Les OVNIS en URSS – Ion Hobana & Julien Weverbergh

Les OVNI en URSS

Dix millions d’arbres ont été détruits par un éclair fulgurant en Sibérie : était-ce celui d’une explosion nucléaire ? En 1908 ?

Une fresque d’un monastère médiéval en Yougoslavie déconcerte les érudits : pourquoi donc les moines ont-ils dessiné un vaisseau spatial planant au-dessus du Golgotha ?

En plusieurs occasions, des cosmonautes soviétiques ont affirmé avoir vu « des cylindres volants » dans l’espace : qu’ont-ils vraiment vu ?

Julien Weverbergh, un écrivain belge, et Ion Hobana, un journaliste scientifique roumain, ont réuni un dossier établi dans le monde entier sur des évènements qu’ils considèrent comme plus ou moins inexplicables compte tenu de notre savoir actuel. Utilisant des sources historiques, des rapports officiels et scientifiques ainsi que d’innombrables témoignages, ils présentent ici la première somme sur l’existence d’OVNI en Union Soviétique et dans les pays de l’Est, publiée depuis le « tour de vis » officiel de 1968 sur la publication des observations. 

L’approche des auteurs reste froide et critique. Leur conclusion est que les rapports d’observation sur les ovnis à l’Est présentent un caractère de similitude et de répétition exactement parallèle aux faits observés à l’Ouest et que les scientifiques « conventionnels » ont beaucoup trop vite rejetés.

Les ovnis sont-ils d’origine extraterrestre ? Ont-ils quelque chose à voir avec des tentatives de communication de la part de civilisations situées fort loin de nous, voir appartenant à d’autres galaxies ? Sont-ils reliés à d’autres phénomènes de pensée ? Des savants russes, entre autres, le pensent.

Chapitres : 

1/ Le « miracle de la Toungouska » (Sibérie) 1908 : une manne pour les Ufologues.

2/ Les Ufologues Russes se trouvent confrontés aux mêmes étrangetés que leurs collègues de l’Ouest. 

3/ Deux cas célèbres en Russie : celui de Robozièro (1663) et celui de Carélie.

4/ L’ufologie en Pologne, Tchécoslovaquie et Hongrie

5/ L’Akademski Astronomsko-Astronautiki Klub de Sarajevo (Yougoslavie) donne une leçon exemplaire aux UFO-maniaques.

6/ Emil Barnea, de Cluj (Roumanie), apporte quelques indices importants.

7/ Le phénomène OVNI et les Mass Médias roumains.

8/ Disques argentés, satellites, ballons et autres objets volants contestés.

9/ Les observations effectuées en Roumanie soulignent le caractère universel du phénomène ovni.


Des extraterrestres ont atterri à Voronezh en Union Soviétique

En 1989, plusieurs villes de Russie ont connu une vague d’observations d’ovnis de différentes formes et tailles. Le 24 avril 1989, à Cherepovetsk, un homme du nom d’Ivan Vesalova a signalé un engin de taille énorme, plus grand que n’importe quel avion, à environ mille pieds (env. 305m) au-dessus du sol. 

Le 6 juin, à Konantsevo, plusieurs enfants ont vu, ou prétendu avoir vu, une sphère lumineuse se poser dans une prairie et une personne sans tête en sortir. 

Le 11 juin, une femme de Vologda a signalé une sphère ardente traversant le ciel, visible pendant 17 minutes. 

Lors d’une observation, environ 500 personnes ont vu un engin non identifié planer au-dessus de leur quartier. Un autre engin a survolé la centrale nucléaire et a envoyé une sorte de rayon, qui a laissé une trace de brûlure sur le sol.

Tout cela, cependant, n’était que le prologue des « atterrissages » de Voronezh. En septembre de cette année-là, des centaines de citoyens de Voronezh ont vu un vaisseau spatial atterrir dans un parc public. Les témoins ont affirmé que les visiteurs géants avaient trois yeux et que leur vaisseau et leurs uniformes étaient tous marqués du symbole du X.

Dans l’après-midi du 27 septembre 1989, plusieurs enfants de Voronezh, un centre industriel d’environ un million d’habitants, jouaient au football dans un parc local lorsqu’une sphère rouge géante de 10 mètres de diamètre a atterri juste à côté d’eux.

Une foule immense s’est rapidement rassemblée. Soudain, une trappe de l’engin s’est ouverte, et deux créatures en sont sorties. L’une d’elles était un petit personnage à l’allure robotique, l’autre était un gigantesque humanoïde (de 4 à 5 mètres de haut) qui se promenait dans la ville, peut-être pour faire du tourisme. L’extraterrestre semblait avoir « trois yeux », portait une combinaison argentée, des bottes couleur bronze et un disque rond sur la poitrine. 

En raison du grand nombre de témoins et de la précédente vague d’observations, l’événement a fait grand bruit. L’agence de presse TASS a repris l’histoire, et très vite, elle a fait la une des journaux du monde entier.

Selon l’agence TASS et un rapport du journal Sovetskaya Kultura, deux garçons et une fille d’une école locale – Vasya Surin, Zhenya Blinov et Yuliya Sholokhova – jouaient dans un parc dans la chaude soirée du 27 septembre, quand soudain, à 6h30, « ils ont vu un rose briller dans le ciel et ont ensuite repéré une boule de couleur rouge profond » d’environ 10 mètres de diamètre. Une foule s’est rassemblée, « et ils ont pu clairement voir une ouverture en forme de trappe dans la partie inférieure de la boule et un humanoïde dans l’ouverture ».

La créature à trois yeux, d’une taille d’environ plus de 3 mètres et vêtue à la mode d’une salopette argentée et de bottes de bronze, avec un disque sur la poitrine, a disparu, puis s’est posée et est sortie pour une promenade avec un compagnon et un robot.

Les extraterrestres semblaient communiquer entre eux, produisant l’apparence mystérieuse d’un triangle brillant, et activaient le robot d’un simple toucher. Terrifié, un garçon a commencé à crier, mais en fixant les yeux brillants de l’extraterrestre, selon la TASS, le garçon a été réduit au silence et paralysé. Après une brève disparition, les trois sont revenus, mais cette fois-ci, l’un des « humanoïdes » avait « ce qui ressemblait à une arme » à ses côtés – un tube d’environ deux pieds de long (60cm) qu’il a dirigé vers un garçon de 16 ans. Le garçon, dont le nom n’est pas indiqué dans le rapport, a rapidement disparu, mais est réapparu. Immédiatement après, les extraterrestres sont retournés dans la sphère, qui a décollé directement vers le haut.

Les habitants de la ville de Voronezh ont insisté sur le fait que des créatures extraterrestres allongées et dotées de trois yeux avaient effectivement atterri dans un parc local et s’y étaient promenées, et que le rapport apparemment fantastique sur l’événement publié lundi par l’agence de presse officielle TASS était absolument vrai.

Le lieutenant Sergei A. Matveyev a avoué qu’il n’avait pas réellement vu les extraterrestres, mais qu’il avait vu le vaisseau spatial et que « c’était certainement un corps volant dans le ciel », se déplaçant sans bruit à très grande vitesse et à très basse altitude. Pour être honnête, le lieutenant Matveyev a déclaré qu’il était lui-même un peu sceptique lorsqu’il a vu l’objet pour la première fois. « Je pensais que je devais être vraiment fatigué », a-t-il dit. « Mais je me suis frotté les yeux et ça n’a pas disparu. Puis je me suis dit qu’à notre époque tout était possible. »

Vladimir A. Moiseyev, directeur du département régional de la santé, a déclaré lors d’un entretien téléphonique que malgré les rapports faisant état d’une peur généralisée dans la ville, aucun des témoins n’avait demandé d’aide médicale. Mais il a ajouté que « nous prévoyons certainement d’examiner les enfants ». « Il n’a pas expliqué pourquoi, au bout de deux semaines, un tel examen n’avait pas encore eu lieu.

M. Moiseyev, comme d’autres autorités de Voronezh, les rédacteurs de l’agence TASS, et même beaucoup de ses lecteurs, ont traité le rapport comme un phénomène scientifique sérieux. Aucun homme supplémentaire n’est affecté à la patrouille de la zone car le département est en sous-effectif, a déclaré l’officier de service du département local du ministère de l’Intérieur, qui ne s’est identifié que par son nom de famille, Larin, mais il a affirmé que des troupes seraient envoyées « si elles réapparaissent ».  »

Le correspondant de la TASS chargé de l’affaire des mystérieux visiteurs de Voronezh, Vladimir V. Lebedev, semblait insulté que l’on puisse traiter cette histoire autrement qu’avec tout le sérieux que lui accordait l’agence. Lors d’un entretien téléphonique, M. Lebedev a décrit les conversations qu’il a eues avec des dizaines de témoins et avec des experts qui ont examiné les preuves et parlé aux enfants. Il a dit qu’il y avait eu environ trois atterrissages de l’OVNI entre le 23 et le 29 septembre.

Dans le dernier développement, non encore rapporté par TASS, M. Lebedev a déclaré que Genrikh M. Silanov, chef du laboratoire géophysique de Voronezh, a demandé aux enfants de dessiner ce qu’ils avaient vu. Les dessins se sont avérés similaires. Bien qu’isolés les uns des autres, a-t-il dit, les enfants ont tous dessiné un objet en forme de banane qui laissait dans le ciel le signe de la lettre X.

De telles descriptions, selon M. Silanov, ont été rapportées comme typiques des ovnis dans un article de 1976 du défunt magazine américain Saga. M. Silanov a déclaré qu’une roche qui aurait été trouvée sur le site et décrite comme n’étant pas quelque chose que l’on trouve sur terre était en fait une forme d’hématite, que l’on trouve dans diverses régions de l’Union soviétique. Bien que n’étant pas un témoin lui-même, M. Lebedev a dit qu’il avait visité le site. « Les traces étaient encore visibles », a-t-il dit. « Je pouvais voir des trous d’une forme claire qui ressemblaient aux empreintes d’un éléphant.  »

Plusieurs scientifiques ont enquêté et n’ont pas réussi à se convaincre que tout cela était une hallucination. L’atterrissage a été examiné par une grande variété de scientifiques, notamment des enquêteurs médicaux, des psychologues, des criminologues, etc. Il a été découvert que de nombreuses autres personnes dans la région avaient vu et même photographié les OVNIs. Certains des témoins ont souffert d’effets secondaires étranges tels que l’insomnie. D’autres ont signalé des effets électromagnétiques sur leurs téléviseurs et appareils électroménagers.

Le plus excitant, cependant, a été l’analyse du site d’atterrissage. Les dépressions dans le sol ont montré que l’objet pesait plusieurs tonnes. Des radiations ont été trouvées dans le sol, ainsi que des niveaux inhabituellement élevés de certains éléments, notamment le phosphore. L’atterrissage de Voronezh reste l’un des plus célèbres atterrissages d’ovnis de l’histoire de la Russie, et à ce jour, il demeure inexpliqué.

Sources : Everything is Under Control : « Conspiracies, Cults & Cover-ups » par Robert Anton Wilson avec Miriam Joan Hill ; Mysteries, Legends & Unexplained Phenomena : « UFOs & Aliens » par Preston Dennett


Depuis 1908, le mystère plane sur l’origine de la gigantesque explosion de la Toungouska en Sibérie, l’une des plus importantes de l’histoire. La déflagration, qui s’est propagée sur un rayon d’un millier de kilomètres, a détruit 60 millions d’arbres qui sont tombés à cause du souffle de l’explosion. Récemment, un scientifique pense avoir résolu cette énigme…

Coopération entre la Russie et les USA et déclaration de D. Medvedev

Quels secrets pourraient renfermer les archives secrètes de l’ex URSS sur les ovnis ?

Les États-Unis sont le pays le plus à même de potentiellement dévoiler la vérité sur les ovnis. On a depuis longtemps associé le phénomène des ovnis à la première puissance militaire mondiale. Mais que sait-on des rapports que d’autres pays entretiendraient avec des races extraterrestres, et qu’ils l’aient aussi dissimulé ? Et si d’autres nations cachaient elles aussi des secrets ? 

Quels secrets pourraient bien renfermer les archives de l’ex-URSS ? Que savent les deux anciens rivaux de la guerre froide sur leurs programmes respectifs de surveillance des ovnis ? 

Les États-Unis s’intéressent de près à l’ufologie russe et soviétique. Quand on consulte les documents déclassifiés, pour comprendre à quel point les américains s’intéressaient aux dossiers de l’URSS, et réciproquement. Ils ont apporté des documents américains à Staline, qui voulait absolument savoir ce qu’étaient les ovnis. 

Pendant le mandat de Reagan, celui-ci a déclaré à plusieurs reprises au secrétaire général Gorbatchev, que l’Union Soviétique et les USA devaient coopérer pour faire face à une menace extraterrestre. R. Reagan avait reçu un briefing qui l’avait convaincu que certains groupes extraterrestres étaient menaçant. 

Paul Stonehill : « Quand Gorbatchev prend en charge la question des ovnis en URSS, fini la censure. Un an plus tard des informations ont commencé à être rendu public. Pendant 4 ans, on découvre ces informations, ils voulaient savoir ce qui se passait, la SETKA récoltait les informations. Dans l’armée soviétique, chaque soldat devait signaler toute chose inhabituelle aperçue dans le ciel. Chaque marin devait en faire autant. On a encore des formulaires signalement avec des descriptions scientifiques fascinants. Ils devaient décrire sous quel angle volait l’objet, sa forme, l’horaire et d’où il venait. Les É-U n’avaient pas un tel programme. »

La Russie cache de plus en plus de choses, plus sa puissance militaire augmente

Poutine investit de plus en plus dans la Marine, ainsi que dans le développement de la zone Arctique et d’autres territoires. Mais malgré ça, il y a moins d’informations sur les ovnis. Et par conséquent moins d’interêt de la part de la population russe, parce qu’ils n’ont aucune information à ce sujet. Ils peuvent tout savoir sur les États-Unis mais rien sur la Russie. 

Septembre 1977 à Petrozavodsk, Carélie en URSS. À 22h50, Lev Nikolayevitch Galkin, docteur en géophysique, regardait par la fenêtre de son appartement. Lorsqu’il aperçoit quelque chose qui lui coupe le souffle. Trois objets lumineux ovales se déplacent en formation triangulaire. D’un blanc brillant, les vaisseaux planaient sans bruit à environ 1,5 km au-dessus du sol. Galkin appelle sa femme, et tous les deux observent le vaisseau pendant une minute. Galkin se précipite sur ses jumelles, mais les ovnis disparaissent en un éclair. Les objets volant laissent derrière eux une trainée lumineuse qui se dirige jusqu’à la fenêtre des Galkin. Immédiatement après avoir inhalé la brume, ils ont senti une sensation de brûlure à la gorge, et pour des raisons inconnues, par la suite ils sont victime d’amnésie. Le lendemain matin, un ovni légendaire surnommé « la Méduse » apparait au-dessus de Petrozavodsk. C’est un objet lenticulaire de couleur foncé améthyste entouré d’un anneau semi-transparent. Des rayons lumineux semblable à des tentacules en sortaient pour se projeter vers le sol. Un moment après, il disparu, et réapparait près du lac Onega un peu plus tard. Sa lumière s’est intensifiée avant de disparaitre à très grande vitesse. Des centaines de témoins l’ont vu, et des habitants de Petrozavodsk racontent que le cadre de leur fenêtre ont fondu. 

Cette affaire de Petrozavodsk a bien eu lieu. Et cette transformation dont les témoins parlaient, quand l’ovni a pris différentes formes, a donné lieu a de grands débats et d’importantes discussions. La veille de l’évènement, les gens ont ressenti une morosité psychologique inhabituelle. Ça ne s’explique pas par le lancement du satellite Cosmos. Même si les Soviétiques ont essayé de leur faire croire ça, et d’étouffer l’affaire. Petrozavodsk est situé au nord de la Russie, dans une région connue pour ces nombreuses apparitions d’ovnis. L’évènement de Petrozavodsk a donné lieu à une réunion extraordinaire au ministère de la Défense soviétique à Moscou, après quoi deux nouveaux services furent créés, dédiés aux recherches sur les ovnis. Le premier était entièrement contrôlé par l’armée soviétique, le second se trouvait au sein de l’Académie des sciences cachée sous l’acronyme SETKA. 

Le programme SETKA est né en 1978, du mot russe ‘filet’. C’était un programme académique et militaire commun. Les militaires étaient plus inquiète que les scientifiques, ils cherchaient des réponses, et voulaient savoir qui survolaient leurs silos nucléaires, qui s’infiltraient dans leurs bases sous-marines secrètes. Les ordres se contredisaient au sein de l’armée pour savoir si « On tire sur les ovnis ou pas? » Ils leur ont tiré dessus à la frontière avec l’Afghanistan, mais ont été détruits, et ont perdus 12 pilotes. 

En même temps qu’ils découvraient ce nouveau phénomène, l’armée soviétique, comme leurs homologues américains, tentaient de dissimuler et d’expliquer les observations de ces mystérieux engins dans la région de Petrozavodsk, en affirmant qu’il s’agissait de test pour le programme spatial. C’était le lancement d’un satellite, Cosmos, qui selon eux aurait causé l’objet non identifié qui a été aperçu au-dessus de Petrozavodsk. Mais il y a eu de nombreux autres signalement d’ovnis avant, après, ainsi qu’au nord de la Russie et en Finlande. Les autorités militaires n’ont pas pu expliquer la présence de l’objet-méduse au-dessus de Petrozavodsk. S’ils n’avaient tout simplement pas reconnu une technologie soviétique, pourquoi alors l’armée aurait créer un programme pour étudier les ovnis? En coulisses, les autorités soviétiques paniquaient.

Les apparitions d’ovnis au-dessus de leurs bases nucléaires confirmaient leurs craintes. Que des forces incontrôlables manipulaient leur armement nucléaire conséquent et limitant leur capacité de riposte en cas d’attaque des É-U. Qui aurait pu être capable d’une telle chose ?


2 commentaires sur “Les OVNIS en URSS – Ion Hobana & Julien Weverbergh

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s