Niara Isley – MILABs Les enlèvements militaires

Les factions militaires du gouvernement secret enlèvent régulièrement des personnes pour une grande variété d’utilisations, travaillant souvent sous des factions extraterrestres et utilisant leur technologie. Ces utilisations sont trop nombreuses et complexes pour être mentionnées en détail, mais comprennent des programmes de contrôle de l’esprit, des projets de recherche en génétique et l’utilisation de personnes psychiquement sensibles à des fins de visualisation à distance et d’assassinat psychique ou à des fins d’influence à distance.

En raison de leur technologie hyperdimensionnelle limitée mais existante, ces factions militaires peuvent enlever secrètement des personnes pendant leur sommeil en les téléportant hors de leur espace-temps local à travers des portails et dans des bases militaires.

Les kidnappés militaires sont fréquemment torturés par électrochocs pour créer des personnalités séparées et installer des programmes d’autodestruction, d’assassin dormant ou d’esclaves sexuels.

Par exemple, certains projets de contrôle mental ont créé des milliers d’agents dormants qui peuvent être déclenchés de manière posthypnotique à une date ultérieure pour commettre des violences de masse, ce qui servirait de prétexte à la répression totalitaire de nos libertés.

Des militaires enlevés ont également signalé avoir été violés par des extraterrestres reptiliens qui se nourrissent de leur peur et de leurs souffrances. D’autres mènent une double vie où une personnalité participe à des missions militaires secrètes qui sembleraient de la science-fiction à l’autre personnalité. La technologie hyperdimensionnelle rend ce partage de temps possible.

Problèmes de mémoire des personnes abductées – Enlèvements militaires (MILABs)…

La nouvelle fausse pensée causée par le phénomène des enlèvements est actuellement très controversée. De nombreuses personnes enlevées ont déclaré que l’armée américaine travaillait avec des Aliens dans le cadre d’un programme d’abduction, ou qu’elle avait son propre programme dans lequel elle pouvait accomplir des choses que les Aliens faisaient. Les personnes qui disent cela sont vraiment sincères. Ils n’ont pas d’intentions cachées. Ils veulent seulement connaître la vérité sur ce qui leur arrive. Peu importe qui est à l’origine des enlèvements, ce sont eux les victimes. Mais que devons-nous faire de ces affirmations ?

Outre les témoignages des personnes enlevées, certains chercheurs ont suggéré que le gouvernement a signé un « traité » ou un « contrat » avec les extraterrestres et qu’il permet à ces derniers d’enlever des personnes, et même de les aider, afin d’acquérir des connaissances productives sur la technologie extraterrestre. Je ne saurais trop insister sur le fait qu’il n’existe aucune preuve de cela. Les extraterrestres peuvent faire tout ce qu’ils veulent. Ils n’ont pas besoin d’un accord contractuel avec les États-Unis. Ils font ce qu’ils veulent en toute impunité depuis peut-être plus de 100 ans. Leur supériorité technologique sur nous est suprême. Ils n’ont aucun avantage à se montrer, à révéler leurs plans, à faire confiance au gouvernement, puis à prendre le risque que ce dernier découvre éventuellement un moyen de les arrêter en raison de sa connaissance désormais plus approfondie des Aliens et de leurs capacités. En outre, ils ont enlevé des gens dans le monde entier. Ont-ils signé des traités et des contrats avec les dirigeants de chaque pays ? Une fois de plus, il n’y a pas la moindre preuve pour étayer ces affirmations.

En outre, il semble peu probable que le gouvernement cible au hasard des personnes enlevées pour son propre programme d’enlèvement. Tout d’abord, les agents du gouvernement devraient identifier qui sont les personnes enlevées. Cela est pratiquement impossible car la plupart des personnes enlevées ne savent pas qu’elles ont vécu ces expériences. Le gouvernement pourrait cibler certaines personnes enlevées qui ont fait l’objet d’une grande publicité, mais la plupart des enlèvements de type militaire ont lieu avec des personnes enlevées anonymes.

Il est toujours possible que le gouvernement enlève au hasard des personnes qui ne sont pas enlevées, pour des raisons inconnues. Mais la plupart des victimes d’enlèvements de type militaire sont également victimes d’enlèvements par des Aliens. Ainsi, le gouvernement devrait travailler avec des personnes « véritablement » enlevées sélectionnées, ce qui lui permettrait de s’aligner sur les extraterrestres. De plus, si le gouvernement avait son propre programme d’enlèvements avec un programme extrêmement sophistiqué de manipulation neurologique à distance, on pourrait s’attendre à ce qu’il utilise ces connaissances de diverses manières militaires et civiles – en convainquant les opposants politiques de faire ce qu’ils veulent, en forçant les antagonistes internationaux à coopérer avec les Nations Unies, etc. Contrôler l’esprit, c’est contrôler le monde. (Le gouvernement a admis qu’il avait expérimenté l’utilisation militaire de la télédétection. Mais la visualisation à distance est extrêmement primitive si on la compare aux capacités neurologiques extrêmement avancées et sophistiquées des extraterrestres). Rien ne prouve que la manipulation neurologique soit utile, si courante dans les procédures d’enlèvement par des extraterrestres, ait jamais été utilisée par les États-Unis, dans quelque situation que ce soit et à quelque fin que ce soit.

David Jacob a enquêté sur plusieurs de ces cas « abductions par des militaires ». Dans chaque cas, les ravisseurs se sont avérés être des hybrides adultes portant des uniformes et ayant un comportement qui pourrait être facilement confondu avec une activité militaire américaine. Ces hybrides « interrogent » les personnes enlevées, comme s’il y avait des « informations » qu’ils voulaient. Ils agissent parfois de manière menaçante et même violente. Ils ressemblent à de jeune personnes, cheveux courts, athlétiques. Ils semblent parfois voyager en hélicoptère ou même dans des fourgonnettes de type militaire. Ils enlèvent des personnes dans des bâtiments abandonnés, des bureaux et même dans des installations militaires inutilisées. Ils peuvent même enlever des soldats en uniforme pour faire leurs besognes. Ainsi, des personnes sont enlevées par des hybrides adultes portant des uniformes de style militaire, mais il y a peu de preuves qu’ils sont membres de l’armée américaine, bien que la confusion soit compréhensible.

Les OVNIs, Aliens Gris, Base sur la Lune, MILAB (abductions militaires) et les programmes de contrôle mental, sont bien réels!

Les abductions militaires (MILABs) ne concernent pas seulement des expériences d’abduction alien. Ils ont affirmé avoir été enlevés par un groupe spécial du personnel militaire. Ils ont été examinés, interrogés et parfois on leur a implanté des dispositifs militaires.

Niara Isley faisait partie de l’US Air Force, de 1979 à 1983. Sa spécialité consistait à suivre, sur radar, l’artillerie anti-aérienne et les missiles surface-air. Alors qu’elle se trouvait à Tonopah, elle a été appelée, au milieu de la nuit pour tester le radar sur des «avions spéciaux», qui étaient, en fait, des vaisseaux extraterrestres (ou des vaisseaux terrestres … construits en se basant sur des vaisseaux extraterrestres).

Cela se passait vers 1980 … au moment où Solar Warden a débuté. Les officiers haut placés ne disaient rien de spécifique à leurs subalternes et ces derniers étaient traités comme du bétail … Elle n’était qu’une personne qui savait comment faire fonctionner un radar. Elle se plaçait devant l’écran-radar et faisait son travail. Habituellement, elle portait un uniforme régulier, avec insignes et étiquette de nom, mais lors de ces assignations spéciales, elle avait un uniforme sans insigne, ni étiquette de nom. Il leur était interdit de se parler entre eux, sauf lorsque cela était absolument nécessaire et ils étaient constamment surveillés. 

Le manque d’identification des uniformes avait pour but de ne pas déclencher de souvenirs plus tard. Tout était aussi générique que possible. C’était un environnement très répressif et si quelqu’un déviait des règles, il était sévèrement agressé. 

Son travail régulier avait lieu le jour, mais il arrivait souvent qu’ils viennent la chercher durant la nuit et là, des choses bizarres arrivaient. Elle dit que les enlèvements ont commencé lorsqu’elle a été choisie pour traquer les « avions spéciaux ». Elle dit qu’elle a souvent été enlevée par des Gris durant son enfance. 

Elle était terrifiée à l’idée que, ce qu’elle voyait, était classé au-dessus de Top Secret. Après avoir terminé cette assignation spéciale, elle a été emmenée, avec d’autres (dans un autobus aux fenêtres voilées) à un endroit qu’elle pense être une installation souterraine sous la Zone 51 ou sous la base de Tonopah. Puis, ils ont été emmenés dans une salle d’attente. Il leur a été interdit de parler entre eux. Ils les appelaient un à un pour aller dans une pièce adjacente. Lorsque son tour est arrivée, elle a dû s’allonger sur une table métallique, pour une période de temps assez longue. Il y avait un garde de sécurité au pied de la table. Un homme est arrivé, vêtu d’une blouse de labo blanche et lui a dit trois fois (d’une voix impassible) : «Restez calme ». Il s’est placé à sa droite et lui a injecté un produit chimique dans le cou, pour que le produit aille directement à son cerveau, ce qui lui a provoqué un « traumatisme chimique » et elle a eu une crise convulsive. Deux hommes l’ont ensuite conduite vers un très long escalier et elle a été jetée dans une très petite pièce, comme une cellule, où elle a subi les effets de cette injection. Elle pense que, parce qu’elle a toujours été une personne très ouverte au côté spirituel et qu’elle méditait, l’injection qu’elle a reçu a eu pour effet de lui donner l’impression que le lien entre les molécules de son corps étaient dissout, l’impression qu’elle se dissolvait et qu’elle « s’écoulerait » par le drain au centre de cette cellule. C’était vraiment un sentiment terrifiant. 

Ses pensées étaient toutes embrouillées. Mais cela lui a aussi donné des réveils psychiques majeurs. Elle s’est mise à crier et à crier. Ce qui lui est arrivé par la suite a été très difficile pour elle et a eu de la difficulté à croire que des êtres humains puissent être aussi cruels envers d’autre être humain. Elle a été traînée hors de sa cellule et a été sexuellement abusée par les deux gardes de sécurité, pendant que huit personnes regardaient. Il y avait un Gris parmi les « spectateurs ». Et elle a ressenti, peut-être à cause des nombreux enlèvements faits par ces êtres, qu’elle pouvait « entendre » les pensées de cet être ; il semblait incrédule, il semblait se demander comment des êtres pouvaient faire subir de telles violences à un être de leur propre espèce. 

Les autres « spectateurs » semblaient aussi vouloir « être ailleurs ». Il est fort probable, selon elle, que c’était un moyen de dissuasion … « Si vous parlez de ce que vous avez vu, quelque chose de similaire pourrait arriver à vos femmes et à vos filles ». Elle pense aussi que le garde qui lui faisait subir ça devait être un psychopathe ou un sociopathe, car il n’avait aucune conscience, en faisant ces horribles choses. Le traumatisme sexuel est très utilisé pour contrôler les gens et effacer leurs souvenirs, à un niveau très profond. Elle a ensuite reçu une substance qui l’a endormie. Elle suppose qu’ils l’ont emmenée inconsciente dans l’autobus, pour ensuite la laisser dans son lit, à sa chambre d’hôtel, où elle s’éveillerait en se demandant ce qui venait tout juste de se passer. 

Un certain matin, à son réveil, elle a ressenti que la réalité était extrêmement fragile et qu’il lui suffirait de cligner des yeux ou d’éternuer pour la faire éclater. Elle a fermé les yeux et elle s’est dit : «Tout ce qui m’arrive est vraiment, vraiment déconcertant, cela me fait peur et je veux que ça disparaisse ». Lorsqu’elle a ouvert les yeux, les choses étaient plus normales. 

Un autre événement majeur de sa vie est le fait d’avoir été amenée sur la Lune. Comme d’habitude, ils sont venus la chercher au milieu de la nuit. Elle a passé par une sorte de porte de garage, au flanc d’une montagne, où il y avait un vaisseau qui y était stationné. Le garde de sécurité lui a donné un vêtement gris à enfiler. Il lui fallait être nue pour l’enfiler, car ce vêtement se porte directement sur la peau, sans rien d’autre et il a une particularité : il n’a pas vraiment de forme, mais aussitôt que vous l’enfilez, il y a une sorte « d’aspiration » qui se produit et le vêtement s’ajuste à votre corps. Elle a aussi enfilé des gants et des bottes qui, elles aussi, s’ajustent par succion, à vos pieds. 

Le garde l’a approchée du vaisseau et lui a dit qu’une fois à l’intérieur, elle devra s’allonger par terre entre deux autres hommes, qui y étaient déjà dans le vaisseau.
À l’intérieur de celui-ci, il y avait des chaises, autour d’une console centrale. Alors qu’elle était allongée par terre, elle a vu un Reptilien, derrière la console centrale et elle en a eu le souffle coupé, elle ne pouvait pas croire ce qu’elle voyait. Il était très grand (au moins 8 pieds, i.e. 2,4 mètres), sa peau était gris-verte, il avait les yeux jaunes, à pupilles verticales, des dents pointues et des griffes. Elle dit qu’il est très désagréable de se rappeler une rencontre avec l’un de ces êtres. 

Des humains sont arrivés et ils se sont assis sur les chaises. Le but du voyage était la Lune et elle prétend qu’elle, ainsi que les deux hommes près d’elle, étaient considérés comme de la cargaison. Elle dit qu’ils n’ont pas eu besoin de les menotter, car ils réussissent à se faire obéir par la peur et l’intimidation. Quelqu’un qui n’a jamais vécu de telles situations peut avoir de la difficulté à comprendre à quel point il est facile d’être intimidé et à quel point il est facile d’obéir. 

Lorsqu’ils sont arrivés à destination, elle est descendue du vaisseau avec les autres et on lui a dit de marcher en ligne droite vers l’édifice le plus proche, de ne regarder ni à gauche, ni à droite, mais bien par terre. Elle a levé les yeux, juste une fois, et elle a vu un dôme au-dessus d’elle. 

Le travail qu’elle a eu à faire consistait à faire fonctionner une sorte d’équipement d’excavation électromagnétique, parce qu’ils exploraient différentes zones de la Lune pour y trouver d’autres bâtiments. Une autre partie du travail était manuel, transporter des boîtes, déplacer des choses sur des tablettes etc. Elle dit que la nourriture était horrible … quelque chose qui ressemble à du gruau, du pain sec et un peu d’eau. Et la nuit, elle n’avait pas le droit de dormir. La privation de sommeil était énorme … cela fait partie de leurs outils de programmation. 

Elle parle ensuite du pouvoir de notre pensée : toute la situation actuelle peut tourner en faveur de l’humanité, parce TOUT est conscience. Le monde physique que nous voyons est soutenu par une énergie qui rend tout cela possible. Et cette énergie … et toutes les particules subatomiques sont influencées par la pensée, la conscience et l’intention. Elle mentionne les « Georgia Guidestones » où la cabale a sculpté son plan dans la pierre. Une partie de ce plan inclut la réduction de la population mondiale à moins de 500 millions de personnes. Pourquoi veulent-ils faire cela ? Parce qu’ils sont morts de peur. Ils ont peur que le réveil de 7 milliards de personnes mettra fin à leur jeu, simplement par la force de la conscience de ces personnes. Il n’est même pas nécessaire d’attendre que 7 milliards de personnes s’éveillent. Nous n’avons qu’à atteindre une masse critique pour faire pencher les plateaux de la balance. Elle espère que les gens qui écoutent l’émission feront partie de cette masse critique. 

Elle nous demande de réaliser à quel point nous avons été programmés, depuis des millénaires et que cette programmation avait pour but de diminuer notre conscience. C’est ça, la vraie Matrice. C’est la programmation de notre conscience qu’ils ont accompli pour nous contrôler et nous garder sous leur emprise. Tout cela est un mensonge, bien sûr, parce que c’est nous qui avons un réel pouvoir.


Rejoignez le journaliste de l’ombre et l’ancienne Sergent de l’USAF, Niara Isley pour une fascinante discussion approfondie sur ses expériences terrifiantes et transformatrices en tant qu’ovni et abductée militaire (MILAB). Ensemble, ils raconteront leurs rencontres bouleversantes avec les extraterrestres Gris et leurs expériences pour développer des enfants hybrides extraterrestres/humains en l’utilisant comme un véhicule inconscient !

extrait du documentaire ABOVE MAJESTIC

https://elishean777.com/obscurite-sur-la-face-cachee-de-la-lune-avec-niara-isley/

Affronter l’ombre, embrasser la lumière : A Journey of Spirit Retrieval and Awakening est l’histoire de l’intrusion d’une femme dans le monde des extraterrestres, des soucoupes volantes, des opérations du gouvernement de l’ombre et, finalement, de sa propre transformation. En essayant de comprendre ce qui lui est arrivé, le contexte plus large de ces activités étant encore plus troublant que les traumatismes et les abus qu’elle a subis personnellement, elle parvient à une compréhension remarquable du creuset qu’est notre monde aujourd’hui, tout en entreprenant son propre voyage spirituel de guérison personnelle.

Niara Isley dénonce le travail d’esclaves dans le Programme Spatial secret de l’USAF

Niara se souvient également d’avoir servi sur Mars dans un programme de 20 ans et retour.

Son abus n’a pris fin que lorsqu’il a été reconnu par l’un des extraterrestres qu’elle était affiliée (une graine d’étoile) à un groupe d’extraterrestres d’apparence humaine avec qui l’USAF voulait avoir des relations positives. Niara a des documents et des photos prouvant son service avec l’USAF et son poste à Nellis AFB d’où ses voyages à Tonopah ont eu lieu.


Quand les « enlèvements par des aliens » sont secrètement suivis et surveillés…

Depuis des décennies, les personnes enlevées par des extraterrestres ont rapporté ce qui semble être des preuves tangibles d’une surveillance clandestine par du personnel militaire. Des hélicoptères noirs et banalisés sont souvent vus survolant les maisons des personnes enlevées. Le courrier est intercepté, ouvert puis refermé – d’une manière qui est clairement faite pour l’effet, à des fins d’intimidation, et dans une situation loin d’être subtile, pour faire savoir aux enlevés qu’elles sont surveillées. Les interférences téléphoniques – bruits et voix sur la ligne – sont très répandues. Des voitures noires aux vitres tentées, suivent les personnes dans la ville. Mais ce n’est rien comparé au fait d’être enlevé. Être enlevé contre son gré par des aliens sans émotion est une chose, avoir ensuite le malheur d’être enlevé par des militaires, c’est juste ajouter à l’insulte. 

Le monde de la recherche sur les abductions par des ETs est rempli de cas similaire, à tel point qu’il ne s’agit pas seulement du résultat des affirmations de quelques personnes paranoïaques épiant à travers les rideaux et interprétant chaque véhicule appartenant au gouvernement. Le plus intriguant est qu’une étude attentive des paroles et des souvenirs des victimes des enlèvements militaires montre que leurs ravisseurs humains en savent long sur le phénomène. 

Il est intéressant et troublant de noter que les interrogateurs du MILAB demandent aux personnes enlevées si elle ont connaissance d’agendas à long terme, peut-être hostiles, de la part des ETs, et particulièrement en ce qui concerne des êtres hybrides. Cette question d’évènements futurs, de ce que nous pourrions appeler des « agents dormants » contrôlés par les aliens, ne peut être ignoré. 

Il est temps que nous nous penchions sur ce qui est la preuve d’une surveillance généralisée de personnes enlevées. 

Pour autant que l’on puisse en juger, l’activité du MILAB remonte au moins à 1980. L’un des cas les plus significatifs, et les plus imagés, concerne une femme nommée Myrna Hansen, qui a fait une rencontre notable et controversée avec un ovni, tard dans la nuit, alors qu’elle se rendait en voiture au Nouveau-Mexique, après des vacances dans l’Oklahoma. Après s’être rendu compte qu’un laps de temps semblait manquer « missing time » au voyage et avoir de vagues souvenirs liés aux ovnis concernant les évènements de la nuit, elle a subi une hypnose pour essayer de déterminer ce qui s’était passé. 

Il s’avère que 2 choses se sont produites : elle a été enlevée par un groupe de petits extraterrestres aux yeux noirs, qui l’ont emmenée à bord d’un ovni, et dans lequel elle a été traité d’une manière similaire à Benny et Barney Hill en 1961. C’est-à-dire comme l’équivalent humain d’un rat de laboratoire. Ce qui s’est passé ensuite était encore plus étrange à bien des égards. Les souvenirs de Hansen récupérés sous hypnose ont révélé que, lorsque les ETs en ont eu fini avec elle, elle a été emmenée dans une installation souterraine.

Lorsque la nouvelle de l’expérience et des souvenirs de Hansen avait décrit était un bunker classé interdit d’accès, qui faisait partie de la zone de stockage des armes de la base. Cela impliquait – étant donné que Hansen n’était pas une employée de l’armée de l’Air et que par conséquent, elle n’avait pas d’autorisation de sécurité pour accéder à la zone de stockage des armes – que des éléments de l’armée avaient surveillé l’enlèvement par les aliens, puis lorsque celui-ci s’était terminé, les militaires avaient emmené Myrna Hansen dans un hélicoptère sombre, à Kirtland, où elle fut soumise à un interrogatoire par des militaires, dans le but de savoir ce qui s’était passé pendant qu’elle était dans l’ovni. Quoi que l’Air Force ait appris, cela reste inconnu en dehors du domaine des MILABs.

Betty Andreasson n’a pas seulement eu une vie entière de rencontres avec des ovnis, elle a eu des contacts répétés avec les hélicoptères noirs. Bob, le mari de Betty, a pu prendre des centaines de photos de ces engins dans le voisinage de la maison des Andreasson. Le harcèlement répété a poussé Bob à envoyer une lettre cinglante à l’armée, en exigeant de savoir ce qui se passait. 

La réponse fût stupéfiante : les militaires ont fait court et sont allés droit au but en déclarant qu’il était « difficile » pour eux de dire quoi que ce soit sur ce sujet, puisque même l’armée était incapable de savoir qui pilotait ces hélicoptères.

La regrettée Dr Karla Turner était l’auteure d’un certain nombre de livres sur ses expériences très personnelles d’enlèvements par des aliens, notamment « Into the Fringe » et « Taken : inside the human abduction agenda ». Au début et au milieu des années 1990, alors que l’internet n’en était qu’à ses débuts, Greg Bishop, chercheur et autorité respectée en matière d’ovni, a entretenu une correspondance postale avec le Dr Turner sur la controverse des enlèvements par des aliens. 

Notons que chaque pièce de correspondance entre Turner et Bishop est arrivée déchirée et refermée. Ce n’est certainement pas une coïncidence si le mari de Karla, Casey, a signalé un enlèvement par le MILAB. Bien que la date et le lieu décrit avoir été emmené restent inconnus, Casey a décrit avoir été emmené dans une installation souterraine – ou il a vu plusieurs autres personnes, également droguées comme lui et faisant l’objet d’un interrogatoire. Il a donné son avis : « J’ai l’impression qu’ils veulent savoir, peut-être qu’ils essaient de découvrir ce que nous savons. »

Passons maintenant à un dernier cas, celui de la curieuse saga du journaliste Ed Conroy. Il est l’auteur de « Report on communion »; publié en 1980, il s’agit d’une étude sur les évènements détaillés dans le best-seller de Whitley Strieber de 1987, « Communion », qui traite de la connexion celtique/gaélique du phénomène ovni. Conroy a adopté une approche bienvenu, impartiale et détachée du sujet – jusqu’à ce qu’il découvre qu’il était devenu lui-même, sans le vouloir, un acteur de la saga. Comme Betty Andreasson et tant d’autres, Conroy a été pris pour cible par les personnes à l’origine de l’énigme des hélicoptères noirs. M. Conroy a déclaré qu’en 1988 il a remarqué « une étrange connexion apparente » entre ses conversations téléphoniques et l’apparition des hélicoptères. « À plus d’une occasion, alors que j’avais entamé une conversation sur le sujet des ovnis et des visiteurs, un hélicoptère est apparu. » A propos de son « Report on Communion », Conroy s’est souvenu : « Un petit hélicoptère de type Bell 47 est également apparu à ma fenêtre immédiatement après la conversation téléphonique avec mon agent au cours de laquelle j’ai accepté les termes du contrat pour ce livre. » Qui est derrière toute cette surveillance reste un sujet à débattre. Peut-être qu’avec davantage de recherches, nous finirons par le découvrir!!

source : mag. OVNIS&EXTRATERRESTRES N°17- Patrick Coquet



The Hidden Hand est un documentaire controversé, primé, qui explore la possibilité d’une présence extraterrestre sur Terre. Le film jette un regard attentif sur un éventail de sujets tels que les enlèvements par des extraterrestres, l’hybridation entre humains et extraterrestres, la rétro-ingénierie militaire de la technologie extraterrestre et la dissimulation par le gouvernement de tout ce qui a trait aux extraterrestres. La préoccupation pour les E.T. est-elle une forme de folie culturelle, ou se passe-t-il vraiment quelque chose ? Comment le contact avec les E.T. changerait-il les institutions religieuses et politiques de notre société ? The Hidden Hand est rempli d’entretiens passionnants avec des experts et des expérimentateurs : Whitley Strieber, le Dr Edgar Mitchell, le 6ème astronaute sur la lune, Paul Hellyer, ancien ministre canadien de la défense, Richard Dolan, Jim Marrs, Linda Moulton Howe, le colonel John Alexander, Lyn Buchanan, Clifford Stone, Nassim Haramein, David Icke, le Dr Roger Leir, Graham Hancock et Paola Harris, entre autres. Le monde de l’ombre des OVNIs est soudainement mis en lumière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s