X-Files Britanniques

En 1991, le ministère de la Défense britannique confie à l’auteur et journaliste Nick Pope la tâche de suivre chaque année les centaines d’observations rapportées en Angleterre, en Écosse et au pays de Galles. Le ministère de la Défense se penche sur la question des OVNIs depuis les années 1950. La raison de cet intérêt n’est pas nécessairement parce que le ministère croit de manière organisationnelle aux visites extraterrestres. Il s’agit plutôt de surveiller de près toute activité inhabituelle dans l’espace aérien britannique. Il est clair que s’il y a quelque chose qui sort de l’ordinaire, ils veulent le savoir.

Nick Pope a enquêté sur de nombreux cas parmi les plus intrigants, impliquant des témoignages oculaires de pilotes, de policiers et d’officiers de l’armée, tandis que d’autres présentaient des preuves radar, vidéo ou photographiques classées secrètes.

Nick Pope : « Mes convictions, quand on m’a confié ce travail, étaient, je pense, sur quoi est-ce que je me suis laissé entrainer ici ? Je n’avais aucune connaissance particulière ni intérêt pour le phénomène OVNI. Certainement aucune croyance en quelque chose d’inhabituel ou de paranormal. Mais plus je regardais dans les archives d’anciens fichiers, et plus je commençais à enquêter sur ceux qui m’étaient rapportés, quotidiennement, plus je changeais d’avis, et je réalisais que certaines de ces observations d’OVNI ne pourraient pas être expliqué en termes conventionnels. C’est vraiment intriguant. »

L’incident de Cosford

L’affaire dite de l’incident de Cosford a été un tournant décisif pour lui. Cosford est à présent une base militaire au Royaume-Uni. Et la nuit en question, le 30 mars 1993, il y a eu une vague d’observations sur une période d’environ six heures. Et il y avait beaucoup de témoins de la police et de l’armée.

Deux bases de l’armée de l’air, Cosford et Shawbury, ont été directement survolées par un vaisseau de forme triangulaire. L’officier météorologiste de l’une de ces bases le décrivit comme de la taille d’un avion gros porteur en vol stationnaire, ou se déplaçant très très lentement, puis s’éloignant à l’horizon à une vitesse incroyable. Il a dit plusieurs fois « plus vite qu’un avion militaire ». C’était un homme avec 8 ans d’expérience dans l’armée de l’air.

Cette observation a fait l’objet d’une enquête approfondie non seulement par les enquêteurs privés sur les ovnis, mais également par le gouvernement britannique, qui n’a pas été en mesure d’expliquer toutes les observations rapportées au cours de cet incident. Ces rapports étaient publiés sur site web du Ministère de la Défense Britannique avant d’être retirés pour un problème de propriété intellectuelle concernant l’auteur des témoignages.

L’affaire de Rendlesham Forest

Une autre observation d’OVNI britannique intrigante a eu lieu en décembre 1980. Des membres de la Force aérienne U.S. stationnés dans le Suffolk, en Angleterre, ont déclaré avoir vu un vaisseau spatial brillamment illuminé atterrir à Rendlesham Forest deux nuits de suite.

Ce qui rend cette affaire particulièrement inhabituelle, c’est qu’il ne s’agit pas de vagues lumières dans le ciel. Il s’agissait d’un engin métallique qui a atterri sur le sol. Certains témoins ont affirmé qu’ils étaient si proches qu’ils pouvaient en toucher le côté. Un témoin a vu d’étranges symboles sur la coque, qu’il a comparés à des hiéroglyphes égyptiens. Il a fait un croquis de cela dans son cahier de police et a pris des photos, mais on lui a dit par la suite qu’on ne voyait rien sur ces photos.

Le ministère de la Défense s’est penché sur la question et les services de renseignements de la Défense ont estimé que les mesures de rayonnement prises sur le site d’atterrissage étaient « significativement plus élevées que la normale ». C’est une citation directe de la propre évaluation du gouvernement.

Le gouvernement britannique a rassemblé un grand nombre d’informations sur ce rapport d’observation. Mais à cette date, il est très peu probable que la vérité sur l’observation soit jamais connue. Malgré les témoignages convaincants, le ministère de la Défense a rapidement déclaré l’affaire close.

Vingt-deux ans plus tard, quand les dossiers furent déclassifiés sur l’incident de Rendlesham, les preuves n’ont pas été concluantes. Mais ce qui est frappant est la crédibilité des principaux témoins qui étaient tous des militaires de formation.

La politique du gouvernement britannique

Il y a des observations d’OVNIs tous les jours. De vraies personnes avec de vraies observations et de vrais OVNIs. C’est très répandu car de plus en plus de gens en parlent. 

En ce qui concerne la réponse du gouvernement à tout cela, en Grande-Bretagne, la politique du ministère de la Défense consiste depuis de nombreuses années à minimiser l’importance de ce sujet. Ce n’est pas vraiment dans une tentative sinistre de dissimuler la vérité sur les OVNIS, peu importe ce que cela pourrait être. S’il y a des objets volants dans leur espace aérien qu’ils ne sont pas capables d’identifier, c’est plutôt gênant pour le gouvernement et l’armée.

Le 1er décembre 2009, le ministère britannique de la Défense a tranquillement mis fin à son projet sur les OVNIs, citant qu’il n’y avait aucune preuve crédible que ceux-ci constituent une « menace potentielle pour le Royaume-Uni ». Cette décision comporte plusieurs aspects particulièrement controversés.

Premièrement, les observations d’OVNIs sont au plus haut niveau depuis 10 ans au Royaume-Uni. Donc, il semblerait que ce soit le moment le plus inopportun pour mettre fin aux 50 années de recherche et d’enquête sur le mystère des OVNIs. La manière dont la décision a été annoncée a également suscité la controverse. Aucune déclaration proactive n’a été émise à ce sujet. Elle disait simplement ceci : le ministère ne répondra à aucune demande de renseignements à ce sujet et n’enquêtera plus sur ces observations.

Interview de Nick Pope – Marie-Thérèse de Brosses et Gildas Bourdais

La fascination du Royaume-Uni pour les Ovnis

D’après les Archives nationales, tout a commencé en 1950 lorsque les phénomènes d’Ovnis se multipliaient. Le ministère de la Défense avait donc inauguré le « Flying Saucer Working Party » ou groupe de travail sur les soucoupes volantes. Le premier ministre de l’époque, Winston Churchill, s’était lui-même intéressé а ce groupe en 1952. C’était surtout, pour le gouvernement britannique, un moyen de surveiller les Soviétiques et leurs avions secrets. Cependant, la plupart des observations d’Ovnis étaient en réalité des canulars ou des objets normaux incorrectement identifiés.

La toute dernière observation d’Ovni date du 30 novembre 2009 а Wilnecote dans le Staffordshire. Aux alentours de 19h40, une mystèrieuse lumière orange venant du Nord avait été aperçuetraversant le ciel en ligne droite. Le gouvernement britannique a arrêté les investigations cette même année. Nick Pope, qui était а la tête du groupe de recherche, a confirmé que tous les dossiers secrets seront mis en ligne d’ici quelques mois.

La dernière publication des dossiers sur les ovnis rassemble des allégations de conspiration et de dissimulation auxquelles même Winston Churchill ne peut échapper.

Le ministère de la défense vient de publier le dernier lot de ses dossiers sur les ovnis, dans le cadre d’une collaboration de trois ans entre le ministère et les archives nationales. Il y a 18 dossiers et bien que cela ne semble pas particulièrement impressionnant, cette publication – la sixième – compte plus de 5 000 pages de documentation. Le matériel comprend des rapports d’observation, des lettres du public et des documents discutant de la manière de traiter la question lorsqu’elle est soulevée au Parlement – ce qui a parfois été le cas.

Il existe une revendication extraordinaire concernant Winston Churchill, formulée par un scientifique qui a écrit au ministère de la Défense en affirmant que son grand-père avait été l’un des gardes du corps de Churchill. Churchill aurait rencontré le général Dwight D. Eisenhower pour discuter d’un incident survenu pendant la Seconde Guerre mondiale, au cours duquel un avion de la RAF revenant d’un raid de bombardement aurait rencontré un ovni capable de vitesses et de manœuvres extraordinaires. Ils auraient convenu de ne pas en informer le public, afin d’éviter une panique générale et de ne pas ébranler la croyance des gens en Dieu et en l’Église. Les fonctionnaires du ministère de la Défense qui ont enquêté sur ces allégations n’ont trouvé aucun document les étayant, bien qu’ils aient admis qu’avant 1967, la plupart des dossiers sur les ovnis avaient été détruits au bout de 5 ans.

Les Archives Nationales britanniques ont rendu public des documents relatifs aux OVNIs; parmi les nombreux témoignages et croquis, une note fait état d’une rencontre entre Winston Churchill et Dwight Eisenhower qui avaient décidé de «garder le secret». De nouvelles révélations troublantes. Les OVNI (Objets volants non identifiés) sont plus que jamais une affaire d’État. Les Archives Nationales de Londres ont révélé des centaines de dossiers relatifs à la question jusqu’ici classés. Croquis, notes, témoignages couvrent plusieurs décennies d’apparitions mystérieuses dans le ciel britannique. Parmi ces archives, un papier signé du ministère de la Défense. Cette note mentionne une lettre datée de 1999, dans laquelle un auteur anonyme relate la rencontre d’un pilote de Royal Air Force avec un «ovni métallique», à son retour d’une mission effectuée en Europe continentale durant la Seconde Guerre Mondiale. Le rédacteur de cette lettre assure que son grand-père aurait assisté à une réunion extraordinaire entre le Premier ministre Winston Chruchill et le président des Etats-Unis Dwight Eisenhower peu après l’incident. Les deux hommes auraient décidé de classer cette affaire «secret défense» :

«Cet événement doit être immédiatement classé car il créerait une panique générale parmi la population –et risquerait de détruire la croyance en l’église», aurait déclaré le chef du gouvernement britannique. Le MoD –Ministery of Defense- avait alors enquêté sur cette réunion au sommet, sans qu’aucune trace écrite ne vienne finalement corroborer les dires de cette mystérieuse source. D’autres faits inexplicables avant de rendre ces documents publics, le Ministère de la Défense a compilé et vérifié chacun d’entre eux. Si certaines observations relatent des faits pouvant avoir une explication rationnelle – entrée d’un météorite dans l’atmosphère ou méprise avec un objet aérien identifiable – beaucoup de ces phénomènes restent inexpliqués. Notamment dans les années 90.

Wiston Churchill & Dwight D. Eisenhower

Certains documents concernent le Joint Intelligence Committee (JIC), qui a récemment fait la une des journaux en raison de son rôle dans la production du « dossier douteux », qui nous a conduits à la guerre en Irak. En 1957, le JIC a discuté du mystère des OVNIs lors d’une réunion et a conclu que quatre cas où des OVNIs avaient été suivis au radar restaient inexpliqués. Le rapport est remis au JIC par le responsable du renseignement aérien du ministère de l’Air. Ce genre d’intérêt de haut niveau excite toujours les théoriciens de la conspiration, en particulier lorsque le mot « renseignement » apparaît à proximité de l’expression « OVNI ».

En effet, les allégations de dissimulation et de conspiration figurent en bonne place dans ces dossiers. Le public accuse les avis de défense d’être utilisés pour empêcher les médias de publier des histoires d’OVNIs. On y trouve des correspondances sur des cas où l’on prétend que des ovnis se sont écrasés (l’un au Pays de Galles, l’autre dans le Peak District) et que l’épave a été enlevée par de sinistres agents du gouvernement. Il y a des spéculations sur des prototypes d’avions secrets et même des documents sur des chercheurs d’OVNI arrêtés après avoir essayé de pénétrer dans le manoir de la RAF Rudloe dans le Wiltshire, où ils pensaient que des secrets d’OVNIs étaient conservés.

Les dossiers d’OVNIs du ministère de la Défense contiennent parfois des documents relatifs à d’autres mystères tels que les fantômes ou les agroglyphes (crop circle). Certains documents récemment publiés racontent l’histoire bizarre d’un homme qui, en 1990, s’est présenté à la RAF Stanmore et a déclaré avoir rêvé d’une attaque sur une base militaire à Londres. Il pensait qu’il s’agissait d’un avertissement psychique. Quelques semaines plus tard, une attaque terroriste à la bombe a eu lieu sur la base de Stanmore. La police de la RAF a lancé une enquête.

Mon cas préféré est celui de l’homme qui a parié à 100 contre 1 que la preuve de la présence d’extraterrestres serait confirmée avant la fin du XXe siècle. Il a ensuite écrit au ministère de la Défense pour demander des preuves à l’appui de son affirmation. Le ministère a donné la réponse habituelle, expliquant que s’il restait ouvert aux possibilités, il ne disposait pas de telles preuves. L’homme a perdu son pari.

source : https://www.theguardian.com/commentisfree/2010/aug/05/ufo-files-conspiracy-allegations

Pour la première fois, le ministère de la Défense du Royaume-Uni a décidé de déclassifier tous ses dossiers secrets sur les Ovnis. De 1950 à 2009, un département était affecté aux rapports sur les Ovnis. Il a documenté et enquêté sur chaque observation d’objets volants non identifiés.

En 2008, le ministère britannique de la Défense avait déjà publié tous les documents sur les observations d’Ovnis entre 1978 et 1987. Ces documents étaient disponibles gratuitement pendant 1 mois sur le site web des Archives nationales britanniques. Plus d’une décennie après, tous les documents datant de 1950 а 2009 vont enfin être publiés. Un porte-parole de la Royal Air Force a communiqué au quotidien Telegraph qu’ils seront disponibles sur « une page web gov.uk dédiée ».

Quelle est la raison de cette décision après autant d’années depuis la fermeture du département dédié aux Ovnis ? Apparemment, ce serait PA Media, une agence de presse britannique, qui aurait demandé l’accès aux documents en vertu de la Freedom of Information Act. Le ministère de la Défense a donc préféré créer une page web dédiée pour les publier plutôt que de les envoyer aux Archives nationales.

L’armée de l’air britannique a annoncé la publication prochaine de dossiers confidentiels concernant des signalements d’objets volants non identifiés (ovnis). Ces documents avaient été rédigés par une section de la Royal Air Force (RAF) dédiée aux objets volants non identifiés, créée en 1950, rapporte The Telegraph.

Ce groupe a cessé son activité en 2009 après avoir conclu qu’aucun de ces signalements ne constituait une menace sérieuse pour le pays. Les dossiers sont en cours de déclassification avant publication. Ils devraient être disponibles dans le courant du premier trimestre 2020. La création d’une page spécifique sur le site Internet du gouvernement britannique est envisagée pour les héberger.

source : https://www.livescience.com/uk-ufo-reports-soon-released.html

En 1995, un pilote a révélé avoir manqué de peu une collision avec un objet non identifié peu avant son atterrissage à l’aéroport de Manchester. Le témoignage de ce capitaine d’aviation avait été appuyé par un témoin affirmant avoir vu dans le ciel un appareil en vol stationnaire dont la superficie correspondait à «vingt fois la taille d’un terrain de football», dessin à l’appui. «Que vous croyez ou non aux OVNI, il y a quelque chose de matériellement fascinant concernant X-Files dans la vraie vie», a déclaré au Sun Nick Pope, ancien expert du MoD. De quoi faire spéculer les passionnés.

Wiston Churchill et les ovnis JT de TF1

Il aura fallu attendre 50 ans pour que la Grande-Bretagne rende publics des centaines de dossiers secrets sur les OVNIs. Des témoignages, des croquis et des notes conservés précieusement après des apparitions mystérieuses dans le ciel britannique. Winston Churchill lui même avait classé ses documents secret défense.

Commentaire sur archives vidéo, images des archives papier du ministère de la défense alternant avec les interviews de David CLARKE, spécialiste des OVNI ; de Timothy GOOD, chercheur en phénomènes paranormaux et la conclusion sur place, devant le ministère de la Défense à Londres, de Karine COMAZZI.

voir article : https://www.ina.fr/video/4251188001019/ouverture-des-archives-britanniques-sur-les-ovni-video.html

https://ovnis-direct.com/les-archives-dovnis-britanniques-declassifies-apres-les-elections-235623569.html

Plusieurs observations d’ovnis au Royaume-Uni

Au centre informatique de Corsham de la Marine royale britannique, dans le Wiltshire (Royaume-Uni), des chercheurs pourraient-ils poursuivre les recherches extraterrestres entamées à Rudloe Manor ?

En tant qu’ancien employé du ministère de La Défense, Nick Pope ne pensait pas que c’était approprié pour lui de s’approcher de l’installation, sans autorisation.

Selon le ministère Britannique de La Défense, le CCC est simplement un traitement de données, un centre de la Royal Navy. Mais pourquoi est-il si fortement surveillé ? Ce bâtiment apparemment inoffensif pourrait-il, et les installations souterraines auxquelles il mène, continuent les enquêtes qui ont déjà été réalisées au Rudloe Manor ?

Les théoriciens des anciens astronautes pensent que oui! et suggèrent qu’ils ne regardent pas seulement les rapports d’ovnis, mais les phénomènes mystérieux qui ont lieu dans le Comté de Wiltshire, depuis des milliers d’années.


L’armée britannique détient des vidéos d’ovnis et doit les publier !

Des vidéos d’ovnis, tout comme le célèbre clip américain « Tic-Tac », sont probablement détenues par l’armée britannique, a déclaré un ancien enquêteur du ministère de la Défense. Nick Pope, l’un des plus grands experts mondiaux sur les ovnis, a appelé le ministère de la Défense (MoD) à publier des informations sur ses propres rencontres inexpliquées.

Nick Pope, qui a travaillé pour enquêter sur les OVNIS pour le ministère de la Défense dans les années 90 et a travaillé à Whitehall jusqu’en 2004, a déclaré au Sun Online qu’il était maintenant temps pour la Grande-Bretagne de dire clairement son rôle dans les enquêtes sur les OVNIS. La Grande-Bretagne devait publier un dossier d’OVNI bombe en janvier, mais cela a maintenant été bloqué jusqu’en 2072.

Il a appelé à la publication de toutes les images et photos détenues par le ministère de la Défense, il ne fait aucun doute que la Royal Navy et la Royal Air Force ont probablement filmé des clips similaires à ce qui est maintenant officiellement publié par les États-Unis.

L’enquêteur a déclaré au Sun Online qu’il savait pertinemment que le ministère de la Défense avait des images d’OVNIS filmées à partir de caméras d’avion à réaction de la RAF sur un film 8 mm des années 50 et 60. Cependant, la ligne officielle est que les vidéos ont été perdues et détruites.

L’enquêteur a déclaré au Sun Online qu’il savait pertinemment que le ministère de la Défense avait des images d’OVNIS filmées à partir de caméras d’avion à réaction de la RAF sur un film 8 mm des années 50 et 60. Cependant, la ligne officielle est que les vidéos ont été perdues et détruites.

Mais il a dit que se serait étonnant qu’il n’y avait pas de séquences plus récentes entre les mains des militaires, étant donné que les superbes vidéos publiées par les États-Unis ont eu lieu au cours des deux dernières décennies. « Nous avons exactement le même matériel que le gouvernement américain, donc je suis sûr qu’il y a un trésor de photos et vidéos officielles d’OVNIS ou de PAN, quels qu’ils soient, assis là au siège du MoD« , a déclaré M. Pope au Sun Online.

Pendant qu’il travaillait avec le ministère de la Défense, les pilotes militaires lui parlaient de «l’étourdissement» de près et de rencontres personnelles avec des OVNIS. Mais beaucoup d’entre eux ne déposaient pas de rapport par peur du ridicule ou même d’une «évaluation psychologique». Les responsables du MoD ont insisté pour que le Sun Online ait mis fin à son programme OVNI en 2009. Cependant, il est soupçonné que des enquêtes hautement classifiées se poursuivent à huis clos et N. Pope dit que « tout suggère » que le Royaume-Uni continue de coopérer avec les États-Unis sur les OVNIS.

Cela survient alors que les États-Unis se préparent à un rapport potentiellement explosif sur les OVNIS qui est actuellement en cours de préparation par le plus haut organisme d’espionnage de Washington DC, le bureau du directeur du renseignement national (DNI).

Le rapport devrait être publié après les enquêtes d’un groupe de travail sur une série de rencontres inexpliquées avec des navires de guerre et des avions de combat américains. Cela ne peut pas avoir échappé à l’avis du ministère de la Défense qu’au cours des trois dernières années, la position du gouvernement américain sur les ovnis a fondamentalement changé.

source : https://www.mufonfrance.fr/post/l-armée-britannique-détient-des-vidéos-d-ovnis-et-doit-les-publier?fbclid=IwAR3yA9LpC1g4CJHlH6eNPZQssRb6T1fTnEBmYnbRDyvrQ0q2bDxQSl-XSBU


Dans cette vidéo : Le célèbre animateur de Fox News, Tucker Carlson, a déclaré de manière sensationnelle, lors d’une interview avec Nick Pope, que le gouvernement américain détient des « preuves physiques » d’une épave d’OVNI…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s