Die Glocke – La machine à remonter le temps des Nazis

Die Glocke (la cloche en français) était le nom de code d’un projet top secret qui aurait été développé par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Cette mystérieuse machine aurait été une expérience de système de propulsion anti-gravité. Ce site top secret des nazis se situe près de la mine de charbon de Ludwigsdorf, aujourd’hui Ludwikowice Kłodzkie en Pologne (coordonnée exacte : 50° 37′ 42.02″ N 16° 29′ 39.32″ E ). De nos jours, des vestiges de l’expérience sont encore présents sur le site. Elle aurait nécessité une quantité très forte d’énergie, ce qui explique qu’une centrale électrique thermique ait été construite à proximité en 1941. Selon certaines rumeurs, cette cloche serait réapparue en 1965 à Kecksburg (USA) soit 20 ans après sa disparition en 1945, et récupérée secrètement par l’armée US qui a étouffé l’affaire.

Dans une vallée isolée juste à l’extérieur de Ludwikowice, en Pologne, se trouve une étrange structure circulaire appelée « piège à mouches ». Nous sommes au milieu d’une vallée qui a été reprise par les SS et transformée en une installation secrète de recherche et de développement occulte. Elle était étroitement surveillée.

À l’intérieur de cette vallée, nous avons trois anneaux de sécurité qui délimitent trois zones spécifiques les unes aux autres. À l’intérieur du cercle le plus intérieur, cette structure se dresse, et c’est assez mystérieux. Les spécialistes du courant dominant pensent que la structure a servi de base de support en béton à une tour de refroidissement utilisée par une mine de charbon. Mais selon Witkowski et d’autres, le haut commandement allemand n’aurait pas consacré autant de ressources militaires ici si la vallée ne contenait qu’une centrale énergétique. Ils disent que le site a été utilisé pour tester une nouvelle machine très avancée appelée Die glocke ou la cloche.

La machine à remonter le temps des nazis

Au Sud-ouest de la Pologne, à Gory Sowie, sous les collines verdoyantes de la montagne du hibou, des complexes souterrains ont été construits dans le cadre d’un programme nazi top-secret : Die Glocke.

Cachés sous des collines, se trouvaient sept complexes souterrains ultra-secret. Certains chercheurs pensent que c’est dans ces installations secrètes, entre 1943 et 1945, que les scientifiques du Troisième Reich ont mené des expériences clandestines dans le but de gagner la Seconde Guerre mondiale.

A cette époque ils développaient beaucoup de choses très exotiques. Ils étaient en charge des programmes des fusées V1 et V2. Mais ensuite, nous pensons que le point culminant de leur expérimentation a été Die Glocke, ils l’ont appelée ainsi parce qu’elle avait la forme d’une cloche.

Cela semblait être une sorte d’appareil qui avait des champs magnétiques très puissants, en rotation rapide. Et il y a des suppositions que c’était essentiellement une machine à remonter le temps. L’idée était que vous seriez capable de vous déplacer dans le temps, de changer l’histoire, de changer certains événements et de créer un nouvel ordre et une nouvelle réalité.

L’un des projet les plus secret du IIIème Reich

La cloche, die glocke, était probablement l’un des projets les plus secrets du troisième reich. C’était tellement secret qu’il est même difficile de savoir a quel niveau Hitler en a été informé.

De nombreuses preuves suggèrent que les scientifiques, y compris Hermann Oberth et Wernher Von Braun et d’autres, travaillaient sur un engin en forme de cloche doté d’un système de propulsion électromagnétique. Certains diraient que c’était la Wunderwaffe, l’arme miracle, une arme si puissante, si novatrice, que même dans les dernières minutes de la guerre, alors que l’armée soviétique se rapprochait de la Pologne, cela aurait pu changer tout le cours de la guerre. 

L’existence du mystérieux dispositif en forme de cloche, mesurant 3 mètres de large et 4 m de hauteur, a été révélée pour la première fois par le général nazi de haut rang Jakob Sporrenberg lors d’un interrogatoire mené par les autorités polonaises après la guerre. Mais lorsque les Alliés ont finalement capturé le centre de recherche allemand, ni la cloche nazie ni son commandant de projet, Hans Kammler, n’ont été retrouvés.

Les dessins retrouvés décrivent la cloche comme un engin ayant un revêtement en céramique et des dimensions de 3m de haut et 1,5m de diamètre. Sa conception semble contraire aux principes aérodynamiques modernes. Si vous commencez à penser à une forme de cloche pour le vol, le défi auquel vous êtes confronté est de la rendre aérodynamique lorsque vous vous déplacez d’un côté à l’autre et d’avant en arrière, car vous présentez une très grande section transversale à l’air, et vous allez générer beaucoup de traînée et une importante résistance. Ce serait idéal si vous vouliez juste vous déplacer de haut en bas, mais une fois que vous allez commencer à vous déplacer horizontalement vous allez avoir des ennuis.

Mais si la cloche n’était pas un nouveau type d’avion, alors de quoi s’agissait-il ? Selon certains adeptes de la théorie des anciens astronautes, la cloche aurait été une machine à remonter le temps.

Il existe des sortes de vortex appelés solitons, des vortex isolés électromagnétiquement du monde extérieur. Des recherches et des expériences récentes montrent que le lien entre la gravité et la physique électromagnétique est beaucoup plus fort que ne le pensaient les scientifiques depuis un certain temps.

Les lois de l’univers étant universelles, si vous prenez le bon champ électromagnétique et une très haute tension, que vous le pulsez ou que vous le synchronisez d’une certaine manière, vous pouvez obtenir un phénomène très étrange. Vous pouvez faire en sorte que les choses disparaissent et réapparaissent.

Par conséquent, il s’ensuit raisonnablement que cela serait étudié et que la cloche nazie était probablement une tentative de ce régime de développer un type d’appareil volant utilisant ces types de concepts électromagnétiques avancés.

Mais le voyage dans le temps était-il une possibilité ?

Selon le physicien allemand Albert Einstein, les humains seraient théoriquement capables de voyager dans le temps. Sa théorie de la relativité restreinte a montré pour la première fois que le temps peut ralentir quand on va très vite. Et donc, cela a un impact sur l’avenir. Cela vous permet de voyager très rapidement quelque part, et votre temps s’écoule plus lentement que pour quelqu’un d’autre, et vous vous retrouvez dans le futur par rapport à ceux qui ne se sont pas déplacés.

Le plus difficile est la relativité générale, où Einstein parle de la gravité et de la description de la gravité. Et là, vous pouvez commencer à penser à l’espace-temps et à le plier. En effet, en modifiant l’espace et le temps de la bonne manière, vous finissez par revenir en arrière dans le temps.

L’étrange disparition à la fin de la guerre

Il n’existe aucun dossier indiquant que la cloche ait jamais été utilisée pendant la guerre Alors que les forces militaires alliées progressaient en Allemagne, le projet dans son ensemble et son commandant, le général Hans Kammler, disparurent subitement. Le général Kammler était sur le point de se rendre en échange d’une immunité. Mais ensuite, à la fin de la guerre, il a disparu.

Hans Kammler était responsable de toute la technologie nazie très secrète. Et ce gars disparaît après la guerre. En fait, il existe quatre versions officielles de sa mort. Donc, personne ne sait vraiment comment il est mort, quand il est mort, s’il est mort, où il est allé, ou ce qui s’est passé. Alors, où est passé Hans Kammler et qu’a-t-il emporté ? Certains pensent qu’il a pris la cloche.

A-t-il créé un trou de ver ? A-t-il créé une porte des étoiles ? Et est-ce sur quoi les nazis travaillaient ? Personne ne le sait.

Kammler et d’autres nazis ont-ils vraiment utilisé la cloche pour échapper à la justice en disparaissant dans le temps, ou éventuellement sur une autre planète ?

Apparemment, le reste de l’équipe du projet a rencontré un destin plus sinistre. Les ingénieurs qui ont travaillé sur la cloche ont été mis à mort par les SS. Ils ne voulaient pas que cette technologie tombe entre les mains de l’Est ou de l’Ouest. Tous ces gens ont été assassinés, des scientifiques de très haut niveau. Ils se sont fait exploser dans leurs propres laboratoires.

Au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, les Nazis comptaient sur leurs scientifiques pour développer des armes si révolutionnaires qu’elles pourraient changer le cours de la guerre. Plusieurs témoignages font état d’un audacieux projet soit de voyage dans le temps ou d’essais d’anti-gravité (plus probable), baptisé «Die Glocke» (la cloche).

Ce projet a-t-il réellement été mené à bien ? C’est la réponse à cette question que cherche Giorgio Tsoukalos depuis la Pologne jusqu’en Transylvanie.

Die Glocke (la cloche en français) était le nom de code d’un projet top secret qui aurait été développé par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Cette mystérieuse machine aurait été une expérience de système de propulsion anti-gravité.

die-glocke-5

Ce site top secret des nazis se situe près de la mine de charbon de Ludwigsdorf. De nos jours, des vestiges de l’expérience sont encore présents sur le site. Elle aurait nécessité une quantité très forte d’énergie, ce qui explique qu’une centrale électrique thermique ait été construite à proximité en 1941. Selon certaines rumeurs, cette cloche serait réapparue en 1965 à Kecksburg (USA) soit 20 ans après sa disparition en 1945, et récupérée secrètement par l’armée US qui étouffa l’affaire.

En fait, ce thème appartient à la mythologie qui entoure les activités de certaines officines nazies telles que l’Ahnenerbe et qui ont alimenté tant les fantasmes des amateurs d’ésotérisme que l’imagination des auteurs de science-fiction et d’ufologie.

Ce projet a été exposé par le journaliste et auteur de science-fiction polonais Igor Witkowski dans son livre Prawda O Wunderwaffe sorti en 2000 qui se fonde sur des documents secrets SS prétendument retrouvés dans les archives de l’Union soviétique. Son existence n’est pas considérée comme prouvée et son utilité reste encore un mystère.

Selon Igor Witkowski, Die Glocke était peut-être une expérience de construction de système anti-gravité. Le site se situerait près de la mine de charbon de Ludwigsdorf (aujourd’hui Ludwikowice Kłodzkie en Pologne. Selon Witkowski, des vestiges de l’expérience seraient encore présents sur le site. Elle aurait nécessité une quantité très importante d’énergie, ce qui explique qu’une centrale électrique thermique ait été construite près de son site en 1941.

La cloche était dite comme extrêmement dangereuse, causant des pathologies cardiaques, des mutations et la mort des animaux placés près d’elle. L’ essayiste Nick Cook a par la suite contribué à populariser le sujet tout comme Joseph P. Farrell.

Avant et pendant la seconde guerre mondiale, les nazis auraient donc fait des recherches sur l’antigravité avec la cloche (Die Glocke) pour les appliquer à la réalisation d’engins volants.

Voici un extrait de Above Majestic le film divulgateur de Corey Goode qui parle des engins Nazi et de leur retraire en Antarctique :

Ces expériences auraient eu lieu dans le complexe militaire secret “Riese” en ancienne Allemagne, aujourd’hui territoire polonais.

Il s’agissait de l’un des projets les plus ambitieux et les plus importants du Troisième Reich… Le projet d’anti-gravité portait le nom de “RWS-1”. Projet tellement important qu’il reçu une classification unique, il était qualifié de Kreigsentscheidend, “primordial pour la guerre”.

Il était basé en Silésie (Pologne). Ce projet était dirigé par le professeur Walter Gerlach, nommé directeur scientifique. Il était épaulé par les professeurs Thirring et Pascual Jordan. Le système de propulsion, impliquant le contrôle de la gravité, avait pour base un engin que les SS avaient baptisé “Die Glocke”, “la Cloche”.

Voici également une autre vidéo qui parle de Die Glöcke (la visite du site se situe vers la 25ème minute mais tout le documentaire est intéressant), il est à noter tout n’est pas exact dans ce documentaire grand public, la réalité va plus loin selon les divulgateurs du programme spatial secret.

source : https://eveilhomme.com/2019/02/06/die-glocke-la-cloche-nazi-anti-gravite-du-programme-wunderwaffe-en-allemand-arme-miraculeuse/


Die Glocke : L’arme Top secrète allemande pour voyager dans le temps

Die Glocke (qui signifie “la cloche” en allemand) est le nom d’un prétendu engin technologique allemand top secret qui fait partie des plus remarquables de l’arsenal ultra-secret des “armes miracles” (alias “Wunderwaffe”) du général SS Hans Kammler. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, un nombre croissant de révélations ont fait surface concernant diverses expériences scientifiques et technologiques farfelues, voire occultes, menées par les allemands pendant toute la durée du Troisième Reich.

Die Glocke a été considérée comme l’une des révélations les plus mystérieuses et les plus intrigantes, car les explications potentielles concernant l’objectif réel de l’appareil vont de l’anti-gravité au voyage temporel interdimensionnel. La première mention connue de Die Glocke est venue d’un chercheur aérospatial et historien polonais nommé Igor Witkowski.

Witkowski a affirmé qu’il avait eu connaissance d’une collection de documents classifiés concernant Die Glocke en 1997 par l’intermédiaire d’un fonctionnaire anonyme des services de renseignement polonais qui aurait eu accès à des documents top secrets du gouvernement polonais traitant de l’existence d’armes secrètes allemandes datant du IIIe Reich.

Witkowski a également affirmé qu’il avait été autorisé à transcrire les documents classifiés, mais qu’il lui était interdit d’en faire des copies. Les déclarations de Witkowski n’ont jamais été vérifiées de manière indépendante, mais elles ont gagné en popularité après avoir été relatées en 2001 dans un livre de Nick Cook intitulé The Hunt for Zero Point.

En 1966, un groupe d’ingénieurs aérospatiaux hautement respectés a révélé que des scientifiques américains perfectionnaient des moyens de contrôler la gravité. Ils ont prédit qu’une percée interviendrait d’ici la fin de la décennie, inaugurant une ère de propulsion propre et illimitée pour une nouvelle génération de systèmes de transport sans carburant – et des armes au-delà de notre imagination. Quarante ans plus tard, une rencontre fortuite avec l’un des ingénieurs qui a fait cette prédiction oblige un journaliste très sceptique de l’aérospatiale et de la défense, Nick Cook, à envisager la possibilité que l’Amérique ait effectivement déchiffré le code de la gravité – et l’ait dissimulé depuis.

Ses enquêtes sont passées des couloirs de la NASA au cœur sombre de l’établissement américain d’armes classifiées, où il est devenu clair qu’il y a un demi-siècle, dans les derniers jours du Troisième Reich, Les scientifiques nazis se précipitaient pour perfectionner une boîte de Pandore de haute technologie qui délivrerait l’Allemagne de la défaite. L’histoire dit qu’ils ont échoué. Mais la piste qui emmène Cook profondément dans l’empire autrefois impénétrable du général SS Hans Kammler – l’homme chargé par Adolf Hitler de perfectionner la technologie des armes secrètes allemandes – dit le contraire. Dans sa quête des vrais faits derrière Kammler, Cook établit enfin la vérité : l’Amérique est déterminée à conserver ses secrets, mais les enjeux sont énormes et d’autres sont maintenant dans la course pour acquérir une technologie supprimée.

Les documents classifiés que Witkowski aurait consultés, comprenaient des transcriptions d’une série d’interrogatoires de l’ancien haut responsable SS Jakob Sporrenberg, qui a été capturé par les forces britanniques puis remis aux Polonais.

Sporrenberg était apparemment responsable d’une “unité d’évacuation” SS spéciale liée au site d’essai de Die Glocke. Ce site d’essai était situé près de la mine Wenceslas, près de la frontière tchèque, et était surnommé “Der Riese” (“Le Géant”).

Dans sa déclaration sous serment, Sporrenberg a admis être personnellement responsable du massacre de 60 scientifiques et chercheurs allemands qui travaillaient sur le projet ultrasecret Bell.

De toute évidence, les allemands considéraient que la cloche était si importante qu’ils avaient déjà prévu d’éliminer toute preuve de l’existence du projet si le lieu de l’expérience était découvert.

Die Glocke est décrit comme étant composé d’un métal dense et lourd et ayant une forme de cloche. Les dimensions de l’appareil étaient d’environ 3 mètres de large sur 4 et 5 mètres de haut, et il était recouvert d’un couvercle en céramique.

Selon les écrits de Cook, la cloche abritait un axe central ou noyau, autour duquel tournaient deux dispositifs cylindriques qui se déplaçaient en rotation inverse (un dans le sens des aiguilles d’une montre et un dans le sens inverse). Au cours des expériences, ces deux cylindres étaient remplis d’une substance de couleur violette dont les propriétés étaient similaires à celles du mercure.

Ce mystérieux liquide métallique portait le nom de code “Xerum 525”. Diverses théories ont été proposées quant à la substance que pouvait être ce “Xerum 525”. Certains ont émis l’hypothèse qu’il s’agissait d’une sorte d’isotope radioactif du mercure.

L’explication la plus courante est qu’il s’agissait d’oxyde d’antominate de mercure, autrement appelé “mercure rouge”, qui aurait la capacité de produire des explosions de fission équivalentes à la puissance de 1 000 tonnes de TNT.

Une fois la cloche activée par un courant à haute tension, le liquide qu’elle contient se mettait à briller et l’ensemble du dispositif émettait un rayonnement fort et lourd qui produisait des effets indésirables, entraînant même la mort de plusieurs scientifiques nazis.

Avant leur mort, les scientifiques auraient souffert de divers troubles tels que des spasmes nerveux, des pertes d’équilibre et un goût métallique dans la bouche. Des dizaines de plantes et d’animaux soumis à des tests ont également été tués par l’exposition aux radiations au cours de diverses expériences.

Quel était donc le but exact de la cloche ? Selon le propre témoignage de Sporrenberg, Die Glocke était associée à la “séparation des champs magnétiques” et à la “compression des vortex”.

Witkowski affirme que chacun de ces principes physiques était devenu communément associé à la recherche sur l’anti-gravité.

Selon certains physiciens, si vous disposez d’un appareil capable de générer un champ de torsion d’une intensité extrêmement élevée, il est théoriquement possible de “courber” l’espace autour de l’appareil. Par conséquent, en courbant l’espace, vous courbez également le temps.

Serait-il possible que les allemands aient utilisé la cloche pour mener des expériences scientifiques sur le voyage dans le temps ? Il est intéressant de noter que le projet portait le nom de code “Chronos”, qui signifie “Temps”.

Witkowski a également affirmé qu’un complexe industriel situé près de la mine Wenceslas est devenu l’un des principaux sites d’essai de Die Glocke. Les ruines d’une mystérieuse structure en béton connue sous le nom de “The Henge” s’y trouvent aujourd’hui, et de nombreuses personnes ont émis l’hypothèse que The Henge était conçu comme une sorte de plate-forme suspendue utilisée pour tester les capacités de propulsion de la cloche.

Les sceptiques ont rejeté cette théorie, affirmant que le Henge n’est en fait rien de plus que les restes d’une tour de refroidissement industrielle.

Le destin de Die Glocke a fait l’objet de nombreuses spéculations. Certains ont affirmé qu’une fois le site d’essai de Der Riese évacué vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, la cloche n’a pas été détruite, mais transportée dans un lieu tenu secret.

Witkowski affirme que Die Glocke se trouve désormais dans un “pays d’Amérique du Sud favorable aux Quatrième Reich”, tandis que Cook postule qu’elle a été transportée aux États-Unis dans le cadre d’un accord passé avec le général Hans Kammler, le haut fonctionnaire SS qui supervisait plusieurs grands projets de construction et d’ingénierie allemande.

Par ailleurs, le général Kammler a mystérieusement disparu après la guerre et, à ce jour, on ignore où il se trouve.

Une théorie intrigante sur le sort de Dïe Glocke a été avancée par l’auteur américain Joseph P. Farrell, qui affirme que la cloche a été récupérée lors de l’incident impliquant l’OVNI de Kecksburg en 1965. Au cours de cet incident, une grosse boule de feu a été vue traversant le ciel au-dessus de six États américains et de l’Ontario, au Canada.

Des milliers de témoins ont vu la mystérieuse boule de feu, et certains ont rapporté avoir entendu un bang supersonique. L’étrange phénomène a d’abord été considéré comme un météore, mais plusieurs témoins oculaires de Kecksburg, en Pennsylvanie, ont ensuite affirmé qu’un type d’avion s’était écrasé dans les bois.

Les pompiers locaux ont affirmé avoir trouvé un objet en forme de gland et de la taille d’une voiture compacte. Plusieurs témoins ont affirmé avoir vu des inscriptions semblables à des hieroglyphes égyptiens orner la base de l’objet.

Selon plusieurs rapports de témoins oculaires, l’armée américaine a rapidement sécurisé le site de l’accident, a ordonné aux civils de partir, puis a emporté l’objet mystérieux sur un camion à plateau. Curieusement, les responsables militaires ont déclaré plus tard qu’ils n’avaient “absolument rien” trouvé dans les bois.

L’une des théories les plus spectaculaires concernant Die Glocke est que le général Hans Kammler a utilisé la cloche pour échapper à la capture par les forces alliées, puis a voyagé dans le temps pour s’écraser à Kecksburg, où il s’est ensuite intégré à la société.

Bien que les conjectures et les théories abondent, une conclusion commune peut être tirée : les allemands ont certainement participé à des expériences scientifiques étranges pendant la Seconde Guerre mondiale. On ignore pour l’essentiel s’ils ont pu réaliser des progrès scientifiques ou technologiques substantiels, mais l’énigme de projets top secrets tels que Die Glocke demeure à ce jour. Si ce n’est quelques dénonciateurs initiés, aucune divulgation officielle ne nous est parvenue.

source : https://1secret.xyz/die-glocke-larme-top-secrete-allemande-pour-voyager-dans-le-temps/


Le crash de Kecksburg

La chose ironique à propos de tout cela est que, plusieurs années plus tard, le 9 décembre 1965, des milliers de personnes ont été témoins de l’éclat d’une boule de feu dans le ciel avant de s’écraser à Kecksburg, en Pennsylvanie, à 30 km au sud-est de Pittsburgh. L’armée a été immédiatement dépêchée sur les lieux, a tout saisi, puis a déclaré que rien ne s’était passé.

Ce qui est intriguant dans le crash de Kecksburg, c’est la description de l’objet. Contrairement à la plupart des soucoupes volantes, celle-ci était bulbeuse. Cela a été décrit comme un gland, ou quelque chose ressemblant à la cloche nazie. L’objet a été vu par un certain nombre de personnes et il ressemblaient étrangement à la cloche.

L’objet qui s’est écrasé à Kecksburg pourrait-il être la cloche nazie, perdue depuis longtemps, qui avait disparue 20 ans plus tôt ? Et est-il possible que des scientifiques allemands aient découvert un moyen de transporter des êtres humains d’un lieu à un autre, comme le pensent certains chercheurs ? Si oui, ont-ils utilisé les théories d’Einstein pour créer leur propre machine à remonter le temps ? Est-il possible que les nazis aient perfectionné ces choses ? Est-il possible que l’armée allemande ait finalement bien expérimenté la technologie du voyage dans le temps ? Et si oui, la cloche nazie aurait-elle pu voyager dans le futur ? Ou est-il possible que les extraterrestres ressemblent à des nazis en uniforme ? À quel point cela serait-il bizarre ? 

source : http://www.dramatic.fr/cloche-p801.html

https://1secret.xyz/le-cas-du-crash-de-kecksburg/

2 commentaires sur “Die Glocke – La machine à remonter le temps des Nazis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s