Les Crop Circles – Agroglyphes

Au cours des dernières décennies, des intelligences extraterrestres ont fait sentir leur présence à divers moments de l’histoire, comme au moment des blackouts de New York de 1965 et 1977, ou lors de l’atterrissage d’un ovni à Voronezh-Ukraine en 1989, publié dans tous les journaux du monde. Ils ont parfois intervenu pour désactiver des missiles nucléaires dans leurs silos ou lors d’essais réels, toujours dans le cadre de leur mission d’alerte et de protection des êtres humains. 

Ils nous envoient également des messages comme ils le font à travers les crop circles dans différents pays du monde, notamment en Angleterre.

Si nous avons compris que les agroglyphes sont des messages, ou des signaux, envoyés par des êtres intelligents inconnus de l’homme, et destinés à l’homme, à tous les hommes, la question de l’identité de leurs auteurs est évidemment essentielle, et la question du sens de ces messages est encore plus fondamentale. Des êtres intelligents immatériels, ou qui seraient capables de se dématérialiser : on peut les désigner comme des êtres spirituels, ou pour employer un autre langage, des êtres vivant dans une autre dimension, ou sur un autre plan.

Wendy Flentri (anthropologue – psychologue américain) : « Les preuves suggèrent que la plupart des agroglyphes dans le monde sont créés par des êtres intelligents non-humains qui choisissent les paysages comme moyen de communication. Grâce à eux, nous avons beaucoup appris sur nos amis et visiteurs extraterrestres. Il s’agit d’un langage de symboles, d’images et de mathématiques, destiné au plus grand nombre d’humains, qui se sentiront interpellés. »

Jacques Pelletier (journaliste canadien) : « Les cercles de culture sont des formations géométriques aplaties que l’on trouve dans de nombreux pays, mais principalement en Angleterre. Ils ont été trouvés dans les champs de blé, d’orge, de canola, de seigle, de maïs, de lin et de soja. L’origine des agroglyphes a fait l’objet de nombreuses controverses. Cependant, les personnes contactées témoignent aujourd’hui de l’origine de nombreux ‘crop circles’. Un contacté qui a accepté de s’identifier comme ‘Adrian’ témoigne que les races extraterrestres de la galaxie d’Andromède et des Pléiades font partie des principales races extraterrestres responsables des agroglyphes. Ces cercles de culture sont destinés à inspirer les humains sur la possibilité de communications extraterrestres et à les avertir des conséquences de leurs actions pour contrôler et manipuler les humains, ce qui, en partie, prend la forme de la soi-disant ‘mondialisation’. Les Andromédiens sont apparemment des chercheurs de paix et de sagesse qui s’inquiètent de l’effondrement de la conscience sociale, culturel et environnementale de la civilisation sur Terre. Il semble que les élites terrestres procèdent à un tel effondrement pour l’institutionnaliser dans leur programme de mondialisation, motivé par la cupidité du ‘Nouvel Ordre Mondial’. Ces élites terriennes constituent un complexe militaro-industriel et politique. Les crop circles révèlent d’apparents messages extraterrestres inspirants et complexes à l’intention de l’humanité, qui ont été inspirés par la géométrie fractale. Les Andromédiens ont été décrits comme étant très beaux, et aussi, construits de manière élastique et très minces. Le témoignage du contacté décrit également cette race comme « si évoluée spirituellement qu’elle n’a plus besoin d’un corps physique. Ce sont presque des êtres d’énergie de lumière. Ils sont illuminés dans la lumière. Ils sont très grands et mesurent de 2,40m à 3m de hauteur. Dans la mythologie, on les appelait les dieux Ailés. Les personnes contactées indiquent également qu’ils sont beaux au-delà de toute description et que l’humanité ressemble à des fragments de cette beauté. Ils ont pris soin de l’humanité parce qu’ils nous considèrent comme leurs frères et sœurs. Ils croient que nous venons tous de la même source et que nous avons tous été créés dans la lumière. C’est le lien commun entre nous. »

Extraterrestre type Andromédien

Il y a quelques années Hollywood a produit une fiction basée sur le phénomène inexpliqué des « crop circles ». Il s’agissait du film « SIGNS » (2002)  avec Mel Gibson. Il est esthétique, fascinant et c’est vraiment une agréable distraction. 

Dans un immense champ de maïs, une nuit, soudainement et silencieusement, des zones sont aplaties en spirales ou en tourbillons, formant des anneaux et des cercles. Des cassures franches semblent systématiquement avoir été faites sur les tiges de maïs. Les tiges sont pourtant intactes. Aucun engin n’a roulé dessus. Les tiges, encore vertes, sont pliées, mais pas cassées. Les plants sont encore en vie. 

Un tel phénomène est étrange et spectaculaire. Il n’y a aucune empreinte et aucune trace pouvant justifier qu’un être humain ait pu pénétrer dans le champ pour faire cela. Il s’agit d’un phénomène appelé « crop circle ». Ce cas retranscrit au cinéma n’est pas rare et se rencontre régulièrement en vrai, exactement de la même façon. Il est grand temps de faire la lumière sur ces phénomènes mystérieux.

La famille Hess, établie à Doylestown, dans le comté de Bucks en Pennsylvanie, traverse une bien sombre période. Après la mort de sa femme dans un accident de la route, le père, Graham Hess, a perdu la foi et rendu sa charge de pasteur. Tout en s’occupant de sa ferme, il tente d’élever de son mieux ses deux enfants, Morgan et Bo, aidé de son jeune frère Merrill, une ancienne gloire du baseball.

Un matin, la petite famille découvre dans ses champs de gigantesques agroglyphes. D’abord convaincus d’un canular, Graham et Merrill s’aperçoivent que quelque chose les épie et rôde dans leurs champs la nuit. Très vite, les Hess doivent se rendre à l’évidence : ces mystérieux agroglyphes ne sont pas le fruit d’un quelconque hasard, mais les signes d’une invasion extraterrestre imminente.

référence cinématographique : SIGNS 2002

L’historique des cercles de cultures

Bien qu’un crop circle ait été rapporté de façon occasionnelle aussi loin qu’au XVIe siècle, en vérifiant les sources on s’aperçoit que la récolte a été en réalité coupée. Ça ne ressemble en rien aux formations modernes où les tiges ne sont que pliées mais où la plante peut encore pousser. Donc, il y a une absence totale d’historique en la matière. Toute théorie acceptable doit répondre à la question que tout le monde se pose :

« Pourquoi ce phénomène n’a pas commencé avant les années 1960 »

À bien des égards, la première histoire des cercles appartient à la communauté des ovnis. Les rapports sur les marques circulaires ont été étudiés à plusieurs reprises par des chercheurs en ufologie et ont souvent été interprétés comme des sites de débarquement d’ovnis. L’un des premiers crop circles s’est formé parmi les roseaux d’Australie à Tully en 1966. Un témoin sur place a signalé avoir vu un « OVNI » décoller, laissant une parcelle de roseaux déracinés et dispersés, de forme circulaire, qui est connue sous le nom de nid d’OVNI. Mais les crop-circles ne sont parvenus à l’attention du public qu’avec l’explosion de leur nombre dans les années 1980. D’environ trois mètres de large dans les comtés anglais du Hampshire et de Wiltshire, ils ont grandi pour être aussi grand que les champs le permettent. Ils se sont répandus dans le monde entier, avec des pointes en fonction de l’intérêt que leur portaient les médias.

Les crop circles étaient des cercles tout d’abord assez simples dans les champs de céréales. Comme le phénomène a attiré de plus en plus d’attention, les cercles sont devenus plus élaborés. Des cercles liés, des tourbillons et des spirales sont devenus trop complexe pour être appelé cercles, on en vint à leur donner le nom de « pictographes de cultures ». Il y a même eu l’apparition d’un triangle. Le nom d’ « agroglyphe » jouissait également d’une certaine popularité. 

Plus de 1000 crop circles se sont formés en 1990 seulement. Le 12 Août 1991, à Ickleton près de Cambridge, un ensemble de Mandelbrot est apparu dans un champ de blé. Ce fut un plaisir pour les fans de fractales de voir la signature de leur nouvelle forme d’art aménagé si merveilleusement. Les aliens étaient-ils en phase avec la mode des humains ? 

Ce fut un chercheur sur les ovnis qui réalisa la première enquête enregistrée sur un cercle au Royaume-Uni. En août 1980, le Wiltshire Times signalait une formation de trois cercles apparus près de Westbury, sous l’un des chevaux blancs sculptés à la craie et éparpillés sur les flancs des collines de cette région. Lan Mryzyglod a enquêté sur les cercles et a conclu qu’ils n’étaient pas des « marques d’atterrissage » d’un OVNI. Il a ensuite contacté le Dr Terence Meaden, un physicien atmosphérique, qui a suggéré que la cause probable était un tourbillon d’été. 

Les céréalogistes, comme on les appelait, ont proposé de nombreuses théories. L’une des plus populaire veut que les crop circles soient créés par des extraterrestres. Les céréalogistes admettent que de nombreux crop circles sont des canulars, mais il y en a beaucoup, disent-ils, qui défient l’interprétation des plus sceptiques.

Les théories expliquant les crop circles

Voici les théories qui ont été le plus souvent avancées pour expliquer les crop circles :

1. Les crop circles sont créés par des extraterrestres. Quelques témoins ont rapporté avoir vu des lumières étranges et des soucoupes volantes ainsi que d’autres indicateurs extraterrestres. Hollywood favorise cette explication.

2. La théorie de l’énergie de la Terre indique que les crop circles sont un message de la Terre en nous disant d’arrêter de la polluer. Cette théorie est revendiquée par quelques écologistes.

3. Les cercles sont le résultat d’un champignon qui imagine une manière extravagante d’améliorer les ronds de sorcières familiers créés par des champignons.

4. Il existerait des champs magnétiques et électriques souterrains qui provoquent soudainement l’écrasement des plants. Ils sont éventuellement associés à des restes d’anciennes plantations ou de bâtiments.

5. Les cercles sont le résultat de courants descendants d’avions ou d’hélicoptères. En fait, une théorie propose que les cercles sont le résultat des pilotes d’hélicoptère volant à l’envers au-dessus de la culture.

6. Ils sont les résultats de vents tourbillonnants ou de tornades qui créent des cercles. Les cercles se produisent généralement en été, le soir ou le matin, quand l’air est encore chaud. Les vents tourbillonnants s’élèvent du sol chaud. On découvre souvent les cercles près de collines, ce qui donne lieu à l’idée que la présence des collines provoque des courants d’air étranges et contribue donc à la formation de vent en tourbillons. 

7. Les crop circles sont formés par un tourbillon de plasma. Cette théorie a été proposée par le physicien et météorologiste Dr Terence Meaden dans son livre « Les Cercles : Effet et mystères ». Rejetant l’hypothèse extraterrestre, il a proposé qu’un phénomène naturel était à son origine. Il a défini un vortex de plasma comme « une masse d’air qui a accumulé une fraction importante d’électricité et le vent est entré dans un état ionisé appelé plasma ». Les tourbillons peuvent devenir des boules de plasma semblables à la foudre, en apparence, sauf qu’elles sont beaucoup plus grandes et vivent plus longtemps (Meaden, cité dans Nichell & Fischer 1987, p. 137). Certains témoins ont rapporté des lumières et des grondements, ce qui est cohérent avec la théorie du plasma et des vortex ainsi qu’avec les extraterrestres.

8. La dernière théorie : ce sont tous des canulars.

Élimination méthodique des théories

Les communications de la Terre nourricière sur le sujet de la pollution s’adaptent aux philosophies actuelles. Cependant, la théorie manque de tout moyen physique par lequel la Terre aurait pu créer ces cercles. Elle ne parvient pas à expliquer pourquoi les cercles sont créés dans certains pays et non dans ceux qui ont de plus grands problèmes de pollution. Cela n’explique pas non plus pourquoi les cercles ont commencé dans les années 1960, alors que l’ère industrielle qui a démarré un siècle plus tôt aurait causé à juste titre, des préoccupations similaires à la Terre.

Rien ne peut être trouvé qui détecte les champs magnétiques ou électriques souterrains, et on ne connait certainement rien qui soit assez puissant pour plier le blé et le maïs, qui ne sont ni métalliques ni sujets à une forte électrique ou magnétique. Des énergies étranges et indéfinies sont détectées par les radiesthésistes avec leurs baguettes d’énergie. À ce jour, ils ont également défié toute détection par des moyens scientifiques. 

Il n’a pas été démontré que la présence de ruines et de bâtiments souterrains était en corrélation avec l’apparition de crop circles, ou produisait des forces ayant la force de plier les tiges. Et pourquoi ces champs d’énergie courberaient-ils soudainement une tige alors qu’elle n’a pas été affectée depuis des mois ? 

Le champignon ne peut pas être détecté, pas plus qu’on ne puisse expliquer pourquoi un tel champignon courbait les tiges de manière aussi nette. 

Les pilotes affirment avec certitude que les hélicoptères seraient facilement détectés par leurs restes écrasés au milieu du terrain si quelqu’un essayait de telles acrobaties. Toute forme de descente d’avion ou d’hélicoptère laisserait des bords moins définis tandis que la flexion ne serait pas aussi uniforme. 

Un tourbillon de vent ne pourrait pas non plus créer un contour aussi net. Cette explication dépend de la chaleur de l’été pour la création de tourbillons et a donc une belle corrélation avec le modèle des saisons de crop circles ; mais il en va de même pour la corrélation de l’été avec le moment où les récoltes sont prêtes, grandes et pourtant flexibles, parfaites pour plier à plat. En fait, il est très difficile de casser les tiges des cultures à ce stade. Un cercle de tiges cassées serait un exploit beaucoup plus impressionnant. 

La proximité de nombreux crop circles avec des collines est également citée comme support pour les tourbillons éoliens, mais les fraudeurs ont aussi un avantage à vouloir voir leur travail d’en haut. La physique du vent et des collines créant de tels tourbillons n’a jamais été développée de manière convaincante.

Les vortex de plasma sont inconnus des météorologues et n’ont jamais été enregistrés ni détectés. C’est une théorie attractive, mais qui manque de preuves. Cela ne correspond pas non plus à l’évidence des cercles distincts, en particulier parce qu’ils sont devenus de plus en plus complexes. Bien qu’il soit nécessaire d’expliquer de manière rationnelle pourquoi de tels cercles ne sont pas signalés avant 1980, il s’agit d’une cause plausible de certains cercles simples et mérite des recherches plus approfondies. 

Les théories sur les tourbillons plasmatiques et les extraterrestres s’appuient sur des témoignages oculaires. Lorsque les théories ont été largement diffusées, les récits de témoins oculaires les confortent. Un adolescent a réussi à soutenir les deux en décrivant son témoignage apparent de la création d’un crop circle près de Margate, dans le Kent, en août 1989 à un journal (tout en prenant une photo). Il a décrit « un vortex en spirale de lumière clignotante » qui « ressemblait à une parabole renversée de télévision par satellite avec de nombreuses lumières clignotantes ». 

L’apparition de crop circles est un phénomène localisé, le Wiltshire et le Hampshire étant les comtés les plus favorisés. La ville de Warminster, dans le Wiltshire, est considérée comme la capitale des ovnis de l’Angleterre. Il n’était donc pas surprenant que les crop circles à proximité soient interprétés comme des sites d’atterrissage d’ovnis. 

Les motifs devenant de plus en plus complexes, il était de plus en plus difficile pour ceux qui proposaient des phénomènes naturels d’expliquer la création de crop circles sans la participation d’êtres intelligents. Des humains ou des extraterrestres ? 

Les canulars de crop circles sont nombreux

Utilisant une planche de bois et un bout de corde comme seuls outils essentiels, certains ont eu recours à des bouts de fil attachés à des chapeaux pour leur permettre de s’aligner sur un point de repère lointain et ainsi gagner en précision de direction. S’ils relient leurs bras et ont une planche chacun, un cercle peut être créé en un rien de temps. Les premiers à avoir avoué étaient Doug Bower et Dave Chorley, deux artistes britanniques à la retraite qui avaient soixante ans à la fin de leurs 15 années de farces. En 1991, ils ont prétendu avoir simulé plus de 200 crop circles et avoir connu d’autres personnes qui en avaient fait autant. Ils ont commencé par marcher simplement dans des cercles de plus en plus grands à partir d’un pieu central en utilisant un morceau de bois horizontal pour aplatir le maïs. Ils entraient et sortaient des champs le long des « lignes de tramway » laissées par les tracteurs. 

Les céréologues, qu’on appelle aussi communément « croppies », conviennent que beaucoup de crop circles sont le résultat de canulars, mais affirment que certains sont au-delà des capacités de l’homme. Pat Delgado, un ingénieur et céréologue qui a rédigé le document Circular Evidence avec un autre ingénieur, Colin Andrews, en 1989, est l’un des céréologologues les plus connus. En 1991, le journal britannique Today demanda à Bower et à Chorley de simuler un crop circle. Ils l’ont ensuite fait inspecter par Pat Delgado, qui a déclaré qu’aucun humain n’aurait pu le réaliser. D’autres journaux et chaînes de télévision ont fait des crop circles fictifs pour tenter de duper leurs rivaux. Malgré les embarras publics de ce type, de nombreux spécialistes en céréologie continuent de penser qu’un petit pourcentage des crop circles peuvent être réalisés par des intelligences non terrestres. 

Les cercles complexes sont devenus des signes et des messages des races étrangères aux humains. Les lumières dansantes vues parfois sur les sites de cercles pourraient-elles avoir quelque chose avec les torches dont les auteurs de canulars ont besoin pour y voir la nuit ? Nous ne pouvons pas prouver que tous les crop circles sont réalisés par l’homme sans une enquête intensive et coûteuse sur chacun d’eux au fur et à mesure qu’ils se produisent. Personne n’a l’argent et la motivation nécessaires pour organiser une campagne de cette envergure. Il reste donc la question : si nous ne pouvons pas vérifier chacun d’eux, que devrions-nous croire ? Tant que l’on ne nous présentera pas un cercle qui dépasse les compétences de l’humain, il n’y a aucune raison de croire qu’il existe une race étrangère derrière tout cela. Nous ne pourrons jamais prouver qu’il n’y a pas de crop circles qui sont fabriqués par des extraterrestres. 

Nous devons appliquer le principe du rasoir d’Occam qui veut que s’il existe une explication complexe, des preuves solides sont nécessaires pour accepter cette complexité. À ce jour, nous n’avons aucune preuve que les crop circles soient l’œuvre d’une intelligence extraterrestre parcourant de grandes distances, inconnus et non détectés par les terriens, et parvenant à pénétrer inaperçus dans les champs pour créer un phénomène pouvant être créé simplement par des humains.

Quelle est la motivation des farceurs ?

Pourquoi quelqu’un simulerait-il un crop circle et se tairait-il ensuite ? La plupart restent anonymes car, quelle qu’en soit leur beauté, il s’agit de graffitis. Et il existe le problème des dommages criminels et des agriculteurs en colère. Pour d’autres, c’est le plaisir de tromper les croppies qui les motivent. Faire en sorte que votre crop circle soit certainement considéré comme celui d’un extraterrestre est un véritable buzz pour les joueurs. Les chercheurs Joe Nickell et John F. Fischer, dans une étude réalisée pour le Comité d’investigation scientifique sur les phénomènes paranormaux en 1991, parlent du « facteur de timidité ». 

Les crop circles sont fait le plus souvent la nuit. Ils n’ont pas tendance à apparaître dans les champs sous surveillance et, pendant de nombreuses années, personne n’a revendiqué cette responsabilité. Doug Bower et Dave Chorley sont restés silencieux pendant 15 ans. Même la femme de Bower, Irene, ignorait tout de leur travail. Bower et Chorley ont avoué avoir imaginé l’idée lors d’un pot et leur but était simplement de tromper les ufologues. En commençant par de simples cercles et une barre d’acier épaisse, ils n’ont pas attiré l’attention. Passant aux planches et aux cordes, ils ont dessiné des figures plus complexes. Quand leurs efforts furent finalement remarqués, ils se réjouirent des affirmations des scientifiques et des ufologues selon lesquelles aucune intelligence humaine ne pourrait créer de telles merveilles. Suivant de près les commentaires sur chacune de leurs créations, ils se sont développés de manière artistique et se sont réjouis de l’attention qui était accordée à leurs œuvres et de leur capacité à confondre les scientifiques. 

Plus récemment, les agriculteurs se sont rendus compte qu’ils pouvaient gagner de l’argent en chargeant les gens d’effectuer des crop circles dans leurs champs. On assiste également à un commerce houleux de photographies de haute qualité du plus impressionnant des crop circles. Et ainsi, l’emphase a changé et de nombreux crop circles ont été générés par des personnes qui s’appellent ouvertement des « artistes des cercles de culture ». Certains agriculteurs les encouragent et demandent des frais de visionnage, en les faisant passer pour des mystères exotiques ou en les reconnaissant comme de véritables œuvres d’art. Une courte recherche sur Internet vous fournira des photographies incroyables de superbes œuvres d’art. Peu d’artistes ont le plaisir de photographier leurs travaux à partir d’hélicoptères et ces images sont publiées dans le monde entier, sans frais pour eux-mêmes. Les champs sont leur toile. Ces artistes vont encore courber les tiges pendant longtemps.

Les vrais phénomènes inexpliqués de crop circle

Alors que des chercheurs ont commencé à accumuler des données, des événements plus anciens ont été révélés. Ces premiers enregistrements ont pris une plus grande importance lorsque le sujet a par la suite été entouré de controverses. Le docteur Meaden a publié des témoignages oculaires sur la formation de cercles au Royaume-Uni, dont l’un remontait aux années 1930. Le témoin, Katherine Skin, s’est rappelée avoir vu deux cercles se former lors d’une chaude journée d’août 1934 à Cambridgeshire. Leur apparition était précédée par un tourbillon dans lequel les tiges, les graines et la poussière étaient visibles. À l’intérieur du cercle, elle vit que certaines tiges avaient été tressées. 

Un autre témoin a décrit un événement survenu dans le sud du pays de Galles, dans les années 1940, et Meaden a également évoqué une double bague photographiée en 1960 dans le Gloucestershire. Cela a été rapporté dans le Evesham Journal et a attiré un grand nombre de visiteurs. 

Andrews et Delgado citent le cas d’un agriculteur, Simon Brown, se souvenant des cercles de sa ferme à Headbourne Worthy presque chaque année depuis 1958. Paul Fuller, dans le numéro 14 de The Crop Watcher, énumère un certain nombre d’autres cercles précoces, notamment des rapports venant des Pays-Bas, du Canada, de France, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, de Suède, de Turquie et des États-Unis. La liste contient 78 éléments, principalement des anneaux, des cercles simples ou des ellipses. 

L’exemple le plus célèbre a peut-être été publié par Bob Rickard, qui a découvert une gravure sur bois de 1678 dans un livre sur le folklore, Bygone Hertfordshire, montrant un démon (« Mowing Devil ») à l’œuvre, créant un crop circle primitif. Le texte raconte comment un agriculteur, qui était en conflit avec son exploitant agricole au sujet du montant de son salaire, jura qu’il préférait que le diable coupe la récolte. La nuit suivante, une lumière de feu a été observée dans le champ et il a été découvert que la culture était coupée en cercles précis. Bien que cela ait été contesté en tant que représentation du phénomène crop-circle que nous reconnaissons aujourd’hui (principalement en raison de la description de la culture comme étant coupée et non pliée), il semble indéniable que les cercles se forment depuis de nombreuses années.

Les études scientifiques sur les crop circles

En 1987 le Dr Terence Meaden crée un groupe de recherche appelé CERES, nommé d’après la déesse romaine de l’agriculture. C’est grâce à l’organisation du Dr Meaden qu’un autre événement s’est produit en 1988. Il a relaté l’expérience de Tom Gwinnett, qui conduisait près de son champ de blé biologique lorsque sa voiture a calé et que les phares se sont éteints. Il a ensuite observé des éclairs de lumière parmi les épis de blé, convergeant vers une forme de lumière jaune orange qui tournoyait, émettant un bruit semblable à une vieille machine à coudre. Au bout d’une minute environ, la lumière s’éteignit et ses phares se rallumèrent. Le lendemain, un cercle de 8 mètres fût découvert sur le site où la forme lumineuse avait été observée.

Différentes tentatives sont entreprises pour mener une enquête scientifique sur ces cercles de culture. Le Dr Meaden, était l’un des premiers à s’intéresser au sujet, mais d’autres ont essayé d’appliquer des méthodes d’investigation scientifiques avec plus ou moins de succès. L’un des objectifs de cette recherche était de trouver un « test » qui permettrait de distinguer les « vrais » cercles des événements créés par l’homme : un « détecteur de mensonge » pour les cercles. À cette fin, une grande partie du travail scientifique réalisé consistait à tester des échantillons, de sol ou de culture, afin de déterminer si des différences significatives pouvaient être détectées entre les échantillons venant du cercle et ceux venant du même champ.

Recherches sur le plasma

Au fur et à mesure que les idées de Meaden intégraient le concept de plasmas, il avait été contacté par des chercheurs japonais dont l’un, Yoshi-Hiko Ohtsuki, expérimentait la production de petites boules de plasma dans un laboratoire de l’Université de Waseda. En 1991, un employé du réseau de métro de Tokyo a pris contact avec Ohtsuki, pensant qu’il serait intéressé par une découverte faite par des agents de maintenance. Il s’agissait de marques circulaires laissées dans la terre et sur les murs des tunnels, dont certaines avaient des anneaux. De retour dans son laboratoire, il a été capable de reproduire un effet similaire, en modifiant simplement son équipement existant pour générer et observer des boules de plasma, ou « plasmoïdes » : en plaçant un plateau en aluminium dans la chambre à micro-ondes, il a pu enregistrer l’empreinte laissée par les plasmoïdes. L’importance de ceci était de confirmer expérimentalement que les billes de plasma pouvaient, dans un milieu approprié, produire des anneaux et des cercles, comme l’a suggéré le Dr Meaden. Il s’agissait d’événements de très petite envergure, difficilement comparables avec la taille même de petits cercles. Cependant, certains témoignages oculaires de masses lumineuses plus grandes associées à des cercles ultérieurs correspondent bien à ce que pourrait ressembler un tel événement à grande échelle. Mais la nature imprévisible de tels événements rend la détection et l’enregistrement extrêmement difficiles.

Lors de la conférence du Dr Meaden à Oxford en 1990, il a été présenté une éventuelle preuve radar d’un grand plasmoïde se déplaçant à une vitesse rapide, détecté par le radar d’un navire. 

Recherche sur les cultures et les sols

L’avantage des recherches sur des échantillons de cultures ou de sols est de pouvoir contrôler un plus grand nombre de variables et d’appliquer les résultats sans ambiguïté au cercle en question. En 1990, Colin Andrews a fait référence à des expériences qui démontraient qu’un « changement moléculaire » s’était produit dans des échantillons de grain d’un cercle. Cela a été publié plus tard, sous forme de photographies dans The Latest Evidence, avec un texte affirmant qu’il s’agissait d’une preuve que toute explication météorologique était « morte ». Malheureusement, cela était aussi prématuré que l’annonce d’un « événement majeur » au château de Bratton, car le « laboratoire » en question, situé à Stroud, dans le Gloucestershire, s’est révélé incapable de révéler la nature exacte du processus utilisé pour obtenir le motif des cristaux à partir du grain de l’échantillon. La correspondance ultérieure de Lord Haddington avec les opérateurs du laboratoire, au nom du Center for Crop Circle Studies, est restée sans réponse. 

Le collègue d’Andrews, Pat Delgado, avait envoyé des échantillons à un biophysicien américain, W.C. Levengood, au cours de la même saison, et les premiers rapports de son analyse étaient plus significatifs. Ils ont semblé démontrer que les plantes d’une formation étaient affectées par une anomalie génétique rare, absente des échantillons de contrôle du même champ. L’année suivante, un effort plus sérieux, sous la direction de Michael Chorost, a été entrepris. Au cours de la saison, il a prélevé des échantillons dans plusieurs formations du Wiltshire et, à son retour aux États-Unis, les a soumis à divers tests, sur lesquels étaient fondées certaines allégations assez sensationnelles. 

Au début de la saison 1991, un biologiste, Kay Larsen, avait examiné un échantillon d’orge provenant d’un cercle situé à Cornwall. Il a signalé que les nœuds de la tige étaient gonflés et que les cellules semblaient avoir été soumises à une chaleur intense pendant une courte période. Les échantillons de Chorost, lorsqu’ils ont été testés par le Dr W. C. Levengood semble le confirmer lorsque des photographies ont été réalisées montrant des modifications microscopiques des parois cellulaires et un effet de noircissement lorsque la surface des feuilles avait été carbonisée. Levengood et Larsen ont tous deux conclu que les plantes auraient pu être soumises à une brève mais intense explosion d’énergie.

Le lien entre les crop circles et les extraterrestres

En 1978, à Wiltshire, en Angleterre, dans cette campagne tranquille, d’étranges crop circles commencent à apparaître du jour au lendemain dans des champs de blé et de maïs. Comme les géoglyphes trouvés à Nazca, les dessins sont des formes géométriques et vus uniquement d’en haut.

Les crop circles, ils sont décrits comme une sorte de boule d’énergie qui sillonnerait le terrain et tout d’un coup, il y a ce diagramme complexe qui apparait dans le champ.

Nous devons également nous demander si des extraterrestres (ou intraterrestres) ont potentiellement été impliqués à Nazca. Ils essaient peut-être aussi de nous faire passer des messages aujourd’hui par le biais de crop circles.

Il existe une corrélation entre les anciens glyphes et les crop circles modernes en ce sens qu’ils sont tous deux présentés à la Terre par ce que nous appellerions des gens des étoiles utilisant une technologie plus avancée que la notre. Les scientifiques du courant principal doivent encore reconnaître le lien extraterrestre avec les crop circles. Les partisans de la théorie des anciens astronautes restent convaincus qu’il y a réellement un lien bien plus ici que ce que ne voient les sceptiques.

Certains crop circles sont sans aucun doute le travail d’agriculteurs et d’autres essayant d’élaborer un canular, mais beaucoup ne peuvent pas être expliqués aussi facilement. Ils semblent être réalisés trop rapidement et parfaitement. Certains apparaissent comme par magie en quelques heures, accompagnés d’étranges lumières dans le ciel. 

Le lien entre les crop circles et les géoglyphes de Nazca

Pourrait-il y avoir un lien entre ces formes inhabituelles et les dessins mystérieux découverts à Nazca ?

Les gens suggèrent que les crop circles sont fait par des extraterrestres ou une sorte d’intelligence ou d’entité non humaine, qui essaie peut-être de nous transmettre des messages.

Si nous établissons un parallèle entre les crop circles et les lignes de Nazca, l’un, effectivement, est créé dans un terrain sablonneux de type désertique ; l’autre dans des champs de maïs, mais les conceptions actuelles sont un peu similaires et peut-être même que le message est similaire. Mais ce message a été amélioré, il s’est adapté à une époque et un pays différent.

Dans le passé, nous avons défini les communications dans la pierre. Et que se passe-t-il maintenant ? Aujourd’hui, dans les champs du monde entier mais surtout en Angleterre, les crop circles sont tellement plus complexes que les dessins de Nazca. Il semble bien y avoir une sorte de communication en cours. Quelqu’un essaie de communiquer avec nous et nous sommes trop stupides pour comprendre le message.

Un matin, vous avez un simple cercle dans un champ de culture. Mais les humains pensent : 

« Bon, cela a été fait par le vent ou par des animaux du jour au lendemain, mais peu importe. »

Existe-t-il un lien profond entre les lignes de Nazca et les crop circles, comme le pensent certains partisans de la théorie des anciens astronautes ? Et pourraient-ils contenir des messages que nous n’avons pas encore décodés ? Si oui, qu’essayent-ils de nous dire ? 

source : http://www.dramatic.fr/crop-circles-p154.html

Les cercles de culture

Le comté de Wiltshire se trouve en Angleterre. Ce paysage endormi, à un peu plus de 160 km à l’ouest de Londres, est considéré comme un point zéro pour le phénomène des crop circles. Il abrite également de nombreux sites antiques mystérieux, notamment Stonehenge, Avebury, Silbury Hill et West Kennet Long Barrow.

On pourrait raisonnablement et facilement dire que ces agroglyphes se déroulent dans ces lieux, car ils sont des repères ou des points de croisement de certains corridors énergétiques ou des lieux très spéciaux utilisés autrefois par des personnes pour des raisons supposées métaphysiques de méditation, de prière, ou pour effectuer des rituels. 

L’explorateur et partisan de la théorie des anciens astronautes, Giorgio Tsoukalos, s’est rendu dans le Wiltshire pour rencontrer trois hommes qui ont une perspective unique sur les formations végétales. John Lundberg, Rob Irving et William Russell ont plus de deux décennies d’expérience dans la création de motifs artistiques dans les cultures. Giorgio les mettra au défi de recréer une formation simple qui, de l’avis de nombreux enquêteurs de crop circles, ne peut pas être reproduite à la perfection.

La reconstitution du Golden Ball Hill

En 2005, est apparue du jour au lendemain, la formation Golden Ball Hill. Vous avez différents cercles, ce n’est pas petit, c’est assez grand, et Giorgio se demande si les trois hommes peuvent recréer ça. Il leur donne au maximum cinq à sept heures. Les hommes vont utiliser des planches. Cela s’appelle un stomper à tige, qui est l’outil utilisé pour aplatir la récolte.

John Lundberg et son équipe commencent par mesurer la conception à l’aide d’un ruban à mesurer. Après avoir déterminé où placer les bords, ils utilisent leurs pédales en bois pour se frayer un chemin à travers les tiges verticales afin de créer le motif souhaité. L’équipe est en mesure de relever le défi dans le délai imparti. C’était rapide.

Ont-ils rencontré des problèmes avec le défi ? John pense que le seul problème est que la récolte est un peu palpable. Mais il est content avec ce qu’ils ont fait et pense que ça devrait être bien visible des airs, avec plus d’altitude.

Pour faire une comparaison côte à côte des conceptions, Giorgio a fait appel à une équipe de drones locale. Ils envoient une caméra sur le terrain. Le drone monte un peu. Et on peut voir cette très belle création. Cela ne fait aucun doute. C’est assez identique au modèle. On ne peut pas vraiment faire la différence. Ils sont vraiment impressionnants.

Une analyse détaillée au sol

Alors que la reconstitution de la formation de Golden Ball Hill ressemble beaucoup à l’originale vue des airs, les chercheurs sur les crop circles suggèrent que ce qui rendait la formation vraiment unique, ce n’était pas son apparence d’en haut, mais son apparence au sol. Alors, pour examiner de plus près la reconstitution, Giorgio rencontre l’enquêteur sur les crop circles, Charles Mallet.

Mallet étudie le phénomène des crop circles depuis les années 1990 et a été l’un des premiers chercheurs sur le motif du Golden Ball Hill lorsqu’il est apparu en 2005.

– Quels sont les signes révélateurs qui vous amènent à croire que quelque chose est réel ou créé par l’homme ?

– Je pense qu’il faut dépasser l’idée que les gens ne peuvent pas créer de formes dans les champs. Les gens peuvent créer des formes vraiment impressionnantes dans les champs. Nous devons donc aller là-bas et examiner les preuves matérielles avant de commencer à aller plus loin. 

Quand je me tiens dans cette formation, je regarde le tapis de fleurs à travers le sommet de ces plantes, puis je regarde au sol. Je vois deux situations distinctes intactes et endommagées, car elles utilisaient un dispositif physique, et ce sont des hommes qui marchent avec des planches de bois. Et cela produit un schéma de dégâts très net. Il y a donc beaucoup de fleurs qui viennent d’être écrasées. Et ensuite, si nous pouvions, bien sûr, pour peut-être venir et regarder dans les détails. Nous devons juste regarder quelques tiges ici. Voici un bon exemple de ce qui arrive aux plantes de colza quand elles sont physiquement plaquées au sol. Un énorme écrasement très mécanique. En bas, il y a des ecchymoses et des éraflures.

– Ce que vous suggérez ou ce que vous me dites, c’est que dans un scénario non fabriqué par l’homme, les tiges ne seraient pas brisées de la sorte.

– Absolument.

– Pouvez-vous me montrer certaines de ces photos que vous avez apportées pour voir la comparaison ? – Oui! bien sûr.

Celles-ci sont tirées de l’original. C’est ce que je m’attendrais à voir dans un véritable crop circle. Incroyablement, aucun des plants de l’original n’a été endommagé ou détruit. Et la disposition transparente des fleurs suggère qu’elle n’a pas été produite mécaniquement à l’aide de planches et en remuant les tiges. Dans la formation originale de 2005, il n’y avait rien de physique, rien de local, rien de mécanique pour faire ce cercle.

Cela ouvre vraiment la porte à tant de possibilités. Et la réponse honnête est la suivante : nous ne savons pas d’où viennent ces cercles, les vrais. Si la formation de Golden Ball Hill n’a pas été faite avec des planches, comment a-t-elle été créée ? Et par qui ? Peut-être que des indices supplémentaires peuvent être trouvés en examinant les preuves intrigantes laissées sur les lieux.

Conclusions des analyses scientifiques

En janvier 2000, à l’aide de ses propres données et des données recueillies par BLT Research, le Dr Eltjo Haselhoff a publié un article scientifique suggérant que les formations pourraient être créées par une source d’énergie électromagnétique inconnue. Il a en réalité effectué des analyses scientifiques sur certaines de ces formations. Et quelles ont été certaines de ses conclusions ? 

L’hypothèse qu’il avance est qu’une énergie électromagnétique est en quelque sorte impliquée dans la création de ces crop circles, et que cette énergie provoque en quelque sorte un allongement des nœuds. Ainsi, les nœuds dans les tiges s’allongent. Et plus il y a d’énergie, plus les nœuds sont longs.

Cela est très intéressant, car tout ce que vous avez à faire est de prendre une coupe transversale à travers un cercle de culture et de mesurer la longueur du nœud dans chacune de ces positions. Et en fait, c’est ce que vous voyez. On mesure la longueur des nœuds dans le périmètre, dans les zones sombres, quelque part à mi-chemin, et au centre. Il y a une énorme différence de longueur de nœud. C’est une différence de taille comparable entre un cheval et un éléphant. C’est très important, vous pouvez donc ensuite en faire un graphique. 

Sur les bords du cercle de culture, la longueur du nœud est d’environ deux millimètres. Au centre du cercle, la longueur du nœud est de 4.2 millimètres. Et vers le périmètre, cela fait environ deux millimètres. Vous voyez, il y a un changement massif dans la longueur du nœud. Ils sont en réalité deux fois plus longs.

Mais qu’est-ce qui a pu faire ça ? C’est assez étrange! Eh bien, dans ce cas, c’était très intéressant, car le crop circle étudié avait en fait un témoin oculaire quand il s’est formé. Et le témoin dit : « J’ai vu une boule de lumière qui restait immobile. »

Et c’est important, car quand une boule de lumière est immobile, nous pouvons très précisément prédire comment l’énergie sera distribuée sur le sol. Et nous savons qu’il y aura plus d’énergie dans le centre. Plus il y a d’énergie, plus les nœuds sont longs. Nous pouvons aussi prédire quelle sera la longueur du nœud. Vous pouvez donc vérifier l’hypothèse immédiatement. Et dans ce cas, ça collait parfaitement.  

On ne sait toujours pas qui se cache derrière les crop circles

Il est clair qu’il se passe quelque chose dans les champs et personne ne nie que certains d’entre eux sont réalisés par l’homme. A-t-on une idée de comment ou de qui pourrait être derrière ce phénomène ? C’est une question très difficile. Ce qu’on peut dire, c’est qu’on ne sais pas. C’est donc quelque chose qui reste un point d’interrogation.

C’est décourageant de voir que quelque chose d’aussi ouvert que des formations végétales dans les champs sont non étudiées de plus près par la communauté scientifique. Elles sont tout simplement considérées comme des canulars immédiatement, alors qu’il existe des preuves scientifiques concises qui ne le sont pas. Chaque crop circle est réalisé par l’homme. Point! Il n’y a pas de discussion possible avec les septiques. Mais il se pourrait aussi que l’origine de certains de ces agroglyphes soient bien extraterrestre.

Cette recherche scientifique évaluée par des pairs prouve-t-elle que toutes les formations végétales ne sont pas le produit de canulars ? Et, si oui, pourrait-il y avoir une origine surnaturelle, peut-être extraterrestre ? Peut-être pourriez-vous trouver d’autres indices en explorant les récits de témoins oculaires du phénomène des crop circles.

source : http://www.dramatic.fr/cercles-culture-p1377.html

Les crop circles et la géométrie sacrée

Le 7 juillet 2007, à Salisbury, en Angleterre, Gary King, parajuriste et chercheur spécialiste des crop circles, passe la nuit à camper à Knap Hill, une région connue pour ses observations d’orbes mystérieuses et autres événements étranges.

Gary King témoigne : « C’était le 7 juillet 2007, et parce que c’était une sorte de date propice, nous avons décidé de venir ici, le sept sept sept. Je suis donc venu ici avec ma petite amie pour faire une veille de nuit. Nous sommes donc arrivés ici et vers 3 heures du matin, nous avons eu un grand éclair de lumière blanche qui recouvrait complètement le ciel. Environ 20 minutes plus tard, nous avons regardé et avons pu voir ce crop circle disposé devant nous. Le champ dans lequel il est apparu était ce champ ici à droite qui est jaune maintenant. En fait, c’était du blé l’année où cela s’est produit, mais les cultures sont alternées. Et cela a commencé à peu près à proximité de ces arbres, puis a franchi le sommet de cette colline. C’était absolument énorme. » 

La formation de culture s’étendait sur 315 m de long et 150 m de large. La conception de plus de deux acres contenait 150 cercles individuels, le plus grand de 50 m de diamètre.

Gary King : « Je n’ai aucune idée de ce qui l’a fait. Ce que je sais cependant, c’est que les membres des conseils d’administration n’ont pas fait cela. »

L’expérience de Gary King n’est que l’un des nombreux récits de conceptions apparaissant mystérieusement sur une courte période. Il est documenté qu’environ 70 personnes ont été un témoin oculaire de la formation d’un crop circle où elles se trouvaient littéralement debout dans la culture et il se formait spontanément devant elles. Il y a un fort bourdonnement dans beaucoup de cas. Et puis cette sorte de charge électrostatique crépitante sur les cultures. Et ensuite, vous regardez presque comme si un tapis oriental se déroulait, il suffisait que les cultures se replient. En trois secondes, tout est fini.

Il existe une quantité constante de tétraèdres, de cubes, d’octaèdres et de motifs géométriques encore plus complexes en géométrie sacrée. Beaucoup de nos meilleurs scientifiques disent maintenant que cette géométrie est la clé secrète des dimensions supérieures. Et c’est là que se trouvent les cultures, comme si elles nous donnaient une traînée de chapelure et nous montraient comment atteindre le prochain niveau en tant que planète.

Des formations de cultures contenant des motifs célestes et des équations mathématiques ont-elles vraiment été créées par des êtres d’un autre monde essayant de communiquer avec les terriens ? Et si des forces extraterrestres envoient des messages à l’humanité, pourquoi les gouvernements du monde ne sont-ils pas plus intéressés ? Certains initiés disent qu’ils le sont et suggèrent qu’ils ne sont pas seulement intéressés, mais peuvent même être directement impliqués.

L’observation d’orbes de lumière

Les chercheurs qui étudient les cercles de culture mentionnent que nombre de ces témoignages oculaires incluent l’observation d’étranges lumières dans et autour d’une formation.

À Milk Hill, dans le Wiltshire, en Angleterre, Steve Alexander, un photographe local, est en train de filmer une formation végétale d’une colline voisine, lorsqu’il capture une étrange lumière métallique flottant dans le champ en dessous. Sa caméra capte ce qui semblait être un orbe blanc de lumière traversant ce champ, juste à côté d’un crop circle. Cet orbe de lumière, quel qu’il soit, survolait directement un tracteur travaillant dans le champ suivant.

Plus tard, le fermier a été contacté et il a déclaré : « J’ai vu cet étrange globe de lumière de la taille d’un melon ou de quelque chose qui volait au-dessus de mon tracteur. » 

source : https://www.youtube.com/watch?v=LZ4ir04guG8

Plusieurs témoins à différents endroits en ont déjà vu et leur éclat est étonnant. Nous traitons ici avec des plasmas intelligents qui envoient et reçoivent des informations pour une autre intelligence d’origine inconnue. Les orbes de lumière sont un phénomène couramment associé aux crop circles, et cela remonte à l’histoire du fauchage du diable en 1678. L’observation des lumières est souvent associée à ces phénomènes, et elles semblent suggérer quelque chose que nous ne comprenons pas. 

Les lumières fantômes, les observations de feu follet représentaient une force de la nature que nous n’avions pas entièrement reconnue ou respectée, un mystère auquel nous devons nous attaquer. Il peut s’agir d’un vrai ouvrage ou du stylet d’une main extraterrestre située très loin, mais cette lumière est la forme projetée d’une technologie utilisée depuis la sécurité et le confort de l’espace. Nous devons imaginer une race extraterrestre avancée émettant des orbes de lumière qui ressemblent un peu à des judas pour l’exploration. Ils viennent sur une planète, ils trouvent quelque chose d’intéressant, le judas s’ouvre sur un portail, peut-être à travers lequel ces visiteurs avancés peuvent passer, ou peut-être à travers lequel un humain pourrait même entrer et voyager jusqu’à la planète natale de l’orbe.

À quoi servent les crop circles ?

La prolifération de crop circles sur le thème des trous de ver nous indique qu’il s’agit du moyen de communication et de déplacement de ces visiteurs stellaires. Il est possible que nous ayons affaire à des voyageurs temporels. Ces derniers utilisent les formations culturales pour juger de l’exactitude de leur voyage dans le temps. Les formations culturales sont-elles conçues pour les humains ? 

À quoi servent les crop circles ? S’agit-il de codes d’atterrissage pour les voyageurs temporels, comme le suggèrent certains enquêteurs sur les crop circles ? Pourraient-ils servirent aussi de moyen de communication ? Nous ne devions les découvrir qu’une fois que nous aurions suffisamment évolué pour les distinguer du ciel.

Ce qui fait penser clairement à un moyen de communication est la formation végétale qui a émergé dans un champ de blé à Winchester, en Angleterre, le 15 août 2002. Cette formation végétale portait l’image de ce qui semble être un alien gris. Dans le coin inférieur droit de l’image se trouvait un objet en forme de disque contenant ce que certains considèrent comme du code binaire, un langage informatique composé de uns et de zéros.

Un message binaire dessiné dans les champs

Il y avait une formation végétale qui ressemblait incontestablement à un extraterrestre, le gris caractéristique aux yeux en amande et à la tête de forme triangulaire. Il y avait aussi en bas ce qui semble être un disque d’ordinateur et ce qui ressemblait à du code binaire.

Le message disait : Méfiez-vous des détenteurs de faux cadeaux et de leurs promesses non tenues. Beaucoup de douleur, mais encore du temps. Il y a du bon là-bas. Nous nous opposons aux trompeurs. Fermeture du canal.

Cela mettait en garde l’humanité à propos des séducteurs, des dangers. Juste un an auparavant, le 21 août 2001, une autre formation contenant du code binaire était apparue dans un champ de blé à côté de l’observatoire de radio de Chilbolton. Les chercheurs sont convaincus que cette conception répondait à un message transmis dans l’espace par les astronomes Frank Drake et Carl Sagan en 1974.

En novembre 1974, Carl Sagan et Drake de l’Université Cornell ont envoyé depuis Arecibo, Porto Rico, un signal de code binaire sur la Terre destiné à tous ceux qui, dans le cosmos, recevraient notre signal. Le message original contenait des informations codées en binaire, comprenant les chiffres de un à dix, une image de notre brin d’ADN, la figure d’un humain et un graphique du système solaire avec la position de la Terre mise en évidence.

Cela résonnait absolument, ligne par ligne. Mais l’ADN ne ressemblait pas à une double hélice. Puis quand vous regardiez le personnage, au lieu d’un humain de 2 m, c’est cette chose qui était peut-être un tiers de la hauteur de l’humain, et elle était associée à un système solaire étrange. C’était un modèle très complexe, très étrange et unique en son genre. Nous n’avions jamais rien vu de tel auparavant.

Des messages venus d’ailleurs

En 2004, un mystérieux rocher a été retrouvé près du site de l’accident de Roswell et portait la même image qu’un crop circle qui a été découvert à Chiseldon, en Angleterre, le 2 août 1996. Sur la pierre de Roswell, vous avez un symbole presque identique à celui apparu en Angleterre.

Cela montre essentiellement qu’ils essaient de communiquer avec nous d’une manière ou d’une autre. L’idée est donc que certains de ces crop circles sont peut-être des messages venus d’ailleurs. Et le « ailleurs », sous-entend des moyens d’origine extraterrestre.

Certaines formations végétales pourraient-elles servir de support à la communication extraterrestre ? De nombreux chercheurs sur les crop circles disent que oui et suggèrent que des preuves supplémentaires à cet égard peuvent être trouvées en examinant les équations avancées astronomiques, scientifiques et mathématiques contenues dans celles-ci.

Des messages mathématiques

Dans une formation, tout le monde était perplexe et les gens disaient : Qu’est-ce que c’est ?  

Puis un mathématicien a jeté un œil et a dit : 

« Attendez une minute, c’est une représentation de Pi. Et c’est correct jusqu’à dix décimales. C’est une représentation de Pi sous une forme géométrique. »

C’est intéressant parce que la façon dont vous en sortez est la longueur des différents arcs de chaque segment. Et ce qui se passe, c’est que ces petites encoches dans la spirale vous permettent de savoir que vous êtes au bout d’un arc. Vous devez donc mesurer les longueurs d’arc au fur et à mesure que vous avancez, et ces longueurs vous donnent les chiffres de Pi. Et il y a un petit cercle pour vous donner le point décimal. C’est donc un exemple très intéressant d’utilisation de la géométrie en tant que code pour représenter les chiffres et les nombres. Cela montre simplement le niveau de connaissances en mathématiques et de compétences géométriques nécessaires à la réalisation de ces motifs.

La plupart des crop circles les plus célèbres dérivent en fait de motifs fractals : l’ensemble de Mandelbrot, l’ensemble de Julia. Pour ce faire, vous devez avoir une connaissance des mathématiques. Les mathématiques sont, bien sûr, le langage universel.

Si nous rencontrons des extraterrestres, ils ne parleront ni l’anglais, ni le français ni l’allemand. Nous parlerons et nous communiquerons via les mathématiques. Les crop circles pourraient-ils, comme certains le pensent, être une tentative d’une civilisation extraterrestre pour nous tendre la main et communiquer avec nous ? 

Des formations de cultures contenant des motifs célestes et des équations mathématiques ont-elles vraiment été créées par des êtres d’un autre monde essayant de communiquer avec les terriens ? Et si des forces extraterrestres envoient des messages à l’humanité, pourquoi les gouvernements du monde ne sont-ils pas plus intéressés ? Certains initiés disent qu’ils le sont et suggèrent qu’ils ne sont pas seulement intéressés, mais peuvent même être directement impliqués.

Les formations fantômes

A Avebury, en Angleterre, en Juillet 2006, l’ombre d’un motif géométrique apparaît dans un champ. La conception fait écho à une formation de récolte créée exactement au même endroit. Les chercheurs sur les Crop circles qualifient ce phénomène de « formation fantôme ».

Les formations fantômes sont un côté vraiment curieux du phénomène principal des crop circles. L’année suivante ou même plus tard dans la même année, il reste une impression sur le terrain. Même si le crop circle d’origine a été récolté ou coupé de quelque manière que ce soit, il reste un effet résiduel sur le sol. Pour certaines personnes, cela semble tout à fait mystérieux.

On sait que le modèle de croissance modifié des cultures affectées persiste jusqu’à deux ans après l’apparition du cercle de culture initial, mais uniquement sur certaines formations. Un certain nombre de crop circles réapparaissent à nouveau. Il semble que ce soit un effort des extraterrestres pour communiquer avec nous, en déposant ces dessins sur le sol, encore et encore. Et peut-être essayent-ils de nous donner les informations dont ils pensent avoir besoin, mais nous devons simplement les déchiffrer.

Pourrait-il vraiment y avoir un message si important que la conception résiduelle persiste dans les cultures pendant des mois, voire des années ? Si tel est le cas, le phénomène des crop circles ne serait-il pas surveillé de plus près par les gouvernements mondiaux ? Certains enquêteurs sur les crop circles l’affirment et suggèrent que les gouvernements U.S. et britanniques utilisent actuellement la technologie satellite pour photographier et cataloguer en secret les formations culturales. Mais d’autres suggèrent que leur implication pourrait être beaucoup plus profonde.

L’implication des gouvernements dans les crop circles

Tout comme le gouvernement britannique avait pour politique de minimiser l’intérêt pour les ovnis, il en a été de même pour les crop circles. S’il y a un message étranger, le gouvernement voudra bien sûr cette connaissance et le gardera pour lui-même. Ce qui est intrigant, c’est bien sûr que certaines des formations que les gens voient pourraient en réalité être créées par les gouvernements eux-mêmes. Les scientifiques du gouvernement seraient en train de répondre aux extraterrestres.

Que les formations végétales soient le résidu de plasmas intelligents ou d’extraterrestres ou une combinaison des deux, pourquoi le monde entier ne peut-il pas savoir ce que les gouvernements savent sur les formations végétales et les lumières flottantes ? Que se passerait-il si la planète entière savait, si tous les humains savaient que nous ne sommes pas seuls ? 

Est-il possible que les gouvernements du monde travaillent en secret à décodé les messages cryptés dans des crop circles, et tentent même de communiquer avec des entités d’un autre monde en créant eux-mêmes des crop circles ? Et si ces formations sont vraiment des messages d’extraterrestres, que tentent-ils de communiquer ? 

Quelque chose continue à poser les choses dans l’ordre, comme si elle avait une grande idée de la façon dont elle communiquait avec cette planète, mais elle le fait par morceaux. Si vous avez regardé les calculs et les avertissements, quelque chose nous soutient, veut que nous évoluions. Je pense que les formations de cultures sont une carte de visite que l’on nous donne, qui se met sous nos yeux. Et nous devrions vraiment prêter attention à ces messages. Ce sont de petits indices laissés de côté dans le monde qui nous préparent à changer notre point de vue selon lequel nous ne sommes pas les seuls.

Des extraterrestres ont-ils utilisé des crop circles pour communiquer avec l’humanité tout au long de notre histoire ? Ces conceptions complexes sont-elles des pièces d’un puzzle mathématique qui, une fois assemblées et déchiffrées, révéleront la vérité sur nos origines et notre destin ? Nous allons peut-être révéler les secrets de l’univers non pas en nous aventurant plus profondément dans l’espace, mais en comprenant les messages qui nous sont transmis ici sur Terre.

source : http://www.dramatic.fr/messages-p1384.html

Les agroglyphes

Depuis toujours, des gens affirment avoir vu des vaisseaux extraterrestres. Ça veut donc dire qu’on a été visité par des extraterrestres et qu’ils nous visitent encore. Leur civilisation ne vit peut-être plus sur la Terre mais ils nous rendent encore visite pour nous surveiller. Si les extraterrestres nous observent, que nous veulent-ils voir ? 

Comme certains le prétendent, nous ont-ils laissé des messages à la vue de tous ? Depuis le début de la civilisation, l’humanité a attribué ses origines à des dieux et à d’autres visiteurs des étoiles. Et si c’était vrai ? Les extraterrestres ont-ils vraiment contribué à façonner notre histoire ? Si oui, pourraient-ils vraiment communiquer avec les humains en utilisant des cercles de culture ? 

À Turin, en Italie, le 23 juin 2015, le pilote Silvio Sirotto a rapporté que lorsqu’il survolait un champ de blé directement dans la trajectoire de vol de l’aéroport local, il avait repéré une conception mystérieuse qui semblait collée aux cultures. Les enquêteurs sont perplexes quant à la manière dont la conception aurait pu être créée sans aucune détection dans une zone aussi achalandée.

À ce jour, cela reste un mystère, mais ce n’est qu’un des tout derniers exemples d’un phénomène étrange qui dure depuis des décennies, voire peut-être beaucoup plus longtemps. 

Plus de 10 000 agroglyphes ont été observées dans le monde. Elles ont été rapportées dans plus de 50 pays différents et sur presque tous les continents de la planète. Communément appelées crop circles, les formations sont des dessins en relief dans des champs. Ils vont de petits cercles à l’élaboration de pictogrammes de plusieurs centaines de mètres. Ils ont été trouvés dans diverses cultures, notamment le blé, l’orge, le colza et le maïs. Et ils font les gros titres dans la presse du monde entier depuis le milieu des années 1960.

À 145 km à l’ouest de Londres, se trouve le comté de Wiltshire. Ce petit coin de campagne anglaise reste à peu près inchangé depuis des milliers d’années. Les petites fermes, les murs de pierre et les collines verdoyantes offrent aux habitants un environnement de paix et de stabilité.

Cette région historique abrite également un grand nombre d’anciens sites sacrés, dont beaucoup ont été construits il y a des milliers d’années. Ce sont d’anciennes terres sacrées sur lesquelles se trouvent d’anciens monuments dont Stonehenge, Avebury et Silbury Hill. D’une certaine façon, cette région semble avoir été manipulée et on sent qu’elle a servit à la pratique de rituels sacrés. 

Mais en 1978, le paysage paisible du Wiltshire est devenu le centre d’une controverse qui perdure encore aujourd’hui. À côté des pistes de machines agricoles, un nouvel ensemble de cercles de culture est apparu. Aucune trace humaine ne mène aux marques. Des motifs géométriques élaborés étaient sculptés dans des champs de blé, d’orge et de seigle. Encore plus curieux était le fait que, tout comme les célèbres lignes de Nazca au Pérou, les dessins n’étaient visibles que du ciel.

Un phénomène très ancien

L’un des premiers, en 1966, était celui de Tully, dans le Queensland, en Australie. Un agriculteur a entendu un bourdonnement et a littéralement vu ce grand disque rond, mesurant peut-être un diamètre de 100 m, émergeant de ce qui était essentiellement un sol marécageux. Et il monte et disparaît et reste derrière le cercle.

À partir de Tully, en Australie, il semble y avoir quelques impressions circulaires, relativement simples, mais à plusieurs endroits dans le monde. C’est un saupoudrage aléatoire de cercles et la chose s’étend à l’échelle de la planète. En 1991, plus de 2 500 formations avaient été signalées dans 23 pays différents.

Cependant, des partisans de la théorie des anciens astronautes suggèrent que les formations végétales ne sont pas du tout un phénomène moderne, mais qu’elles peuvent être retracées sur des centaines d’années. Il y a par exemple un rapport de l’an 815 de l’évêque de Lyon, un avertissement, informant un autre prêtre qui allait prendre en charge sa paroisse que les habitants sont impliqués dans quelque chose qu’il considère comme le culte du diable. Ils recueillent des graines dans un cercle aplati de cultures et les utilisent lors de rituels de fertilité.

Il y a aussi des récits très étranges dans les années 1600. L’un des scientifiques d’origine, le Dr Robert Plot, a rapporté avoir vu des crop circles apparaitre sur ses terres dans le Staffordshire, en Angleterre. Et il a dessiné des diagrammes de ce qu’il voyait. Nous avons également la légende infâme, dans les années 1600, de ce qu’on appelle le « diable faucheur ».

Robert Plot (13 décembre 1640 – 30 avril 1696) était un naturaliste anglais, premier professeur de chimie à l’université d’Oxford, et premier gardien de l’Ashmolean Museum.
Plot a documenté les formations végétales dans son livre A Natural History of Staffordshire (1686). Le phénomène le plus intéressant cité était cependant la formation supposée par Plot ayant la forme d’une trompette du ciel.

Cet agroglyphe, datant de la même époque, s’est produit dans les champs de St. Gile à University College. Le diagramme en forme de nuage et de trompette (en haut à gauche) illustre l’hypothèse de Plot selon laquelle les agroglyphes « doivent être les effets de la foudre, explosée à partir des nuages » … dans ce cas, les nuages « se brisant d’abord en une forme quadrangulaire, puis en une forme circulaire plus large ».
Il avait plusieurs hypothèses, la plus importante étant qu’ils étaient formés par un autre type d’explosion de foudre qui descendait verticalement. Il a noté la présence d’une « substance blanche » nauséabonde dans les formations, dont les animaux refusaient de s’approcher.
Ils notent également que quelque chose de similaire a été documenté par des naturalistes appelés fulmen discutiens.
« …il doit s’agir des effets de la foudre, qui explose des nuages le plus souvent de manière circulaire ; peut-être pour cette raison même que les anciens naturalistes appelaient fulmen discutiens : qui bien que de consistance visqueuse et sulfureuse, prenant feu et brisant violemment le nuage dans lequel il était contenu, doit naturellement s’étendre de toutes les manières obliques, pour la plupart de manière conique uni∣forme, de façon à devenir un cercle à la distance voulue… »

D’un autre côté les crop circles nous révèlent aussi leurs funestes prétentions, leurs symboles ou emblèmes représentatifs, comme l’œil des Illuminati qui voit tout…

http://www.cropcircleconnector.com/anasazi/introduction2001F.html

A travers la planète, des centaines de «crop circles» ont été rapportés. La plupart de ces motifs, perçus comme un canular, ne sont pas pris au sérieux. Mais pour certains, la question se pose : les symboles sont-ils faits par l’homme ou par quelque chose qui viendrait d’ailleurs ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s