Contacts OVNIS en Italie – Roberto Pinotti

Contacts ovnis en Italie

Le livre de Roberto Pinotti, UFOs in Italy Volume1, a été traduit de l’italien sous la supervision de l’auteur, et publié en Angleterre par Flying Disk Press en 2017. Le présent volume est traduit de l’anglais. 

Roberto Pinotti est un auteur, chercheur et conférencier mondialement connu. Il est unanimement considéré comme l’un des plus importants ufologues italiens et européens. Il a écrit des articles dans les plus fameuses revues internationales, en particulier la Flying Saucer Review, revue ufologique britannique, depuis l’époque où cette publication était dirigée par Gordon Creighton, qui fut un ami personnel de Roberto Pinotti.

Ce livre offre un panorama chronologique des cas ufologiques majeurs en Italie, depuis le début du siècle jusqu’au milieu des années 70. On y découvre que l’Italie est depuis longtemps un foyer très actif d’observations ufologiques et des rencontres du 3ème type, parmi lesquels de nombreux cas de rencontres avec des humanoïdes.

Le cas le plus connu est bien sûr le dossier Amiciza, mais le livre en présente plusieurs autres, moins connus et tout aussi captivants. Les témoignages très documentés qui sont rassemblés dans cette magistrale étude permettront au grand public et aux amateurs avertis, de mieux connaître le phénomène OVNI chez nos voisins de la Péninsule.

Le second volume de UFO Contacts in Italy qui couvre les années 1978-2017, est publié en mai 2020 par Flying Disk Press (Royaume-Uni).

Roberto Pinotti est né à Venise, en Italie, en 1944. Il est journaliste et auteur spécialisé dans l’industrie aérospatiale. À partir de 1960, il s’est mis à la recherche de toute documentation ou information disponible relative au phénomène ovni. Il est le seul membre fondateur encore en vie du Centro Ufologico Nazionale (C.U.N), fondé en 1965. 

Roberto Pinotti a servi comme officier pour l’OTAN, au sein de la IIIème Brigade de Missiles de l’Armée Italienne à Portogruaro. Il fut rédacteur pour la Rivista Aeronautica de l’Armée de l’Air italienne. À partir de 1993, il a organisé les 25 éditions annuelles du « UFO World Symosium » en association avec le gouvernement de la République de San Marin. Consultant pour la télévision, membre de plusieurs académies, il fut orateur dans un grand nombre de congrès et de conférences internationales partout dans le monde.

Passionné d’ufologie, depuis 1960 il s’intéresse à la recherche documentaire sur les OVNIs, il se dit convaincu que des extraterrestres nous rendent visite périodiquement. Sur la couverture de son livre sur les OVNIs : le facteur contact, il déclare que « La présence d’intelligences extraterrestres qui visitent périodiquement notre planète est désormais scientifiquement prouvée ». Il propose également à cet égard une solution au paradoxe d’Enrico Fermi (« Si les extraterrestres existent, pourquoi ne sont-ils pas déjà là ? »). L’hypothèse de Pinotti est que l’humanité pourrait se trouver dans une sorte de réserve indienne en vertu d’un accord appelé The Big Game, qui aurait été stipulé entre les gouvernements de la Terre et les espèces extraterrestres pour ne révéler leur existence que progressivement. Pinotti estime qu’un tel accord pourrait s’expliquer dans le but d’empêcher l’anomie, qui pourrait résulter de la rupture des hypothèses du réel planétaire, ainsi que la disparition immédiate des valeurs traditionnelles.

Il dispose d’archives très complètes sur le phénomène OVNI. Il travaille comme publiciste depuis 1975, collaborant avec divers magazines consacrant des articles sur l’ufologie, écrivant des milliers d’articles et 34 ouvrages populaires sur l’ufologie, dont certains ont été traduits dans d’autres langues.

L’envoi de documents a été organisé par une personne anonyme utilisant le nom de code Andrew en mars 1996 dans la base de données   “Resto   del   Carlino” . Les documents (photocopiés) contenaient l’histoire de la chute d’un ovni à Maderno, en Lombardie, dans le nord de l’Italie. Le rédacteur en chef a estimé qu’il failait refuser de les publier car c’était un canular.

La même chose se produit 3 ans plus tard, en 1999, quand Andrew envoie les mêmes documents à “La magazine   Visita   Extraterrestre”. Les documents originaux sont envoyés à Roberto Pinotti. En octobre 2000, Lissoni reçoit une lettre anonyme, concernant l’expéditeur des documents qui indique qu’ils sont entrés en sa possession en raison de ses liens avec le gouvernement de Mussolini. Personne n’a jamais réclamé d’argent ou quoi que ce soit d’autre depuis la publication du journal.

Depuis 1973, Roberto Pinotti a écrit plus de 50 titres publiés en Italie et à l’étranger avec des éditeurs de premier plan, ainsi qu’une encyclopédie ufologique multimédia en Italie et pour les pays hispanophones.

Roberto Pinotti-UFO-Mussolini

Les OVNIS de l’Armée de l’Air Italienne et les Dossiers de l’Italie Fasciste de Roberto Pinotti…

Pour la première fois, un conférencier officiel de l’armée de l’air italienne a assisté à un congrès ovni.

Le 3 et 4 juin 2000, lors de la 8° édition du Symposium Ufologique Mondial de Saint-Marin, organisé pour le Centro Ufologico Nazionale (CUN) italien par le Président du CUN, le Dr Roberto Pinotti, avec le soutien officiel du Gouvernement de Saint-Marin, et des représentants de 17 pays, un délégué de l’Armée de l’Air italienne a été officiellement envoyé par le gouvernement italien pour exposer les statistiques cas d’ovnis rapportés au Ministère de la Défense italien. Dans son uniforme, le colonel Aldo Olivero, chef du « Reparto Générale Sicurezza » (Section de sécurité générale) de l’armée de l’air, correspondant à l’A.T.L.C (Air Technical Intelligence Center) de l’US Air Force, a admis l’existence de plus de 200 rapports inexpliqués dans les dossiers de l’armée.

Cet évènement est le résultat de l’attitude positive du CUN envers les autorités italiennes après 35 ans d’existence.

En 1978, le CUN avait reçu officiellement du ministère italien de la Défense le premier dossier militaire sur les cas d’ovnis en Italie remis aux chercheurs civils.

En 2000, lors d’un symposium ufologique à Saint-Marin, il a annoncé qu’il avait reçu d’une source anonyme du matériel provenant d’archives prétendument fascistes sur les OVNIs, publié par la suite, concernant une soucoupe volante qui se serait écrasée près de Milan en 1933 (près de 14 ans avant le crash de Roswell au Nouveau-Mexique). Il s’ensuivrait une enquête, menée par un cabinet autoproclamé RS/33 (RS signifie « Special Research »), autorisé par Benito Mussolini lui-même, et dirigé par le physicien Guglielmo Marconi. Malgré la couverture de l’OVRA, en 1941, les dossiers d’enquête seraient tombés entre les mains de la Gestapo, pour le lancement d’un programme nazi similaire à mener en coopération avec l’Ahnenerbe. Le vaisseau aurait été caché dans un hangar Savoy-Marchetti à Vergiate (VA), mais il n’y a aucune preuve de sa présence, ni de son transfert présumé vers la Zone 51 au Nevada aux États-Unis. Il n’y a pas non plus de preuve de l’existence du Cabinet RS, dont l’historicité, même dans le monde ufologique, est unanimement acceptée. Pinotti a consacré un livre à ce sujet : Mussolini et les OVNIs, écrit avec Alfredo Lissoni.

Mussolini pensait que ce « véhicule volant non conventionnel » était une arme secrète française, britannique ou allemande, mais il semble que le prestigieux savant Guglielmo Marconi, qui prédisait le Cabinet RS/33, était un partisan de l’hypothèse extraterrestre. 

Le mystérieux expéditeur qui nous a écrit affirmait qu’il était un parent d’un des membres du Cabinet secret. Entre 1933 et 1940, de nombreuses observations d’ovnis ont été faites en Italie : Dans un cas, un avion de chasse italien avait intercepté un ovni entre Ravenne et Rome; en août 1936, il y eut une observation d’ovnis multiples (un cigare volant adamskien et 2 ovnis en forme de Saturn) au dessus de Mestre et de Venise. En effet, il y a bien eut de nombreuses observations d’ovni entre 1933 et 1940 en Italie. Il n’est donc pas étonnant qu’une commission secrète spéciale, sous le fascisme, ait pu les étudier.

D’après les « Fascist UFO Files » cette commission avait été fondée par B. Mussolini, avec les ministres fascistes Italo Balbo et Galeazzo Ciano, et dirigée par Guglielmo Marconi.

Le premier cas d’ovni a eu lieu en 1931 près de Venise ; le second concerne le célèbre cas d’un atterrissage ou d’un crash d’ovni le 13 juin 1933 en Lombardie, avec récupération de l’engin. 

Bien que les événements entourant Roswell, au Nouveau-Mexique, il y a soixante ans, soient connus dans le monde entier, ce n’était pas la première fois qu’un vaisseau spatial extraterrestre écrasé était prétendument découvert et dissimulé par des responsables gouvernementaux. Pourtant, son existence est pratiquement inconnue en dehors de l’Italie malgré une abondance de documents authentiques contemporains confirmant un OVNI abattu avant la Seconde Guerre mondiale.

Pour rendre accessible aux lecteurs la longue et quelque peu complexe histoire de cette “Rencontre rapprochée” du Second Genre, un schéma chronologique reconstitué à partir de différents témoignages permet de clarifier son évolution sur une période de près de soixante-dix ans.

La chronologie :

Le 13 juin 1933, un engin se déplace à grande vitesse dans le ciel. L’objet est argenté et brillant avec une gamme de spots lumineux. À un moment donné, pour une raison inconnue, il s’écrase près de Maderno, dans le nord de l’Italie.

Immédiatement, Rome et Mussolini sont informés et l’affaire revêt immédiatement le caractère de “secret absolu”. L’objet est transféré dans un hangar à Sesto Calendé au Tessin, sous la supervision du général Italo Balbo, tandis que O. U. R. A (police secrète), capture tous les témoins.

Dans un conseil extraordinaire, Mussolini établit un service secret, RR / 33 (“Recherche-Espionage/1933”), sous la direction du lauréat du prix Nobel Marconi , chargé d’analyser en détail la découverte.

Il existe 3 télégrammes, pour la récupération près de Milan, pour les services secrets et pour les journaux couvrant l’événement.

Malgré la dissimulation de Mussolini, Chronic Prealpina fait référence à la possibilité que les “Martiens” soient entrés en contact avec les terriens.

Trois ans plus tard, RR / 33 annonce que l’objet ne peut pas être fabriqué par des personnes provenant de la Terre. Après cela, en peu de temps, l’ensemble des Italiens sont sensibilisé à la question de la vie extraterrestre (dénommé Martiens à l’époque) via la presse.

Le 22 septembre 1938, Hitler fut pleinement informé lors de sa visite en Italie et des copies des dossiers RR / 33 furent remises à son équipe scientifique, accompagnées de photographies et de plans et conclusions détaillés des enquêtes.

13 juin 1933

Une embarcation circulaire ressemblant à une paire de soucoupes jointes à leurs bords extérieurs s’écrase près de la ville de Maderno, en Lombardie, Italie du Nord. L’objet, fait d’un mince métal gris argenté, mesure environ 15 mètres de diamètre et moins de 2 mètres d’épaisseur. Les doubles bras horizontaux ou les éléments en forme d’antenne sont orientés dans des directions opposées à partir d’une configuration en forme de delta entourée d’un blister transparent. Deux tubes sont couplés là où la conception s’incline vers le haut à partir d’une face inférieure plate, elle-même suspendue avec deux autres paires de détails oblongs.

Onze hublots courent en ligne droite de part et d’autre de la moitié supérieure de l’embarcation. Huit autres apparaissent sur sa partie inférieure, toujours des deux côtés, mais sont interrompues au centre de leur ligne d’un côté par un trio de fenêtres ovales dans ce qui semble être une trappe rectangulaire. Six autres fenêtres ou lumières ovoïdes, plus petites sont placées à chaque extrémité de l’embarcation, qui a subi des dommages importants lors de l’écrasement. Aucun occupant de l’objet n’est trouvé.

Plusieurs témoins de l’incident le signalent aux autorités locales, qui contactent leurs supérieurs à Milan pour obtenir des instructions. Les autorités gouvernementales de Rome sont alertées et, dans les heures qui suivent, des ordres “top secret” (riservatissima) sont donnés par nul autre que le chef de l’Etat de la nation. “Sur ordre de Il Duce Benito Mussolini”, trois télégrammes distincts sont envoyés à l’agence officielle du fasciste Stefani, à Milan, demandant aux autorités de “récupérer” immédiatement le vaisseau abattu, de l’emmener dans un lieu sûr à l’abri des regards et d’appliquer une censure stricte sur toute action liée au crash.

14 Juin 1934

Des escouades de partisans des chemises noires les plus dignes de confiance de Mussolini occupent pratiquement Maderno pour, comme l’écrit le chercheur Alfredo Lissoni, suivre le protocole d’une ” lettre sénatoriale décrivant en détail la stratégie à suivre après la récupération du vaisseau, à savoir.., censure des journaux, arrestation des témoins oculaires par l’O.U.R.A. (la police secrète fasciste), élaboration d’une série d’explications conventionnelles de l’OVNI (ballons, météores, etc.) à donner au public via l’Observatoire Astronomique Breda de Milan.” Les débris du site sont transportés dans le plus grand secret jusqu’à un hangar voisin de l’aérodrome de Sesto Calende, dans la région tessinoise de Varèse, puis sous le contrôle direct du général Italo Balbo, chef de l’Aeronautica Regia, les forces aériennes italiennes.

15 juin 1933

Lors d’une réunion secrète avec ses chefs d’état-major, Mussolini apprend que l’objet récupéré à l’extérieur de Maderno n’est comparable à rien dans leurs arsenaux ou même sur leurs planches à dessin. Lui et eux supposent qu’il s’agit d’un spécimen de technologie supérieure exploité par une puissance étrangère, peut-être hostile à l’Italie, qui a fait une fausse manœuvre pendant un essai opérationnel sur la Lombardie. Les témoins oculaires de l’incident se souviennent à l’unanimité que l’objet se déplaçait à une vitesse bien supérieure à celle de tout aéronef connu, et dans un silence absolu, avant sa collision avec la terre.

Le Duce est particulièrement alarmé, car il vient de dépenser une part considérable du budget national pour faire de son Aeronautica Regia l’arme aérienne la plus puissante du monde, qui semble avoir été rendue soudainement obsolète par l’objet Maderno. Avec une détermination typique, il ne perd pas de temps, créant immédiatement une commission d’étude top-secrète pour enquêter en profondeur sur le vaisseau abattu, et le reproduire ou le faire reproduire en rétro-ingénierie pour le progrès militaire italien. Baptisé Cabinet RS/33 (“Recherche-Espionage/1933”), il a son siège à la prestigieuse Université La Spezia de Rome, où il est dirigé par l’un des grands génies de la science moderne, Guglielmo Marconi, lauréat du prix Nobel et généralement reconnu pour son invention de la radio.

“Parmi ses membres, selon Lissoni, le Cabinet comptait plusieurs des universitaires italiens les plus respectés, membres de l’Académie royale italienne des sciences, dont le célèbre astronome de Turin, Gino Cecchini. L’assistant politique de Marconi pour assurer la censure et promouvoir la désinformation publique est Tommaso David, nommé “De Santi”, l’un des principaux espions italiens, qui se livrera à un important espionnage jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

20 juin 1933

Malgré les efforts de la RS/33 pour camoufler l’accident de Maderno, un journal varois, le Cronaca Prealpina, reçoit la nouvelle de l’accident de Maderno, qui révèle toute l’histoire mais ne partage pas les mêmes conclusions que Mussolini et son armée ; notamment que cet objet est la preuve que “les formes de vie sur Mars sont en contact avec des êtres de la terre”. David, la “fuite” suspectée, se fait dire en termes non équivoques par ses supérieurs “de se taire sur les activités du Cabinet RS/33”. Il s’y conforme en veillant à ce que l’incident du Maderno ne paraisse plus dans la presse italienne.

Janvier 1936

Après avoir reconstitué l’objet Maderno au mieux de ses capacités et près de trois ans d’investigation, les membres du RS/33, éminents sur le plan scientifique, arrivent à une évaluation finale. Ils ont commencé leur examen en supposant que le “velivolvi sconoscuti” ou “avion inconnu” est un exemple “d’armes occidentales nouvelles et secrètes”, mais ont fini par conclure qu’il n’avait été fabriqué par aucune puissance industrielle sur terre, mais par une civilisation d’un autre monde bien supérieure. Malheureusement, la technologie représentée par l’objet est en grande partie irrécupérable, en raison de sa sophistication extrêmement avancée et de l’étendue de ses débris.

Soulagé de savoir que sa nouvelle armée de l’air n’a pas été surclassée par un rival terrestre, Mussolini libère les témoins oculaires emprisonnés et décide d’une politique de divulgation progressive de l’engin spatial, habituant ainsi le public à la possibilité de visiteurs d’autres planètes, sans risquer une hystérie de masse. Dorénavant, les histoires sur les observations d’OVNI et la forte “possibilité” d’une vie intelligente ailleurs dans l’univers apparaissent plus fréquemment dans la presse italienne.

Des journaux respectables comme le Gronaca Prealpino, Italia, L’Italiano, et même la publication officielle des organisations de jeunesse fascistes, Balilla, commencent à écrire “qu’il existait déjà une communication télépathique avec les Martiens, car c’est ce que les “étrangers” étaient réputés être à l’époque”, selon Lissoni. “Personne n’a fait explicitement référence aux événements en Lombardie, mais dans tous les journaux, tout à la fois, on a infiltré la suspicion que la vie extraterrestre pourrait exister.”

Entre-temps, le Cabinet RS/33 devient le premier organisme parrainé par le gouvernement du monde pour l’étude des objets volants non identifiés, l’étude des observations et la collecte de données pour les neuf prochaines années. Marconi lui-même, bien qu’évitant toute mention de l’incident encore classé du Maderno, proclame publiquement sa ferme croyance en l’existence de civilisations extraterrestres “beaucoup plus avancées que la nôtre”.

17 août 1936

Un mémorandum RS/33 rapporte “l’observation d’un cigare volant au-dessus des régions de Venise et de Mestre”. Décrit comme une “torpille”, il est escorté par deux sphères volantes, dont l’une “ressemble à la planète Saturne”. Un avion de chasse italien envoyé pour intercepter les objets est facilement distancé par les intrus, qui sont représentés graphiquement dans la reconstruction d’un artiste sur un encart de deux pages dans le mémorandum RS/33. Peu de temps après la rencontre Venise-Mestre, Mussolini rencontre les membres du RS/33, comme l’indique l’ordre du jour écrit de la “Camera dei Deputati”, ou Chambre des députés, pour discuter de la divulgation publique de l’incident à la mi-août.

Un document daté de 1936 dévoile l’existence d’un rapport gouvernemental racontant l’apparition d’un ovni à Venise, une affaire qui aurait été étouffée par Mussolini en personne…

Été 1938 après trois ans de documentation sur les “velivoli non identificabili”, ou “avions non identifiables”, la Préfecture de Milan, le bureau du gouverneur civil, dispose de neuf télégrammes rapportant les “disques volants” et “cigares volants” dans la région.

22 septembre 1938

Lors de sa visite d’Etat en Italie, Adolf Hitler est personnellement informé des “velivoli non identificabili” de Mussolini dans l’espoir que les scientifiques allemands puissent faire l’ingénierie de l’épave du Maderno, à laquelle ils ont un accès exclusif, bien que, comme propriété publique italienne, elle reste stockée dans son hangar de l’aéroport Sesto Calende de Lombardia. Mussolini a remis ses dossiers, films, photographies et illustrations aux Allemands, dont les expériences de soucoupes volantes, qui auraient obtenu des résultats exceptionnels à la fin de la Seconde Guerre mondiale, pourraient provenir directement de la coopération italienne.

22 février 1941

Répondant à l’allégation du président Franklin Roosevelt selon laquelle l’Italie et l’Allemagne avaient la volonté et la capacité d’envahir l’Amérique du Nord, Mussolini dit à la Fédération des combattants fascistes : ” Les États-Unis sont beaucoup plus susceptibles d’être envahis, non par les soldats de l’Axe, mais par les habitants moins bien connus, mais plutôt guerriers, de la planète Mars, qui vont venir du ciel dans leurs inimaginables forteresses volantes “.

À l’époque, on pense qu’il avait fait une blague en se référant à la fameuse émission de radio d’Orson Welles, la “Guerre des mondes”, qui avait paniqué les auditeurs américains deux ans auparavant. Compte tenu de l’implication étroite du Duce dans RS/33, il se peut cependant qu’il ait signifié quelque chose de tout à fait différent.

Avril 1945

Alors que les forces alliées envahissent le nord de l’Italie vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, le directeur Moretti, responsable de l’aérodrome de Sesto Calende, incinère le hangar pour empêcher les débris du Maderno de tomber entre les mains de l’ennemi. Tout d’abord, les officiers du SD (Sicherheitsdienst, le service de sécurité SS allemand) passent au crible les cendres du hangar, à la recherche de tout ce qui a pu survivre à l’incendie. Ils sont suivis peu de temps après par le personnel de renseignement de l’U.S. Air Force. On ne sait pas si les Allemands ou les Américains trouvent quelque chose de valeur. Dans la plus grande tempête de feu qui consume le Troisième Reich, la plupart des matériaux RS/33 sont détruits.

Mars 1996

Le quotidien Il Resto del Carlino de Bologne reçoit 34 pages photocopiées de rapports gouvernementaux classifiés documentant les observations d’OVNIs en Italie de 1933 à 1940. Une description de Regia Aeronautica d’une rencontre rapprochée avec l’un de ses avions de combat a écrit en caractères d’imprimerie : “Ne dites rien au Duce !” Le rédacteur en chef du journal dénigre le dossier envoyé anonymement comme un canular évident. Au cours des trois années suivantes, des photocopies similaires arrivent dans de nombreux grands journaux italiens, dont aucun ne fait la publicité du matériel.

1999

Délaissée par la presse grand public, le fournisseur anonyme de documents RS/33 les soumet à contrecœur en dernier recours à La Visita Extraterrestre, l’importante revue italienne d’ufologie. Le rédacteur en chef Giorgio Bongiovanni remet les documents à l’ufologue napolitain, Umberto Telarico, qui suggère qu’ils sont probablement tous “faux”. Mais Roberto Pinot, sociologue, titulaire d’une maîtrise de l’Université de Florence, ancien officier de l’OTAN de la IIIe Brigade antimissile italienne et consultant pour le groupe de recherche SETI, reçoit un dossier de rapports originaux RS/33 qu’il a testés pour en déterminer la provenance. Selon Antonio Garavaglia, chimiste de Côme, l’encre et le papier des documents sont conformes et datés des documents officiels du gouvernement du milieu à la fin des années 1930.

Encouragé par les conclusions de Garavaglia, le Dr Pinotti cherche d’autres preuves à l’appui. Il traque le vieux Faustino V qui, peu avant sa mort, témoigne qu’en 1936, alors qu’il était jeune homme, il a été témoin oculaire du “cigare volant” et de ses escortes sphériques qui passaient au-dessus de Venise, vigoureusement mais désespérément poursuivis par des intercepteurs italiens. Pinotti confirme également l’existence antérieure de RS/33, lorsque Marcello Coppetti, un érudit renommé et ancien ami du ministre italien de la Défense, Legorio, a documenté le “Cabinet” dès 1978, dix-huit ans avant les révélations RS/33 de 1996.

9 octobre 2000

Alfredo Lissoni, rédacteur en chef de Giornale dei Misteri, reçoit une communication de l’expéditeur anonyme des documents du RS/33. La lettre non signée explique comment l’auteur est entré en possession des documents sur les ovnis provenant d’un parent de la famille qui a servi dans le Cabinet secret.

Il poursuit en suggérant que l’anonymat a été rendu nécessaire par son ancien rang dans le corps diplomatique fasciste, où il était un collègue du ministre italien des Affaires étrangères, Galeazzo Ciano, le gendre de Mussolini, pendant le mandat de l’écrivain inconnu comme jeune consul italien à Shanghai juste avant la Deuxième Guerre mondiale. Un sentiment antifasciste violent depuis le lendemain de ce conflit exposerait l’expéditeur anonyme à un trop grand risque personnel. Il laisse entendre qu’en tant que vieil homme qui n’a plus beaucoup de temps à vivre, il veut léguer les importants documents RS/33 à la postérité tant qu’il en a le temps.

Alors que les sceptiques rejettent son matériel comme un canular incroyable, il ne lui a apporté ni gloire ni fortune dans les plus de dix ans qu’il s’est efforcé de faire connaître ces rapports. L’encre et le papier qu’ils contiennent ont été chimiquement validés à ce jour à l’époque et au gouvernement concernés par leurs textes. RS/33 existait effectivement, et au moins une des observations d’OVNI signalées a été vérifiée indépendamment par un témoin oculaire survivant. Les chercheurs qui possèdent les impressionnantes références académiques du Dr Roberto Pinotti sont convaincus que les documents sont authentiques. Le vrai mystère ici n’est pas leur provenance, mais d’où vient l’étrange objet qui s’est écrasé dans le nord de l’Italie, et ce qui l’a fait tomber quatorze ans avant l’incident de Roswell.

Bien qu’apparemment sans rapport, les événements semblent avoir un dénominateur commun encore plus sinistre : tous deux ont été victimes de la censure gouvernementale et de la désinformation qui persistent encore à ce jour.


Vendredi 8 Décembre : le quotidien « il secolo XIV » est paru avec un titre et six colonnes  » rencontre rapprochée à Torriglia  » et c’est comme ça que le monde entier a pris connaissance du cas du vigile qui avait vu un ovni…

Tard dans la soirée du Mercredi 6 Décembre 1978 le vigile Fortunato Zanfretta était en service dans sa voiture dans la zone de Torreglia, un petit village dans les hauteurs de l’arrière pays Génois.

Il faisait très froid et la neige qui était tombée durant la journée c’était transformée en une dangereuse plaque glacé qui recouvrait une bonne partie de la chaussée. Zanfretta qui roulait doucement, cherchait tant que possible d’éviter les coins éclaires qui pouvait révéler sa présence. Pour le reste, cet homme était habitué au climat rude des montagnes et des zones qu’il avait appris à connaitre depuis ces deux dernières années.

Il était 23 heures 30 quand Zanfretta prit la déviation, qui de la route 45 conduisait à Marzano, le vigile parcouru la petite route qui l’emmena au centre du village ; et en continuant, se dirigea vers la villa  » casa nostra  » appartenant à un dentiste Genois : Ettore Righi.

Après une centaine de mètres le vigile laissa derrière lui la dernière habitation et ce retrouva en pleine campagne. Il était presque arrivé quand, avant le dernier virage, le moteur et les phares de la Fiat 126 s’éteignirent ;  » mais qu’est ce qui arrive » murmura t-il, surpris. C’est quand il mit pieds à terre qu’il vit dans le jardin de la villa quatre lumières qui bougeaient ; alors, oubliant la panne qu’il venait d’avoir et qui l’avait immobilisé. Il prit le micro de sa radio pour communiquer à la centrale opérative de « l’Institut de vigilance », ce qu’il était prêt à faire. « kangourou 68, kangourou 68″, appela t-il, » je vais à l’intérieur de la villa voir si il y a des voleurs « .

Mais la centrale ne répondit pas. Même la radio était en panne.

Il empoigna son « Smith & Wisson calibre 38 special » et sa torche électrique éteinte dans sa main gauche il s’approcha avec précaution de la villa ; le portillon du jardin etait ouvert, ainsi que la porte d’entrée. Zanfretta entra et se plaqua contre le mur périphérique et doucement il s’avança de l’angle ; il voulait surprendre les voleurs, mais sa stupeur fut grande quand il se sentit toucher sur les épaules.

Rapidement il se tourna avec la torche allumée et son revolver prêt à faire feu s’il en était nécessaire ; cela n’aurai pas été la première fois, mais le faisceau électrique n’illumina pas un voleur… Interrogé le matin suivant par le brigadier des carabiniers Antonio Nucchi, commandant du poste de Torriglia ; Zanfretta, tremblant, raconta avoir vu un être énorme, haut d’environ 3 mètres avec la peau ondulée comme si cela était de la graisse ou bien alors une combinaison ; mais de toute façon de couleur grise..

Il avait des yeux triangulaires jaunes, sur sa tête apparaissait des veines rouges, et ses oreilles étaient de forme pointues, ses mains avaient des doigts dont les ongles étaient arrondies. Zanfretta térrorisé laissa tomber sa torche, il la ramassa et couru à toutes jambes vers sa voiture, et là il empoigna le micro.

« Le premier appel, dit Carlo Toccalino qui faisait son tour de garde à la centrale, je l’ai reçu vers minuit et quart, Zanfretta hurlait en disant continuellement « maman, maman qu’est ce qu’il est affreux », je lui ai alors demandé si il était en train de se faire agresser, il me répondit : « non, ce ne sont pas des hommes, ce ne sont pas des hommes  » et à ce moment la communication s’interrompa. »

Pendant que Zanfretta hurlait à la radio, tout d’un coup une grande lueur triangulaire s’éleva de derrière la maison ; il l’a décrivit plus tard comme étant un disque lumineux plus large que la villa ; la lumière l’aveugla à tel point qu’il dû se cacher les yeux avec ses bras, puis dans un grand sifflement et une accélération fantastique l’appareil se perdit dans le ciel.

Sur le terrain où l’ovni se serrait posé, les carabiniers ont découverts une grande trace semi circulaire qu’ils définirent comme une empreinte laissée par un hélicoptère ou bien par quelque chose d’important qui se serait posé dans le pré avoisinant la villa.

Zanfretta s’était évanoui. Quand ses collègues l’eurent trouvés après une heure de recherche, il était prés de la villa, en état de choc. Pendant qu’ils l’emmenaient, lui continuait à dire « je les ai vu, je les ai vu » et vraisemblablement il n’était pas le seul.

Les carabiniers, durant leur enquête, trouvèrent 52 témoins qui confirmèrent qu’à cette heure-là et dans cette zone ils ont observés un gros objet volant de forme aplatis et triangulaire diffusant une intense lumière variant du blanc au rouge.

Rino Di Stefano, journaliste, en parle : « A cette époque j’étais chroniqueur au quotidien Génois du soir « Corriere Mercantile » et je me souviens du climat de curiosité et d’amusement septique que la nouvelle avait provoquée ; non seulement auprès du public mais aussi dans la rédaction des journaux, évidemment ce n’était pas facile de prendre au sérieux l’histoire de  » l’extraterrestre haut de 3 mètres« .

Toutefois si on aurait voulu archiver l’épisode, il aurait fallu trouver une explication logique à au moins trois questions : l’état de choc du vigile, l’énorme empreinte trouvée près de la villa, et les 52 témoins.

Il me semblait logique avant de traiter de fou cet homme ou de le définir comme mythomane ou bien pire, qu’il fallait démonter les résultats de l’enquête faite par les carabiniers. Pourquoi ne pas enquêter sur Pier Fortunato Zanfretta et sur les faits survenues cette nuit-là ?

Avec surprise je me suis aperçu que les autres collègues journalistes se gardaient bien de le faire, j’ai eu l’impression que la mentalité courante se résumait à ces phrases  » du moment qu’il dit avoir vu une soucoupe volante et un monstrueux extraterrestre, il doit être vraiment fou « .

Pour ce qui était des carabiniers, certainement quelques uns devaient penser qu’ils perdaient leurs temps ; c’est sûrement cette dernière conviction qui m’a donné envie de m’occuper du cas Zanfretta.

Aussi parce que tout le monde comptait sur l’aspect ufologique de la question, laissant de côté le drame humain que vivait cet homme. Je me demandai : » est ce possible qu’un vigile connu comme étant une personne honnête et correcte, père de deux enfants, s’invente de toutes pièces une histoire de ce genre, risquant de perdre son emploi. Et les témoignages de ces 52 personnes qui validaient son récit, est-ce que son état de choc était une simulation ? » ; je voulais en savoir plus.

Les responsables de l’Institut de vigilance « Val Bisagno » se disent prêt à collaborer avec moi. Le directeur Gianfranco Tutti me raconta que son associé Luigi Cerda avait déjà prévu de porter plainte contre X pour l’histoire qui venait de ce passer, « nous voulons que toute la lumière soit faite sur cette histoire »; ils avaient peur de la publicité négative que cette affaire pouvait leur apporter.

La première chose que je leur demanda c’était de parler avec Zanfretta ; et cela ce fit. Le vigile, aux premiers abords, me paru timide et embarrassé.

Je m’aperçu que toute la rumeur faite autour de lui le gênait énormément : » des personnes inconnues téléphonent à la maison pour se moquer de moi « , se plaignit-il,  » je ne sais pas ce que c’était ce que j’ai vu mais je l’ai bien vu, je ne suis pas un menteur « 

En pleine guerre froide, l’Europe fut le théâtre d’étranges phénomènes. Parmi eux, une série d’événements inexpliqués ayant choqué des villageois en Sicile… 


Du même auteur :

Roberto Pinotti-UFO e Vaticano

Roberto Pinottu-Vimana

Roberto Pinotti-UFO

Roberto Pinotti UFO


William Tompkins révèle un Programme Spatial secret italien et affirme qu’aucun juif n’aurait pu être sélectionné sur une base secrète…

William Tompkins, un ancien agent des services de renseignements de la marine américaine, a fait part de ses connaissances sur l’existence d’un programme spatial italien.

Il affirme que des espions de la marine américaine intégrés dans les plus grandes industries aérospatiales de l’Allemagne nazie ont appris l’existence de ce programme italien et ont informé un groupe secret du renseignement naval (notamment Tompkins), stationné à la base aéronavale de San Diego de 1942 à 1946.

Les témoignages de Tompkins corroborent les documents de l’époque fasciste selon lesquels, en 1933, l’Italie avait lancé une étude Top Secret sur une soucoupe volante capturée, dirigée par le célèbre inventeur italien Guglielmo Marconi.

Selon des documents publiés à la fin des années 1990, Benito Mussolini serait entré en possession d’un OVNI le 13 juin 1933, de conception et d’origine inconnues. Après une analyse approfondie, des chercheurs italiens ont conclu que les documents étaient authentiques et ont confirmé la première récupération d’un crash d’OVNI dans l’histoire – 14 ans avant le célèbre crash de Roswell en juillet 1947.

Alfredo Lissini est l’un des principaux chercheurs italiens impliqués dans l’étude des documents fascistes. Voici sa description du crash de 1933:

Le 13 juin 1933, un engin circulaire ressemblant à une paire de soucoupes réunies sur leur pourtour s’écrase près de la ville de Maderno, en Lombardie, dans le nord de l’Italie. L’objet, en métal mince et gris argenté, a environ 50 pieds de diamètre et moins de sept pieds d’épaisseur…. Aucun occupant dans l’objet n’a été trouvé.

Lissioni a ensuite décrit l’organisation top secrète créée pour étudier l’ovni récupéré, comme l’indiquent les documents:

Il Duce créé. RS / 33 Cabinet («Research-Espionage / 1933»), il a son siège à la prestigieuse université de La Spezia à Rome, le premier MJ 12 mis en place pour étudier la situation des OVNIS en Italie, dirigé par Marconi.

Dans l’ interview télévisée d’ ExoNews , Tompkins [WT] a évoqué le programme spatial secret italien en réponse à une série de questions au cours desquelles je lui ai posé des questions sur la participation de l’Italie au programme de développement de technologies anti – gravitationnelles de l’Allemagne nazie:

[MS] Les ingénieurs et scientifiques de Mussolini ont-ils aidé les nazis à développer ces technologies?

[WT] Eh bien, il y avait en fait un programme complètement séparé de Hitler… Il y avait un groupe lié à [Maria Orsic]… C’était [le programme spatial italien] ressemblait à un troisième… Les SS le faisaient, elle [Orsic] elle a commencé et elle le fait toujours, puis en Italie il y en a eu un énorme. C’était majeur…

En ce qui concerne le responsable du programme spatial italien, Tompkins a confirmé qu’il s’agissait bien de Marconi, comme l’indiquent les documents fascistes sur les soucoupes volantes:

[MS] Les espions de la marine ont-ils pu identifier Marconi comme étant l’Italien?

[WT] En tant qu’individu, oui. Il y avait beaucoup plus de produits italiens dans des entreprises composées de personnes différentes, comme des documents de type sous-traitant. Ils ont eu des percées dans différents domaines. Des gens brillants, mais c’était complètement séparé de Mussolini. Deux mondes différents…

Guglielmo Marconi et Nikola Tesla ont inventé les émetteurs radio sans fil. Tous deux croyaient avoir établi des communications radio avec des extraterrestres.

Il est significatif que Tompkins confirme ici que le programme spatial secret de Marconi était complètement distinct du programme aérospatial avancé plus classique de Mussolini, mis au point avant la Seconde Guerre mondiale.

Cela ressemblait à la situation en Allemagne où les sociétés nazies SS et les sociétés secrètes allemandes avaient construit des programmes spatiaux parallèles . Les sociétés secrètes allemandes avaient en grande partie délocalisé leur programme en Antarctique et le séparaient du programme spatial développé par les SS nazis, principalement pour l’effort de guerre.

Dans le livre Insiders Reveal Secret Space Programmes, la coopération entre la SS nazie et le gouvernement fasciste de Mussolini dans le développement de soucoupes volantes pour la Seconde Guerre mondiale a été examinée.

Cependant, ce que Tompkins a révélé, c’est que les Allemands et les Italiens avaient tous deux des programmes aérospatiaux avancés avancés dirigés par des sociétés secrètes parallèlement à ces efforts officiels.

Les affirmations de Tompkins ici correspondent étroitement à celles de Corey Goode, qui aurait découvert ces informations sous forme de pavé de verre intelligent lors de son service secret avec un programme spatial secret de 1987 à 2007.

Goode a déclaré que les Sociétés secrètes allemandes avaient refusé aux SS nazis les technologies, qui auraient pu être utilisées pour gagner la guerre. Il est donc probable que le programme spatial « massif » de Marconi, selon Tompkins, ait également refusé les technologies de pointe au gouvernement fasciste italien.

Il y a longtemps que des rumeurs parlent d’un effort civil pour construire des soucoupes volantes en Amérique du Sud, dirigé par Marconi, dont la mort aurait été falsifiée.

Selon David Hatcher Childress, chercheur en archéologie indépendant, la mort de Marconi lui a valu de déménager au Venezuela pour lancer un projet futuriste loin de la guerre européenne qui se profilait à l’horizon:

Quatre-vingt-dix-huit scientifiques se seraient rendus en Amérique du Sud, où ils ont construit une ville dans un cratère volcanique éteint dans la jungle méridionale du Venezuela.

Dans leur ville secrète, financée par la grande richesse qu’ils ont créée au cours de leur vie, ils ont poursuivi les travaux de Marconi sur l’énergie solaire, l’énergie cosmique et l’anti-gravité.

Travaillant secrètement et indépendamment des nations du monde, ils construisirent des moteurs à énergie libre et finalement des aéronefs discoïdes dotés d’une forme d’anti-gravité gyroscopique.

Sans confirmer ces rumeurs, Tompkins leur a donné une plausibilité dans sa réponse à une autre question:

Les études italiennes de [MS] Marconi étaient-elles associées de quelque manière que ce soit à l’Amérique du Sud? Selon certaines rumeurs, Marconi serait allé en Amérique du Sud poursuivre le programme italien sur les soucoupes volantes.

[WT] – J’ai entendu cela, mais je ne le sais pas avec certitude. Mais j’ai entendu ça, oui. Il y avait aussi beaucoup d’installations souterraines en Amérique du Sud.

Outre ses révélations surprenantes sur un programme spatial italien secret dans son interview publiée sur ExoNews TV, Tompkins a fourni de plus amples détails sur les bases secrètes de l’Antarctique établies par l’Allemagne nazie.

Les bases ont eu recours à la main-d’œuvre esclave recrutée dans plusieurs pays nordiques pour remédier à la pénurie de main-d’œuvre, a-t-il expliqué.

[MS] Savez-vous comment les nazis ont résolu leur problème de main-d’œuvre en Antarctique? Dans le livre, vous mentionnez qu’ils ont emmené sept millions de personnes là-bas. S’agissait-il de travail d’esclave?

[WT] Oui, travail d’esclave.

[Salla] Savez-vous que s’ils appartenaient principalement à un groupe ethnique, il y avait beaucoup de personnes disparues en Europe, étaient-elles juives, hautement éduquées…

[WT] Ils ne prendraient aucun Juif, je vous le garantit, mais oui, ils amenaient des gens de partout. Beaucoup de pays nordiques, Danemark, Suède, Norvège, ce groupe. C’était [génétiquement] vraiment proche des Allemands.

Tompkins se souvient de ce qu’il avait entendu lors du compte rendu des espions de la marine américaine au cours de son service secret au sein de la Naval Air Station à San Diego, entre 1942 et 1946, sont saisissants.

Son témoignage s’appuie sur des documents qu’il a publiés confirmant qu’il était stationné à la base aéronavale pendant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que sur des ordres de mission visant à diffuser des technologies avancées de l’aviation auprès de groupes de réflexion, de sociétés et d’universités américains.

La conclusion qui ressort des dernières révélations de Tompkins est très significative. Selon les espions de la Marine, non seulement les deux puissances majeures de l’Axe ont développé des embarcations de dernière génération à base de soucoupes volantes reposant sur des technologies révolutionnaires de lutte contre la gravimétrie, mais les composantes à caractère civil de ces programmes ont pu relocaliser leurs programmes les plus avancés dans des endroits isolés destinés à des gouvernements nazis et fascistes condamnés en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale.

source : Michael E. Salla, Ph.D. 21 avril 2016


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s