L’ovni de Rendlesham

Au cours de la guerre froide, beaucoup plus de soldats se trouvaient dans deux bases de l’armée de l’air britanniques situées aux extrémités nord et sud de la forêt de Rendlesham, dans le Comté de Suffolk, en Angleterre : les bases Bentwaters et Woodbridge de la RAF. Elles se trouvent à 130 km au nord-est de Londres et comptaient plus de 12 000 militaires.

Le 26 décembre 1980, peu après minuit, un radar militaire détecta un objet volant non identifié. Et il y avait des rapports civils d’étranges lumières vacillantes dans le ciel. Quelques minutes plus tard, des policiers militaires, dont le sergent d’état-major Jim Penniston et l’aviateur de première classe John Burroughs, ont été envoyés dans les bois pour enquêter. Ce qu’ils ont rencontré était quelque chose que ces militaires expérimentés n’avaient jamais vu auparavant.

À la lumière diffuse, ils ont commencé à voir la silhouette d’un vaisseau triangulaire. Il était complètement de couleur noire, sauf quelques éclats occasionnels de lumière bleue et orange et de lumière jaune. Il y avait des lumières bleues. Il y avait comme une pointe orange au-dessus, ainsi qu’une lumière blanche qui sortait par en dessous, puis on distingué comme une brume orange tout autour de l’engin.

Dans son rapport, le sergent Penniston a décrit les dimensions de l’engin étrange comme ayant une hauteur d’environ 2m et des côtés de 3m. Il a également noté qu’on pouvait voir des marques inhabituelles en relief ressemblant à des hiéroglyphes égyptiens. Il s’attendait à trouver des inscriptions comme « USAF » ou quelque chose comme ça. Mais ce qu’il trouva ce sont des glyphes, des glyphes illustrés, qui n’avaient aucun sens.

Ensuite, il passe sa main sur le côté de l’appareil, il était très chaud au toucher. Après avoir touché l’embarcation, le militaire âgé de 26 ans a déclaré avoir reçu une vision étrange et puissante. C’était des séries de uns et de zéros qui défilaient dans sa tête, et encore des zéros et des uns, et cela n’avait aucun sens. Il enlève ses mains et ça s’est arrêté. Et puis il y a eu un éclair de lumière, et à ce moment-là, il leur a semblé que cela allait monter dans les airs, s’envoler et revenir vers la côte. Puis ils ont perdu le contact.

Une observation gardée sous silence pendant 30 ans

Le commandant adjoint de la base a ordonné à Penniston et à Burroughs de traiter l’observation alléguée comme si elle ne s’était jamais produite. Pourtant, après trois décennies, James Penniston reste hanté par son étrange vision. A tel point qu’il s’est senti obligé d’en conserver une trace écrite. C’est un document qu’il a gardé enfermé pendant près de 30 ans. C’est comme si quelqu’un tenait une photo devant lui avec toute cette série de zéros et de uns, et qu’il ne pouvait voir que dans son esprit ? Alors, un après-midi, il a enregistré ces uns et ces zéros dans un cahier. Que signifient-ils ? Il ne sais pas. 

De plus en plus de scientifiques pensent que les numéros étranges de la vision de James Penniston pourraient être une sorte de code extraterrestre ? Si tel était le cas, Penniston ne serait pas le premier à prétendre avoir reçu des messages de visiteurs d’un autre monde. En fait, l’histoire regorge de récits de personnes contraintes à agir par le contact avec ce qu’elles prétendent être un être extraterrestre, un être divin ou surnaturel. 

Les extraterrestres ont-ils été aidés par des individus parmi nous, choisis pour communiquer des messages importants ? 

Un carnet gardé secret

Pendant près de 30 ans après leur prétendue rencontre avec un engin non identifié dans la forêt anglaise de Rendelsham, les aviateurs militaires à la retraite James Penniston et John Burroughs se sont rarement parlé de l’incident. Pourtant, les deux hommes sont restés hantés par leur expérience. C’était un événement, qui c’est passé en Angleterre, a changé leur vie. Le problème des événements qui changent une vie, ils vous affectent pour toujours. Ils veulent savoir ce que c’était et ils pensent que certains membres de leur gouvernement ont une meilleure idée et pourraient leur dire ce qui s’est passé, ce qui leur est arrivé. Eux ne peuvent pas nous dire avec certitude ce que c’était et d’où cela venait. 

Peu de temps après cette rencontre, James Penniston s’était senti obligé d’écrire la longue et complexe séquence numérique de zéros et de uns qu’il affirmait avoir vue lorsqu’il avait touché le vaisseau spatial. Mais s’agissait-il vraiment de nombres aléatoires ? Il obtenais ceci non pas de mémoire mais de cette image mentale de ces codes écrits, ce code de type binaire. Alors, il a essayé de le supprimer, mais il n’avais que l’envie de les poser par écrit.

Nous réalisons maintenant que le code binaire est le meilleur moyen de communiquer avec une civilisation ancienne. Si nous le savons, il est évident que tout le monde le sait également. Et lorsque nous savons que nos ancêtres, soit seuls, soit avec l’aide d’étrangers, le savaient aussi, nous nous rendons compte que le code binaire est vraiment le meilleur, sinon le seul moyen de communication extraterrestre.

Le refus de l’appel

Pendant trois décennies, Penniston a caché la mystérieuse séquence numérique entre les couvertures de son carnet de notes de l’Air Force. Là, ils sont restés non examinés et non chiffrés. Il avait peur de mourir. Il étais assis là à dire : D’accord, il y a quelque chose qui ne va pas chez toi, Jim. Tu n’as pas raison. Tu ne penses pas bien. Ce truc est tellement bizarre. Tu ne poux le dire à personne. Ils te prendront ton arme, ils t’expulseront.

Toutes ces choses étaient un danger pour lui. C’est ce à quoi il pensais à ce moment ; que s’il commençait à dire à qui que ce soit exactement ce qu’il pensait, ce serait la fin.

Le « refus de l’appel » est probablement une expérience vécue par tous les penseurs, à savoir qu’il existe un projet, une tâche, une mission. Mais nous hésitons, nous doutons de nous-mêmes et ne répondons pas immédiatement à notre destin. Ce n’est pas une bonne chose.

Après avoir finalement quitté l’armée de l’air et rentré aux États-Unis, Penniston découvrit qu’il était hanté par des rêves persistants, à la fois sur son expérience dans la forêt et sur la signification du mystérieux message numérique qu’il avait reçu. Que signifient-ils ? Il ne sais pas. Il ne les a jamais fait analyser ou quoi que ce soit du genre. Il faisait son travail avec une situation qu’il n’avait jamais traitée auparavant.

Le décryptage informatique

En octobre 2010, Penniston a confié ses six pages manuscrites de zéros et de uns à un programmeur informatique. Il espérait que les séries de nombres apparemment aléatoires pourraient être traduites en quelque chose qui ressemblerait à un message lisible. 

Quelqu’un pourrait-il écrire six pages de code binaire ? Eh bien, probablement pas. Il aurait besoin d’aide, ou il devrait être une sorte de savant ou de super calculateur. Le programmeur à commencé à retranscrire le message sur son ordinateur pour voir ce qu’il pourrait trouver. Il pensait : ça ne va aboutir à rien. Et puis quelque chose qui semblait être un authentique message concernant les extraterrestres a émergé. À son grand étonnement, après avoir entré les numéros sur un ordinateur, une phrase fragmentaire a émergé.

EXPLORATION DE L’HUMANITÉ CONTINUE POUR AVANCÉE PLANÉTAIRE 

Une autre partie du message a révélé ce qui semblait être des coordonnées de navigation. Cette série de chiffres maintenant décodée pourrait-elle être la preuve recherchée par la race humaine ? Preuve que nous ne sommes pas seuls ? 

« Exploration de l’humanité », est-ce que c’est pour le bien ou pour le mal ? « L’avancée planétaire », est-ce l’avancement de la race humaine, comme beaucoup l’ont théorisé, ou est-ce l’avancement de certaines armadas venant à la conquête de la Terre ? 

Les coordonnées de Hy Brasil

Quant aux coordonnées de navigation, elles indiquent étonnamment l’emplacement géographique d’une mystérieuse île engloutie connue dans la légende celtique sous le nom de Hy Brasil. Elle aurait été le foyer d’une civilisation millénaire en avance sur son temps. Elle est aussi parfois appelée « l’autre Atlantide ». 

Les celtes croyaient que c’était un pays mystérieux dans lequel les gens qui y vivaient avaient un haut degré de civilisation. Ils utilisaient la technologie du son et celle de la guérison par vibration. C’étaient des gens très éthiques, très moraux, et ils considéraient tous les autres peuples de l’Europe comme des barbares, et ils ne voulaient surtout pas se mélanger à eux. Ils appréciaient leur isolement.

Mais si l’étrange message binaire du cahier de Penniston indique réellement les coordonnées de Hy Brasil, qu’est-ce que cela signifie ? Il pourrait s’agir d’anciens astronautes, et l’incident de la forêt de Rendelsham aurait peut-être été leur retour, pour trouver une personne prête à recevoir leur message, qui avait le bon réglage pour recevoir ce message. Peut-être cherchent-ils à nous faire savoir que les gens de Hy Brasil sont toujours présents et veulent nous préparer à accepter à l’avenir une sorte de congrès ouvert et une communication entre notre monde et le leur. Ils prévoient de retourner sur place. 

Il y a certains détails de l’incident que James Penniston et John Burroughs ne se souviennent pas. Ils ont oublié certaines choses. Ed a dit qu’il se souvient que l’un d’eux a sorti son arme et qu’ensuite ils ont perdu connaissance. Mais l’autre n’en a aucun souvenir. En décembre 2010, James Penniston et John Burroughs prévoient de retourner dans la forêt de Rendlesham sur le site même où ils affirment avoir rencontré un mystérieux vaisseau spatial 30 ans plus tôt. Ils se sentent tous deux obligés de revenir. Le fait de se retrouver dans cette région leur rappellera peut-être ce qui s’est réellement passé en décembre 1980. Ils ne peuvent pas l’expliquer, tout comme ils ne pouvaient pas l’expliquer la première fois, mais ils pensent qu’ils vont mieux comprendre ce qu’ils doivent faire à partir de là. 

Si Penniston et Burroughs retournent dans la forêt anglaise où ils prétendent avoir eu une rencontre rapprochée avec un OVNI, que vont-ils y trouver ? Plus d’indices et de messages ? Et que dire du code binaire mystérieux trouvé dans le cahier de Penniston ?

La phrase : « EXPLORATION DE L’HUMANITÉ CONTINUE POUR AVANCÉE PLANÉTAIRE » et les coordonnées géographiques étranges qui pointent vers une île perdue prouvent-elles vraiment que nous sommes visités, et peut-être même étudiés, par des visiteurs d’un autre monde ? Cet événement pourrait-il vraiment être le dernier d’une longue série de rencontres extraterrestres remontant à l’Antiquité ? Au temps des dieux ? Si oui, nous aident-ils ? Ou sont-ils en train de nous préparer à les aider ?

Dans le Suffolk, en Angleterre, Bentwaters Air Force Base est une américaine désaffectée. En décembre 2010, deux aviateurs retraités sont revenus ici, toujours à la recherche de réponses à un événement mystérieux dont ils prétendent avoir été témoins. Çà c’est passé lors d’une nuit endormie et ennuyeuse et tout à coup, en quelques minutes, ils ont eu affaire à quelque chose dont ils ne savent toujours pas ce que c’était. L’incident les hante depuis 30 ans et les a obligés à finalement revenir sur le site de leur rencontre rapprochée. Mais pourquoi ? 

Leur voyage a commencé. John et James savaient qu’ils allaient faire cela il y a des années; c’est la partie étrange de l’histoire. Justement, cette histoire, commence le 26 décembre 1980. Peu de temps après minuit, un objet non identifié est détecté par le radar au-dessus de la base aérienne de Bentwaters et semble tomber dans la forêt de Rendlesham, à proximité. Certains membres de la police de sécurité ont vu d’étranges lumières dans la forêt. Il était clair pour les militaires qu’ils cherchaient quelque chose de très inhabituel et qu’ils devaient aller enquêter.

La rencontre rapprochée avec l’engin

Trois soldats, dont le sergent James Penniston et l’aviateur John Burroughs, sont entrés dans la forêt en espérant retrouver un avion abattu. Ils pouvaient voir toutes ces lumières multicolores et ils essayaient de comprendre eux-mêmes qu’il s’agissait d’un accident d’avion. Il y avait une sensation étrange dans l’air. C’était difficile à expliquer.

« J’avais l’impression qu’il y avait de l’électricité ou quelque chose dans l’air. Quand nous sommes entrés dans cette clairière, il y avait quelque chose. Et toute la zone s’est éclairée d’une lumière blanche et brillante. J’étais abasourdi par ce qui se passait. J’ai commencé à voir une silhouette d’un engin triangulaire. C’était, euh, complètement de couleur noire à l’exception de ces éclats occasionnels de lumière bleue et orange et de lumière jaune qui la traversaient. Il me semblait qu’il y avait quelque chose qui nous donnait l’impression de vouloir nous rapprocher. Je courais vers elle ; il est venu au-dessus de moi, puis il a explosé en objets et lumières bleus, mais j’ai disparu dans ce que c’était. Ensuite, je me suis retrouvé sur le terrain et je ne savais pas du tout ce qui était arrivé. »

Lorsque Penniston a approché l’objet, il a observé d’étranges inscriptions hiéroglyphiques sur son côté. Tendant la main pour les toucher, son esprit fut soudainement bombardé d’images de chiffres. C’est comme si quelqu’un montrait une image, de zéros et de uns, l’un après l’autre. Il pouvait le voir dans les yeux de son esprit. Que voulaient-ils dire, il ne sais pas. 

L’engin était au sol environ 45 minutes. Puis il y eut un éclair de lumière. L’engin venait de décoller. Jim et James avaient tous les deux des montres au poignet, et elles indiquaient l’heure qu’il était au moment où ils sont arrivés sur le site. Donc elles retardaient. Mais les 45 minutes manquantes ont en réalité été fournies par le chef de quart et par d’autres personnes qui ont déclaré que pendant un certain temps, ils avaient en quelque sorte perdu la communication radio avec les deux hommes.

Le cahier rempli de chiffres

Le lendemain, James Penniston fut obligé d’écrire l’étrange série de chiffres dans son cahier. Il a rempli une étonnante série de 22 pages. Il sort son cahier et commence à l’écrire. Il pense maintenant que c’était ce qu’il y avait de mieux à faire car une fois qu’il eut fait cela, les séries de chiffres dans sa tête sont parties. 

Est-ce qu’ils ont prévenu quelqu’un ? Pas moyen qu’ils puisse dire ça à quelqu’un. Penniston et Burroughs ont reçu l’ordre de leurs supérieurs de documenter les événements dont ils ont été témoins à Rendlesham Forest. Mais les deux hommes affirment avoir subi des pressions pour laisser de côté certains détails de l’événement, notamment ceux suggérant que l’engin aurait pu avoir une provenance extraterrestre.

« Ce dont je me souviens, c’est un engin triangulaire, et il n’y avait aucun bord tranchant. C’était également de tous les côtés. De couleur noire, chaud au toucher. Je devais donner cette histoire épurée. J’ai tout omis de la sensation de l’électricité, du sentiment d’être aspiré, ainsi que de la description de l’engin. Il y a beaucoup de détails qui ont été laissés de côté. »

Et la vérité par omission n’est pas la vérité; c’est un mensonge. Ils ne voulaient pas que cela paraisse comme si le gouvernement essayait de le dissimuler, mais Penniston a clairement senti qu’ils ne voulaient pas qu’il raconte tous les détails.

Une dissimulation de l’incident par l’armée

Au cours des deux soirées suivantes, d’autres observations mystérieuses ont été rapportées par d’autres soldats stationnés à Bentwaters. Pourtant, pratiquement rien n’a été enregistré, à l’exception d’un rapport top secret rédigé par le commandant adjoint de la base, le colonel Charles Halt. 

Ce qui rend l’incident de Rendlesham important, c’est vraiment les témoins militaires qui ont participé à cette affaire. Il y a probablement plusieurs centaines de personnes qui ont été des témoins directs de l’ovni ou qui ont été impliquées dans un sens plus périphérique. Mais peu de témoins en poste à Bentwaters étaient disposés à raconter ce qu’ils avaient vu. L’événement a été gardé secret du public, et aucune mention de l’ovni en forme de triangle n’a été divulguée avant des années. 

Des rumeurs se répandaient sur cet incident depuis un certain temps. Mais ce n’est pas avant 1983 que l’histoire a été révélée dans les médias à la suite d’une demande en vertu de la loi sur la liberté d’information. La plupart étaient intéressés. Certains étaient plus sceptiques. Mais c’était vraiment une grande histoire. Lorsqu’ils ont été sollicités pour commenter, les responsables militaires ont affirmé que les hommes avaient confondu le phare voisin avec un ovni, ou avaient peut-être fabriqué un canular. 

Nous vivons dans un monde où, jusqu’à ce que les gouvernements et les autorités de police disent que cela est arrivé et parlent au microphone pour la télévision, la radio et la presse écrite, cela devient un non-événement. Ils savent comment contrôler les médias.

La hantise pendant 30 ans de leur vie

Penniston et Burroughs ont pris leur retraite de l’armée au milieu des années 90, mais ils ont tous vécu des cauchemars pendant des décennies. 

À l’automne 2010, après trois décennies d’essais pour oublier l’incident, Penniston et Burroughs se sont mis en relation pour la première fois depuis de nombreuses années. Quelque chose les obligeait à retourner dans la forêt de Rendlesham.

Une des choses qui vous dérange toujours quand cela vous arrive est qui sont-ils, qu’est-ce que c’était, que faisaient-ils, quelles étaient leurs intentions et que se passerait-il s’ils revenaient ? Pourquoi Penniston et Burroughs voudraient-ils revenir sur le site d’un cauchemar vieux de 30 ans ? Est-il possible qu’en revenant, ils découvrent qui ou ce qu’ils ont rencontré dans la forêt et la clé pour décoder le message mystérieux qu’ils ont reçu ?

Jim Penniston et John Burroughs

Le retour sur les lieux de l’incident

Angleterre, Suffolk, le 26 décembre 2010. À l’occasion du 30e anniversaire de leur rencontre rapprochée à la base aérienne de Bentwaters, Jim Penniston et John Burroughs ont été obligés de retourner à l’endroit qui leur avait laissé des rêves récurrents et de nombreuses questions sans réponse.

Accompagnés de la journaliste Linda Moulton Howe, les hommes espéraient que la visite de la forêt de Rendlesham, où ils avaient rencontré l’OVNI en forme de triangle, confirmerait leurs souvenirs.  John Burroughs sembla commencer à se rappeler des détails de ce dont il se souvenait. C’est là où tout a commencé. À un moment donné, les lumières blanches émanaient de toute cette forêt et étaient éclairées. Toute cette forêt était éclairée. 

Et Jim Penniston, il a vraiment semblé commencer à remonter à cette époque, se souvenant d’avoir touché ces symboles et d’avoir l’esprit rempli de zéros et de uns. Il y avait un silence de mort ici, il n’y avait aucun son. Je suis allé vers l’avant, ce qui semblait être l’avant. J’ai commencé à le toucher ici. Il faisait chaud. Puis j’ai remarqué ici, sur le côté gauche, une inscription ou quelque chose du genre. Et je les touche. Et puis, il y a à nouveau une lumière intense. J’ai des images dans la tête que je ne peux pas expliquer.

Et il a fallu au moins deux jours pour que les choses commencent à se focaliser dans leur esprit. Mais c’est un témoignage de la nature de ce phénomène qu’il peut venir, il peut être ici, il peut interagir avec les humains, et les humains restent à 100% dans le noir à propos de ce qui s’est passé.

Bien que Penniston et Burroughs se soient rappelé des souvenirs oubliés depuis longtemps, l’enquête n’a pas permis de répondre aux questions qui les hantaient depuis des décennies. Mais est-il possible que la réponse ne réside pas dans la forêt, mais reste enfermée dans le cerveau de James Penniston ? Et dans le cahier contenant les centaines de uns et de zéros qu’il était obligé d’écrire ? 

Deux mois avant le retour à Rendlesham Forest, le programmeur informatique Nick Ciske avait tenté de déchiffrer la séquence de nombres mystérieuse trouvée dans cinq pages du cahier de Penniston. Mais cette chaîne aléatoire de zéros et uns peut-elle vraiment contenir un message extraterrestre ? Après avoir décodé le binaire, il semblait y avoir un message qui disait : 

EXPLORATION DE L’HUMANITÉ CONTINUE POUR AVANCÉE PLANÉTAIRE

Et puis quelques chiffres qui incluaient des coordonnées, on a cherché ces coordonnées. Elles étaient au large de la côte ouest de l’Irlande.

Donc, si on devais interpréter ce message, il semblerait que cette race extraterrestre soit parvenue à explorer l’humanité et à nous aider. Cela prouve-t-il cela ? Eh bien, on ne sais pas. Les pages restantes pourraient-elles contenir encore plus d’informations vitales provenant d’une source extraterrestre ? Il semblait que c’était supposé arriver.

Le secret n’est toujours pas élucidé

Quel est le secret de l’incident de Bentwaters ? Et ce qui était si important que les deux U.S. et l’armée britannique avait besoin de le cacher et de le cacher au public ? Et pourquoi si peu de témoins ont-ils accepté de se présenter ? Il semble y avoir un effort concerté pour dissimuler réellement les preuves que des extraterrestres viennent ici et interagissent avec les humains depuis des milliers d’années. Il semble y avoir une sorte de camouflage international en cours. Des preuves tangibles d’un type d’engin dans le ciel qui n’est peut-être pas de ce monde.

C’est un phénomène mondial dans lequel les extraterrestres nous visitent. Je pense que nous avons évolué au point où nous sommes capables de comprendre et d’accepter une interaction avec des êtres d’un autre monde. C’est dehors. Si vous le cherchez, les preuves sont là.

Verrons-nous jamais vraiment la vérité sur la possibilité de visiteurs extraterrestres sur notre planète ? Et s’ils sont réels, pourquoi les gouvernements et les religions du monde entier continuent-ils de nier leur existence ? Peut-être sommes-nous comme Penniston et Burroughs, obligés de continuer à explorer le mystère de notre passé. Car ce n’est qu’alors que nous pourrons nous approcher de plus en plus de notre avenir.

En décembre 1980, un incident s’est produit près de la base de l’US Air Force de Bentwaters, en Angleterre, dans la forêt de Rendelsham, qui reste aujourd’hui un mystère pour les ovnis. Alors qu’il enquêtait sur les mystérieuses lumières aperçues dans la forêt, le colonel Charles Halt a enregistré sur un petit magnétophone une description de l’événement tel qu’il s’est déroulé. La cassette miniature originale de Halt est maintenant détenue par le colonel Sam Morgan, et ce clip audio de 18 minutes est une copie directe de cette cassette.

Un commandant américain de la base aérienne à la retraite au centre de la plus controversée des observations collective d’OVNI du Royaume-Uni insiste sur le fait « que nous ne sommes pas seuls », mais que les dirigeants du monde «dissimulent» la vérité.

Charles Halt & Jim Penniston

Le colonel retraité Charles Halt, doyen des anciens militaires Américain  à avoir  rendu publiques les observations extraterrestres, a également dit qu’il a obtenu une « nouvelle preuve à l’appui » de l’atterrissage d’un OVNI à Rendlesham, Suffolk, à côté d’une base de la RAF en 1980.

Revenant 35 ans en arrière, les déclarations de Ch. Halt incluent :

• à l’époque la forêt de Rendlesham a été assaillie par du  personnel militaire américain « chasseur d’ovnis »…

• Un « OVNI a explosé » devant ses yeux et un autre « a tiré un faisceau laser » depuis 3000 pieds au-dessus…

• Le ministère de la Défense britannique (MoD) a plus tard caché des documents relatifs à Rendlesham…

•  Le Personnel Américain qui « a eu un missing time de 40 minutes » pendant l’observation s’est vu   refuser l’accès aux dossiers médicaux.

Lors d’une conférence OVNI à Woodbridge, Suffolk, il a dit: « Il n’y a aucun doute dans mon esprit que nous ne sommes pas seuls et il y a des gens (au pouvoir) qui savent cela, mais même Mr B. Obama est impuissant face à eux. »

enregistrement de la bande que Charles Halt a faite sur un dictaphone au moment des observations
Les ovnis envahissent l’Europe – L’incident de Rendlesham

Un avis sur “L’ovni de Rendlesham

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s