Brian parle d’ovnis en Antarctique – Linda Moulton Howe

En 2012, de nouvelles photographies ont révélé des formations dans le paysage. 

Sept différents pays ont réclamé des territoires en Antarctique, pourtant c’est l’un des endroits les plus restreints au monde. Actuellement, il y a 68 bases internationales, dont beaucoup exige des permis ou des autorisations spéciales de visite. Ces bases ne sont pas occupés que par des scientifiques, mais également par des militaires. 

La station de McMurdo en Antarctique, située sur la péninsule Sud de Ross Island, c’est le plus grand centre de recherches du continent. Il a été ouvert par le gouvernement US en 1956 et abrite jusqu’à 1200 résidents. 

En janvier 2015, un ingénieur de vol de la Marine Américaine, qui a servi avec l’escadron de développement en Antarctique à McMurdo pendant 14 ans, est venu au-devant de la journaliste d’investigation, Linda Moulton Howe, avec des récits étranges du temps passé en Antarctique. Un mécanicien de bord de l’US Navy aurait vu des disques d’argent et l’entrée à d’une présumée base extraterrestre en Antarctique en collaboration avec des humains.

Linda Moulton Howe : « J’ai reçu un Email d’un retraité, un ingénieur de vol de la Marine. Il m’a demandé de l’appeler seulement ‘Brian’ en public. Et il m’a dit : depuis 1983, jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite de la Marine en 1997, il était impliqué dans toutes sortes de choses, de ce qu’ils appelaient des missions d’expédition d’escadre en Antarctique, cela comprend des gens à secourir à divers endroits.

Durant tous ces voyages, rien d’étrange ne s’était produit. Et puis soudainement, une chose après l’autre se produisait. Pendant une mission d’escadre dans les montagnes, tout l’équipage vit un groupe entier d’objets argentés; ils étaient ronds. Et il me dit qu’ils firent des choses étranges, ils allaient, comme de ce sommet au groupe, du sommet au groupe etc… Et alors ils décollèrent tous à la verticale. Et cela s’est produit à plusieurs reprises… Il y a eut une urgence médicale.

Il sont maintenant en difficulté, et une décision doit être prise : ils vont ou pas dans la zone d’exclusion aérienne à cause d’une urgence médicale. Et que voient-ils ? Dans la glace, comme l’énorme entrée d’une grotte, mais inclinée en profondeur. Et il a dit : « Linda, je pense que l’entrée faisait au moins 60m de diamètre, un grand trou dans la glace. » Il ajouta, nos instruments ne fonctionnent plus, nous n’avions plus d’électricité, nous avions des anomalies magnétiques, et nous en avons conclu qu’il y avait quelque chose dans ce trou qui nous causait tous ces problèmes.»

Le 23 janvier 2015, Linda Moulton Howe, journaliste lauréate d’un Emmy Award, a publié le témoignage vidéo d’un nouveau dénonciateur qui parle de sa mission hautement confidentielle dans une grande structure enterrée découverte en Antarctique. Le dénonciateur affirme que, lors d’une mission classifiée menée en 2003, il a pénétré à l’intérieur d’une très grande structure de forme octogonale située près du glacier Beardmore et qui s’étendait profondément dans l’intérieur glacé du glacier.

Le dénonciateur est un Navy Seal américain à la retraite qui a été interrogé pour la première fois par L.M. Howe le 19 juillet 2018. Il a utilisé le pseudonyme Spartan 1 dans la vidéo YouTube de Howe où son visage est ombragé et sa voix est altérée pour protéger son identité. Howe dit qu’elle a personnellement contrôlé Spartan 1, qui a fourni de nombreux documents pour justifier sa carrière militaire.

Auparavant, Howe a publié le témoignage d’un autre dénonciateur militaire, Brian, qui était un ingénieur de vol de la marine ayant effectué de nombreuses missions de soutien avec l’escadron de développement en Antarctique de 1983 à 1997. Il a été témoin d’un certain nombre d’anomalies indiquant la présence d’installations ou de bases cachées situées profondément sous les couches de glace de l’Antarctique. Il dit avoir été témoin de disques volants argentés au-dessus des monts Trans-antarctiques, pas si loin, comme l’a souligné Howe, de l’endroit où le Navy Seal avait mené sa mission.

Le Navy Seal affirme que le radar à pénétration de sol a découvert la structure qui était un octogone à huit côtés, comme l’a précisé Howe :

En 2003, une équipe d’opérations spéciales des Navy Seals américains s’est rendue en Antarctique pour enquêter sur une structure octogonale à huit côtés parfaitement géométrique, découverte par un radar à pénétration de sol près du glacier Beardmore, à environ 93 miles de la station américaine McMurdo.

Une autre équipe d’ingénieurs et de scientifiques avait déjà déterré la couche supérieure d’un octogone fait d’une substance noire pure, construite au-dessus de deux autres structures octogonales noires qui s’enfonçaient profondément dans la glace de 3 km d’épaisseur.

Dans la vidéo, le Navy Seal (alias Spartan 1) décrit le lancement de sa mission depuis un porte-avions naviguant près de la mer de Ross en Antarctique occidental. Il a été emmené par hélicoptère à la station McMurdo, la plus grande base américaine en Antarctique, puis transporté par voie terrestre jusqu’à l’emplacement de la structure.

Spartan 1 a décrit être entré dans une porte à environ 15 mètres sous la glace. Il a estimé que les murs de la structure avaient une épaisseur de 18 à 30 pieds (soit 6-10 mètres) et que la hauteur du plafond était d’environ 22-28 pieds (soit 7-9 mètres). Il a dit que les murs, le plafond et le sol étaient faits d’un matériau basaltique noir qui ressemblait à du marbre noir brillant.

L’intérieur était chauffé à environ 20-22 Celsius (68-72 degrés Fahrenheit), et était également éclairé par une source vert citron projetée depuis le plafond et le sol. Il n’a vu aucun équipement de chauffage ou d’éclairage, ce qui ajoute au mystère de la structure enterrée.

Selon lui, seule une partie de la structure a été mise au jour jusqu’à présent par les équipes archéologiques, le reste étant enfoui sous la glace et s’étendant bien en dessous. Le radar à pénétration de sol a montré que la structure était de forme octogonale et couvrait une superficie de 62 acres (environ 0,5 kilomètre carré).

Spartan 1 a décrit les murs et les portes comme étant couverts de hiéroglyphes d’environ 20 cm de haut et 5 cm de profondeur. Les hiéroglyphes n’étaient ni égyptiens ni mayas, mais semblaient similaires aux deux en termes de représentation d’animaux et d’autres symboles étranges.

De manière significative, l’un des symboles était très similaire à l’image du Soleil noir utilisée par les SS nazis, qui en avaient fait construire une grande version sur le sol de leur quartier général au château de Wewelsburg. L’image du Soleil Noir est toujours interdite en Allemagne en vertu de la loi sur la propagande nazie. Howe a déclaré que les prochains épisodes mettant en scène Spartan 1 reviendront au symbole du Soleil Noir.

Spartan 1 a expliqué qu’une partie de sa mission consistait à transporter des scientifiques qui documenteraient la structure enterrée et les symboles hiéroglyphiques, en prenant des photos et en faisant des dessins. Il a dit que son équipe a dû laisser derrière elle un des scientifiques qui a insisté sur le fait qu’il fallait plus de temps pour faire un inventaire correct de ce qui avait été découvert.

Spartan 1 a été informé et a cru que la structure avait été construite par un groupe d’extraterrestres d’apparence humaine, qui était impliqué dans le génie génétique de l’humanité.

Le témoignage de Spartan 1 est très important car il fournit un rare compte-rendu de témoin oculaire de ce qui se trouve réellement à l’intérieur de l’une des structures enterrées dont l’âge remonte à l’antiquité. Le précédent témoin oculaire de Howe en Antarctique, Brian, n’a pas eu l’occasion de voir ou d’entrer dans l’un des artefacts. Il s’en est approché le plus près lorsqu’il a vu un grand trou s’enfoncer profondément dans le pôle Sud, alors qu’il volait au-dessus de lui dans un espace aérien restreint.

À ce jour, seuls deux autres dénonciateurs/initiés se sont manifestés pour raconter qu’ils ont été emmenés à l’intérieur ou qu’ils ont été témoins d’artefacts anciens enfouis profondément sous les couches de glace de l’Antarctique. Il s’agit de Corey Goode et Pete Peterson, qui affirment tous deux avoir été témoins de certains des artefacts enfouis lors de leurs visites respectives sur place.

Goode affirme avoir été emmené en Antarctique début 2016 et 2017, où il a vu des bases secrètes et les vestiges d’une ancienne civilisation enfouis profondément sous les couches de glace. Il dit avoir été témoin de certains corps d’hybrides humains extraterrestres qui faisaient partie des expériences génétiques menées par une race extraterrestre d’apparence humaine de grande taille il y a des milliers d’années. Il a décrit trois très grands vaisseaux mères enterrés sous la glace qui ont été utilisés pour démarrer une civilisation globale avec l’Antarctique comme centre.

Peterson affirme qu’il a été emmené en Antarctique au cours de missions secrètes où on lui a confié la tâche de comprendre les technologies avancées trouvées près de trois vaisseaux-mères, dont il a été témoin d’un ou plusieurs lors de ses missions. Le témoignage de Peterson corrobore les dires de Goode à propos d’une ancienne base extraterrestre qui servait de plaque tournante à une civilisation mondiale.

Cela soulève quelques questions intrigantes. Le symbole du Soleil Noir était-il une représentation picturale d’une ancienne civilisation mondiale dont le pôle Sud était la plaque tournante, avec des spirales partant vers ses colonies éloignées ? Dans le livre Antarctica’s Hidden History, je présente des preuves que les nationalistes allemands utilisant le symbole du soleil noir ont établi une colonie en Antarctique, où ils ont construit des vaisseaux spatiaux pour la colonisation de l’espace.

Selon l’analyse de Howe, la structure observée par Spartan 1 remonte à 33 millions d’années, ce qui est la date générale que les géologues conventionnels donnent pour la dernière fois où l’Antarctique était libre de glace. Dans Antarctica’s Hidden History, des preuves contraires sont présentées, selon lesquelles l’Antarctique était libre de glace il y a seulement 11 700 ans, ce qui correspond à la date approximative de la destruction de l’Atlantide selon Platon. Cela soulève la question suivante : Quel âge ont les ruines actuellement découvertes en Antarctique ?

Le témoignage indépendant de Spartan 1 corrobore des éléments importants de ce que Goode et Peterson ont décrit, et ce que d’autres prétendent être caché sous le continent gelé. Au fur et à mesure que le témoignage de Spartan 1 sera diffusé par la série de vidéos de Howe, nous pourrons obtenir des réponses importantes à des questions sur ce qui se cache sous les couches de glace en l’Antarctique.

source : https://exopolitics.org/navy-seal-reveals-secret-mission-to-ancient-buried-structure-in-antarctica/

Le continent antarctique est sur le point de révéler ses secrets les mieux gardés et ses mystères les plus anciens… En 1955, à la suite d’un accord secret conclu entre l’administration Eisenhower et un groupe dissident allemand, basé en Antarctique, un programme spatial transnational commença à voir le jour. Grâce à l’apport de personnel et de ressources originaires d’entreprises américaines oeuvrant dans le domaine de la défense, ce programme spatial transnational se développa rapidement en Antarctique pour donner naissance à une puissance spatiale majeure qui, ultimement, parvint à éclipser les programmes spatiaux secrets développés par la Marine et les Forces aériennes des États-Unis ainsi que par d’autres nations. 

Selon de nombreux lanceurs d’alerte, la plupart de ces programmes classifiés, développés en Antarctique, violent l’esprit et la lettre du traité sur l’Antarctique, entré en vigueur le 23 juin 1961, et constituent un véritable « crime contre l’humanité ». Michael Salla, Ph. D., qui a eu le courage de révéler l’identité des principales entreprises impliquées dans le développement de ces programmes illégaux, a également expliqué comment la vérité était sciemment dissimulée aux actionnaires de ces entreprises et au grand public. 

Aujourd’hui, en raison de l’activité volcanique croissante qui entraîne la fonte de la calotte glaciaire, les secrets les mieux gardés de l’Antarctique sont peu à peu révélés, exposant ainsi d’anciens artéfacts et des vestiges d’engins spatiaux d’origine extraterrestre qui se sont écrasés au sol. Sachant que la fonte de la calotte glaciaire révélera bientôt ce qui était jusqu’alors caché, une divulgation complète de l’histoire de l’Antarctique et des événements qui s’y déroulent actuellement – soit le développement de nombreux programmes spatiaux sous l’égide d’entreprises transnationales – permettrait de transformer radicalement le devenir de notre planète, certainement en termes technologiques et historiques, mais aussi en révélant les manipulations du « Deep State », le gouvernement dans l’ombre des gouvernements.

Navy Seal Military reveals secret mission in an Ancient Structure buried in Antarctica

Dans une interview de 1998 avec Linda Moulton Howe, un ancien agent de la CIA, qui de 1957 à 1960 a eu accès à des dossiers de briefing hautement classifiés, a déclaré que les documents révélaient que les nazis avaient effectivement été aidés par une race extraterrestre dans leurs projets d’armes aéronautiques avancées :

  • Lorsque Vril construisait son premier vaisseau, un ou deux de ces extraterrestres travaillaient avec eux en Allemagne où ils ont tiré des fusées depuis Peenemunde. Les documents que j’ai lus à Washington disent que c’est là que le premier véhicule Vril a été fabriqué….. Ils [les aliens] étaient des aides pour l’Allemagne.

Le dénonciateur du Programme spatial secret, Corey Goode, a révélé d’autres informations étonnantes sur l’Antarctique et son histoire en tant que colonie de réfugiés extraterrestres établie il y a environ 60 000 ans. Il affirme que les réfugiés extraterrestres y ont trouvé des technologies avancées de la « race des bâtisseurs », créées il y a plus de 1,8 milliard d’années.

Tout aussi intrigante est son affirmation que certains des réfugiés extraterrestres sont encore en vie aujourd’hui dans des chambres de stase, situées à l’intérieur de vaisseaux mères de 30 miles (48,2 m) de long enterrés sous 2000 pieds de glace sous la plate-forme glaciaire de Ross en Antarctique.

Dans l’épisode de Cosmic Disclosure TV du 21 février 2017, Goode a déclaré qu’il continue à recevoir des briefings d’un programme spatial secret dirigé par l’USAF sur les fouilles en Antarctique menées par des archéologues, qui ont commencé en 2002, Dans un article précédent, j’ai décrit ce que Goode m’a dit sur les briefings de l’USAF, et ce qu’il avait rencontré lors d’une visite en Antarctique en janvier 2017 avec une civilisation de la Terre Intérieure appelée « Anshar ».

Dans l’épisode Cosmic Disclosure, Goode fournit plus de détails et des représentations graphiques de ce qu’il a personnellement vu en Antarctique. Il décrit les extraterrestres comme des « Pré-Adamites », qui étaient originaires de Mars et d’une Super-Terre (Maldek) dont les restes forment maintenant la ceinture d’astéroïdes.

Au cours de leur longue histoire, il affirme que les habitants de Mars et de Maldek se sont livrés à une série de guerres de haute technologie à l’époque où Mars était une lune de Maldek. Il y a environ 500 000 ans, ces guerres se sont terminées en apothéose avec l’anéantissement de Maldek.

Les restes de Maldek ont frappé Mars avec une telle force que les villes de surface d’un côté de la planète ont été totalement détruites et que la majeure partie de son atmosphère a disparu. Cela a rendu la vie à la surface de Mars très précaire, au mieux, et a conduit à l’évacuation de la planète par les survivants martiens.

Des milliards de réfugiés de Mars et de Maldek ont trouvé refuge sur notre Lune actuelle. Cependant, à l’époque de la catastrophe, notre Lune était un autre satellite de Maldek, mais elle avait été créée artificiellement avec de vastes zones habitables à l’intérieur, comme Goode l’a décrit précédemment.

Les Pré-Adamites ont habité la Lune pendant environ 440 000 ans, et à un moment donné au cours de cette période, selon les informations reçues par Goode, la Lune a été déplacée sur son orbite actuelle autour de la Terre.

Finalement, un autre conflit a forcé les Pré-Adamites à quitter la Lune, et ils ont dû se déplacer rapidement vers la Terre. Ils ont choisi l’Antarctique pour reconstruire leur civilisation, en partie à cause de l’existence des technologies de la race des Anciens Bâtisseurs, qui fonctionnaient encore, comme l’a expliqué Goode :

Puis les Pré-Adamites se retrouvèrent sur la Lune pendant un certain temps. Et puis, d’une manière ou d’une autre, ils ont fini par être chassés de la Lune. Il y a eu quelques attaques, et après cela, ils ont fui, mais leurs vaisseaux étaient trop endommagés pour quitter notre système solaire ou se rendre sur une autre sphère planétaire. Donc, puisqu’ils ont dû s’écraser sur Terre, ils ont décidé d’aller sur ce continent où la technologie de la race des Anciens Bâtisseurs était encore en état de fonctionner et avait… 1,8 milliards d’années.

Les Pré-Adamites n’avaient que trois vaisseaux-mères à utiliser pour établir leur nouvelle colonie sur Terre après un atterrissage en catastrophe en Antarctique. C’est la technologie de ces vaisseaux mères qui a donné aux Pré-Adamites l’espoir de reconstruire leur civilisation :

Ils n’avaient que la technologie qu’ils avaient dans ces trois vaisseaux avec eux. C’est toute la technologie qu’ils avaient. Ils ont donc dû cannibaliser et réutiliser la technologie des vaisseaux spatiaux une fois qu’ils se sont écrasés. Et il y en avait trois qui étaient extrêmement grands. C’était des vaisseaux mères.

C’est là que David Wilcock, l’intervieweur, avait des informations corroborantes à partager de la part d’un autre dénonciateur, le Dr Pete Peterson, sur la taille et l’emplacement de l’un des vaisseaux-mères découverts :

David : Et je tiens à souligner que c’était l’un des détails absolument stupéfiants dans lequel j’ai commencé à demander à Pete [Peterson] au téléphone, « Savez-vous quelque chose sur l’Antarctique ? »

Et il répond indépendamment, « Ils vont annoncer qu’ils ont trouvé un vaisseau mère. » Il n’en connaissait qu’un seul – un vaisseau-mère de 30 miles (48,2 m) de large, de forme essentiellement circulaire – qui a été trouvé sous la glace.

source : https://exopolitics.org/antarcticas-secret-history-extraterrestrial-colony-created-elite-bloodline-rulers/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s