dr Gibbons afin de discuter de la disponibilité d’éventuelles informations gouvernementales au sujet des OVNIs et des Extraterrestres ».

En août 1995, Laurence Rockfeller invita Bill et Hillary Clinton à son ranch dans le Wyoming pour leur présenter les preuves les plus solides sur les OVNIs. Bill Clinton découvrit les détails et les implications du crash de Roswell et se rendit à l’évidence : il n’a pas été mis au courant. Agacé, il décida d’envoyer un message à l’Air Force. Quelques mois après le briefing de Laurence Rockfeller, lors d’une conférence de presse à Belfast, Bill Clinton lut la question de Ryan, 13 ans, concernant le crash de Roswell :

« Ryan, si tu es dans la foule ce soir, voici la réponse à ta question. Non, d’après mes informations, un vaisseau extraterrestre ne s’est pas écrasé à Roswell. Et, Ryan, si l’USAF a récupéré des corps extraterrestres, ils ne me l’ont pas dit. Si c’est le cas, je veux savoir. »

En 2009, après pratiquement 4 années de recherches, Neil Gould a réussi à retrouver un entretien filmé avec Bill Clinton à Hong Kong le 14 septembre 2005. L’ancien président parle de Roswell, de la Zone 51, et de la possibilité de trouver des formes de vie dans l’Univers. On y voit Bill Clinton déclarer en riant : « Je ne serais pas le premier président auquel des subordonnés auront menti. » 

Il semble ne pas croire qu’il se soit passé quelque chose à Roswell, en 1947, mais reconnaît avec autodérision qu’il avait cependant essayé de s’informer.

L’ancien président Bill Clinton a déclaré sur la chaine « Jimmy Kimmel Live » le mercredi 2 avril 2014 qu’une invasion par des extraterrestres pourrait être la solution pour unir les pays. 

Invité sur le plateau d’une célèbre émission télévisée américaine, l’ancien président des Etats-Unis s’est livré à de surprenantes confidences au sujet de la vie extraterrestre à laquelle il est tenté de croire. Au pays de la NASA et du mystère de Roswell, s’il est un personnage bien renseigné sur les questions extra-terrestres, c’est bien le locataire de la Maison-Blanche. Disposant des résultats des recherches les plus avancées, il est l’un des plus à même de juger de leur pertinence.

« Si j’étais élu président, après avoir prêté serment sur la Bible, je filerai à la Maison Blanche et je demanderai à lire tous les dossiers classés sur les OVNIs. Je veux savoir. Je veux savoir ce qu’il se passe. Est-ce que c’est ce que vous avez fait ? », demande Jimmy Kimmel. 

L’ex Président lui a répondu avoir consulté des dossiers classés Top Secrets sur les extraterrestres et les OVNIs, notamment ceux relatifs à la zone 51 (une zone militaire américaine où des contacts avec des intelligences extraterrestres se seraient déroulés) et à l’affaire de Roswell. Mais « il n’y a absolument pas d’aliens selon les documents« , a-t-il affirmé.

« J’ai essayé de savoir s’il existe des documents officiels secrets qui pourraient révéler des choses. S’ils existent, on me les a cachés. Il y a peut-être une personne très haut placée qui garde ces révélations loin du président lui-même, et si c’est la cas, elle a bel et bien réussi à m’échapper.….« .

Cependant ça ne l’empêche pas de penser que, l’univers étant par définition infini et vu les découvertes récentes, il est peu probable que l’on soit seuls… « Vous êtes donc en train de suggérer que les aliens existent ? », le coupe Jimmy. « Non, je vous dis que je ne sais pas. Mais si on recevait une visite un jour, je ne serais pas surpris. J’espère simplement que ça ne se passera pas comme dans Independence Day, plaisante Bill. Bien que ce serait peut-être la seule façon d’unir ce monde de plus en plus divisé qu’est le nôtre… »

« C’est peut-être le seul moyen d’unir ce monde de plus en plus divisé… Les gens ne pointeraient plus du doigt leurs différences si nous nous sentions menacés par des envahisseurs de l’espace. C’est tout le thème du film Independance Day ». 

Clinton déclara avoir eu une obsession pour les extraterrestres lors de son passage à la Maison Blanche; Hillary Clinton, sa femme, a déclaré que peu après son investiture, il voulait s’assurer qu’il n’y avait aucun Alien là-bas. Il ajouta que l’apparition soudaine de petits hommes verts sur terre ne le surprendrait pas du tout étant donné l’immensité de l’univers et de la découverte permanente de nouvelles planètes. 

Dans une campagne présidentielle, il faut essayer de toucher différentes catégories d’électeurs. La candidate à la primaire démocrate Hillary Clinton l’a bien compris. A tel point qu’elle a ciblé une niche bien particulière: les ufologues.

Le New York Times rappelle ainsi le 10 mai qu’Hillary Clinton a fait, depuis 6 mois, plusieurs déclarations que l’on ne s’attendait pas à entendre dans la bouche de la « candidate de l’establishment », notamment sur les ovnis, la zone 51 et la déclassification d’informations confidentielles concernant les Aliens.

En mars 2016, interrogée sur le plateau de Jimmy Kimmel, Hillary Clinton s’exprimait sur la question. La candidate affirmait notamment qu’elle chercherait dans les dossiers classifiés du gouvernement américain des informations sur la zone 51 et les ovnis. Et que « s’il n’y a rien, disons le aux gens. S’il y a quelque chose, il faudra le partager avec le public sauf si c’est une question de sécurité nationale ».

Hillary Clinton et son mari interviewé sur le dossier des ovnis

Hillary Clinton souhaitait ouvrir tous les dossiers classifiés qu’elle pourrait. Et si elle précisait ne pas savoir si elle croit aux ovnis, elle ajoutait: « il y a tellement d’histoires à ce sujet que je ne pense pas que tout le monde s’assoie dans sa cuisine et invente cela« . Elle expliquait même penser que la terre a pu être visitée par des extraterrestres, même si « nous ne sommes certains de rien« .

Ouverture d’esprit, lubie fantasque ou discours démagogique? Hillary Clinton affirme que la Terre pourrait avoir été visitée par des extraterrestres. «Je pense que ça a pu être le cas, a-t-elle déclaré. Mais nous ne sommes certains de rien.»

Le 30 décembre, la candidate à l’investitute démocrate pour l’élection présidentielle américaine de 2016 se rendait dans les locaux du Conway Daily Sun, un quotidien influent du New Hampshire. L’ancienne secrétaire d’État croise alors un journaliste rencontré huit ans plus tôt, en 2007. Ce que lui rappelle le journaliste, qui précise un de leurs sujets de conversation: les ovnis.

Hillary Clinton répond du tac au tac, enthousiaste: «Oui, je compte aller au bout de cette histoire-là.» Avant de détailler une ébauche de plan d’action.«Par exemple, nous pourrions créer un groupe de travail pour aller dans la Zone 51», avance-t-elle. Cette base militaire secrète située au Nevada alimente de nombreuses rumeurs conspirationnistes. Certaines d’entre elles parlent de travaux sur des extraterrestres. 

L’ex-Première dame a ensuite mentionné son directeur de campagne, John Podesta : «Il m’a fait l’engagement personnel que nous allions obtenir cette information, d’une façon ou d’une autre.» Cet ancien conseiller de Bill Clinton et de Barack Obama est connu par sa passion pour les ovnis, à laquelle il fait régulièrement référence. Début avril, il lançait carrément que « les Américains sont prêts à connaître la vérité » sur le sujet.

Fan de X-files (il aurait même organisé des soirées à thème sur le sujet, selon le quotidien), John Podesta est passionné par les petits ETs gris. Son plus grand regret quand il quittait le cabinet d’Obama en 2014, « Encore une fois, ne pas avoir réussi à déclassifier les dossiers sur les ovnis« , déclarait-il à l’époque.

Selon un sondage Ipsos de 2007, 34% des Américains croient aux ovnis, une proportion non négligeable d’Américains croit aux ovnis. Selon un sondage YouGov du Huffington Post de 2013, ils sont même 48% à croire que les témoignages d’ovnis sont vrais. D’ailleurs, les électeurs du parti démocrate sont 58% à le penser.

« Je pense l’avoir convaincue que nous devons faire un effort pour examiner la question et déclassifier autant que possible, afin de répondre aux questions légitimes des gens. Il est possible d’accorder plus d’attention et de discuter davantage des phénomènes aériens inexpliqués sans que les gens – qui sont dans la vie publique, qui sont sérieux à ce sujet – soient ridiculisés », a déclaré John Podesta

Le monde des OVNI est un monde de croyances conspirationistes. C’est un monde où l’on croit à un effort massif des gouvernements et/ou des gouvernements secrets au sein des gouvernements pour dissimuler la véritable histoire des OVNIs. Il y a une part de vérité dans les histoires de conspiration. Malgré le fait que plusieurs gouvernements à travers le monde ont rendu publics des documents sur les OVNIs, aucun gouvernement n’a publié de documents Top Secret déclassifiés sur le sujet. Ce qu’ils ont publié, ce sont simplement des rapports confidentiels ou non classifiés sur les observations d’OVNIs. Les rapports d’analyse de ces rapports sont manquants.
Le gouvernement répond à cette accusation qu’il n’y a pas de documents Top Secret sur les OVNIs. Il n’y a que des rapports d’observation d’OVNI qui ont été rendus publics. Il n’y a pas de dissimulation, et donc pas de documents secrets non divulgués. Le gouvernement prétend qu’il a écarté le phénomène des OVNIs il y a longtemps comme une menace pour la sécurité nationale et qu’il est passé à d’autres activités plus importantes.
Cette position du gouvernement américain est difficile à contrer, car elle peut être juste. Il se peut qu’il n’y ait pas de documents Top Secret. La seule façon de prouver une dissimulation est de découvrir les dossiers Top Secret et de prouver que l’argument du gouvernement est un mensonge. Personne n’a pu le faire, à l’exception d’un document clé Top Secret produit par le gouvernement canadien en novembre 1950, dans lequel ils rapportent avoir été informés par des fonctionnaires américains de l’existence de soucoupes volantes et du fait qu’il s’agissait du sujet le plus hautement classifié aux États-Unis.

En 2000, Grant Cameron a déposé une demande d’accès à l’information auprès du Bureau de la politique scientifique et technologique de la Maison-Blanche de Clinton, demandant tous leurs dossiers sur les OVNIs. J’avais été alerté par une précédente FOIA par le Dr Bruce Maccabee, physicien de la marine, qu’il y avait au moins 500 pages.
Cameron a rapidement déposé son dossier et au début de l’année 2001, il a reçu une lettre du responsable de la FOIA lui annonçant qu’il recevrait près de 1000 pages de documents. Les documents décrivaient en détail un effort du philanthrope milliardaire Laurence Rockefeller pour obtenir de la Maison Blanche Clinton la divulgation des OVNI. Cet effort a duré de 1993, lorsque Clinton est entré en fonction, à 1996, lorsque l’effort de Rockefeller s’est arrêté puis a pris fin.
Ces documents ont été connus sous le nom de « documents de l’Initiative Rockefeller ». Ils ont fait l’objet de nombreux articles et ont été un élément clé de la plate-forme du lobbyiste des ET Stephen Bassett dans ses efforts pour obtenir la divulgation du gouvernement sur cette question.
En 2006, la bibliothèque Clinton a commencé à traiter les documents de la Maison Blanche. Sachant que le processus a commencé exactement 5 ans après le départ de Clinton. Grant Cameron a commencé à déposer à la bibliothèque Clinton des demandes d’accès aux dossiers sur les OVNIs en se basant sur les événements et les noms figurant dans les documents de 2001.

Source : http://beyondpresidentialufo.com/?s=Clinton


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s