Mutilations animales – Daniel Robin

Ovnis et « Empire secret »

Le phénomène des mutilations animales est sans doute l’un des plus grands mystères auxquels des chercheurs issus d’horizons aussi divers que les ufologues, policiers, éleveurs, enquêteurs du paranormal, etc. ont été confrontés depuis les années 1970. Le fait déclencheur à l’origine de ce livre est le rapport du NIDS (National Institute for Discover Sciences) intitulé : « Morts inexpliquées de bétail et émergence, en Amérique du Nord, d’une épidémie d’Encéphalopathie Spongiforme Transmissible (E.S.T.) ». Si une organisation aussi « pointue » que le NIDS a rédigé un rapport sur les mutilations animales, c’est que l’affaire est sérieuse et préoccupante. En partant de cette étude et en la confrontant au phénomène ovni, l’auteur expose un concept original, celui de l’action orchestrée de ceux qu’il appelle l’« humanité du dehors », sorte d’élite cachée détentrice d’un « pouvoir illégitime ». Ce fameux « pouvoir », évoqué par Eisenhower dans son célèbre discours d’adieu du 17 janvier 1961, est déjà en place. Il agit dans l’ombre et ses moyens matériels dépassent tout ce que nous pouvons imaginer.

Daniel Robin

L’auteur :

Président de l’association « Ovni Investigation » qui est basée à Lyon. Daniel Robin est également l’auteur de trois livres sur la question des ovnis : Ovni, le Mystère Subsiste (co-auteur), Ovnis, du secret officiel aux limites de la Science et HET, et si nous n’étions pas seul ?


Depuis les années soixante-dix, des animaux de prairie sont abattus et mutilés dans des conditions  qui n’ont jamais été élucidées. Ce phénomène a vu le jour dans le Middle-West américain avant de toucher tous les autres états et de s’étendre, par-delà les océans, jusqu’à la vieille Europe. Qui, depuis plus de trente ans, a mutilé avec une précision démoniaque quelque douze mille têtes de bétail, les laissant inertes, privées de leurs organes essentiels, effondrées sur place ? Aucune réponse satisfaisante n’a été apportée à ces actes de pure cruauté. Les autorités américaines ont bâclé leur enquête et désigné à la vindicte populaire les prédateurs, boucs émissaires bien incapables de telles exactions sur une si grande échelle. 

Michel Granger fait le point sur ce fascinant et inquiétant mystère en donnant la parole à tous ceux qui s’y sont trouvés confrontés : fermiers, éleveurs, shérifs, journalistes… Il jette un regard objectif sur les diverses interprétations dont aucune ne convient. Il examine aussi les cas ponctuels, extra-américains, les plus récents qui laissent croire que le danger se profile à l’horizon du vieux continent. Sa conclusion est que ce mystère reste entier et il ouvre le champ aux hypothèses les plus fantastiques dont celle d’une manifestation extraterrestre, aussi difficile à valider qu’à rejeter, mais qui reste la seule explication cohérente, tant les mobiles de ces actes de mutilations de bétail demeurent inexplicables.

Est-il possible que des extraterrestres soient à l’origine du phénomène de mutilation du bétail ?

Alamosa, Colorado. 7 septembre 1967.

Quand un cheval de 3 ans nommé Snippy disparait, ses propriétaires sont inquiets et partent à sa recherche. Celle-ci abouti à une découverte macabre et mystérieuse. Le corps de Snippy est retrouvé mutilé presque chirurgicalement. Un examen de la carcasse montre que sa peau et sa chair ont été soigneusement découpées ; son cœur et son cerveau ont été enlevés et une odeur de formaldéhyde était émise par les restes. Une autopsie a également révélé que son liquide céphalorachidien avait été retiré.

Les événements de la mort de Snippy ont assommé la communauté et restent mystérieux, même à ce jour.

Depuis cette mutilation, environ 50 000 autres événements similaires ont été rapportés dans le monde, la plupart d’entre eux concernant du bétail. 

Une longue série de mutilation du bétail

Dans le Comté d’Henry, dans le Missouri, le 19 juillet 2013, alors que l’éleveuse Lyn Mitchell fait le tour de son ranch elle fait une horrible découverte. Une de ses vaches Black Angus gît morte et mutilée dans un champ. La langue avait été retirée. Les mamelles, l’anus et les organes de reproduction avaient également été enlevés. Le vétérinaire a exclu les traumatismes contondants comme cause de décès. En fait, aucune cause de décès ne pouvait être déterminée.

L’événement Mitchell n’est que le dernier d’une longue série de mystérieuses mutilations animales survenues partout en Amérique. Bien que les experts disent qu’ils ne savent pas exactement combien d’animaux ont été touchés, ils estiment que leur nombre varie entre 1000 et 2000 par an au cours des 20 dernières années.

La journaliste d’investigation Linda Moulton Howe travaillait pour CBS News à Denver, au Colorado, quand en 1979 elle a eu l’occasion de voir de ses propres yeux des blessures étranges et précises infligées à des animaux.

Nous avons pris l’avion pour San Luis, dans le Colorado, parce que j’avais reçu un appel d’un shérif qui me disait : «Vous devez voir ça. »

Nous commençons à traverser un champ et à utiliser nos bras pour traverser des saules épais. Pousser les branches des arbres. Et quand nous sommes entrés dans cet espace sous ces arbres, cela ne semblait pas possible. Il y avait un bœuf noir et blanc qui gisait par terre, parfaitement allongé, comme s’il devait se lever. Il n’y avait aucun signe de violence. Mais il y avait un cercle parfait autour de son œil gauche. La peau avait été enlevée jusqu’à l’os. Et puis la mâchoire gauche avait été parfaitement enlevée, la langue avait retirée et il n’y avait pas une seule branche cassée.

Curieusement, les chercheurs disent que dans presque tous les cas de mutilation d’animaux, les organes semblent être la cible. Ils sont très soigneusement enlevés. Pas arraché. Pas mâché. Mais précisément et soigneusement coupé avec ce qui semble être des incisions de type chirurgical. Il n’y a jamais de sang trouvé près de ces carcasses. En fait, la plupart du temps, il n’y a pas de sang dans les carcasses elles-mêmes.

Lorsqu’on a affaire avec des prédateurs naturels tels que les coyotes, vous avez toujours beaucoup de sang. C’est un processus complètement différent et on ne produit pas ces excisions sans effusion de sang.

Ces mutilations animales sont-elles vraiment extraordinaires ? Ou bien les agriculteurs et les éleveurs se trompent-ils simplement sur la mort de leurs animaux ? 

Selon l’avis des vétérinaires

Le Dr. Jim Reynolds est professeur de médecine du bétail à la Western University de Pomona, en Californie. Au cours de sa carrière, il a été témoin de milliers de blessures chez les animaux. Après avoir examiné de près les images de ces mutilations, il pense que de nombreux animaux sont morts de maladies ordinaires ou d’attaques de prédateurs naturels. Mais il dit que d’autres images comme celle-ci, prise à Caldwell, au Kansas, en 1992, sont plus difficiles à expliquer. En regardant la photo, on ne peut pas expliquer comment cela s’est passé. Ce qui est étrange, c’est qu’il n’y a aucune trace d’hémorragie ou de saignement à proximité. Nous ne voyons pas de sang sur les tissus. En tant que vétérinaire de terrain de longue date, il n’a jamais vu cela sur une vache morte dans sa carrière.

Un autre cas de mutilation de 1982 soulève également des questions pour le Dr Reynolds, en raison de la façon dont les parties du corps semblent avoir été enlevées. Il ne peux pas vraiment expliquer le retrait d’une oreille. Elle aurait pu être arrachée par un charognard, mais il ne peut pas vraiment expliquer que si on l’avait arrachée, on pourrait s’attendre à ce qu’il y ait un peu plus de dommages aux tissus alentour, probablement des tissus plus frais. Il n’en est pas sûr dans ce cas ci.

Alors que les professionnels de la santé ne savent pas vraiment qui est responsable de ces attaques, les partisans de la théorie des anciens astronautes pensent que la solution pourrait être trouvée en examinant des résultats étranges rapportés sur les sites mêmes où les animaux ont été mutilés.

Parfois, les animaux sont étendus sur des monticules de terre calcinée. Parfois, ces monticules calcinés ont exactement la même taille et la même forme que les animaux eux-mêmes. Et très souvent, des lumières étranges ont été signalées dans le ciel ou au sol à peu près au moment des mutilations. Ils en viennent à la conclusion que le phénomène qui est à l’origine des mutilations animales des dernières années se cache derrière des entités biologiques venant d’en dehors de notre planète.

Un lien entre les mutilations et l’ufologie

Ce n’est que vers le milieu des années 1970 que les mutilations du bétail ont véritablement été associées à l’ufologie. Les agriculteurs allaient chercher du bétail primé, encore vivant et en bonne santé la veille, puis il était tout à coup mort. Et il semblait qu’ils avaient été découpés d’une manière plutôt étrange.

La productrice de télévision et enquêteuse sur les OVNIS, Linda Moulton Howe, explore le mystère de la mutilation animale depuis plus de 30 ans. Elle a commencé à essayer de faire la lumière sur ce qui arrivait à tous ces animaux. Il y avait des chevaux, des vaches, d’autres animaux domestiques trouvés avec le même modèle d’excisions sans effusion de sang. Les forces de l’ordre les ont appelées des « mutilations animales ». Il y a eu beaucoup de cas, et la première chose qu’on ressent est la colère. Puis on se sent nerveux et on a peur. 

Linda s’est assise en face des shérifs qui lui ont dit :

 » Linda, nous ne traitons pas des prédateurs, des maladies ou des cultes sataniques. Nous avons affaire à des créatures de l’espace. » 

Quelles sont les raisons de ces mutilations ?

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les extraterrestres voudraient mener des expériences sur des vaches. La première est qu’ils cherchent juste de la nourriture. Ils recherchent des informations sur les organismes vertébrés. Une autre est qu’ils recherchent un type de matériel génétique pour une raison quelconque. 

La réponse la plus proche qu’on n’ait jamais obtenue est celle d’un homme qui avait eu des observations très directes et très proches des non-humains dans son travail pour le gouvernement. Il a confié à Linda : 

« La meilleure réponse que je puisse vous donner, Linda, c’est que c’est une récolte génétique. » 

Mais une fois que vous avez dit « une récolte génétique de la Terre », une plus grande question se pose : pourquoi une récolte génétique de la Terre ? Que fait-on avec cette récolte génétique ? À quelle fin ? 

Des défenseurs de la théorie des anciens astronautes suggèrent que les preuves de cette conclusion comme quoi les mutilations seraient le fait des extraterrestres remontent bien au-delà des 50 dernières années. Le cas le plus ancien qu’on peut découvrir vient d’Angleterre en 1606. Ceci est mentionné dans les archives judiciaires de James Ier. Des centaines de moutons ont été retrouvés étrangement tués et des morceaux ont été emportés, mais la viande avait été laissée. Et le passage particulier dans le dossier comporte une citation très intéressante à la fin. Il dit que ces cas, ou incidents, « s’apparentaient à des feux d’artifice ». 

Mais pourquoi des extraterrestres vraisemblablement millénaires plus avancés que l’homme choisiraient-ils d’enlever et de mutiler des animaux ? Que pourraient-ils vouloir de ces parties de corps extraites ? Certains théoriciens croient que l’explication de cet effrayant phénomène pourrait bien être celle que des extraterrestres sont en train de mener des expériences au dépend de l’humanité.

Une théorie intrigante sur les mutilations du bétail est que les extraterrestres pourraient surveiller le troupeau de bovins pour tenter de déterminer s’il existe des virus émergents susceptibles de passer d’une espèce à l’autre. En d’autres termes, ils infectent le bétail et ensuite, nous le mangeons sous forme de bœuf, puis nous sommes infectés, ce qui est exactement ce qui s’est passé avec la maladie de la vache folle en Grande-Bretagne.

Ces mutilations animales pourraient-elles vraiment être la preuve que des êtres extraterrestres sont toujours présents en Amérique, continuent de surveiller nos progrès et interviennent même dans les affaires terrestres ? La réponse à ces questions se trouve peut-être dans notre passé ancien, dans les expériences étranges, presque à la Frankenstein, pratiquées par les premières civilisations.

La réponse dans notre passé au temps de l’Antiquité Égyptienne

Nous avons d’anciennes descriptions d’Égypte où il est dit spécifiquement que les dieux ont créé des chimères – des êtres mixtes ou des hybrides. Nous trouvons des peintures où vous avez un corps humain avec une tête coupée et un tube rouge qui en sort, et à côté, vous avez juste la tête d’un animal. Et dans l’image suivante, vous voyez le même corps humain avec la tête d’animal attachée au cou humain. Ça ressemble presque à des bandes dessinées.

Incroyablement, des exemples d’êtres étranges, hybrides d’êtres humains, remontent à une époque encore plus ancienne que celle de l’Égypte ancienne. Selon l’archéologie traditionnelle, l’ancienne Sumer est la plus ancienne civilisation humaine. Et la partie intéressante est le fait que leurs premiers écrits sont remplis de références à ces êtres bizarres descendus du ciel appelés les Anunnaki.

Anunnaki signifie « ceux qui sont venus du ciel ». Mais existe-t-il des preuves matérielles de ces hybrides homme-animal ? Si tel est le cas, n’aurions-nous pas trouvé de restes de squelettes ? La réponse aurait peut-être été trouvée à Saqqarah, en Égypte, qui abrite la plus vieille pyramide de ce pays.

Le taureau sacré Apis

En 1851, l’érudit et égyptologue français Auguste Mariette a exploré une tombe profonde dédiée au taureau sacré Apis. À l’intérieur se trouvaient deux sarcophages scellés et intacts. Mais quand Mariette les a ouverts, ce qu’ils contenaient était choquant. Ils ont ouvert le sarcophage et ils n’ont pas trouvé de taureau. Au lieu de cela, ils ont trouvé cette masse noire de ce qu’on appelle du bitume, un type d’asphalte. Et à l’intérieur de cette masse puante, ils ont trouvé les fragments d’os de sept types d’animaux différents écrasés.

Selon les textes d’accompagnement, un certain type de monstres existait à l’époque des Égyptiens. Les prêtres auraient ordonné aux gens de détruire ces êtres, de les déchirer, de les écraser, de les mettre dans cette masse puante et de les mettre sous un couvercle dans un sarcophage de 80 tonnes.

Dans toute l’Égypte, nous pouvons trouver les restes momifiés de chaque animal, mais nous trouvons ces sarcophages qui contiennent ces os broyés. Cela ne signifie-t-il pas que les anciens Égyptiens ne voulaient pas que ces créatures reviennent après leur mort ? 

Bien sûr, les scientifiques et les archéologues traditionnels croient que les anciennes histoires grecques et égyptiennes d’hybrides animaux et humains ne sont que des produits fantaisistes de l’imagination. Mais le sont-ils ? Il y a cette période dans l’Égypte pré-dynastique, où ces demi-dieux dirigeaient. Nous n’avons pas trouvé de restes humains. Nous ne savons pas qui ils étaient. Mais nous avons des preuves scientifiques qu’au moins les anciens Égyptiens croyaient fermement qu’ils régnaient. Quant à savoir si ce ne sont que des êtres humains, ou s’ils viennent d’ailleurs ; ou s’ils sont des êtres hybrides, nous n’en avons aucune idée.

La science moderne et la génétique

Et si les anciennes civilisations possédaient les connaissances scientifiques avancées de nos propres scientifiques modernes ? Et si eux aussi avaient découvert les mystères de l’ADN : le clonage et la manipulation des gènes ? Pourquoi est-ce si fascinant ? Eh bien, parce que si vous regardez cela du point de vue de la génétique, nous sommes en train de reconstituer de telles créatures telles que Frankenstein.

Il s’agit de choses de science-fiction. Pourtant, dans l’Égypte ancienne, nous avons exactement les mêmes descriptions, exactement les mêmes représentations d’un programme d’hybridation très bizarre qui a eu lieu il y a des milliers d’années. Ils mélangent de l’ADN étranger, animal et humain, pas seulement pour dix ou vingt ans, mais pour des milliers et des milliers d’années.

C’est pourquoi il y a tant d’enlèvements par des extraterrestres, et c’est pourquoi chaque génération est cycliquement plus avancée que la précédente, jusqu’à ce que nous parvenions à l’union complète de deux cultures : l’hybride ultime.

La réponse est clairement que nous ne sommes pas seuls dans cet univers et que des intelligences non humaines interagissent avec cette planète pour des raisons qui sont encore inconnues de la plupart d’entre nous.

Si d’authentiques extraterrestres viennent ici, comme certains le suggèrent, pour effectuer d’étranges expériences de mutation génétique sur des animaux, auraient-ils pu faire la même chose sur les humains ? Et si oui pourquoi ? 

Des Aliens blâmé pour avoir mutilé des vaches en Argentine

En Argentine, les ALIENS sont accusés d’une série de mutilations de vaches après que des « lumières étranges » aient été aperçues dans le ciel dans la période précédant le massacre.

Les fermiers locaux de Santa Fe, au nord-est de l’Argentine, ont vu sept vaches tuées et mutilées, certains croyant que des extraterrestres tuent les bovins.

Des témoins affirment que les vaches ont l’air d’avoir été attaquées au laser, tandis que d’étranges marques ont également été trouvées sur leur langue et leurs parties génitales.

Les agriculteurs de la région accusent les extraterrestres ou le mythique chupacabra – un mythe d’Amérique du Sud qui se nourrit soi-disant du sang des animaux.

Norberto Bieri, propriétaire d’une des sept vaches, a déclaré aux médias locaux : « Ils n’avaient pas de langue ni de chair autour de la mâchoire, mais ils n’ont pas enlevé d’animaux ni d’os. »

« Il semble que les incisions propres aient été faites au laser, car il n’y a aucune trace de couteau utilisé. Les vaches n’avaient pas de traces de sang et rien n’était apparu pour les manger.

« Certaines personnes disent que c’est le chupacabra ou des extraterrestres qui l’ont fait. D’autres pensent que c’était des rongeurs.

« La vérité est que les vaches sont mortes et qu’il n’y a pas de réponse à la question de savoir pourquoi. »

M. Bieri a ajouté qu’il y avait eu d’autres cas récents de mutilations d’animaux.

Des échantillons ont été envoyés au laboratoire pour être analysés et les résultats ont indiqué que le bétail n’avait pas été abattu ou empoisonné, ce qui ajoute encore au mystère de l’affaire. Cependant, les experts ont donné leur avis, plus logique. Un animal ressemblant à un rat, appelé hocicudo, est endémique en Amérique du Sud et certains pensent qu’ils en sont responsables.

L’expert en animaux Juan Calla Fontana a déclaré que les animaux meurent souvent à cette époque de l’année « en raison de l’exposition et du manque de nourriture et qu’il n’y a donc rien de mystérieux ici ». Après la mort du bétail, l’hocicudo, un charognard naturel, se serait déplacé, ciblant les parties molles de l’animal telles que la langue, les yeux, les oreilles et l’anus – laissant la vache comme si elle avait été mutilée.

Source : https://www.express.co.uk/news/weird/1001221/alien-news-argentina-aliens-cow-mutilation-chupacabra-santa-fe

Le FBI rejoint l’enquête sur les mutilations animales liées aux ovnis

Source : https://rr0.org/science/crypto/ufo/enquete/dossier/MutilationsBetail/FbiJoinsInvestigationOfAnimalMutilationsLinkedToUfos/index_fr.html


Des témoignages d’animaux mutilés et enlèvements d’extraterrestres amènent notre équipe au Colorado, dans la ville de San Luis. Les habitants partagent leurs histoires avec enthousiasme : des lumières vertes clignotantes aux soucoupes volantes, Ryder, Ben et James font la rencontre des personnes aux histoires aussi folles qu’extraordinaires.

Des chevaux et du bétail ont été trouvés morts dans le monde entier. Les animaux sont trouvés exsangues avec leurs organes chirurgicalement enlevés. Les enquêteurs sont perplexes sur ce qui pourrait en être la cause. En 1991, Erika et Helmut Simon faisaient des randonnées dans les Alpes italiennes de l’Ötzta lorsqu’ils aperçurent un cadavre. Au début, ils pensaient que la mort du pauvre était un accident. Mais des tests plus tard ont prouvé que cet homme avait vécu quelque temps entre 3350 et 3100 avant JC !

Un avis sur “Mutilations animales – Daniel Robin

Répondre à TEWFIK HEDFI Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s