Les Anges sont-ils des Extraterrestres ?

Toute chose visible dans le monde est placée sous la responsabilité d’un ange. – Saint Augustin

Créatures ailées portant des messages des cieux. Gardiens surnaturels, chargés d’observer et de protéger. Puissants guerriers, apportant de tout, de la peste à la paix. Les anges sont-ils simplement le produit de l’imagination des hommes ou existent-ils vraiment ? Et si oui, d’où viennent-ils ? 

Lorsque des anges apparaissent, ils commencent à faire des choses qui défient les lois de la physique. Certains ne pensent pas qu’ils avaient réellement des ailes. À l’époque, c’était la façon dont les hommes anciens disaient qu’ils avaient le pouvoir de voler.

Les anges sont-ils vraiment des êtres surnaturels venus du ciel ou bien autre chose ? Serait-ce essentiellement un malentendu à propos d’extraterrestres en chair et en os qui ont visité la Terre il y a très longtemps et qui ont été mal interprétés par les témoins ?

Les anciens astronautes ont-ils vraiment contribué à façonner l’histoire de l’humanité ? Si oui, les anges pourraient-ils vraiment être des voyageurs visitant la terre depuis des planètes lointaines ? 

Selon une enquête Nielsen réalisée en 2010, près de 70% des Américains croient en l’existence des Anges. Mais que sont-ils ? Des messagers ailés de Dieu, comme ils sont décrits dans la Bible ? Des chérubins souriants qui nous observent du haut de leurs nuages cotonneux ? Ou de bien plus ? 

Tom Delonge : Au début des années 50, un homme affirmait avoir des visites régulières d ‘« astronautes » qui étaient les mêmes entités que les contactés d’OVNIS décrivent comme ayant rencontré, ainsi que les mêmes personnes qui, selon lui, étaient décrites dans la Bible comme des « anges ». Il a dit qu’ils avaient des avant-postes dans notre système solaire et avaient des connexions avec l’Atlantide et la Lémurie. Il a pris de nombreuses photos au début des années 50 (pas de photoshop, pas d’ordinateurs) mais beaucoup étaient surexposées à cause du champ de propulsion provenant de l’engin – Un homme en 2017 voulait faire une animation 3D de ces engins et a demandé de tout emprunter les photos et négatifs des années 50 pour aider à créer l’animation. Lors de l’amélioration numérique, dans un négatif noir, cette figure et un engin sont apparus. C’est peut-être ce que les gens décrivent comme les « Nordiques » ou «Les Altantéens» ou… «Les Anges» de la Bible. Ils brillent, ils peuvent presque sembler translucides (potentiellement) s’ils sont entourés par un champ de force électromagnétique, mais en réalité, ils peuvent se promener sur Terre « tout comme les hommes » comme le décrivent les textes bibliques et védiques.

Si la théorie des anciens astronautes fait souvent le lien entre des entités extraterrestre et les créatures bibliques ou les anciens Dieux, rien ne permet d’affirmer qu’elle est sérieuse.  Peut être un jour aurons nous une réponse sur ces théories, mais, pour le moment, rien ne permet de dire que nous avons eu des contacts au cours des siècles avec des créatures extraterrestres et que celle-ci nous auraient aidées.

Jacques Pelletier (journaliste canadien) : « Les Andromédiens ont été décrits comme étant très beaux, et aussi, construits de manière élastique et très minces. Le témoignage du contacté décrit également cette race comme « si évoluée spirituellement qu’elle n’a plus besoin d’un corps physique. Ce sont presque des êtres d’énergie de lumière. Ils sont illuminés dans la lumière. Ils sont très grands et mesurent de 2,40m à 3m de hauteur. Dans la mythologie, on les appelait les dieux Ailés. Les personnes contactées indiquent également qu’ils sont beaux au-delà de toute description et que l’humanité ressemble à des fragments de cette beauté. Ils ont pris soin de l’humanité parce qu’ils nous considèrent comme leurs frères et sœurs. Ils croient que nous venons tous de la même source et que nous avons tous été créés dans la lumière. C’est le lien commun entre nous.« 

Le concept des anges dans de nombreuses cultures

Le concept des anges est évidemment très répandu dans beaucoup de cultures. Vous les trouvez dans la culture latine, la culture grecque, la culture babylonienne, etc. Lorsque nous pensons aux anges, nous pensons immédiatement à la Bible, mais lorsque vous consultez Internet, lorsque vous lisez des livres, vous constaterez que des gens sont visités chaque jour par des anges.

Dans le livre de la genèse de la Bible, les anges apparaissent d’abord comme des êtres divins envoyés sur terre comme des messagers de Dieu. Dieu voulait interagir avec les êtres humains, mais il semblait un peu indigne de voir Dieu agir directement et il a donc envoyé des messagers.

Le mot ange est une traduction erronée. En hébreu, le mot pour ange est « malach ». Cependant, la traduction correcte n’est pas du tout ange, mais c’est en fait « messager ». En grec, le mot « angelos » ne signifie pas ange. C’est un « intermédiaire ». Alors qu’avons-nous dans ces histoires ? Nous avons ces intermédiaires, ces messagers, apportant des informations venant d’un soi-disant Dieu. Mais ces soi-disant messagers de Dieu auraient-ils pu remplir une autre fonction ? Ne pas être aussi bienveillants qu’on le pense ?

Les anges dans le Livre d’Hénoch

Selon le livre d’Hénoch, le soi-disant texte biblique perdu qui a été redécouvert parmi les rouleaux de la mer morte à la fin des années 1940, les premiers anges qui sont descendus sur terre étaient les anges déchus. C’est sur la montagne d’Hermon que des anges sont descendus du ciel, des anges déchus pour habiter la terre. Ils avaient essayé de prendre le pouvoir. Et à cause de cela, ils ont été chassés du ciel et précipité sur terre.

Cela ressemble plus à une histoire de mutinerie. Quand les extraterrestres sont arrivés, il y avait un type de division, un désaccord entre eux, et ainsi, ils se sont scindés en deux factions différentes. Et la faction qui s’est scindée est ce que l’on appelle aujourd’hui les anges déchus. Hénoch croyait aux anges, aux anges déchus, et à leurs apparitions, mais tout ce qu’il a écrit dans ses Écritures semblait impliquer des visiteurs extraterrestres. Les embarcations qu’il a vues aux flancs de montagne qui atterrissaient, puis l’ont emmené et les êtres qui lui ont raconté des choses.

Tant dans le livre d’Hénoch que dans la Bible hébraïque, les anges déchus agissent en opposition directe avec la volonté de Dieu en se métissant avec des humains. Dans la genèse 6, il est question des fils des dieux qui se marient avec les filles des hommes. Il y avait une certaine connotation perverse là dedans. Comment les anges peuvent-ils avoir des relations sexuelles ? Hénoch le décrit. Certains des extraterrestres se trouvaient sur la terre. Ils ont couché avec certaines filles des hommes. C’est ce qui est écrit dans le livre d’Hénoch. Hénoch ne les appelle jamais des dieux. Il les appelle les gardiens du ciel ou les sentinelles, les veilleurs. Selon des textes anciens, les anges déchus ne se sont pas seulement physiquement accouplés aux femmes de la terre, ils ont également produit la progéniture des Nephilim, une race de géants semblables à ceux décrits dans l’histoire de David et de Goliath.

Mais les défenseurs de la théorie des anciens astronautes suggèrent que l’utilisation du terme géants est trompeuse. Ils théorisent que le terme ne fait pas référence à la taille physique des Néphilim, mais à leur capacité presque surhumaine. Étaient-ils des géants, ou le terme correct devrait-il être extraterrestre ? Parce qu’alors cela a plus de sens, car jusqu’à présent on n’a jamais vu d’os de géant fossilisé.

Le Livre d’Hénoch est l’un des ouvrages apocryphes faussement attribué à Hénoch (parfois orthographié Enoch), l’arrière-grand-père de Noé, le fils de Jared. Il est de la septième génération après Adam. D’après la Bible, Hénoch a été enlevé par Dieu pour être conduit au ciel ( « Et Hénoch marchait avec Dieu et il disparu, car Dieu l’avait pris. » Genèse 5:24). Hénoch a eu l’occasion de voir le ciel et de ramener les secrets du ciel aux hommes.

Le plus souvent, l’expression « Livre d’Hénoch » se réfère à Enoch, qui n’existe que dans la langue éthiopienne. En effet, il existe plusieurs livres d’Hénoch. Le premier faisait autrefois partie de la Bible mais il a été écarté des livres canoniques vers 364 lors du concile de Laodicée. On peut dater le Livre d’Henoch d’avant le IIIe au Ier siècle av. J.-C.

Le Livre 1 d’Hénoch raconte comment il est enlevé au ciel puis nommé gardien de tous les trésors célestes et chef des archanges. Tous les secrets et les mystères lui sont révélés. L’Hénoch éthiopien est composé de 5 livres qui sont :
Le Livre des Veilleurs
Le Livre des Paraboles
Le Livre de l’Astronomie
Le Livre des Songes
L’Épître d’Hénoch 

Il y aurait aussi un sixième livre qui est le Livre des Géants mais qui n’a jamais été retrouvé. Il s’intercale entre le Livre des Veilleurs et le Livre des Paraboles.

On possède de nos jours des manuscrits du Livre d’Hénoch en éthiopien, en grec mais aussi en araméen, grâce aux découvertes récentes des Manuscrits de la Mer Morte.

Le Livre d’Hénoch existait avant l’écriture de l’Ancien Testament et il en a été une source d’inspiration pour plusieurs passages. La question la plus importante abordée dans le livre d’Hénoch concerne les origines du mal.

Livre d’Enoch (chapitre 7 vers. 2 à 4) : « Et ces femmes conçurent et enfantèrent des géants dont la taille avait trois cents coudées. Ils dévoraient tout ce que le travail des hommes pouvait produire, et il devint impossible de les nourrir. Alors ils se tournèrent contre les hommes eux-mêmes, afin de les tuer et de les dévorer. »

Livre d’Enoch (chap. 15 vers. 11) : « Et les esprits des géants, des Nephilim qui oppriment, détruisent, font irruption, combattent, brisent sur la terre et y font le deuil. »

Pour certains, les djinns sont les veilleurs dans le Livre d’Hénoch qui ont été nommés à la terre pour veiller sur l’humilité. Les veilleurs (observateurs) sont nés du feu comme des anges, mais les observateurs / djinns ne peuvent pas transposer entre le ciel et la terre comme les anges. Ils sont comme des anges en formation. Les veilleurs / djinns sont testés et mis à travers les épreuves avant qu’ils s’élèvent en tant qu’ange réel. Dieu peut donner aux veilleurs l’accès au ciel, comme Dieu l’a fait avec Satan / Iblis, mais les observateurs ne sont pas des anges complets. 

Iblis a converti 6 des 12 veilleurs pour en faire ses chefs et faire un lien à posséder des hommes humains et créer la progéniture avec des femmes humaines. Les 7 observateurs principaux (Iblis et les 6 autres) et tous leurs assistants (chaque chef veilleur a au moins 200 observateurs assistants qui doivent les suivre) a fait l’impensable. Leurs descendants devinrent des géants maléfiques qui n’avaient pas assez de nourriture pour manger, alors ils ont commencé à manger des humains. Les anges ont rapporté cela à Dieu et Dieu a inondé la terre pour détruire les géants du mal. Dieu a amené l’humanité dans le quatrième monde en amenant la famille de Noé à travers le déluge.

Nous savons d’après le Coran que les djinns sont faits de feu. Mais les anges sont faits de lumière ou de « nour ».

La plupart des musulmans pensent que les djinns sont des anges en formation. On disait que Iblis était un fidèle de Dieu jusqu’à ce qu’il refuse de se prosterner devant l’homme (il était un djinn). Les observateurs ne sont pas des anges complets … ce qui est compatible avec le fait que les anges et les observateurs / djinns ont été créés avec des sources séparées : la lumière et le feu. 

Dans les jours précédant le prophète, les portes du ciel (portails inter-dimensionnelles) étaient ouvertes tant aux djinns qu’aux anges. Les portes ont été fermées à l’époque du prophète Mahomet et certains djinns essaient toujours d’entendre les ordres de Dieu devant les portes. Si on les voit se cacher, ils s’enfuient et une « boule de feu » leur est lancée … qu’on voit la nuit : L’étoile filante. 

Les djinns seront jugés le dernier jour, tout comme les humains seront jugés. Cependant, ce qu’un djinn reçoit comme récompense est inconnu aux humains. Leur récompense peut être des ailes comme celles des anges. Et avoir des « ailes » pour un « observateur / djinn » leur permettrait alors d’entrer dans le ciel (ou l’Univers). 

En 2002, le journal britannique The Sunday Telegraph a rapporté que le Vatican avait interdit la vénération des anges qui n’apparaissent pas dans les textes autorisés de la Bible. Cette mesure visait à contrer l’influence de groupes New Age anonymes qui auraient recruté de nouveaux membres au sein de l’Église catholique romaine.

À l’avenir, les prières ne devaient être adressées qu’aux trois archanges Michel, Gabriel et Raphaël, mentionnés dans la Bible. Selon le livre apocryphe et interdit d’Enoch, il s’agissait des êtres angéliques chargés de lier les anges déchus ou Veilleurs qui avaient transgressé la loi de Dieu.

L’Église primitive a exclu ce livre, attribué au prophète et patriarche de l’Ancien Testament Enoch, de la version autorisée de la Bible parce qu’il décrivait ces anges déchus et leurs activités.

Qui sont les Veilleurs ou anges déchus et pourquoi l’Église primitive et le Vatican moderne étaient-ils si préoccupés par eux ?

La Genèse 6:1-4 dit : « Quand les hommes commencèrent à se multiplier sur la terre et qu’ils eurent des filles, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils prirent pour femmes celles qu’ils choisirent parmi elles. Alors l’Eternel dit : Mon Esprit ne va pas lutter indéfiniment avec les hommes, à cause de leurs fautes. Ce ne sont que des créatures terrestres. Je ne leur donne plus que cent vingt ans à vivre. À cette époque-là, il y avait des géants sur la terre, et aussi après que les fils de Dieu se furent unis aux filles des hommes et qu’elles leur eurent donné des enfants. Ce sont ces héros si fameux d’autrefois. »

Traditionnellement, les Ben Eloha ou « fils de Dieu » étaient plusieurs centaines et ils sont descendus sur Terre sur le mont Harmon. Il s’agissait d’un lieu sacré à la fois pour les Cananéens et les Hébreux qui ont envahi leur pays. Plus tard, des sanctuaires dédiés aux dieux Baal, Zeus, Hélios et Pan et à la déesse Astarté ont été construits sur ses pentes.

Ces Ben Elohim ou « anges déchus » étaient également connus sous le nom de Veilleurs, de Grigori et d’Irin. Dans la mythologie juive, les Grigori étaient à l’origine un ordre supérieur d’anges qui vivaient au plus haut des cieux avec Dieu et ressemblaient à des êtres humains par leur apparence. Le titre « Veilleur » signifie simplement « celui qui veille », « ceux qui veillent », « ceux qui sont éveillés » ou « ceux qui ne dorment pas ». Ces titres reflètent la relation unique entre les Veilleurs et la race humaine depuis les temps anciens.

Dans la tradition ésotérique luciférienne, ils constituaient un ordre d’élite spécial d’êtres angéliques créés par Dieu pour être les bergers terrestres des premiers humains primitifs. Leur tâche consistait à observer et à surveiller l’espèce humaine naissante et à rendre compte de ses progrès.

Cependant, ils étaient limités par la directive divine première de ne pas interférer dans l’évolution humaine. Malheureusement, ils ont décidé d’ignorer le commandement de Dieu, de défier ses ordres et de devenir les maîtres de l’espèce humaine, ce qui a eu des répercussions malheureuses tant pour eux-mêmes que pour l’humanité.

La plupart des informations que nous possédons sur les Veilleurs et leurs activités proviennent du livre apocryphe d’Hénoch. Dans la Bible orthodoxe, le prophète Hénoch, de l’hébreu « hanokh » ou instructeur, est un personnage mystérieux. Dans la Genèse 4:16-23, il est décrit comme le fils de Caïn, le « premier meurtrier », et la première ville construite par son père porte son nom. Plus loin dans la Genèse 5:18-19, et plusieurs générations plus tard, Hénoch est nommé comme le fils de Jared, et c’est pendant sa vie que les Veilleurs arrivent ou s’incarnent dans des corps humains.

Dans le livre apocryphe du Jubilé, prétendument dicté par « un ange du Seigneur » à Moïse sur le mont Sinaï lorsqu’il reçut également les dix commandements, il est dit qu’Hénoch était « le premier des hommes né sur Terre à apprendre l’écriture, la connaissance et la sagesse ».

Il est dit qu’Hénoch a écrit dans un livre « les signes du ciel » (les signes du zodiaque) en fonction de leurs mois. C’était pour que les êtres humains connaissent les saisons des années en relation avec l’ordre des mois et leurs influences stellaires et planétaires respectives. Tout indique qu’Hénoch a reçu ces informations de sources angéliques extraterrestres, c’est-à-dire des Veilleurs, et qu’il était donc un modèle culturel.

Les veilleurs

Il y a beaucoup de débats parmi les érudits religieux au sujet des anges déchus. Et certains disent qu’ils ont été délibérément envoyés sur Terre pour veiller sur les hommes. Dans le livre d’Hénoch en particulier, nous avons 20 observateurs qui sont en quelque sorte responsables de tous les autres anges qui sont en présence d’Hénoch. Il y a les commandants, les officiers et les lieutenants, et ceux-ci enseignent délibérément à Hénoch dans diverses disciplines, telles que la météorologie, l’astronomie, comment fabriquer de meilleurs sabres. Maintenant, est-ce que quelque chose comme ça se passerait vraiment dans le royaume de Dieu ?

D’où viennent-ils ? Que veulent-ils ? Et si nous avons affaire à une ou plusieurs entités intelligentes, elles ont peut-être un ordre du jour différent, mais il y a peut-être quelque chose qui a été un allié des hominidés en évolution, et nous sommes le dernier modèle.

Dans la Bible, les anges apparaissent souvent aux humains comme des entités physiques pouvant être vues, entendues et même touchées. Mais aujourd’hui, beaucoup de gens croient que les anges sont présents, qu’ils puissent les voir ou non.

Les anges déchus instruisent l’humanité

Deux cents des « anges déchus » sont descendus du royaume céleste au sommet du mont Hermon et ont été tellement frappés par la beauté des femmes humaines que, utilisant leurs nouveaux corps matériels, ils ont eu des relations sexuelles avec elles. Cela a provoqué la colère de Yahvé et, selon la Bible, la conséquence de ce métissage entre les déchus et les mortels a conduit à la création d’une descendance mi-ange, mi-humaine (Genèse 6:4).

Ces enfants étaient appelés les Néphilim, et ils constituaient la race géante qui habitait autrefois la Vieille Terre. Les anges déchus enseignaient à leurs épouses et à leurs enfants une variété de nouvelles compétences technologiques, de connaissances magiques et de sagesse occulte. Cela suggère que les capacités psychiques et les pouvoirs magiques étaient à l’origine un ancien héritage du royaume angélique donné aux premiers humains. Dans la tradition luciférienne, on appelle cela, en termes spirituels et métaphoriques, le « sang de sorcière », le « sang d’elfe » ou le « sang de fée » que possèdent les sorcières et les magiciens.

Dans le livre d’Hénoch, il est dit que le chef des anges déchus s’appelait Azazel, et il est souvent identifié à Lucifer (le Porteur de lumière) ou à Lumiel (« la lumière de Dieu »). Il a appris aux hommes à forger des épées et à fabriquer des boucliers et des armures. Azazel leur a également enseigné la métallurgie et comment extraire de la terre et utiliser différents métaux.

Aux femmes, il enseigna l’art de fabriquer des bracelets, des ornements, des bagues et des colliers à partir de métaux et de pierres précieuses. Il leur a également montré comment « embellir leurs paupières » avec du khôl et comment utiliser des astuces cosmétiques pour attirer et séduire le sexe opposé. Selon Hénoch, ces pratiques ont engendré beaucoup d’ « impiété » et les hommes et les femmes se sont livrés à la fornication, se sont égarés et se sont corrompus dans leurs voies.

C’est sur cette base que l’Église primitive a condamné les anges déchus pour avoir enseigné aux femmes à fabriquer des colliers avec des morceaux d’or et des bracelets pour leurs bras. Saint Paul a dit que les femmes devaient se couvrir la tête à la synagogue (Corinthiens 11:5-6). Cela était dû au fait que les anges déchus étaient censés être attirés par les femmes humaines ayant de longs cheveux flottants. La coutume des femmes couvrant leurs cheveux dans les églises se retrouve encore dans le catholicisme romain et dans les coutumes de l’islam.

L’ange déchu Shemyaza, une autre forme d’Azazel, aurait enseigné aux humains l’utilisation des racines et l’art magique de l’enchantement ; l’ange déchu Armaros aurait enseigné la résolution (bannissement) des enchantements ; Baraqijal aurait enseigné l’astrologie ; Kokabiel, la connaissance des constellations (astronomie) ; Chazaqiel, la connaissance des nuages et du ciel (météorologie et divination) ; Shamsiel, les signes du soleil (les mystères solaires) ; Sariel, les courses de la lune (les cycles lunaires utilisés en horticulture et en agriculture et les mystères lunaires ésotériques) ; Penemuel a enseigné aux humains l’art de l’écriture et de la lecture ; et Kashdejan a enseigné le diagnostic et la guérison des maladies et la science de la médecine.

Il est évident, d’après ces descriptions des capacités d’enseignement des Veilleurs, qu’ils étaient des modèles culturels et les porteurs de la civilisation pour la race humaine primitive. Il est donc étrange que dans les textes religieux judéo-chrétiens orthodoxes, ils soient déformés et présentés comme de mauvais corrupteurs de l’humanité.

Une certaine idée du statut original exalté et de la nature réelle des « fils de Dieu » et des « anges du Seigneur » peut être trouvée cachée dans les annales anciennes de la tradition angélique. Par exemple, Kokabiel est décrit comme « un grand prince angélique qui règne sur les étoiles ». Dans les Oracles sibyllins, Araqiel est l’un des anges déchus qui guide les âmes des morts vers le jugement dans le monde souterrain.

Shamsiel, peut-être à l’origine un dieu du soleil babylonien, était appelé « le prince du Paradis » car il était l’un des anges gardiens qui surveillaient les portes de l’Eden. Dans ce rôle, il a emmené Moïse voir le jardin céleste et il a également veillé sur les trésors du roi David et de son fils Salomon le Sage.

Cette référence peut concerner des trésors spirituels plutôt que de l’or et des bijoux physiques. Dans le Zohar juif, il est désigné comme l’aide de camp principal du puissant archange Uriel et portait son étendard au combat.

Sariel était un ange associé à la fertilité de la terre et à l’équinoxe de printemps (hémisphère nord) en mars. Il gouvernait le signe zodiacal martial du Bélier et était invoqué pour la protection contre le pouvoir maléfique du mauvais œil.

Azazel est représenté comme un forgeron et un sorcier ou magicien pyromane. Il a également été comparé au premier forgeron biblique Tubal-Caïn, un descendant du « premier meurtrier » mi-humain, mi-ange, Caïn. Le nom actuel d’Azazel a été traduit de diverses manières :  » dieu de la victoire « ,  » la force de Dieu « ,  » le dieu fort « et même  » le dieu bouc « . Dans l’apocryphe Apocalypse d’Abraham, il est appelé » le seigneur des païens «, ce qui suggère qu’il était à l’origine un dieu païen.

Il a également été identifié au serpent du mythe édénique qui a séduit Eve, la première femme et « mère de tous les vivants ». Dans un texte persan connu sous le nom d’Urm al-Khibab ou Le Livre Primordial, datant du 8e siècle de notre ère, l’ange Azazil ou Azazel aurait refusé de reconnaître la supériorité d’Adam sur les anges. En conséquence, Dieu l’a expulsé du royaume céleste avec ses anges rebelles pour qu’ils vivent sur Terre. Plus généralement, dans la tradition islamique, Azazel ou Azrael est l’ange de la mort et sert de guide aux âmes des morts.

Dans le Lévitique 16:8-10 et dans les manuscrits de la mer Morte, on trouve un curieux rituel hébreu dans lequel Azazel est le nom du « bouc émissaire » qui se charge des péchés collectifs d’Israël. Il est dit que le grand prêtre Aaron prenait deux boucs du troupeau et tirait au sort (pratiquait la divination) pour choisir lequel serait le bouc émissaire et serait sacrifié comme « offrande pour le péché ».

Les manuscrits disent que le grand prêtre confessait toutes les « impuretés des enfants d’Israël » sur la tête du bouc Azazel. Par cet acte rituellement symbolique, il transférait à ce malheureux animal toute leur culpabilité et leurs péchés afin qu’ils puissent en être absous. Le bouc était ensuite soit jeté dans le désert pour y mourir, soit jeté par-dessus une falaise pour être réduit en miettes sur les rochers en contrebas.

Ce concept ancien et archétypal du bouc émissaire sacrifié pour les péchés de la race humaine et abandonné dans le désert est un motif puissant qui apparaît plusieurs fois dans les mythes bibliques. On peut le voir dans l’histoire de Caïn, qui devient un vagabond exilé sur la Terre après avoir été marqué par Dieu et banni « à l’est de l’Eden » après avoir tué son frère Abel. Dans une légende juive, le sage roi Salomon, un puissant magicien qui pouvait invoquer et contrôler les démons, est tombé en disgrâce parce qu’il s’est « prostitué aux dieux étrangers ». Il a été contraint par Dieu de quitter Jérusalem et d’errer dans le désert déguisé en mendiant.

De même, après leur exode de l’esclavage en Égypte, Moïse et les Israélites ont dû passer 40 ans à errer dans le désert avant d’être autorisés à entrer dans la Terre promise (Canaan). Dans la mythologie égyptienne ancienne, le dieu sombre Seth est représenté comme un paria divin qui habite dans le désert et, après avoir quitté Adam, sa première femme Lilith ou Liliya s’est enfuie dans le désert, loin des habitations humaines.

Dans le Nouveau Testament, Jésus a erré dans le désert pendant 40 jours et 40 nuits. Il n’a pas été accepté comme enseignant dans sa propre ville de Nazareth et a été rejeté par son peuple comme le messie promis. Lorsque Jésus a été crucifié, il a endossé symboliquement le rôle du bouc émissaire sacrificiel qui meurt pour purifier les péchés de la race humaine.

Il est possible que le récit du rituel du dieu-chèvre Azazel ait été un rite d’équinoxe d’automne ou de récolte d’origine syrienne, hittite ou cananéenne adopté par les Hébreux. À l’origine, une chèvre aurait été sélectionnée au moyen d’un rituel de divination, puis offerte à un dieu du désert ou à un démon qui devait être apaisé par l’effusion de sang. Finalement, le sacrifice était offert à Yahvé pour qu’il pardonne les péchés de ses fidèles. La croyance populaire voulait qu’Azazel ait une suite de démons poilus, appelés se’irim, qui, comme les Veilleurs, convoitaient les femmes humaines. Ce ne peut être une totale coïncidence si l’Église a imaginé le Diable ou Satan sous la forme d’un bouc poilu mi-humain avec un phallus massif en érection qui avait des rapports sexuels avec ses adoratrices lors du sabbat des sorcières.

Shemyaza est considéré par certains lucifériens modernes comme l’émissaire de Lumiel ou l’un de ses avatars (un être divin incarné sous forme humaine). Il est non seulement tombé amoureux de femmes humaines, mais aussi de la divinité babylonienne Ishtar, la déesse de l’amour et de la guerre. Elle lui promit d’avoir des relations sexuelles avec lui s’il lui révélait en retour le nom secret de Dieu.

« Une course entre les dieux et les hommes »

Comme nous l’avons vu, le résultat final des relations illicites entre les Veilleurs et « les filles des hommes » fut, selon la propagande judéo-chrétienne, la naissance d’une race monstrueuse de géants guerriers, cannibales et buveurs de sang, appelés les Nephilim. La Genèse 6:4 les décrit de façon moins dramatique comme « des hommes forts d’autrefois, des hommes de renom ». Yahvé leur a d’abord donné de la manne (ambroisie ou nourriture des dieux ?) pour les empêcher de consommer de la chair humaine, mais ils l’ont rejetée. Ils massacrèrent des animaux pour se nourrir, puis commencèrent à chasser et à manger des proies humaines.

On a supposé que cette légende était basée sur les habitudes culinaires des bergers nomades du désert du Moyen-Orient, qui étaient des mangeurs de viande voraces. Dans le mythe biblique de Caïn et Abel, la dispute entre les deux frères qui a conduit au premier meurtre porte sur la nature des offrandes faites à Yahvé. Abel, « gardien de moutons » ou éleveur nomade, offrait les « premiers-nés du troupeau… » et Caïn, qui était « laboureur » ou agriculteur-jardinier, offrait « les fruits du sol » (Genèse 4:2-4).

Les holocaustes de chair et de sang d’Abel ont été agréables à Yahvé, mais il a rejeté les légumes, les céréales et les fruits offerts par son frère. Sur un plan purement matériel, par opposition à une métaphore mythique et spirituelle, cette histoire peut refléter la lutte pour la domination entre les bergers nomades et les premiers agriculteurs de l’ère néolithique au Moyen-Orient.

L’idée de héros semi-divins est née des anciens mythes d’union entre les dieux et les mortels. Le poète et écrivain Pindor (518-438 avant J-C.) décrivait les héros d’antan comme « une race entre les Dieux et les hommes ». Dans les manuscrits de la mer Morte, les terribles Néphilim dévoreurs d’hommes sont en fait décrits comme les gardiens de la connaissance des arcanes qui « connaissaient tous les mystères de la nature et de la science. » Il existe également des références indirectes aux techniques d’élevage qu’ils enseignaient, ce qui suggère qu’ils ont enseigné aux premiers humains la domestication et l’élevage des animaux.

D’autres références font également allusion à des expériences qui ont conduit à la création de « monstres » par le croisement d’animaux d’espèces différentes et non apparentées. Dans l’occultisme théosophique moderne, il existe des légendes sur le continent perdu de l’Atlantide, selon lesquelles ses scientifiques auraient élevé des hybrides mi-humains, mi-animaux pour en faire une race d’esclaves.

À notre époque, les scientifiques se livrent à des expériences de recherche génétique et de clonage d’animaux. La rumeur court qu’en Chine, des tentatives avortées de créer une nouvelle espèce hybride mi-humaine, mi-animale ont eu lieu récemment. Ces expériences contre nature ont conduit au désastre cataclysmique qui a détruit l’Atlantide.

Ceci est également lié à la destruction des Néphilim et de la première race humaine lors du déluge biblique. On trouve également des traces d’un tel événement dans la mythologie des peuples anciens du monde entier et notamment chez les Babyloniens du Moyen-Orient. En fait, on prétend que l’histoire de Noé et du déluge dans l’Ancien Testament trouve son origine dans les mythes babyloniens et sumériens.

10 000 avant J-C et la fin de l’ère glaciaire

On sait que vers 10 000 avant J-C, il semble y avoir eu une explosion culturelle qui a révolutionné les débuts de l’humanité. À la fin de la dernière période glaciaire, les premiers signes d’agriculture sont apparus au Moyen-Orient, où l’on est passé d’un mode de vie de chasseur-cueilleur nomade à un mode de vie agricole sédentaire.

Cela a marqué le début de la civilisation dans cette région. Dès 9500 ans avant notre ère, l’orge, le blé et le seigle étaient cultivés et l’avoine, les pois et les lentilles étaient cultivés par nos ancêtres néolithiques dans ce qui est aujourd’hui le Kurdistan moderne, entre la Turquie et l’Irak.

À la même époque, les chiens, les chèvres et les moutons étaient également domestiqués. En l’espace d’un millier d’années, la fonte du cuivre et du plomb était pratiquée en Anatolie (Turquie moderne) et les archéologues pensent que ce processus a été découvert pour la première fois au Kurdistan, tout comme le tissage et la fabrication de poteries. L’ancienne culture kurde fut également la première à développer une écriture et fut l’une des premières sociétés lettrées du Moyen-Orient.

Les Kurdes prétendent être les descendants des « enfants des djinns » (esprits), issus d’un accouplement entre djinns et femmes mortelles. Dans certaines régions du Kurdistan, notamment parmi la secte des Yezedis, qui vénèrent l’Ange Paon (Azazel, le chef des anges déchus), on trouve des personnes de grande taille, aux cheveux clairs et aux yeux bleus.

Bien que les anthropologues pensent qu’ils pourraient être d’anciens ancêtres européens, la croyance populaire des Kurdes veut qu’ils soient les descendants des « enfants du Djinn », qui, dans les temps anciens, ont apporté la civilisation à l’humanité.

En général, le Moyen-Orient antique était connu comme « le berceau de la civilisation », les premières cités-états ayant été fondées dans la région mésopotamienne (Irak et Iran modernes). Les premiers peuples indigènes de la région, les Sumériens et les Akkadiens, ont développé la première langue écrite, étudié l’astronomie et créé des bibliothèques. Les Babyloniens et les Assyriens leur ont emboîté le pas et la mythologie de toutes ces races raconte que les dieux sont descendus sur Terre et leur ont enseigné les arts de la civilisation.

Dans le livre d’Hénoch, il est dit que lorsque Yahvé vit l’anarchie, le chaos, la corruption et l’immoralité sexuelle qui avaient été causés par l’interaction des Veilleurs et des humains, il décida d’intervenir par l’intermédiaire des archanges Michel, Raphaël, Gabriel et Uriel.

Il ordonna à Raphaël de lier Azazel par les mains et les pieds comme un bouc sacrificiel et de le jeter dans un profond ravin du désert. Gabriel a été envoyé en mission divine pour détruire « les bâtards et les réprouvés » et « les enfants des Veilleurs parmi les hommes ».

L’archange Michaël, le commandant de l’armée de Dieu, a été envoyé pour arrêter Shemyaza et le lier « sous la terre » jusqu’au jour du Jugement dernier. Comme nous l’avons vu, l’ange déchu se repentit de ses péchés et se condamna à un exil cosmique parmi les étoiles.

Le Livre du Jubilé dit que les archanges ont lié les Veilleurs « dans les profondeurs de la terre » et, dans la tradition judaïque, ils sont emprisonnés dans un mystérieux « second Ciel ». Cependant, il est également dit que certains de ces « puissants guerriers » ont une place spéciale qui leur est réservée dans le Sheol, le monde souterrain juif. On dit qu’ils y reposent en état « avec leur bouclier et leur lance intacts ».

Christian O’Brien a suggéré qu’il existe un lien entre les Veilleurs bibliques et les Tuatha De Danann (Enfants de la déesse Dana), semi-divins et semi-mythiques. Cette race d’anciens magiciens est descendue sur Terre sur la colline sacrée de Tara, dans l’Irlande préhistorique.

Avec l’arrivée du christianisme, les Tuatha De Danann ont été bannis dans les « collines creuses » et sont devenus les Sidhe (Shee) ou « êtres brillants », les elfes et les fées du folklore irlandais. La paysannerie irlandaise a toujours été convaincue que le bon peuple ou les fées étaient à l’origine les anges déchus qui se sont rangés du côté de Lucifer lors de la bataille du ciel.

Dans cet article, nous avons constamment fait référence aux Veilleurs comme étant des êtres angéliques avec une forme spirituelle qui se sont incarnés dans des corps physiques pour avoir des relations sexuelles avec des femmes mortelles. Ces dernières années, une quantité considérable de littérature spéculative a été publiée, suggérant qu’ils étaient plutôt d’origine terrestre. Des auteurs à succès tels que Andrew Collins, Graham Hancock et Ian Lawson ont affirmé que le mythe biblique des Veilleurs représente les souvenirs d’une « race aînée » primitive de surhommes appartenant à une civilisation disparue qui ont enseigné leur technologie à des peuples plus primitifs.

Lawson a affirmé que cette race ancienne (inconnue) pourrait avoir été des âmes spirituellement avancées qui se sont incarnées pour aider l’humanité primitive et ont été corrompues par elle au cours du processus. Collins a également lancé un nouveau projet visant à étudier les aspects magiques de la légende.

Symbolique du mythe des anges déchus

Quelle est la signification ésotérique du mythe des anges déchus, de l’expulsion de Lucifer du Ciel et de la chute de l’homme représentée par la saga du Jardin d’Eden ? Dans la Bible, Lucifer est souvent représenté sous la forme reptilienne d’un dragon ou d’un serpent et, en Occident, cette créature est le symbole du mal et des puissances du chaos.

Les mythes babyloniens, hittites, cananéens, iraniens, égyptiens, grecs et nordiques décrivent tous, sous diverses formes, une lutte entre un dieu-père suprême, représentant l’ordre et l’harmonie cosmiques, et un dieu rebelle plus jeune qui défie et tente de renverser l’autorité divine. Bien que ces conflits se déroulent généralement à une époque pré-humaine, ils sont aussi parfois décrits comme se produisant dans l’histoire du monde et sont souvent liés à la création et au développement précoce de l’espèce humaine et à l’essor des anciennes civilisations.

Symboliquement, Lucifer ou Lumiel est connu comme le Seigneur de la Lumière car il est le premier-né de la création. Il représente l’énergie cosmique active de l’univers et a été identifié avec le feu, la lumière, le pouvoir phallique, la pensée indépendante, la conscience, le progrès, la liberté et l’indépendance.

La fondatrice de la Société théosophique moderne, Mme Helena Blavatsky, a décrit le porteur de lumière comme « l’esprit de l’illumination intellectuelle et de la liberté de pensée », sans l’influence duquel l’humanité ne vaudrait « pas mieux que les animaux ».

Dans la Bible, Lucifer (ou Satan, comme on l’appelle par erreur) est souvent représenté sous la forme d’un dragon ou d’un serpent. Dans les mythologies occidentales, cette créature est souvent présentée à tort comme un symbole des pouvoirs des ténèbres, du chaos et du mal. En revanche, dans la mythologie orientale, le dragon est un bon présage représentant la fertilité et la bonne fortune. Lumiel-Lucifer est souvent identifié au serpent du mythe édénique décrit dans la Genèse.

Dans la tradition luciférienne, le serpent biblique est considéré comme la personnification de la connaissance, de la sagesse et de l’illumination qui a libéré les premiers humains de l’ignorance spirituelle que leur avait imposée Yahvé. Le serpent est considéré comme le symbole d’une force libératrice extérieure qui a littéralement ouvert les yeux d’Adam et Eve sur la réalité de l’univers créé et les merveilles du monde matériel.

Le serpent ou le dragon est une ancienne image mythique et archétypale de la puissance phallique solaire ou de la force vitale qui est associée à Lucifer et à l’explosion de lumière qui a suivi l’événement céleste divin qui a créé l’univers (connu par les scientifiques modernes sous le nom de Big Bang).

Lorsque le premier homme et la première femme ont mangé le fruit défendu de l’arbre de la connaissance du bien et du mal dans le jardin astral ou céleste, ils sont devenus conscients. Ils se sont d’abord rendu compte que leurs « manteaux de chair » physiques étaient nus. Ils se sont empressés de couvrir leurs parties génitales car ils avaient pris conscience de la soi-disant « puissance du serpent » ou kundalini qui peut être élevée par des rapports sexuels et des actes sexuels non reproductifs. Ils ont également mangé de l’arbre de vie qui a initié le cycle de la naissance, de la vie, de la mort, de la renaissance et des âmes humaines s’incarnant dans une forme physique.

Il est intéressant de noter que l’anthropologue et enseignant chamanique Michael Harner a décrit une expérience qu’il a vécue dans la jungle de l’Amazonie péruvienne après avoir consommé de l’ayahuasca, une plante hallucinogène. Il a eu la vision d’un vaisseau propulsé par un dragon et d’un groupe d’humains à tête d’oiseau.

Il a ensuite rencontré une ancienne race d’entités reptiliennes qui existent dans chaque être humain, dans le tronc cérébral, à la base du crâne et au sommet de la colonne vertébrale. Ces formes de vie reptiliennes ont dit au Dr Harner qu’elles étaient arrivées sur Terre il y a des temps lointain en provenance des étoiles. Ils ont prétendument avoir créé la vie ici pour avoir un endroit où se cacher et être les vrais maîtres de la planète. L’anthropologue en a parlé à un vieux chaman indien qui a dit qu’il connaissait ces entités et les appelait les « Maîtres des Ténèbres Extérieures ».

Le mythe des Veilleurs, la Chute de Lucifer, et la Chute de l’Homme représentent tous le Temps du Rêve primitif ou « Âge d’Or » d’harmonie cosmique et terrestre, et d’innocence primitive qui a pu exister sur le plan matériel ou sur une sorte de plan astral ou pré-matériel.

C’est la destruction symbolique ou physique réelle de ce paradis céleste ou terrestre, où les humains et les animaux vivaient ensemble et communiquaient par un langage universel, qui est reflétée dans ces mythes et légendes. En termes chamaniques, on l’appelle la Grande Séparation, lorsque les humains ne connaissaient ou ne comprenaient plus le langage des animaux. C’est aussi une époque où les humains ont commencé à communiquer ensemble dans des langues différentes, ce qui est représenté par le récit biblique de la tour de Babel.

Le mythe de l’Âge d’or ou du Paradis sur Terre est étroitement lié à la chute de Lucifer du Ciel et à la diminution de son ancien statut de premier-né de la création pour devenir le Seigneur du Monde. Sur le plan symbolique et métaphorique, ainsi que sur le plan physique, il est également lié à la séparation des humains de la nature et de leur environnement naturel qui se manifeste à notre époque.

C’est l’intervention délibérée de Lucifer et des anges déchus dans l’évolution humaine, plutôt qu’un quelconque défi à l’autorité cosmique, qui les a finalement fait tomber de la grâce céleste. Le seul « crime » des Veilleurs était de vouloir contribuer au progrès de leur troupeau humain. Cependant, le refus de Lucifer de reconnaître la création des êtres humains signifie que la chute de la grâce céleste était inévitable.

Dans la tradition luciférienne, la rédemption et le rétablissement de l’ancien statut de Lumiel dans le plan cosmique sont promis. Cela ne peut se réaliser que lorsque la race humaine évolue spirituellement. Il est donc dans l’intérêt de Lumiel et de ses anges enseignants de nous aider à atteindre ce but. La relation entre l’humanité et le chef des déchus est donc très symbiotique, car ils ont besoin l’un de l’autre.

source : Michael Howard https://www.astrounivers.com/henoch-et-les-veilleurs-la-veritable-histoire-des-anges-et-des-demons/

Apocalypse (chap. 12 vers. 7 à 9) : « Et il y eu un combat dans le ciel. Michel et ses anges combattaient contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattaient, mais ils ne purent vaincre, et leur place même ne se trouva plus dans le ciel. Et il fût précipité, le grand dragon, le serpent ancien, celui qui est appelé le Diable et Satan, le séducteur de toute la terre. Il fût précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. »

Église de Beaune
Mont Saint-Michel en Bretagne/Normandie

Les anges ne sont pas de la Terre

Par définition, les anges sont d’un autre monde, par conséquent ils ne sont pas de cette planète. Donc les anges seraient-ils extraterrestres. Se pourrait-il que les extraterrestres et les anges sont les mêmes entités. Maintenant, notre conception moderne des extraterrestres a changé. Mais si on remonte à des milliers et des milliers d’années, lorsque des anges ont vécu parmi nos ancêtres bibliques, on ne les appelait pas extraterrestres. Ils les appelaient des anges, mais ils savaient qu’ils n’étaient pas de ce monde, pas de cette planète.

La théorie des anciens astronautes affirme que les anges déchus sont de véritables extraterrestres arrivés au Moyen-Orient. Ne seraient-ils pas également apparus ailleurs dans le monde ? Pour preuve, les chercheurs soulignent des milliers de sculptures et autres représentations de gardiens ailés, d’étranges créatures et d’autres mi-hommes, mi-bêtes qui apparaissent couramment sur des murs et d’anciens artefacts.

Il existe une quantité énorme de preuves pour suggérer que les anges ne sont pas quelque chose inventée par le christianisme, mais qu’ils étaient physiquement présents dans toutes les civilisations.

Pour le révérend Michael J.S. Carter, les anciennes cultures décrivant les dieux comme des créatures ailées sont les Sumériens, les Babyloniens, et certainement les Égyptiens. Toutes ces civilisations avaient des symboles où il pouvait y avoir un disque ailé, ou ce que nous appellerions aujourd’hui probablement un ovni. Ils nous faisaient ainsi savoir que ces êtres pouvaient voler.

Au Moyen-Orient, en particulier, il y avait des représentations d’êtres surnaturels avec des ailes, les démons de la Mésopotamie, les Pazuzu, qui avait la tête d’un lion, le corps d’un humain et les ailes d’un criquet. Ils étaient avant tout des soldats ou serviteurs des dieux supérieurs. Les dieux supérieurs dépendaient de ces messagers. Ils allaient et venaient et recueillaient des informations.

La Bible est peut-être le récit le plus documenté du contact extraterrestre de l’histoire écrite de la planète. Nous n’avons tout simplement pas appris à interpréter et à identifier les preuves claires et évidentes que les séraphins, les chérubins, les archanges, les anges, toutes ces différentes hiérarchies d’êtres décrites dans l’ancien et le nouveau testament se réfèrent littéralement à des visiteurs qui venaient d’ailleurs. Utilisez le mot « extraterrestres » au lieu du mot « ange ». Utilisez un mot de « chef des extraterrestres » au lieu de « archange ». Si vous modifiez quelques mots dans les anciens textes, quelques mots clés, vous modifiez le sens des anciens textes. Ce n’est pas une coïncidence. C’était exprès.

Pourquoi les anges viennent-ils sur Terre ?

Mais si, comme le soutiennent les partisans de la théorie des anciens astronautes, les anges ne sont pas des êtres ailés éthérés mais bien des créatures en chair et en os qui nous visitent depuis d’autres mondes, et pourquoi sont-ils ici ? 

Au Mont Sodom, en Israël, une colonne de sel gemme connue sous le nom de La Femme de Lot domine la partie sud-ouest de la mer Morte, près de l’emplacement présumé des villes bibliques de Sodome et Gomorrhe. Dans le livre hébreu de la genèse et dans le coran islamique, des anges se sont rendus à cet endroit pour avertir le neveu d’Abraham que Dieu était sur le point de déclencher la terreur sur le monde. Et l’ange finit par dire : 

« Si vous ne venez pas avec votre famille, vos deux filles et votre femme, je ne peux plus vous aider. »

On dirait qu’un compte à rebours a fonctionné et qu’il ne pouvait plus être arrêté, même l’ange ne pouvait pas l’arrêter. Effectivement, ils s’en fuient, et il y a ce chaos et cette destruction. Sa femme se retourne et se transforme en une colonne de sel.

Puisque la théorie des anciens astronautes propose que les anges ne sont rien d’autre que des extraterrestres de chair et de sang mal interprétés, cela signifie que les extraterrestres se sont rangés du côté de certaines personnes. Des anges ou des extraterrestres interféraient-ils avec l’évolution des humains ? Mais si les anges ont sauvé Lot et sa famille de la colère de Dieu, est-ce la preuve que les anges sont plus que des messagers d’un autre monde ? Pourraient-ils être plus activement engagés à aider leurs homologues humains, même dans la mesure où ils pourraient encore influer sur l’issue de l’histoire des humains ? 

Une fois encore, les tenants de la théorie des anciens astronautes se tournent vers le livre d’Hénoch pour leur réponse et affirment avoir trouvé des preuves dans ses références à l’existence d’une race d’anges déchus appelés Les Veilleurs.

Les anges gardiens

Selon une étude réalisée en 2008 par l’institut d’études des religions de l’université Baylor, 55% des adultes américains pensent qu’un ange gardien les protège. La popularité des anges gardiens dans la culture moderne est certainement liée à l’idée que nous voulons une sorte de protection surnaturelle dans un monde où très souvent nous ne nous sentons pas vraiment en sécurité.

La foi islamique enseigne que chaque être humain dispose non pas d’un mais de deux anges gardiens, un pour chaque épaule. Ces êtres célestes sont appelés les Anges Scribes parce qu’ils notent par écrit les bonnes actions et les mauvaises actions de la vie de chaque personne. 

Le premier soi-disant ange gardien à apparaître dans les textes judéo-chrétiens est l’ange Raphaël, qui figurait dans le livre de Tobit, écrit entre le VIIIe et le IIe siècle av. J-C. Tobit est parti pour une mission très difficile. Il va se rendre en Perse pour trouver une femme et il se heurte à toutes sortes de problèmes, alors Dieu a envoyé l’ange Raphaël. Nous avons maintenant l’ange, qui n’est pas seulement un messager de Dieu. Il devient un ange gardien, il devient un protecteur spécial.

Le concept d’un ange gardien est-il simplement parce que nous le souhaitons, nous croyons que quelqu’un nous protège, ou vient-il du passé ? Cela a-t-il quelque chose à voir avec des extraterrestres dans la mesure où certains d’entre eux ont dit à des hommes : « Nous vous protégeons. N’ayez pas peur. »

De quoi l’ange gardien nous protège-t-il ? Pourquoi cet ange gardien nous protège-t-il ? Est-ce qu’il y en a plus d’un ? Il nous garde de quoi ? Des anges déchus évidemment.

L’Église ne se prononce pas sur l’existence d’une vie intelligente extraterrestre mais elle ferme d’autant moins la porte à cette possibilité qu’elle affirme l’existence des anges. Dans la tradition biblique, rien n’est impossible à Dieu et l’Homme sait qu’il ne sait pas tout.


Qui sont les anges gardiens, ces forces bienveillantes qui nous entourent ? Des femmes et des hommes d’aujourd’hui répondent. Témoins ordinaires ou « experts » de l’invisible (chamanes, médiums, guérisseurs, mystiques), ils nous révèlent que les anges gardiens font partie de leur vie quotidienne. Selon leur culture, ils les appellent « alliés invisibles », « animaux de pouvoir » ou encore « guide », et ont constaté qu’ils étaient capables de nous guérir, nous protéger et nous guider.

Outre ces expériences vécues et l’analyse du phénomène angélique, ce grand reportage fait aussi le point sur la science, et nous signale qu’un chercheur a réussi à capter la lumière d’un ange…

Et si la relation avec les anges gardiens n’était pas réservée aux médiums ou aux mystiques et que chacun de nous avait le pouvoir subtil d’entrer en lien avec eux ? Avec de nombreux témoignages et avis de spécialistes, une enquête extraordinaire aux frontières de l’amour.

Deux anges : une vie sauvée, une autre transformée

  • Le jour où un ange a agi à travers moi
  • Mon ange gardien, une relation au quotidien
  • Un guide, qui m’alerte et me conseille

D’où viennent les anges ?

  • L’ange de la Bible : un être surnaturel aux formes variées
  • Voix, apparitions, sensations, pensées, rêves… quand les anges se manifestent
  • Notre mère nous faisait garder par notre ange
  • « Ange gardien », une appellation tardive

« Les anges m’ont transformée »

  • L’angéologie, une expérience
  • Trois anges gardiens
  • Quand l’archéologue découvre le récit d’un rêve plusieurs fois millénaire
  • L’Univers aurait-il deux faces ?
  • L’angéologie et son impact sur le quotidien
  • L’ange, une entité universelle

Les alliés invisibles dans la Chine ancestrale

  • Le « Noble Céleste », un allié invisible
  • Demander de l’aide
  • Quand les défunts nous prêtent main-forte
  • « Ma grand-mère, mon ange gardien »
  • « Mon père veille sur moi »
  • Une question de temps… et d’engagement

Les « guides », anges gardiens des médiums

  • Le guide, « collaborateur invisible » du médium
  • Les gens ordinaires ont aussi leur guide
  • « Ma grand-mère ne pouvait pas m’aider »
  • L’intuition, voix du guide
  • Salvador Dalí et ses montres molles
  • Le guide agit-il dans le monde matériel ?
  • Une petite voix intérieure

L’animal de pouvoir du chamane

  • Pas de chamanisme sans esprits alliés
  • Animal de pouvoir = ange gardien ?
  • Face au doute, le pragmatisme
  • « Mon guide est un loup »
  • Des esprits, trois mondes…
  • La face invisible de la matière
  • Une création du mental ?

Les guérisseurs, leurs maîtres et guides-thérapeutes

  • Tobie, l’ange et les poissons
  • Passage de défunts
  • Les chocs majeurs, créateurs de liens avec l’invisible ?

Mesurer l’énergie angélique dans un laboratoire scientifique ?

  • Des données… très subjectives
  • Vers une angéologie scientifique ?
  • Des morts et des anges qui collaborent à une expérience scientifique ?
  • Quand les esprits sont invités à prouver leur existence eux-mêmes
  • Les résultants
  • La conscience, « sous-produit » du cerveau ?

Conclusion


San Francisco, Pierre Jovanovic se trouve dans une voiture, soudain il se jette sur la gauche, une fraction de seconde avant qu’une balle ne pulvérise le pare-brise. Ce geste inexpliqué lui sauve la vie. Plus tard, des amis lui racontent des histoires similaires : journalistes arrachés à la mort par un miracle, temps qui « ralentit mystérieusement », « voix intérieures » qui avertissent d’un danger…

Tous ces signes pourraient-ils être la preuve de l’existence des anges gardiens ?

Pendant six ans, Pierre Jovanovic a enquêté auprès de patients, de médecins et de chercheurs. Il nous livre les récits exceptionnels des grands mystiques, de sainte Thérèse d’Avila à Hildegarde von Bingen, et ceux de personnes ordinaires qui ont été en contact avec des êtres venus de l’invisible.

De l’influence des Anges sur la vie quotidienne

Des Anges dans les tunnels

  • Type 1 : Visions avant le dernier soupir
  • Type 2 : Rencontre après le tunnel ou des Anges dans les NDE
  • Gabriel est-il meilleur trompettiste que Miles Davis ?

Des interventions… surnaturelles

  • Figure A : Arrive et disparaît surnaturellement
  • B1 : Voix audible dans situation normale
  • B2 : Geste inexpliqué dans  situation normale évitant drame
  • B3 : Geste inexpliqué dans situation dramatique avec temps suspendu
  • C : Aides inattendues, rêves, synchronicités

Des dialogues avec les Anges

Elisabeth Kübler-Ross

Où sont les Anges dans les accidents ?

Des mystiques et des Anges

Des saints « Formule1 » et des Anges

Anne-Catherine Emmerich

Marie-Madeleine de Pazzi

Thérèse d’Avila

Catherine de Sienne

Des stigmatisés et des Anges

Georgette Faniel

Padré Pio

Thérèse Neumann

Marie-Julie Jahenny

Hélène Kowalska

Gemma Galgani

Marguerite-Marie Alacoque

Angela de Foligno

Gerthrude d’Helfta

Une extase à nulle autre pareille

Incorruptibles et Anges

  • Jacinta Marto
  • Catherine Labouré
  • Marie  d’Agreda
  • Sainte Cécile

Visionnaires et Anges

  • Vassula Ryden
  • Katsuko Sassagawa
  • John Hein
  • Jacinta Gonzales
  • Gabrielle Bossis
  • Jean-Edouard Lamy
  • Marie Lataste
  • Hildegarde von Bingen

Conclusion : les Anges préfèrent les femmes


Le combat final et la libération de Saint-Pierre

Dans la tradition judéo-chrétienne et islamique, il y avait une idée selon laquelle il y aurait une sorte de guerre finale lorsque Dieu vaincra Satan. Cela a été interprété, par certaines personnes, comme étant une métaphore pour dire que les extraterrestres vont revenir. Et se battront à nouveau, une dernière fois.

Le livre d’Hénoch et le livre de l’Apocalypse du nouveau testament font référence à une bataille cosmique finale entre le bien et le mal. D’autres histoires bibliques incluent des récits d’anges détenant des pouvoirs extraordinaires. Des anges qui ne sont pas que des gardiens, mais qui interviennent dans les affaires humaines. Mais qui sont ces guerriers célestes ? 

Les actes des apôtres dans le nouveau testament racontent une de ces histoires, celle de saint-Pierre, emprisonné à Jérusalem par le roi Hérode Agrippa en l’an 44. Pierre est endormi entre deux soldats. Alors l’ange traverse le mur, c’est un être physique parce qu’il touche Pierre, lui dit de se réveiller et de venir avec lui. Il libère Pierre, et lui dit : « Suivez-moi. » La cellule de sa prison s’ouvre, Pierre sort, et la première chose qu’il remarque c’est que tous les gardes sont endormis. Ils sortent dans la cour, cette énorme porte de prison s’ouvre toute seule et Pierre sort et il est libre. L’ange marche encore un peu avec lui puis il disparait.

La libération de Saint-Pierre est-elle le récit d’une rencontre extraterrestre ? Ou est-ce une histoire vraie d’un ange céleste doté de pouvoirs surnaturels d’un autre monde ? Souvent, les contactés modernes disent : « Ces êtres sont venus me voir dans mes rêves. Ils peuvent passer à travers les murs. Toutes mes portes sont verrouillées, mes fenêtres sont fermées, et tout à coup, j’ouvre les yeux et il y a un être.» Certains pourraient dire que ces récits de visites d’anges sont le résultat d’imaginations ou de projections, mais on les prends comme de véritables récits historiques car ils sont présentés de cette façon.

Si nous examinons le cas de la religion, nous pouvons voir des preuves évidentes de visiteurs humains extraterrestres qui sont venus ici et ont essayé d’aider à améliorer les conditions de notre civilisation. Ils ont constamment essayé d’aider la Terre, ce qui peut en fait conduire à une réunion de famille galactique, où après un certain temps, quand nous serons prêts, ils n’auront plus à suivre leur directive principale, ils pourront à nouveau se montrer à nous.

Musée du Vatican à Rome

Les ailes des Anges

Que les anges soient en fait des êtres surnaturels ou extraterrestres, les artistes les ont presque toujours décrits comme étant affublés de grandes ailes d’oiseaux. Mais d’où vient cette notion ? De textes anciens ? Ou d’une source plus mystérieuse ? Une source qui ne se trouve pas dans les cieux mais à des années-lumière de la Terre ? 

À Rome, en Italie, le tombeau de Junius Bassus est stocké dans le trésor de la basilique Saint-Pierre du Vatican. Construit en 359, le sarcophage présente ce que certains considèrent comme la plus ancienne représentation connue d’anges ailés dans l’ensemble de la chrétienté. Dans les siècles qui ont suivi, les anges ont presque toujours été décrits comme ayant des ailes. Mais pourquoi ? Surtout que les textes bibliques actuels décrivent rarement les anges comme ayant des appendices ressemblant à des ailes d’oiseaux ? Dans la grande majorité des histoires de l’Ancien Testament, les anges ne sont pas décrits comme ayant des ailes.

Certains d’entre eux ont l’air humain. Lorsque l’ange vient rendre visite à Abraham, cet ange n’a pas d’ailes. Il ressemble à un homme. Abraham s’incline devant lui, ce qui est intéressant. Comment Abraham a-t-il su ? S’il ressemble à un être humain, qu’est-ce qui a donné à Abraham la possibilité de courir et de se prosterner devant lui ? Et donc il y aurait une qualité surnaturelle, il y aurait une qualité surhumaine qui pourrait être reconnue de loin. Il est possible de reconnaitre que ce ne sont pas de simples humains mais quelque chose de plus.

Le concept de l’ange en tant que tel découle directement de la tradition gréco-romaine. On y trouve les histoires d’Hermès et d’Iris, des messagers des dieux qui possèdent le même physique que les êtres humains. Il y a beaucoup d’autres créatures qui ont ces belles ailes majestueuses. Mais tous ces êtres, quelle que soit leur conception, sont un moyen de nous dire que nous avons du mal à comprendre ce qui nous sépare d’eux, des dieux. C’est pour cela qu’ils sont étranges et ailés. 

Les anges apparaissent dans diverses cultures comme une technologie mal identifiée. S’ils voyaient quelqu’un, un être humain ou un humanoïde, volant dans les cieux, ils ne pourraient que lui donner un aperçu naturel, lui donnant des ailes. Mais en réalité ils ne devaient pas avoir réellement des ailes. C’était la façon dont les hommes anciens disaient qu’ils avaient le pouvoir de voler.

source : http://www.dramatic.fr/anges-p824.html


Jan Woods croit, elle est même sûre, qu’elle a vu un OVNI en 1978 quand elle habitait au Nevada. Il y avait quelque chose qu’elle a repéré dans le ciel et qui était tellement incroyable, dit-elle, qu’elle a dû garer sa voiture sur le côté de la route. Voilà une des raisons qui explique pourquoi Jan Woods, qui vit maintenant à Adin en Californie, a assisté au 17e festival national de l’OVNI en Oregon. Le deuxième plus gros festival du pays consacré à ce thème.

Il y en avait pour tout le monde, des vrais croyants, à ceux qui recherchent l’amusement et même pour ceux qui sont entre les deux courants, à ce festival qui se tenait en dehors de Portland, du 12 au 15 mai derniers. Il y avait également des informations pour ceux qui n’ont jamais regardé dans le ciel et qui se demandent s’il existe quelque chose de plus grand que l’humanité.

Dieu, anges, démons sont-ils tous extraterrestres ?

Anges, démons et extraterrestres ? C’est la même chose pour Clyde Lewis qui s’exprimait depuis le festival dans un épisode de son podcast consacré au paranormal. «L’humanité est une partie de la spiritualité pour arriver à l’ère spatiale. Maintenant, nous arrivons tous à la prise de conscience que toutes les personnes sur cette planète ont une idée que quelque chose est là et nous regarde, que ce soit un dieu, un ange, un démon ou même un alien», déclare Clyde Lewis.

Christopher D. Bader, professeur agrégé de sociologie à l’Université Baylor, conçoit que la différence entre la croyance du paranormal, tels que les OVNIs, les fantômes ou le Bigfoot, et la croyance en une religion n’est pas si importante. Les deux nécessitent la foi, explique-t-il. «Les gens voient le paranormal différemment de la religion, mais pour moi c’est le même phénomène», ajoute-t-il. «Il s’agit de la croyance en des choses qui ne peuvent pas être prouvées. C’est la base de la religion».

Le professeur recherche des personnes qui croient au paranormal pour le livre qu’il a coécrit, «Le paranormal américain: les rencontres avec les fantômes, les observations d’ovnis, chasseurs du Bigfoot et les autres curiosités dans la religion et la culture». Il est également l’un des principaux enquêteurs du Baylor Religion Survey. Ceux qui sont légèrement religieux ont tendance à être les plus intéressés par le paranormal, constate Christopher Bader. Beaucoup de gens très religieux ne doutent pas du paranormal, mais lui attribuent un sens différent, par exemple, ils croient que ce qui semble être un extraterrestre est en fait un démon. Et les gens qui ne sont pas intéressés par la religion ont tendance à ne pas être intéressés par le paranormal.


5 Anges capturés en vidéo


La caverne de Mahomet

Les récits islamiques historiques dans le Hadith disent que Mahomet, le dernier grand prophète, a été envoyé par Dieu pour unir les tribus de la péninsule arabique sous une seule religion, l’islam. Avant de former l’islam, Mahomet se serait retiré dans une grotte de montagne où il aurait reçu une série de révélations de Dieu.

Mahomet prenait une période de temps chaque année pour réfléchir et prier dans une grotte dans les montagnes voisines. Au cours d’une de ces retraites, l’ange Gabriel vint à lui et eut une prophétie pour lui et fut son guide tout au long de son ministère.

L’ange Gabriel est une personne connue dans l’Ancien Testament. Il y fait des apparitions. Il annonce également la naissance de Jésus et de Jean-Baptiste dans un contexte chrétien.

Mais, en ce qui concerne Mahomet, nous voyons que cet ange est tout à coup beaucoup plus important. Selon la légende musulmane, Mahomet aurait noué une relation intense avec Gabriel. Au cours de l’une des retraites de Mahomet, Gabriel aurait donné au prophète le texte complet du Coran. Dans le cas de Mahomet, ce que nous voyons, c’est qu’il reste avec lui pendant 23 ans. 

Et cela montre vraiment, encore une fois, qu’il y a ces messagers des dieux, ces entités qui viennent à nous, êtres humains, et disent : 

« Vous êtes choisis. Si vous êtes prêt à nous écouter et à travailler avec nous, nous vous enseignerons des informations sur le divin. »

Le voyage de Mahomet dans le ciel

Mais l’ange aurait dit à Mahomet : « Je vais vous emmener avec moi »

Et ils survolent la terre. Il voit toute la planète. Ils font le tour de la Terre. Et puis l’ange ramène Mahomet dans la caverne.

Ils ont fait le tour de la Terre très très rapidement, car il fallait probablement une minute et demie pour en faire le tour.

Est-il possible, comme le pensent certains partisans de la théorie des anciens astronautes, que Mahomet ait été saisi à maintes reprises et semé d’informations au fil du temps au cours d’une série d’enlèvements extraterrestres ? 

Les chercheurs soulignent une interaction particulière entre Gabriel et Mahomet, lorsque le prophète s’enfuit de la ville sainte de La Mecque en direction de Jérusalem. L’ange Gabriel est venu à Mahomet avec une créature, un cheval ailé, le buraq, qui a pu l’emmener à Jérusalem situé à grande distance.

Le voyage à Jérusalem en une nuit

L’ange Gabriel et Mahomet sont partis à Jérusalem avec le buraq.

On l’appelait « la mosquée la plus éloignée ». Et ils ont médité pendant un moment. Et puis, après un certain temps de visite là-bas, il est allé au ciel et a pu rendre visite aux prophètes, Abraham, Moïse, Jésus et ensuite à Yahweh, Allah, Dieu lui-même et obtenir des idées et de l’inspiration, puis est revenu des cieux à Jérusalem et retourné de Jérusalem à La Mecque, complètement inspiré par ses enseignements ultérieurs.

On dit qu’il va de La Mecque à Jérusalem en une nuit. C’est une impossibilité physique. Maintenant, plutôt que de prendre cela allégoriquement, si nous le prenons à la lettre, on nous donne en fait les outils et les explications pour expliquer pourquoi cela aurait pu être possible. On nous dit en fait qu’il l’a fait avec l’aide de l’ange Gabriel.

Ce récit pourrait-il décrire un enlèvement physique dans lequel Mahomet est amené dans d’autres dimensions, y compris le ciel, par l’ange Gabriel ? Pourrait-il y avoir plus qu’un récit mal interprété ? Certains théoriciens disent que oui, et affirment que des preuves ont été trouvées dans des disparitions mystérieuses documentées dans une région de l’océan Atlantique connue sous le nom de triangle des Bermudes.

Un magnifique objet brillant

Il n’y a aucun doute sur le fait que nous avons été visités par des êtres venu de l’espace extra-atmosphérique. Selon les partisans des anciens astronautes, de telles récits de rencontres surnaturelles se retrouvent dans toutes les grandes religions, y compris l’islam, où l’ange Gabriel, également connu sous le nom de Jibril, serait l’intermédiaire entre le prophète Mahomet et le dieu musulman Allah.

Jibril venait normalement et transmettait la sagesse à Mahomet à l’intérieur de la caverne dans laquelle il habitait. Mais à deux reprises, Mahomet n’a pas rencontré Jibril en personne dans la grotte, Mahomet est sorti de la grotte et c’est à ce moment-là que quelque chose d’absolument fantastique s’est passé.

Qu’est-ce que Mahomet a vu quand il est sorti de la caverne ? Les archives montrent qu’il y avait un objet brillant magnifique devant lui. On disait qu’il avait 600 ailes et qu’il brûlait comme s’il était en feu. Que savons-nous de l’époque moderne qui pourrait s’apparenter à une telle observation ? C’est évident. Un engin qui volait devant lui, émettant une lumière blanche brillante qu’il interprétait comme du feu. Et quand il est sorti et a vu ce magnifique objet brillant, la même sagesse qu’il obtenait de Jibril lui a été communiquée, bien qu’il ne puisse voir aucun être; il ne pouvait voir que cet objet.

Est-il possible que beaucoup d’histoires de dieux et d’anges descendant du ciel ne soient pas des rencontres divines, mais des visites extraterrestres ? Et si oui, orientent-ils notre avenir à dessein ? Les partisans de la théorie des anciens astronautes estiment que des preuves supplémentaires peuvent être trouvées en examinant une vision si importante qu’elle a changé le cours de l’histoire humaine.

UFO à Jérusalem

Les anges dans la tradition arabe

Les anges jouent un rôle fondamental dans le Coran. En effet, les textes sacrés islamiques auraient été révélés par l’Archange Gabriel lui-même au prophète Mahomet. Ceci se serait passé dans une grotte du mont Hirâ, sur la Montagne Alnour, l’une des montagnes à l’est de La Mecque (Faran) mentionnés dans la Torah au chapitre 23, verset 2.

Le prophète se retirait pour la méditation durant plusieurs nuits d’affilée dans cette grotte. C’est alors que Jibril – que la paix soit sur lui – est descendu avec la révélation du ciel. Esprit fidèle, l’archange conduit aussi l’élu jusqu’à Dieu par « l’Échelle de Mahomet ». 

La révélation

Cette scène nous rappelle étrangement l’histoire d’Aleister Crowley qui a reçu une révélation d’une entité appelée Aiwass lors d’un voyage au Caire. Cette entité qu’il appelait d’ailleurs son ange gardien lui dicta Le Livre de la Loi.

Dans le Coran il s’agit de l’Archange Gabriel qui aurait dicté à Mahomet les versets du Coran. On peut donc facilement se demander si le prophète n’est pas un genre d’Aleister Crowley, un simple occultiste qui s’est auto-proclamé guide suprême. Par la suite, tout au long de l’histoire, on retrouvera très souvent des gourous de sectes qui prétendent eux aussi avoir reçu une révélation. Certains affirment même que cette révélation vient d’extraterrestres qui se servent d’eux comme d’un messager. Ou alors c’est vraiment arrivé comme on le dit et tous les suivants s’en inspirent pour se comparer à un prophète et se donner une certaine légitimité. 

L’importance des Anges dans l’Islam

Les anges gardent cependant dans l’islam une position de simples exécutants, sans aucun libre arbitre. D’origine divine, leur présence est indispensable mais ils restent discrets et ne doivent jamais faire l’objet d’un culte, contrairement au christianisme et aux religions syncrétiques d’Amérique du sud. 

La anges sont innombrables et occupent de très nombreuses fonctions. Ce sont par exemple des anges qui soutiennent tout le cosmos et sont chargés de son organisation. Sans eux l’univers s’effondrerait. 

L’ange de la Mort, surnommé Azraël dans de nombreux récits aussi bien arabes que d’autres origines, est un monstre terrifiant pour les non-croyants alors qu’il est un consolateur pour les fidèles. Azraël est réputé posséder le pouvoir de séparer les âmes des corps. Il dispose d’une légion d’assistants exactement comme les diables chrétiens disposent de légions de démons

Deux anges vous accompagnent

Le Coran mentionne également les anges gardiens décrits comme « de nobles scribes qui savent ce que vous faites ». Deux d’entre eux accompagnent chaque être humain, l’un pour noter ses bonnes actions et l’autre les mauvaises. C’est donc un genre de Big Brother et il ne faut pas plaisanter avec les anges. Dans la civilisation occidentale on reproduit exactement la même chose non pas avec des anges mais avec des caméras de surveillance. 

L’alphabet arabe dicté par les anges

Dans la pensée soufie, les anges sont aussi les lettres primordiales de l’alphabet arabe qui, combinées aux éléments, forment la base de toute la création. Chaque homme est issu d’une de ces combinaisons que l’on peut associer à la parole divine. On sait que les arabes accordent énormément d’importance à l’écriture qu’ils considèrent comme magique. 

Mais l’homme nouveau doit naître d’esprit. Vivifié par son maître intérieur qui n’est autre que son ange personnel, il ne verra pas la mort et restera intimement lié au divin pour l’éternité.

Un avis sur “Les Anges sont-ils des Extraterrestres ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s