Enquête sur les OVNIS – François & Paola Garijo

Enquête sur les ovnis

L’extraordinaire découverte Scandinavie 1946 – 1952

Le 10 mai 2009, le gouvernement suédois a déclassifié un dossier gigantesque englobant 18000 cas d’ovnis enregistrés dans le pays, la Scandinavie fût dès 1946.

Aux USA, de 1947 à 1969, 12 618 observations ont été signalées au Projet Blue Book. De ce nombre, 701 demeurent totalement non identifiées, bien que ce chiffre contredise totalement les déclarations des responsables de l’ATIC.

Environ 3600 affaires sur plus de 4000 n’avaient pas été enregistrées, ni étudiées, en plus des 4400 existantes dans les archives, soit près de 8400 dossiers d’ovnis en moins de 15 ans. Sur 4400 rapports fin 1952, ils analysèrent dans de bonnes conditions, environ 1493 cas, confiées aux plus grands spécialistes techniques et scientifiques parfaitement sceptiques par rapport aux ovnis et donc sans apriori sur la question, 402 dossiers posaient problème car ils étaient la preuve sinon de l’existence des ovnis, mais ils en avaient réellement découvert 1400, et il en reste 6907 autres cas non étudiés sur les bras.

Les commissions d’enquête Nord-Américaines de ces années-là, déclarèrent que les ovnis n’existaient pas, nous sommes toutefois en droit de nous demander à quoi furent investis les 200 millions de Dollars utilisés par l’Air Force dans ses programmes de recherche sur les soucoupes volantes.

Afin d’être plus précis, 200 millions $ de 1947 feraient 2 milliards 252 080 millions de 2019 pour rien ?

Chapitres :

1/ Introduction

2/ Contexte

3/ Les Scandinaves et les ovnis

4/ La CIA et les ovnis

5/ Objets volants en Scandinavie 1946

6/ La journaliste qui en savait trop

7/ Opinion du côté russe

8/ La CIA et les ovnis en 1952

9/ Spitsbergen l’affaire de 1952

10/ Aérogramme de la CIA

11/ Documents de la CIA datés du 2 octobre 1952

12/ Témoignage de Vladimir Ajaja

13/ Suède les 18-20 décembre 1953

14/ Les ovnis persistent en Norvège

15/ Les ovnis soviétiques

16/ Les objets volants inconnus reviennent

17/ Conclusion

Les Auteurs :


Les étranges lumières de Scandinavie :

En 1946, d’innombrables objets lumineux d’origine inconnue, mais fabriqués par des intelligences furent observés au-dessus de la Scandinavie et provoquèrent un grand émoi chez les Alliés à l’Est comme à l’Ouest. N’oublions pas que les deux grandes puissances connaissaient la base de l’Antarctique, et la technologie avancée des Nazis. Pour étudier un de ces objets volants qui s’était écrasé en Suède, les É-U envoyèrent le Général Doolittle. Comme spécialiste de l’aéronautique, pour examiner les débris. Ce dernier découvrit-il que les engins étaient en fait des soucoupes volantes nazies ? Est-ce pour prévenir une pareille chose au pôle Sud que les È-U décidèrent d’une intervention en Antarctique ? Les Soviétiques ont bien récupéré des soucoupes allemandes, mais ils ne les auraient jamais testées au-dessus de la Suède. Avec leur étendue sibérienne de plusieurs milliers de kms carrés, ils ne manquaient pas de place pour réaliser des essais en secret. La thèse de l’époque qui prétendaient que les Soviétiques auraient lancé des fusées V2 pour les tester ne tient pas. 

Des Ovnis au Danemark

Il était 22h50, ce 13 août. Il faisait nuit. Un officier de police danois, Evald Maarup, regagnait son domicile situé à Knup, à bord d’une voiture de police. Il raconte :

« J’étais seul au volant de ma voiture de patrouille. Tout à coup, l’auto se trouva plongée dans une lumière d’un blanc bleuâtre et, au même moment, le moteur s’arrêta. Toutes les lumières de la voitures s’éteignirent. Je me suis rabattu sur le bas-côté de la route. L’éclatante lumière extérieure, comparable à celle d’un néon, était si éblouissante que je ne pouvais rien voir. J’essayais d’appeler le poste de police par la radio de bord, mais celle-ci ne fonctionnait plus. La température s’élevait dans la voiture. Au bout d’un moment la lumière s’éleva. C’était une lumière en forme de cône, dont la base avait 4 à 5 mètres de diamètre. Regardant en l’air, penché sur le volant, je pus voir que l’extrémité supérieure du cône lumineux se situait à la base d’un objet gris. Aucun son ne provenait de cet objet. Au bout de quelques secondes, la lumière fut comme aspirée vers le haut, de façon que l’espace situé sous le cône lumineux, se retrouva plongé dans l’obscurité. Je sortis de la voiture et vis comment la dernière portion du cône de lumière disparu à l’intérieur de la partie inférieure de l’objet, par un trou d’environ un mètre de diamètre.

Quand la lumière eut disparu à l’intérieur de l’engin, celui-ci commença à se déplacer. Il disparu en quelques secondes verticalement dans l’air, toujours sans le moindre bruit. Pendant qu’il s’éteignait, toutes les lumières de la voiture se rallumèrent d’elles-mêmes, je pus démarrer sans problème et joindre le poste de police par radio. Je peux ajouter que l’objet était circulaire, et que, vu du dessous, son diamètre avoisinait les 10m. À la base, il possédait un orifice d’où sortit et rentra le cône de lumière. L’objet avait deux protubérances sur sa face inférieure et se trouvait à plus de 20m de moi. »

Sept autres témoignages, furent déclarés cette même nuit aux différents postes de police danois. L’intérêt de ce témoignage vient du fait qu’il vient d’un officier de police dont la bonne foi n’a évidemment pas été mise en cause.


Des ovnis en Norvège

Il était 23h30, le 29 octobre 1970 et la pluie tombait sans discontinuer. Mr Salvesen rentrait chez lui, tremblant et répétant à sa femme : « c’était une vision effrayante et, en même temps fantastique. »

L’histoire se passe près de Helleland, dans le comté de Rogaland. Tout commença vers 17h30, Mr Salvesen roulait avec ses feux de positions allumés. Soudain il perçut une lueur éblouissante, semblable à celle d’un arc électrique. Cette lueur lui fit mal aux yeux, qu’il dû arrêter sa voiture. La lueur ne dura pas plus de 2 secondes. Il ouvrit la porte du véhicule et regarda en dehors. D’après ses déclarations, il n’oubliera jamais ce qu’il vit. En effet à 10m au-dessus du sol, un objet circulaire lisse et brillant, était là, immobile, silencieux, sans feux de position et donnant l’impression d’être menaçant.

Mr Salvesen arrêta son moteur, sortit et se tint debout à côté de la portière. L’objet se déplaça alors d’un mouvement glissant, s’avança à 7 ou 8m du témoin en conservant la même altitude. Il n’y avait aucun doute, il était bien observé par cet mystérieux engin. Le témoin eut la présence d’esprit de saisir un bloc-notes, et de faire un dessin de l’objet qui se tenait au-dessus de lui, qu’il n’avait jamais vu.

« L’engin restait suspendu au-dessus de ma tête, brillant et luisant. Je n’eus pas le temps de réfléchir, et la seule chose qui me vint à l’esprit, c’est que je ne reverrai jamais un tel spectacle et qu’il me fallait donc faire un croquis. Sur le corps de l’objet, il n’y avait ni porte, ni fenêtres, ni panneaux quelconques. On ne voyait ni joints, ni rainures, et il n’y avait aucun emblème ou marque d’identification, comme on en voit sur les avions. Il y avait comme un bord doré qui faisait le tour de sa coque, et présentait des cannelures verticales comparables à celles qu’on trouve sur une tôle ondulée. Au bout d’une minute, cette sorte de soucoupe s’éleva soudainement, sans aucun bruit, il fila dans le ciel à une vitesse incroyable. Alors, à ce moment là, j’ai senti que je n’étais pas capable de tenir sur mes jambes. Je fus heurté dans le dos par une force mystérieuse et invisible, et tombais sur la route. Au même moment j’entends un craquement pareil à un coup de fusil, c’était le pare-brise de ma voiture qui volait en éclat, les morceaux se dispersant sur les sièges et le plancher. En même temps, à environ un kilomètre de hauteur, la soucoupe se transforma en une boule de feu et, presque immédiatement, la boule de feu disparut. Il n’y avait plus rien. »

Salvesen s’aperçut qu’il saignait à la main. Il remit le moteur en marche, nettoya les morceaux de verre pour pouvoir conduire. Il se rendit au village voisin, pour acheter une feuille de plastique en remplacement de son pare-brise. En roulant, il remarqua sur sa langue une étrange sensation d’anesthésie comme lorsqu’on sort de chez le dentiste. Le lendemain matin, la main du témoin s’écaillait comme si elle avait été brulée par le soleil. En frottant, sa peau s’effritait. Son épouse remarqua que ses globes oculaires étaient très rouges, cela dura deux semaines, pendant lesquelles la lumière du jour lui était intolérable. Les spécialistes n’ont trouvé aucune trace de radioactivité sur la voiture, ni sur le pare-brise accidenté. L’examen des éclats de verre, ne donna aucun résultat. Par contre, la montre de Salvesen, qui avait toujours été précise, donnait l’heure de façon défectueuse depuis l’incident. Un horloger examina le mécanisme et ne trouva rien d’anormal. Ce n’est pas la première fois que les montres deviennent capricieuses après avoir fait « connaissances » avec les ovnis.

Autre chose que, ni le témoin, ni les enquêteurs ne peuvent savoir, c’est que Mr Salvesen a subi une abduction durant le déroulement de ce qu’il décrit. En effet, dans son aventure, il est heurté dans le dos par une force mystérieuse qui le fait tomber. Cela fait penser à un retour brutal près de sa voiture, après un petit séjour pour des examens dans l’ovni. Seule une régression sous hypnose pourrait nous faire connaître la vérité.

Ovnis en Norvège

Des ovnis en Suède

Cette étrange force qui a déplacé la voiture de Mr Ceder est un cas assez rare dans les archives du phénomène ovni. Cet ingénieur suédois rentrait chez lui le soir du 20 septembre 1971, quand vers 22h45, il se trouva soudain entouré d’un cercle de lumière brillant, d’environ 200m de diamètre.

Près de Alvbynvägen, il remarqua une forte lumière semblable à une aurore boréale, avec des faisceaux verticaux qui éclairaient le sol d’une hauteur entre 10 et 50m. Il regarda dans le rétroviseur de sa voiture, et constata avec effroi qu’il y avait aussi des faisceaux à une centaine de mètres derrière son véhicule. En d’autres termes, comme dit Mr Ceder :

« Je me trouvais au centre d’une cage, de 200m de diamètre dont les barreaux auraient été constitués par des faisceaux de lumière. Immédiatement après, je ressentis une poussée anormale venant de l’arrière de ma voiture, et bien que j’ai écrasé à fond la pédale de frein, la voiture continuait d’avancer. Puis tout devint noir autour de moi. On aurait dit que cette noirceur était une masse dense de fumée flottant autour de moi, et m’empêchant de voir quoi que ce soit. Aucune lumière ne venait des phares de la voiture, alors que j’étais en plein phare. Ou bien cette masse absorbait complètement la lumière, ou bien les ampoules étaient éteintes pour une raison inconnue. Je ne savais pas si mes roues étaient encore bloquées ou non, mais je continuais à avancer, sans rien voir, sans savoir si j’étais dans le carrefour ou normalement je devais tourner. Quand je vis à nouveau les phares, j’étais à 20m du croisement et immédiatement je remarquais, se détachant sur l’horizon, une masse noire qui commençait à s’élever du sol. Il n’y avait plus de poussée, alors j’accélérais à 80 km/h, gardant l’objet inconnu en vue. Il paraissait très grand, de la taille de plusieurs maisons. L’engin traversa la route et sa silhouette dans le ciel me fit penser à un énorme cerf-volant. »

D’après le témoin, l’objet était beaucoup plus sombre que le ciel, ce qui est normal dans ces régions, le ciel dans la direction du nord, étant plus lumineux que vers les autres points cardinaux. Il s’agissait bien d’une masse matérielle puisque le témoin ajoute qu’il pouvait parfaitement voir comment, dans son déplacement, l’engin cachait les étoiles qui réapparaissaient ensuite, après son passage. Une fois arrivé a son domicile, Mr Ceder, scruta le ciel autour de lui. Il n’y avait pas de nuages, la lune se trouvait sous l’horizon, les étoiles brillaient intensément. Le lendemain, plusieurs personnes de la région témoignèrent du même phénomène.

Bien entendu, un rationaliste qui n’a vu d’aurores boréales que dans les livres, affirma de suite, que Ceder  avait été victime de ce phénomène bien connu dans le ciel nocturne des régions polaires. Manque de chance, le témoin est ingénieur, et il a l’esprit scientifique, de plus, il a un énorme avantage sur nous, vivant dans ces régions depuis son enfance, il sait faire la différence entre une aurore boréale et un phénomène inexplicable. S’il était trouvé devant un phénomène naturel il n’en aurait certainement pas parlé.

En général une voiture qui rencontre un ovni, a son moteur qui cale et son moteur qui s’éteignent. C’est le cas présent, Mr Ceder voyant sa voiture avancer pouvait penser que le moteur tournait toujours. En fait, le  déplacement du véhicule était dû à la poussée qu’il recevait par l’arrière, le blocage complet des freins ne servant à rien, car il y a beaucoup de chance pour que sa voiture fût en état de quasi lévitation, c’est-à-dire qu’elle était à quelques centimètres au-dessus du sol. D’ailleurs, le lendemain, en revenant sur les lieux avec un ami, il dit n’avoir retrouvé aucune trace de freinage.

Certaines voitures et leur occupant ont été retrouvés après une rencontre avec un ovni, à 100 kms du lieu de l’évènement, parfois dans un pays étranger! Une fois de plus, il semble y avoir eu un temps manquant dans ce témoignage, mais il n’a pas peut s’en rendre compte. Ce temps manquant se trouve entre le moment où il dit ne plus rien voir et l’apparition soudaine du carrefour. Il y a là de grandes chances pour que Mr Ceder ait été victime d’une abduction.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s