Taken – Disparition

Disparition (Taken) est une mini-série américaine de science-fiction en 10 épisodes de 88 minutes, créée par Leslie Bohem et diffusée entre le 2 et le 13 décembre 2002 sur Sci Fi Channel. En France, la télésuite a été diffusée entre le 30 novembre 2003 et le 1er février 2004 sur Canal+. 

Synopsis : Disparition est une histoire multi-générationnelle qui se déroule sur cinq décennies et sur quatre générations, se concentrant sur trois familles: les Keys, les Crawford et les Clarke. Le vétéran de la Seconde Guerre mondiale, Russel Keys, est tourmenté par des cauchemars concernant son enlèvement par des extraterrestres durant la guerre; l’incident de Roswell transforme Owen Crawford de l’ambitieux capitaine de Air Force en conspirateur démoniaque du gouvernement; Sally Clarke, mariée, mère de deux enfants et malheureuse, est mise enceinte par un extraterrestre. Alors que les décennies s’écoulent, chaque héritier de la famille est victime des machinations des extraterrestres, dont l’apogée est la naissance d’Allie Keys, produit final des expériences des extraterrestres, qui tient leurs destins entre ses mains. 

1944 – Des lueurs (les Foo Fighters) apparaissent au beau milieu d’un combat aérien dans le ciel de France et sauvent le capitaine Russell Keys (Steve Burton) et son équipage d’une mort certaine. Trois ans plus tard, retourné à la vie civile, dans sa maison de Bement, Russell Keys est victime d’incessants cauchemars et de maux de tête persistants. Découvrant qu’il est le dernier survivant du groupe de rescapés, l’ancien pilote, en proie à la paranoïa, abandonne soudainement femme et enfant sans vraiment donner d’explications. Pendant ce temps, le capitaine Owen Crawford (Joel Gretsch), militaire sans morale ni scrupule, découvre un artefact extraterrestre sur le site du crash de Roswell et s’empare de la direction du département OVNI de l’US Air Force. Non loin de là, au Texas, Sally Clarke (Catherine Dent), une mère seule, succombe au charme d’un étranger (Eric Close) qui n’est pas exactement ce qu’il prétend être. 

1958 – Ayant finalement compris qu’il était périodiquement victime d’enlèvements, Russell Keys revient chez lui pour prévenir son fils, Jesse (James Kirk) et l’empêcher de subir le même sort. Mais il est déjà trop tard, Jesse a déjà été  » contacté « . Au cœur de la zone 51, les équipes du colonel Owen Crawford buttent encore et toujours sur la technologie du vaisseau alien. Persuadé que Jacob (Anton Yelchin), le fils de Sally Clarke, est une clé de ce puzzle, Owen Crawford se rend à Lubbock, au Texas et découvre un enfant aux pouvoirs terrifiants…

1962 – La crise de Cuba commence, mettant à vif les nerfs des militaires américains. Le projet UFO, qui n’avance pas d’un pouce, est sur le point d’être abandonné. C’est alors que Russell et Jesse Keys contactent le colonel Owen Crawford. Ils affirment être porteurs d’un implant de technologie alien…

1970 – Alors que le colonel Owen Crawford vient d’être envoyé à la retraite, ses deux fils, Eric et Sam empruntent des directions opposées. Tandis qu’Eric (Andy Powers) décide de suivre les traces de son père, Sam (Ryan Merriman) part en Alaska où des vestiges d’origines inconnues viennent d’être mis à jour. Parallèlement, Jesse Keys (Desmond Harrigton), revenu du Vietnam accroc à l’héroïne, est persuadé que des êtres de lumière lui ont sauvé la vie à plusieurs reprises…

1980 – Après 20 ans passé loin de sa famille, Jacob (Chad Donella) se rend au chevet de sa mère mourante et partage le secret de ses origines avec son frère, Tom (Ryan Hurst). De son côté, Eric Crawford, devenu, comme son père, responsable du département OVNIS, reprend, avec le Dr. Chet Wakeman (Matt Frewer), les investigations sur Jacob et Jesse.  

1992 – Abandonné suite aux évènements de 1980, le projet UFO renaît de ses cendres lorsque l’US Air Force se fait dérober des éléments de sa panoplie Star Wars en orbite terrestre. Jesse Keys et Jacob Clarke morts, Eric Crawford et Chet Wakeman s’intéressent désormais à leur progéniture : Charlie (Adam Kaufman) et Lisa (Emily Bergl).  1993 – Tandis que Lisa met au monde une petite fille d’un père inconnu, Eric Crawford recrute sa fille, Mary (Heather donahue), dans son organisation.

Agée de 9 ans, la petite Allie est toujours sous la surveillance étroite du gouvernement. Eric Crawford est encore à la tête du projet mais c’est sa fille qui dirige activement les opérations avec son amant, le Dr Wakeman. Ils bénéficient aujourd’hui d’une avancée technologique qui leur permet de localiser les fréquences des implants et retrouver, dans le même temps, la personne qui le porte. Wakeman explique à Eric que la fréquence de la spirale neuronale qui est dans le cerveau d’Allie – son héritage extraterrestre – peut être bloqué ; ce qui leur permettrait de kidnapper l’enfant à l’insu des petits hommes gris…  Lisa suit une thérapie de groupe de personnes ayant été les victimes des aliens. Elle y fait la connaissance de Charlie venus chercher des preuves, des explications. Tous les deux ont l’étrange impression de se connaître…

Pour éviter que d’autres personnes ne souffrent, Allie accepte de se rendre aux mains de l’armée. 
La jubilation de Mary Crawford est de courte durée. Le général Beers lui annonce en effet qu’il prend désormais les choses en main et il exclut la jeune femme de la suite des opérations. Après avoir pris soin de brouiller la fréquence d’Allie avec un casque, ses hommes, le Dr Wakeman et lui emmènent la petite en lieu sûr où ils espèrent tendre un piège aux extraterrestres…  Lisa décide d’exploiter le lien qui l’unit à sa fille en entrant en hypnose pour rétablir le contact et la localiser… Mary, n’ayant pas dit son dernier mot, cherche un moyen de savoir où ils ont amené Allie… 

Attaquée par l’armée, la soucoupe volante s’est écrasée. Mary profite de la confusion qui règne pour échapper à la surveillance des soldats et entrer dans le vaisseau. Le pouvoir des extraterrestres la confronte à Owen, son grand-père qu’elle admire tant ! Bien que décédé, celui-ci lui apparaît à partir d’images provenant de son esprit à elle… Une équipe armée s’apprête à monter à bord du vaisseau. Pour les accueillir, apparaît la maman d’un des soldats qui leur propose des gâteaux… Charlie et Lisa approchent de la cabane où Allie est retenue prisonnière. Connectée à sa propre fille, Lisa est au bord du malaise. Elle ne comprend pas ce qui lui arrive. Le Dr Wakeman constate en effet que l’activité cérébrale de la petite fille est très élevée. Elle semble travailler sur quelque chose, mais quoi ? 

Charlie, Lisa et Allie sont toujours en fuite. John a rétabli le contact avec la famille Clarke pour ramener la petite avec lui. Allie sait que les choses doivent se finir ainsi mais elle refuse de quitter sa famille. Sa mère n’est d’ailleurs pas prête de la laisser partir. John leur explique que les extraterrestres sont venus sur Terre pour étudier l’humanité. Jusqu’alors étrangers aux concepts du Bien et du Mal, aux émotions contradictoires qui assaillent les humains, John a découvert, en rencontrant Sally, qu’il avait en lui ces prédispositions en latence dans son cerveau. Les recherches effectuées depuis des années leur ont été nécessaires, tout comme ils ont besoin d’Allie aujourd’hui pour résoudre la partie manquante de l’équation qui leur permettra de faire un pas dans l’évolution… Mary et Wakeman pistent Allie grâce au signal qu’elle émet malgré elle… Lisa prend contact avec son oncle Tom pour qu’il les aide à se cacher… 

Le message : Sommes nous seuls dans l’univers ?

Cette question fondamentale, tout le monde se la pose !

Y a-t-il d’autres formes de vie dans l’univers ?

Steven Spielberg a toujours été fasciné par les ovnis et la possibilité d’une vie extraterrestre, comme en témoigne sa trilogie les concernant (Rencontres du 3ème type, ET l’Extraterrestre, et la Guerre des Mondes). Ce génie du cinéma a voulu approfondir cette question en révélant les enlèvements (abductions) extraterrestres. 

Il demanda à Leslie Bohem, scénariste du « Pic de Dante » et « Daylight », d’écrire les 3 premièrs épisodes mais celui-ci s’engagea à finir la série.

Depuis des années, l’idée de « Disparitions » faisait son chemin comme une autre vision de l’histoire, qui tenterait d’expliquer ce que serait la vie si les extraterrestres s’étaient écrasés à Roswell dans les années 40. Entre la terreur parfois mais aussi l’optimisme, « Disparitions » évoque des années de rumeurs et de témoignages, et pose la vrai question : « y a-t-il de la vie là-haut ? ». La réponse à cette grande question n’a jamais été révélée par le grand écran. L’univers est tellement vaste que ce serait même honteux s’il n’y avait que nous!

Au fil du projet se posait la question de savoir comment aborder la mythologie extraterrestre : de la rumeur de Roswell aux crop circles ainsi qu’aux innombrables témoignages d’enlèvements. Parlez à 100 personnes qui disent avoir été enlevées, elles racontent toutes plus ou moins la même expérience. Et si toute cette mythologie était vraie ? Alors cette série l’a traité comme si elle était vraie, avec une grande fidélité et authenticité. 

Cette mini-série est une véritable saga se déroulant sur 50ans, de 1950 ) nos jours, et sur 4 générations. L. Bohem a voulu expliquer et se servir de tous les évènements paranormaux pour construire son scénario, comme l’incident de Roswell, la Zone 51, les Lumières de Lubbock, les Foo fighters ou encore les crop-circles.

Après le succès d’une autre mini-série, que Steven Spielberg avait produite, « Band of Brothers » (frères d’armes), il revient au petit écran pour produire une saga sur les enlèvements extraterrestres ( d’où le titre ‘Taken’ qui signifie ‘enlevés’), et sur le complot gouvernemental destiné à dissimuler la présence des Aliens sur Terre. L’intrigue met en scène la vie de 3 familles, chacune étant mêlée de près aux évènements, ce qui permet de jouer sur plusieurs registres, drame humain, chronique familiale, ou réflexion sur la quête du sens de la vie. La télé avait déjà produit plusieurs séries sur le même thème : Les Envahisseurs, Dark Skies, ou X-Files. À la différence de Rencontre du 3ème type où Splieberg était scénariste et réalisateur, il n’est ici que producteur exécutif. Ce projet est bien le sien, il a suivi de très près toute la confection, ainsi que le rappellent les principaux responsables de la production et du tournage.

Disparitions repose sur quelques piliers de l’ufologie, à commencer par le thème central de la série, les enlèvements répétés d’humains par des ETs. Autres éléments du scénario, les Foo-fighters vus par les aviateurs alliés au-dessus de l’Allemagne, l’Affaire Roswell, la Zone 51, la dissimulation des preuves de l’existence des ovnis par les autorités américaines et l’aspect physique des Aliens, tel que les « Gris » avec leur grosse tête, leurs yeux en amende, et leur corps fluet. 

Steven Spielberg : « Ce qui m’a toujours plu dans la science-fiction, c’est la liberté avec laquelle l’imagination peut voyager. » Il n’y a pas de frontières, aucune limite dans la création. 

Mais cette histoire devait bien commencer quelque part. En fait, elle débuta en 1944, dans les cieux allemands. Ça parle d’enlèvements par des extraterrestres après 1940. Tout a commencé par des lumières sphériques que des pilotes aperçurent dans le ciel pendant la 2ème guerre mondiale. Le scénariste ajouta sa propre idée sur la rumeur de Roswell en passant par les visions d’OVNI dans les années 50 et les récits d’enlèvements des années 60 à ce jour. Leslie Bohem jugeait essentiel de parler des extraterrestres en se concentrant sur la dimension humaine. 

L’histoire s’étend sur 3 générations au sein de 3 familles différentes. Elle retrace leurs liens avec des extraterrestres. Il y a 3 facettes dans ce récit d’enlèvements. Ce qui rend par ailleurs cette série irrésistible et crédible, c’est que l’histoire intègre des événements historiques. Une des particularités de l’histoire, c’est le mélange entre les faits et la fiction. Leslie Bohem n’a rien négligé : les crop circles, les lumières, le crash de Roswell, la crise des missiles cubains. Il a pris des faits et des gens qui ont existé. C’est ce qui confère son réalisme à l’histoire. 

Disparitions évoque aussi une dissimulation par les autorités et l’armée y occupe donc un grand rôle. Virtuellement, chaque épisode de la série Disparitions, se déroule à une période différente, de la 2ème Guerre mondiale à nos jours. 

La première séquence d’effets spéciaux consistait à recréer une scène de bombardement pendant la Guerre au-dessus de l’Allemagne. Cette scène fut basée sur des rapports officiels dans lesquels des pilotes US ont déclaré avoir vu d’étranges lumières bleues, appelées « Foo Fighters ». 

Un avis sur “Taken – Disparition

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s