Richard Nixon a-t-il vraiment montré à Jackie Gleason des Aliens ?

Richard Nixon (président de 1969 à 1974)

Lors d’une émission de télévision, à la question concernant les OVNIs, Richard Nixon aurait répondu : « Je ne crois pas aux OVNIs. On peut passer à quelque chose de plus sérieux ? » Or, si ce qui suit s’avère exact, on peut dire que cet ancien président a menti.

Parce qu’il avait occupé la vice-présidence sous l’administration Eisenhower, R. Nixon était très informé, et son intérêt pour le sujet était tel qu’il en avait parlé à un de ces amis, Jackie Gleason. Beverly, la femme de celui-ci, avait révélé que le président Nixon avait emmené Jackie sur une base de l’Air Force en Floride et lui avait montré quelques débris d’OVNIs, dont un disque intact. Cependant elle n’a pas parlé de cadavres d’aliens.

W. Strieber avait appris, de l’assistant d’un membre du Congrès, que la NASA et l’Air Force avaient assez peu apprécié la manière un peu trop cavalière dont Nixon avait fait preuve en ce qui concerne un sujet aussi sensible à leur yeux, et les présidents ultérieurs ne furent pas aussi informés.

En avril 2005, l’ufologue et conférencier Bill Knell a publié un récit titré : « La rencontre de Jackie Gleason avec les Ovnis ».

En voici la teneur :

« Jackie Gleason sera longtemps honoré comme l’un des plus grands comédiens américains – acteur, compositeur, producteur, scénariste et réalisateur, né le 26 février 1916 à Bushwick, Brooklyn (États-Unis). Il a toujours travaillé très dur, et, lorsqu’il s’est vu offrir les plateaux de télévision, il a tout de suite voulu être son propre producteur. Une grande passion motivait toutes ses entreprises et rien n’échappait à la marque de son style particulier. Cette passion animait tous les aspects de sa vie. Il était fasciné par les soucoupes volantes et les phénomènes inexpliqués, au point d’avoir fini par se constituer l’une des plus grandes bibliothèques mondiales sur la parapsychologie, les Ovnis et le domaine de l’occulte. En 1982, je participais à une émission de radio sur une station locale de Miami, sur le thème des Ovnis et du paranormal. Après le show, le standardiste m’avait remis une petite note. C’est souvent le cas lorsque des personnes ne souhaitent pas intervenir à l’antenne en direct pour raconter leurs expériences personnelles. Il était seulement écrit : ‘Veuillez téléphoner à Mister Gleason, à tel numéro…’ Quand j’ai appelé, un assistant m’a dit que Jackie Gleason serait heureux de me rencontrer le lendemain à Fort Lauderdale. J’ai bien sûr accepté la proposition!

L’endroit convenu était un bar dans l’hôtel Jolly Roger à Fort Lauderdale. J’ignore si Gleason était le propriétaire de l’hôtel, ou s’il était géré par quelques-uns de ses amis, mais j’ai été aussitôt conduit vers un petit bar qui était fermé à cette heure de la journée. Gleason était assis à une table, trônant tel un roi devant sa cour, mais il paraissait plus âgé et plus affaibli que ce que je m’étais représenté. Je me demandais pourquoi il avait souhaité une rencontre aussi discrète. Mais je savais que Gleason n’était pas du genre à perdre son temps en futilités.

Après une rapide poignée de mains, Gleason m’a posé une série de questions au sujet de mes enquêtes sur les Ovnis et le paranormal. La discussion a duré environ une heure et demie. En fait, il posait des questions et je me contentais de répondre. Puis il a ajouté : ‘Je lis votre bulletin, c’est du bon boulot !’ Il avait une préférence pour le sujet des épaves d’Ovnis. A l’époque, les rumeurs allaient bon train sur les confidences d’anciens officiers militaires qui avaient raconté leur implication dans certaines opérations de couverture autour de crashes d’Ovnis.

Sans liaison apparente, Gleason me dit qu’il entretenait des liens très amicaux avec Richard Nixon. Il s’était beaucoup mobilisé en sa faveur pendant sa course à la Présidence en 1968. En 1971, Jackie Gleason avait participé à un dîner privé à la Maison Blanche. Après quoi, Gleason eut un entretien avec Nixon. Il avait demandé au Président s’il pourrait lui confier quelque chose au sujet des Ovnis. Existaient-ils vraiment ? S’agissait-il de vaisseaux ‘Aliens’ ? D’après Gleason, Nixon aurait répondu : ‘Eh bien, Jackie, si vous pouvez vous débrouiller pour être à Tampa, sur la base de l’Air Force de MacDill dans les prochains jours, je pourrai faire en sorte qu’on vous montre certaines choses qui pourraient bien répondre à vos questions!’

Un jour et demi plus tard, Gleason était à Tampa, en Floride. Il a d’abord téléphoné à un numéro qu’un membre de l’entourage de Nixon lui avait donné, puis il s’est rendu sur la Base de MacDill. Il fut conduit vers un bâtiment de couleur sombre qui ressemblait à un entrepôt. A l’intérieur, il dut franchir plusieurs barrières de sécurité. Finalement, Gleason fut escorté dans une vaste pièce où il put voir des débris étranges à même le sol. Un officier eut ce commentaire : ‘Ceci provient de Roswell.’ Il n’y avait aucune émotion dans ses paroles. C’était juste une précision.

L’officier a tendu à Gleason un petit morceau, très flexible, qui ne pesait pratiquement rien. C’est alors que le centre de la pièce fut éclairé. Jackie fut ‘saisi’ de voir ce qui ressemblait à une grande portion d’un disque abîmé, en suspension à quelques dizaines de centimètres au-dessus du sol. Il fut prié de ne pas s’approcher, mais Gleason observa attentivement.

Mais ce n’était pas fini ! Quelques minutes plus tard, Gleason fut amené dans une autre pièce. Là se trouvaient trois conteneurs avec des sortes de couvercles vitrés. ‘Ce sont les occupants qu’on a trouvés près de l’objet que vous venez de voir.’ Ces êtres devaient mesurer entre un mètre vingt et un mètre cinquante. Deux des cadavres étaient sérieusement endommagés, mais l’autre semblait bien conservé. A nouveau, sans émotion particulière, l’officier prononça une phrase qui était lourde de sous-entendus. Gleason regardait le corps intact, et l’officier lui dit : ‘Celui-ci n’est pas mort sur le coup.’ Il avait de grands yeux ovoïdes, une peau grisâtre, et pouvait être de sexe masculin. ‘Est-ce que ce sont des mâles ?’, a demandé Gleason. ‘Nous n’en savons pas plus que vous’, répondit l’officier qui accompagna sa réponse d’un léger sourire. Le moment était venu de quitter les lieux.

Gleason fut particulièrement affecté de voir cet objet ainsi que les cadavres. Son émission de variétés était très regardée sur CBS, mais Jackie préféra se retirer pendant plusieurs années pour approfondir le domaine des Ovnis et le paranormal. Il ne revint sur le devant de la scène qu’en 1975 (comme le confirme sa filmographie). »

Jackie Gleason : « Je n’ai jamais vu de soucoupe volante nulle part personnellement, mais j’ai lu des ouvrages publiés sur les soucoupes volantes. La plupart de cette littérature est ridicule, mais parmi les déchets il y a des points indéniables qui ne peuvent être réfutés même par le gouvernement des Etats-Unis ».

source : Alcyon Pléiades 109

C’est une autre de ces grandes rumeurs hollywoodiennes… que le président Richard Nixon avait autrefois révélé l’existence d’extraterrestres à l’humoriste Jackie Gleason de la sitcom télévisée classique des années 1950, The Honeymooners. Or, Gleason était apparemment un grand amateur d’OVNI. Il a même construit une impressionnante maison en forme d’OVNI à Peekskill New York, qu’il a appelée « The Mothership », et qui comprend plus de 1 700 livres sur le paranormal et les soucoupes volantes.

Mais peut-être que Gleason, grâce au président Nixon, a atteint le Saint Graal des UFOlogues partout dans le monde – la divulgation.

Il est allégué que le 19 février 1973, Gleason et Nixon jouaient au golf à l’Inverrary Golf and Country Club de Floride quand le sujet de leur passion pour les OVNIs est apparu. Il s’est avéré que Nixon s’intéressait également à ce sujet. Plus tard dans la nuit, Gleason a reçu un coup à la porte, c’était Nixon en personne! Prêt à emmener l’acteur dans une base secrète de l’armée de l’air pour voir Dieu sait quoi!

Larry Warren, un ancien policier de la Sécurité de l’Armée de l’Air avec ses propres histoires d’OVNI à raconter, se serait lié d’amitié avec Jackie Gleason en 1986, juste avant la mort de l’acteur. 

Voici le présumé récit de Jackie Gleason concernant la rencontre à la base :

« Nous avons roulé jusqu’au bout de la base dans une zone isolée, pour finalement nous arrêter près d’un bâtiment bien gardé. La police de sécurité nous a vus arriver et a en quelque sorte reculé lorsque nous sommes passés devant eux et sommes entrés dans la base. Nous avons d’abord traversé plusieurs laboratoires avant d’entrer dans une section où Nixon nous a montré ce qu’il a dit être l’épave d’une soucoupe volante, enfermée dans plusieurs grandes caisses. Ensuite, nous sommes entrés dans un entrepôt où il y avait six ou huit de ce qui ressemblait à des congélateurs à coke vitrés. À l’intérieur, il y avait les restes mutilés de ce que j’avais pris pour des enfants. Puis, en y regardant de plus près, j’ai vu que certaines des autres figurines semblaient assez vieilles. La plupart d’entre elles étaient terriblement mutilées comme si elles avaient eu un accident. »

Gleason aurait alors dit à Warren que les extraterrestres avaient « 3 ou 4 doigts… mais ils n’étaient certainement pas humains ». Le choc d’avoir effectivement reçu la preuve d’une vie extraterrestre aurait également laissé « Le Grand Humoriste » traumatisé, et il n’aurait pas pu manger ni dormir pendant des plusieurs jours.

Si Jackie l’a dit, ce doit être vrai : Gleason crache le morceau sur les Fédéraux

C’est une histoire assez impressionnante, quand on y pense… bien qu’elle ait été racontée par quelqu’un d’autre.

Enfin, un article sur Skeptoid nous indique l’origine de l’histoire de Warren : un extrait du livre « UFOs Among the Stars » de Timothy Green Beckley, sur l’observation d’OVNI par des célébrités.

L’histoire du livre de Beckley est-elle suffisante pour prouver que Gleason a vraiment vu des aliens morts dans des contenaires vitrés ? L’auteur de Skeptoid n’était pas très convaincu… bien qu’il ait confirmé que Nixon était sur le terrain de golf ce jour-là : « Une petite enquête sur le journal quotidien de Nixon (disponible gratuitement sur le site de la bibliothèque Nixon) révèle que Nixon était à Key Biscayne le 19 février 1973 pour une réunion avec l’AFL-CIO. Il a passé moins de 40 minutes à parler et à se réjouir avec les invités du tournoi de golf annuel de Gleason à l’Inverrary Golf and Country Club, dont dix minutes tout au plus étaient disponibles pour discuter avec Gleason des OVNI ».

Et il y a une autre personne qui prétend que Gleason a prétendu voir des extraterrestres à la base – sa deuxième femme, Beverly Gleason. Selon le blog présidentiel sur les OVNI, Beverly aurait déclaré avoir parlé à Esquire de l’observation de Gleason en 1973 – un aveu qui l’a apparemment rendu si furieux qu’il a décidé de divorcer!

Beverly aurait parlé de Gleason à Esquire :

« Jackie était sortie très tard un soir, je ne savais pas avec qui il était », a-t-elle dit. Il m’a dit où il était le soir même, il a dit qu’il était allé en Floride du Sud avec le président Nixon pour y voir des étrangers morts et je l’ai cru, il était très convaincant. Lui et Nixon étaient en contact assez souvent et je ne sais pas comment cela s’est passé, mais il semble que leurs rencontres aient été organisées par un associé de Nixon. Après son retour, il était très heureux d’avoir pu voir les petits hommes morts dans les caisses, il m’a expliqué à quoi ils ressemblaient et il en parlait encore le lendemain ».

Note : Beverly McKittrick, l’ex-épouse de Gleason, avait envisagé de publier un livre où elle rapportait ce qu’il lui avait raconté de sa visite à MacDill. Mais elle n’a pas donné suite.

voici l’article de 1983 écrit par Beverly

Quand le scandale du Watergate éclata, le président Nixon demeura confiant de s’en tirer sans accusation, car il ne s’estimait coupable d’aucune malversation. Or, tel n’était pas le cas de Majesty douze. Dans les milieux du renseignement, on conjectura avec raison que, s’il devait y avoir procès, les enquêteurs commenceraient par fouiller dans leurs dossiers compromettants et finiraient par en étaler les terribles secrets sur la place publique. Ils ordonnèrent donc à Nixon de résigner son mandat. Son refus donna lieu au premier coup d’Etat à jamais avoir été mené par des militaires américains contre leur propre président. L’état major de la Défense nationale émit un message ultra-secret à tous les officiers supérieurs des Forces armées américaines dans le monde entier, disant ceci : «Dès réception du présent message, vous ne devrez plus exécuter aucun ordre émanant de la Maison blanche. Veuillez accuser réception.» Ce message a été transmis 5 bons jours avant que Nixon ne cède et n’annonce publiquement sa résignation.

J’ai moi-même (William Cooper) tenu en main ce message et, quand j’ai demandé à mon commandant ce qu’il comptait faire, sachant très bien que cet ordre violait la Constitution, il m’a répondu laconiquement: « Je pense bien que le mieux à faire est d’attendre de voir si la Maison blanche émettra des ordres, auquel cas j’aviserai». Je n’ai vu aucun communiqué de la Maison blanche, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle n’en ait pas envoyé. J’en ai eu confirmation par 3 autres sources, toutes ex-militaires, qui ont écrit ou appelé pour déclarer qu’ils avaient vu exactement le même ordre. Ces gens sont Randall Terpstra, ex de la Marine, David Race, ex de l’armée de l’air ; et Donald Campbell, ex de la Marine.

On dirait que, durant toutes les années où ces événements ont eu lieu, le Congrès et la nation américaine savaient d’instinct que quelque chose ne tournait pas rond dans les affaires de l’Etat. Aussi, quand le scandale du Watergate a fait irruption, tout le monde a emboîté le pas au mouvement de nettoyage qui semblait s’annoncer à l’égard des agences de renseignement. Le président Ford commanda une commission à Rockefeller pour faire enquête sur les activités des agences de renseignements. Voilà, du moins, ce à quoi les gens s’attendaient. Son véritable but était de barrer la route au congrès et de garder les activités bien cachées. Le président de cette commission était ce même Nelson Rockefeller, membre du Conseil des relations étrangères, qui avait aidé Eisenhower à répartir les pouvoirs de Majesty 12. Il divulgua juste assez d’éléments pour garder la meute aux abois. Il lança quelques os aux membres du Congrès en prenant soin d’éliminer les plus gênants parmi ces derniers, et les conjurés en sortirent intacts comme ils l’avaient toujours fait.

D’après une remarque de Mr Cooper :
Lorsque le président Nixon a prononcé son discours de départ, il a annoncé qu’il dirait au peuple américain la vérité à propos des ONVI. Comme James Forrestal, Richard Nixon s’est retrouvé prisonnier à l’hôpital de la Marine de Bethesda. Mais contrairement à Forrestal, Nixon a survécu. Il est resté silencieux.

source : Le gouvernement secret – William Milton Cooper


Gerald Ford (président de 1974 à 77)

Quand Gerald Ford était encore membre du Congrès, il a vigoureusement combattu contre ceux qui, dans les sphères du pouvoir, maintenaient le dossier des ovnis sous scellés. Après une vague d’observations dans son Etat de résidence, le Michigan, Gerald Ford a fait la déclaration suivante :

 « Dans la ferme conviction que le public américain mérite une meilleure explication que celle donnée jusqu’à maintenant par l’Air Force, je recommande vivement qu’il y ait l’enquête d’un comité sur le phénomène ovni. Je pense que nous devons au peuple d’établir une crédibilité vis-à-vis des ovnis et de produire le plus d’éclaircissements possible sur ce sujet… »

C’était après que l’Air Force, par la bouche de son conseiller, J. Allen Hynek, se fût ridiculisée en expliquant des observations d’ovnis par des « gaz des marais » – déclenchant une campagne de presse sans précédent contre les déclarations stupides des militaires.

Ford proposa que soit le Science of Astronautics Committee, soit le Armed Services Committee de la Chambre des Représentants, agende des auditions sur « le sujet des ovnis et invite à témoigner des membres de la branche exécutive du Gouvernement, comme des personnes qui prétendent avoir vu des ovnis ». (Timothy Green Beckley, op. cit.)

Le sous-comité eut bien son audition le 5 avril 1966, mais trois personnes seulement furent invitées à y témoigner, toutes trois liées à l’armée de l’air: Hynek lui-même, Hector Quintanilla (qui était alors le chef du Project Blue Book), et Harold D. Brown, secrétaire de l’Air Force. Celui-ci déclara au comité qu’ils n’avaient pas de preuve de l’origine extraterrestre des ovnis, ni aucune indication que les ovnis représentassent une menace pour la sécurité du pays. (Dennis Stacy, Cosmic Conspiracy: Six Decades of Government UFO Cover-ups)

Si Ford a eu la même surprise que Johnson après son élection, et on peut légitimement le penser, on ne s’étonnera pas qu’il ait « oublié » ses belles déclarations… 

Un avis sur “Richard Nixon a-t-il vraiment montré à Jackie Gleason des Aliens ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s