OVNIS : ce qu’ils ne veulent pas que vous sachiez – Pierre Lagrange

Tout le monde a son opinion sur l’existence ou l’inexistence des ovnis, sur l’attitude de la science ou des médias dans le débat. pourtant les études, et à fortiori, les études scientifiques sur ces phénomènes sont rares mais elle existent, même si elles sont peu connues. elle montrent notamment que la question des ovnis représente, non pas un obstacle, mais une chance pour le développement de la culture scientifique.

Nous cache-t-on la vérité sur l’existence des ovnis ?

Depuis quelques années, l’existence d’un complot pour étouffer la vérité, d’une politique de « debunking » sur les ovnis, semble admise notamment par des scientifiques proches de l’armée française. Pierre Lagrange, l’un des rares chercheurs à avoir analysé en détail les documents déclassifiés sur les ovnis (notamment par l’armée américaine), décrit ici l’histoire de la montée de cette théorie et évalue la pertinence des arguments avancés pour la défendre. Il ne s’agit pas d’opposer aux théories du complot une vision angélique d’un monde sans désinformation, mais d’observer objectivement le type de vérité obtenu par les militaires sur les ovnis et sur la pertinence de la réponse apportée par ceux qui dénoncent un complot. Pierre Lagrange montre que, aussi curieux que cela puisse paraître, ceux qui dénoncent les prétendus complots de l’armée américaine reprennent à leur compte l’idéologie qu’elle défendait et notamment la vision d’une population immature qu’il faudrait étroitement encadrer dans son interprétation des phénomènes observés en confiant et limitant l’analyse à des cercles d’experts opaques et inaccessibles à la critique. Offrant un regard neuf sur l’histoire des relations entre experts militaires et opinion publique, ce livre présente également nombre de documents demeurés secrets à ce jour, et qui ont alimenté l’idée de secrets bien gardés.

Pierre Lagrange

L’auteur :

Sociologue des sciences, enseignant à l’École d’Art d’Avignon et chercheur associé au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture. Pierre Lagrange a réalisé diverses études pour le CNRS et le CNES, il a été chercheur associé au sein du LAHIC et membre du Comité d’experts du Groupe d’Études et d’Information sur les Phénomènes aérospatiaux non identifiés du Centre National d’Études spatiales.

Le lundi 27 janvier 1997, le magazine d’Arte « 7 ½ », présenté par Dominique Bromberger, a consacré sa troisième partie aux enlèvements extraterrestres, ou « abductions ». 
Sur ce thème, un reportage confronte deux hommes diamétralement opposés : l’ufologue Jimmy Guieu, chercheur indépendant, qui dénonce le complot planétaire de nos institutions pour cacher la réalité de ces enlèvements extraterrestres, et le débunker Pierre Lagrange, sociologue, qui cherche à le discréditer en ne voyant là que de vulgaires ragots issu de l’extrême-droite. 

A titre d’exemple concret, on peut voir Jimmy Guieu mener une enquête sur le cas d’enlèvement d’une femme, Edmonde, abductée en 1972, dans le Doubs, alors qu’elle était en voiture avec trois collègues de travail. 
Au cours d’une régression hypnotique pratiquée par l’hypnotiseur Daniel Huguet, Edmonde se souvient de sa rencontre avec une entité nommée Axor (il me semble qu’elle a quelque rapport avec Haurrio, de l’affaire Cergy-Pontoise…) et de l’examen médical qui s’en est suivi. 

A noter enfin que le magazine « L’œil du cyclone », de Canal +, reprendra quelques extraits de l’intervention de Jimmy Guieu pour illustrer son numéro sur « Le grand complot », à peu près un an plus tard, en avril 1998. 


En 1994, une véritable bombe expose dans le petit monde des « ufologues », les spécialistes des « objets volants non identifiés » (OVNI) : l’US Air Force rend public un long mémorandum pour démentir qu’une soucoupe volante se serait écrasée en 1947 avec ses occupants extraterrestres près de la base de Roswell. Un démenti qui relance les spéculations : n’est-ce pas un nouveau mensonge des autorités américaines, qui veulent protéger le « grand secret » ? D’autant qu’en 1995, c’est cette fois une bombe médiatique beaucoup plus puissante qui explose : les télévisions du monde entier – en France, ce sera dans le cadre d’une émission de Jacques Pradel – diffusent les extraits d’un film présenté comme l’autopsie réalisée à l’époque sur l’extraterrestre prétendument retrouvé par les militaires américains à Roswell. La polémique sur la « créature de Roswell » s’enfle démesurément. En vérité, cette affaire est bien plus passionnante encore que le débat sur la vraisemblance de la créature, comme on le découvrira dans ce livre, qui présente la première enquête complète sur le sujet. Car si l’explication de la supercherie du film est assez amusante, elle occulte l’essentiel : l’histoire étonnante des vrais secrets, des faux documents et des multiples acteurs ayant nourri pendant cinquante ans une rumeur qui est loin d’être dissipée aujourd’hui. Grâce à sa connaissance intime du milieu des « ufologues », sur lequel il enquête depuis plusieurs années, l’auteur brosse une étonnante galerie de personnages hauts en couleurs, qui ne cessent de changer de camp, révèle une foule d’anecdotes inconnues du grand public, et montre comment l’invention des soucoupes volantes, puis celle des « crashs d’OVNI » sont devenus des légendes modernes qui ne sont pas près de disparaître de l’imaginaire de nos contemporains.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s