L’Affaire Roswell…

Ovnis : Dossiers Révélés – l’Affaire Roswell
Docu-ovni avec Nick Pope, Leslie Kean…

Roswell est l’incident Alien le plus célèbre et controversé de tous les temps. En Juillet 1947, quelque chose s’écrase dans le désert du Nouveau-Mexique. L´éleveur Mack Brazel qui découvrit les étranges débris dans un champ prit quelques échantillons pour les faire analyser à la base militaire locale. Le lendemain, l´armée américaine, déclara avoir trouvé une « soucoupe volante » c´est la première et la dernière fois dans l´histoire qu´un gouvernement prétend avoir un ovni en sa possession. Mais le lendemain, l´armée se rétracte affirmant qu´il s´agissait en fait d´un ballon sonde météorologique. Puis en 1970, l´agent de renseignement qui est en charge des décombres affirme qu´il s´agissait d´une affaire étouffée par le gouvernement. Il affirme que les débris récupéré étaient différents de tout ce qu´il avait vu jusqu´à présent et qu´il ne s´agissait certainement pas d´un ballon météorologique. Son fils, qui s´est également occupé des décombres décrit les inscriptions étranges sur certains morceaux qui ne ressemblent à aucune autre langue parlée sur cette terre. D´autres affirment avoir vu des silhouettes d´aliens, vivant et morts parmi les débris instaurant l´image que nous avons aujourd’hui des aliens : des individus de la taille des enfants, la peau grise avec des yeux anormalement grands. L´incident Roswell définit la notion que nous avons aujourd’hui des aliens. La controverse autour de Roswell devient brûlante et oblige ainsi le gouvernement à lancer une autre enquête officielle dans les années 90. A l´issu de l´enquête ils en viennent à la conclusion qu´il s´agissait en fait d´un ballon d´espionnage mais la découverte d´un petit métal vient contredire cette hypothèse. Il est alors envoyé pour une série de tests pour déterminer si son origine est terrestre ou extraterrestre.

Le 509e groupe de bombardement basé à l’aérodrome militaire de Roswell était, en 1947, la seule force de frappe atomique existant dans un pays du monde à l’époque. Peut-être l’unité militaire d’élite de nos forces armées, elle devait être la première base SAC (Strategic Air Command) de l’armée de l’air, et ses membres étaient triés sur le volet, et avaient la tâche de larguer la bombe atomique à des cibles présélectionnées en cas de guerre. C’est la 509e, en fait, qui a largué les bombes atomiques sur le Japon pour mettre fin à la Seconde Guerre mondiale.

Que ce soit par erreur ou intentionnellement, l’armée de l’air a d’abord déclaré qu’elle avait récupéré une « soucoupe volante », et qu’elle l’envoyait à un « quartier général supérieur » pour examen. Dans les heures qui ont suivi cette déclaration, l’armée de l’air a cependant changé d’avis et a déclaré que le 509e commandement à Roswell et l’éleveur local avaient tort – que ce qu’ils avaient trouvé n’était rien d’autre qu’un ballon météo en caoutchouc et une cible radar en tôle. Pour faire respecter cette nouvelle version de l’histoire, l’armée de l’air a eu recours à la pratique bien connue de la manipulation et de l’intimidation des témoins : récompenses monétaires, nouvelles affectations et serments de sécurité pour faire taire les témoins militaires et exhortations au patriotisme, à la « sécurité nationale » et, en cas d’échec, menaces de mort directes à l’encontre des civils, y compris les membres de leur famille immédiate, qui ont vu des choses qu’ils étaient censés ne pas avoir vues. Pour l’essentiel, cette stratégie a fonctionné, mais pas entièrement.

Depuis lors, l’armée de l’air a admis avoir menti en 1947 avec son histoire de ballon météo. Ils disent maintenant que les débris étaient les restes d’un ballon en caoutchouc et d’une cible radar en feuille d’étain d’un projet alors très secret – le projet Mogul – qui essayait de détecter les détonations nucléaires soviétiques au moyen de capteurs acoustiques à haute altitude, embarqués dans un ballon. (Un projet Top Secret – oui, mais le ballon et les cibles radar étaient toujours les mêmes qu’avant, si vous suivez ce raisonnement). En outre, pour lutter contre les histoires persistantes de « petits corps » prétendument trouvés avec les débris, l’Armée de l’air a tenu une conférence de presse en juin 1997 pour déclarer que ces histoires provenaient de tests de parachutage à haute altitude – à l’aide de mannequins – que l’Armée de l’air avait effectués à la fin des années 1950. (La « compression temporelle » mentale d’événements disparates par des témoins serait le coupable).

Pour contrer les affirmations de l’Armée de l’air, qui ont été acceptées au pied de la lettre par les médias de l’establishment – par exemple, le New York Times, il existe une pléthore de livres sur le marché faisant valoir qu’il s’agissait bien d’un OVNI qui s’est écrasé au Nouveau-Mexique en 1947. Le problème est cependant que les diverses enquêtes menées par des chercheurs privés ont été inégales dans leurs méthodes de recherche, leur utilisation de documents et de témoins oculaires présumés et, par conséquent, leurs scénarios et conclusions respectifs diffèrent à bien des égards. Il n’est donc pas étonnant que le grand public reste confus sur cette affaire. La plupart d’entre eux croient que quelque chose s’est passé en 1947, mais ils ne savent pas exactement de quoi il s’agit, ce qui est compréhensible.

Source : http://roswellinvestigator.com/index.php/the-incident/


Article  de Thomas J. Carey et Donald R. Schmitt

Sans William Ware « Mack » Brazel (1899-1963), il n’y aurait jamais eu d’incident Roswell – du moins pas connu du grand public. En juillet 1947, Brazel, 48 ans, gagnait sa vie comme contremaître du ranch de moutons J. B. Foster, situé à 30 miles au sud-est de la petite ville de Corona, au Nouveau-Mexique. La famille vivait à Tularosa, tandis que Mack restait au ranch dans une cabane sans téléphone, ni électricité, ni même eau courante. Le voisin le plus proche se trouvait à 15 km de là.

Comme cela a été signalé à maintes reprises auparavant, il a découvert un jour une masse de matériel jonché sur une partie des vastes pâturages et l’a trouvée suffisamment étrange et importante pour qu’il en informe le shérif du comté de Chaves, probablement le 6 juillet, qui à son tour a appelé l’aérodrome militaire de Roswell. Il a fait cela non seulement par patriotisme, mais aussi parce que le matériel gênait le fonctionnement du ranch, les moutons ne voulant pas traverser le champ de débris.

Les militaires, en la personne du Cdt Jesse Marcel et du Cne Sheridan Cavitt, ont suivi Brazel jusqu’au ranch le jour même. Après avoir passé la nuit, ils ont passé le lendemain à inspecter et à ramasser les débris, qu’ils ont emmenés à la base au petit matin du 8 juillet. Peu après, le colonel William Blanchard, commandant de Roswell, a publié un communiqué de presse indiquant qu’un « disque volant » avait été récupéré. Presque immédiatement après l’étonnante déclaration de Blanchard, le général de brigade Roger Ramey, son supérieur dans la chaîne de commandement, tint une conférence de presse à Fort Worth, au Texas, au cours de laquelle il fut dit que le « disque » trouvé par Brazel était un réflecteur radar battu par un ballon. Un autre article paru dans le journal Roswell le 9 juillet est le seul document contemporain publié sur les propos de Brazel (« Harassed Rancher Who Located ‘Saucer’ ‘Sorry He Told About It »). Il est basé sur une interview réalisée dans les bureaux du Roswell Daily Record dans l’après-midi du 8 juillet. La description des débris qu’il a fournie ressemble beaucoup à une petite partie d’un réseau de ballons du Projet Mogul, similaire à celui des ballons météorologiques, ce qui est l’explication sceptique acceptée aujourd’hui pour l’événement. Bien que le « Project Mogul » ait été un projet top secret, les ballons en caoutchouc néoprène et les cibles radar en papier d’aluminium utilisés dans le cadre de ce projet ne l’étaient pas. Dans l’article, Brazel décrit une collection de « papier d’aluminium », de « ruban adhésif », de « bâtons » et de « caoutchouc », dont la taille était si limitée qu’elle pouvait être enroulée en un petit paquet. Mais il précise que les débris occupaient une surface d’environ 200 mètres de diamètre, soit bien plus que les restes que produirait un réseau de Mogul. Les derniers commentaires de Brazel sont apparemment passés inaperçus et n’ont certainement pas été appréciés par les journalistes de l’époque. L’article concluait en notant que Brazel avait déjà trouvé des ballons météorologiques sur le ranch à au moins deux reprises, et il déclarait fermement : « Je suis sûr que ce que j’ai trouvé n’était pas un ballon d’observation météorologique ».

Brazel a conclu en exprimant une frustration évidente, en disant qu’à l’exception peut-être d’une bombe, il ne signalerait jamais un autre objet trouvé sur le ranch. La contradiction entre sa description banale des débris et son affirmation selon laquelle il ne s’agissait pas d’un ballon d’observation météorologique allait se répercuter presque indéfiniment lorsque la controverse Roswell exploserait dans la conscience du public.

Le Mack Brazel historique

Avec cela, Brazel et le disque de Roswell se sont effacés dans l’obscurité. Ce n’est que 31 ans plus tard que Jesse Marcel s’est exprimé, en disant que ce qu’il avait trouvé au ranch Foster n’était « pas de cette planète ». Roswell fut revisité par des chercheurs, qui produisirent des preuves circonstancielles convaincantes indiquant que l’histoire originale du disque Blanchard était plus proche de la vérité que son explication en forme de ballon météo.

Ce qui suit est une tentative de reconstituer l’histoire de Mack Brazel et de son rôle dans les événements de Roswell. Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur les souvenirs de sa famille, de ses amis et des quelques autres personnes qui ont été en contact avec lui pendant les jours critiques de juillet 1947. Vous avez peut-être déjà lu certaines de ces informations, mais dans cet article, nous affinons notre image du rôle de Brazel et nous présentons de nouvelles découvertes sur ce qu’il a pu découvrir. Pour préparer cette vue d’ensemble, nous nous sommes appuyés sur les interviews originales réalisées et publiées par William Moore, Stanton Friedman, Kevin Randle et Donald Schmitt lorsqu’il était le partenaire de recherche de Randle, ainsi que sur notre propre travail récent sur le terrain.

W. Ware « Mack » Brazel

Nous commencerons par son surnom. La plupart des comptes rendus le désignent sous le nom de « Mac », en partie parce que les chercheurs ont entendu le nom et ont appliqué l’orthographe phonétique la plus logique. Et sa famille nous dit qu’il a été ainsi nommé en l’honneur de l’ancien président William McKinley. Cependant, les documents familiaux montrent que l’orthographe « Mack » a toujours été utilisée. En effet, l’inscription sur sa pierre tombale dit W. Ware Mack Brazel. En plus de l’interview à la première personne de Brazel au Roswell Daily Record, nous connaissons trois autres interviews. La première a été réalisée sur un coup de tête par Frank Joyce, annonceur de la station de radio Roswell KGFL, le dimanche 6 juillet. Joyce a pris l’habitude d’appeler le shérif du comté de Chaves, George Wilcox, pour obtenir de nouvelles pistes. Il se trouve que Brazel était dans le bureau de Wilcox à ce moment-là, racontant sa découverte de débris étranges. Wilcox a mis Brazel au téléphone, et Joyce a procédé à son interrogatoire.

Le second cas est un entretien mené au domicile de Walt Whitmore, le propriétaire de KGFL. L’interview a été enregistrée sur un magnétophone, la technologie disponible à l’époque. L’interview était censée être diffusée en tant que scoop, mais elle n’a jamais été diffusée à l’antenne. Malheureusement, l’enregistrement a été perdu pour nous car il a été confisqué par l’armée dans l’après-midi du 8 juillet et n’est jamais revenu pendant leur opération visant à tuer l’histoire originale de la récupération du disque et à supprimer toute preuve contraire.

La troisième et dernière interview a été réalisée par une station de radio d’El Paso. Nous savons seulement qu’elle a eu lieu, et nous ne pouvons que deviner que Brazel a répété l’histoire qu’il a donnée au Roswell Daily Record.

Sur la base de nos enquêtes et de déductions raisonnables, il semble presque certain que les interviews de Joyce et Whitmore ont présenté l’histoire de Brazel de manière honnête et non déformée. À un moment donné, les 7 et 8 juillet, Brazel a été placé en détention militaire à la base. Ses déclarations durant cette période sont donc suspectes et peuvent être le résultat de la coercition. Les membres de la famille pensent que Brazel a été effrayé ou acheté par l’armée, et que son interview du Roswell Daily Record du 8 juillet, en particulier, était au moins dans les grandes lignes, dictée par l’armée. L’un des objectifs de notre réinvestissement de Brazel a été de déterminer pourquoi il a été détenu par l’armée, seul parmi les témoins de Roswell.

L’ éleveur harcelé

Le nom de Mack Brazel est apparu pour la première fois en public dans l’article du Roswell Daily Record du 9 juillet. Bien que le journal n’ait pas publié de photo de Brazel, de nombreux autres journaux dans tout le pays l’ont fait. Apparemment, sa photo a été la première photo électronique transmise par Roswell. Lorsque cette photo a été publiée dans le journal d’Albuquerque, elle a alerté son fils Bill, Jr. sur le fait que son père était au centre d’une grande controverse et qu’il pourrait avoir besoin d’aide.

La même page du Journal contenait l’article de démystification du bureau de Ramey à Fort Worth, intitulé « Le Général Ramey vide la soucoupe de Roswell ». Brazel est également mentionné nommément dans cet article.

L’ histoire de la famille

Mack Brazel est mort en 1963 à l’âge de 64 ans, et sa femme Maggie est décédée en 1975 à l’âge de 73 ans. Tous deux sont donc morts bien avant qu’un checheur ne puisse les interroger sur les événements de 1947.

Source : http://roswellinvestigator.com/index.php/mack-brazel-reconsidered/


Roswell, au Nouveau Mexique : cette ville tranquille au sud-ouest des États-Unis a d’abord été connue pour sa grande base aérienne. Mais sa réputation a changé en 1947 lorsqu’un propriétaire de ranch affirme qu’un vaisseau spatial s’est écrasé sur son terrain.

Le 8 juillet 1947, l’observation d’un OVNI a été rapportée, alors même que le gouvernement des États-Unis a du mal à nier. Pourquoi ? Parce que cette fois, le rapport a été publié par l’U.S. Army.

Le ranch Foster, entre Corona et Roswell, se trouve au Nouveau-Mexique. Non loin de là se trouve ce qu’on appelle le champ de débris juste derrière une colline. Ce champ de débris fait référence aux gros titres de juillet 1947 à propos d’un disque – l’un de ces mystérieux OVNIS – s’écrasant ici même.

Tout commence une nuit de début juillet 1947 quand une violente tempête balaye le Nouveau-Mexique. Le 3 juillet 1947 un éclair de lumière traverse le ciel et s’écrase dans le désert près de la base militaire aérienne de Roswell. L’éleveur Mac Brazel entend l’impact et se rend sur le terrain le lendemain matin pour vérifier les dégâts et s’assurer que tout était en ordre. Et il est tombé sur une vaste étendue de débris, des choses qu’il n’avait jamais vues auparavant.

Il s’est rendu au bureau du shérif local pour faire une déposition auprès des autorités. Le champ était couvert de débris comme on en avait jamais vu auparavant. Et l’éleveur a déclaré avoir trouvé ce qui ressemblait, au départ, à un matériau semblable à une feuille d’aluminium qui, lorsqu’elle a été ramassée et rassemblée, avait des propriétés étranges, comme le métal à mémoire de forme. En d’autres termes, il reprenait sa forme initiale une fois froissé, si vous voulez. Ça laisse à penser que quelque chose de très étrange est tombé à Roswell.

Le premier rapport de l’armée datant du 8 juillet

En 1947, Roswell accueillait une base aérienne de l’armée. Le shérif a appelé la base. La base a envoyé le major Jesse Marcel, et à ce moment-là, le champ est essentiellement devenu un site militaire, car les soldats ont rassemblé tous les débris qu’ils ont pu trouver.

Quelques jours plus tard l’armée publie un communiqué de presse qui confirme l’existence d’un vaisseau extraterrestre mais le lendemain elle change d’avis et affirme avoir trouvé un ballon sonde météorologique. Ces deux rapports contradictoire créent une onde de choc mondiale. Depuis ces événements le nom de Roswell est lié au mystère des visites extraterrestres.

Dans leur rapport initial, les responsables de l’armée font une vague déclaration, disant qu’ils avaient commencé à récupérer les débris « au cours de la semaine précédente ».

Mais pourquoi l’armée n’a-t-elle pas immédiatement rendu compte de leurs découvertes ?

Et pourquoi se montrer aussi ambigus sur la chronologie des faits ?

Le journal du 8 juillet 1947 rapporte que le Colonel Blanchard a donné un ordre au lieutenant Walter Haught, qui était officier porte-parole de l’armée, d’annoncer que sa compagnie avait en sa possession une soucoupe volante et qu’elle allait être acheminée à Fort Worth (Texas), au quartier général supérieur.

Roswell a été un véritable tournant dans l’ufologie. C’est sans doute parce que les militaires, pour la première fois, ont admis qu’ils avaient récupéré un OVNI écrasé. Et comme cela a été reconnu à l’époque, cela a fait sensation.

 

Le démenti du 9 juillet

Au début, les militaires U.S. annoncent qu’ils ont récupéré les débris d’un vaisseau spatial inconnu. Mais plus tard, ils se rétractairent. 24 heures plus tard, l’armée a complètement changé de version en disant qu’ils s’étaient trompés. Le 9 juillet, le général Ramey a publié un communiqué de presse disant qu’il ne s’agissait pas d’une soucoupe volante, il s’agissait juste d’un ballon météo :

« Désolé, nous avons commis une grosse erreur. C’était juste un ballon météo. »  

 

Et cela a initié la tentative de dissimulation d’OVNIS la mieux documentée de tous les temps.

Les responsables de l’armée ont déclaré que les débris faisaient partie d’une soucoupe volante. Des mémos internes font même état de victimes sur le site de la catastrophe. Alors pourquoi, moins de 24 heures plus tard, décident-ils soudainement que ce qu’ils avaient retrouvé n’était rien d’autre que des débris d’un ballon météo ? Et bien sûr, aucune déclaration n’a été faite sur la manière dont un personnel militaire formé pouvait confondre une soucoupe volante et un ballon météo.

Mais pourquoi les militaires ont-ils changé leur version des faits ? Était-ce parce qu’ils auraient trouvé autre chose, quelque chose d’un « autre monde » ?

Il est difficile de déterminer pour quelle raison exactement l’écrasement de Roswell a été caché. Certaines personnes prétendent qu’un tel secret bouleverserait notre vision du monde trop radicalement. Presque tout le monde a déjà entendu parlé de l’affaire Roswell. Une des implications du projet disclosure  est que certains de nos mythes les plus chers à propos de l’origine humaine, dont ceux entretenus par l’histoire et l’archéologie, s’écrouleraient.

Bien que Blanchard et Ramey s’en tiennent à la version révisée du récit, le lieutenant Haught a maintenu le contenu de son rapport initial toute sa vie. Et ceux qui le croient pensent que la technologie moderne a pu fournir récemment les preuves irréfutables qu’ils recherchent.

Roswell : que s’est-il réellement passé ?

En 1947 il s’est produit quelque chose dans la ville de Roswell au Nouveau Mexique et les gens veulent connaitre la vérité.

Lorsque le major Jesse Marcel a transporté les débris à Fort Worth et que le général Ramey les a étendus pour indiquer à la conférence de presse qu’il s’agissait d’un ballon météo, une photo a été prise ; elle montrait qu’il tenait dans la main un morceau de papier. C’est un très petit morceau de papier. Il a été agrandi. Il s’agissait d’un mémo.

 
Jesse Marcel
Major Jesse Marcel

Un chercheur de premier plan dans le domaine a pu en extraire certains mots. On retrouve des termes comme « équipe à Fort Worth », « transfert des victimes du crash », le mot « disque », « pod » ou « pan ». Et malgré les progrès technologiques constants, le général Ramey aurait été le seul à pouvoir éclairer notre lanterne. Malheureusement il est décédé le 4 mars 1963.

Les personnes qui affirment avoir été associées au crash de Roswell disent toutes que plusieurs corps extraterrestres ont été retrouvés sur le site. C’est très étrange qu’ils parlent tous de corps. Nous savons aussi qu’un médecin légiste a été appelé et qu’on lui a demandé de venir avec de petits cercueils. Quelque chose s’est évidemment passé à Roswell, c’était quoi exactement ? Nous ne savons vraiment pas, mais on pense que c’était d’origine extraterrestre.

C’est en quelque sorte le cœur de l’affaire Roswell. Le gouvernement américain, qui, comme dans toute démocratie, est censé agir en faveur du peuple, par le peuple, pour le peuple, couvre tout cela et cache certaines choses. La 2ème chose qui est implicite dans cette légende est bien sûr que des extraterrestres ont visité la Terre. Mais si des extraterrestres se sont effectivement écrasés à Roswell, qui sont-ils et que nous veulent-ils ?

Les documents secrets de 1996

Bob Wood, un chercheur sur les ovnis, a reçu des documents classifiés en 1996, et en a partagé le contenu avec quelques autres.

Ces documents provenaient de « L’Unité des phénomènes interplanétaires » et portaient un cachet du département de la guerre daté du 22 juillet 1947.

L’aspect le plus troublant de cette enquête était qu’on a retrouvé d’autres corps non loin de la zone d’atterrissage 1, le site Mac Brazel situé entre Corona et Roswell. Cela ressemblait à « des cadavres disséqués comme le serait une grenouille ».

Ils auraient trouvé 5 corps. On les a mis dans de petites boites scellées hermétiquement et de la taille d’un cercueil. On les a transportés pour qu’ils soient autopsiés avant de les envoyer dans différents endroits classés top secret. Ils sont décrits comme étant des gris classique, mesurant entre un mètre et un mètre vingt, des cernes noirs autour des yeux et une fente en guise de bouche. Ils avaient de longs bras avec, selon les descriptions, entre 3 et 5 doigts.

Cela ne dit pas si ces corps étaient humains, ni si ces dépouilles étaient non humaines. On les a qualifié d’aliens parce qu’ils ne ressemblent pas à des humains. Mais tout à coup, ces révélations ont été comme une secousse électrique pour tous les ufologues de la fin des années 90. C’est ce qui expliquerait enfin que le gouvernement savait que des entités biologiques extraterrestres en provenance d’un autre endroit du cosmos interagissaient avec notre planète depuis fort longtemps.

Apparition de l’expression Objets Volants Non Identifiés

Cinq ans après Roswell, l’armée de l’air américaine a inventé le terme : objet volant non identifié ou OVNI (UFO en anglais).

Dans les décennies qui ont suivi, des milliers d’observations d’ovnis ont été rapportées, photographiées et filmées dans le monde entier.

La caméra vidéo est peut-être l’une des technologies les plus importantes et les plus révolutionnaires permettant de changer notre vision des ovnis et des soucoupes volantes. Il suffit de regarder ce qui s’est passé à Phoenix, en Arizona, en mars 1997, lorsque ces énormes boomerangs volants ont traversé Phoenix, traversé toute la vallée, en direction du sud vers la frontière mexicaine. Ils ont tous été filmés.

Les chaînes d’info avaient leurs images. Les chaînes locales aussi. On les a vu dans les journaux télévisés, dans les talk-show, on a vu cela sur CNN. Les gens les appelaient des fusées éclairantes ou des points lumineux. Mais le fait est que quand on voit quelque chose de ses propres yeux, même si ce sont des images de caméscope, on a souvent un autre point de vue.

Alors maintenant, selon de récents sondages réalisés par de grands instituts – sondages Gallup et Roper –, plus de 50% des Américains pensent qu’il existe des soucoupes volantes et près de 50% pensent que le gouvernement sait qu’il existe des soucoupes volantes et qu’il nous le cache.

https://www.dailymotion.com/video/x6ibhnh


Roswell (Nouveau-Mexique), juillet 1947. Un aéronef d’origine inconnue s’écrase près d’une base ultra-secrète de l’armée américaine. Des témoignages d’une étonnante précision décrivent l’appareil et signalent l’existence de  » créatures  » dont l’une aurait survécu au crash. Bizarrement, l’US Air Force fait disparaître l’épave dans les heures qui suivent. Pourquoi une telle hâte ? En pleine guerre froide, tout objet non identifié dans le ciel américain risque de jeter le discrédit sur l’efficacité de la défense aérienne. Pourtant, à l’époque, d’étranges engins survolent les bases atomiques les plus sensibles des Etats-Unis. Cette enquête méthodique et passionnante s’appuie sur des documents  » déclassifiés  » du FBI et de la CIA. Les conclusions en sont troublantes : il est impossible d’attribuer ces intrusions répétées à une nation terrestre. Plus encore, elles n’auraient jamais cessé jusqu’à aujourd’hui.  » L’affaire Roswell  » demeure d’actualité…

ET secret d'Etat l'Affaire Roswell

Articles à consulter :

http://www.dramatic.fr/roswell-p628.html

https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/data/3060/reader/reader.html#!preferred/1/package/3060/pub/4116/page/4

https://chocverite.jimdofree.com/2017/01/08/dossier-l-affaire-roswell/

https://fr.sputniknews.com/presse/201707051032113206-usa-affaire-roswill/

Un avis sur “L’Affaire Roswell…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s